Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > 1ère année > Productions écrites
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 04/12/2014, 22h43
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut L’argent, fait-il le bonheur ou le malheur?

 

 

 

 

PRODUCTION ECRITE
sujet: L’argent, fait-il le bonheur ou le malheur?

La première étape, on doit souligner les mots clés du sujet, qui sont « argent«, « malheur » et « bonheur ».
La deuxième étape: on va poser des questions qui vont nous aider à analyser notre sujet:
Exemple de question: Que représente l’argent pour vous ?
Exemple de réponse: L’argent est un moyen qui nous permet de réaliser nos désirs et nos rêves.
Exemple de question: Que peut-on faire avec l’argent ?
Exemple de réponse: L’argent nous permet de voyager, d’acheter tous ce qu’on désire… Aussi il nous permet de vivre à l’aise, sans nécessité.
Exemple de question: Est-ce que la réalisation des rêves et des désirs crée le bonheur?

 

 


Exemple de réponse: Oui, la réalisation des rêves crée le bonheur.
Notre bonheur dépend à nos rêves et désirs.
Exemple de question: Est-ce que l’argent ne crée pas le malheur chez certaines personnes ?
Exemple de réponse: L’argent crée parfois le malheur des gens.
Exemple de question: Comment l’argent peut-il causer le malheur de celui qui le possède ?
Exemple de réponse:- Il y a des rêves que l’argent seul ne peut pas réaliser (les enfants par exemple, une maladie qui n’a pas de solution)
- Posséder l’argent et ne pouvoir réaliser des rêves est la cause du malheur.
- Le mauvais usage de l’argent peut causer le malheur à celui qui ne sait pas comment il doit en profiter.
Exemple de question: Est-ce que l’argent nous permet d’acheter l’amour, l’amitié, la santé… ?
Exemple de réponse: Avec de l’argent on ne peut pas acheter les valeurs humaines.
Exemple de question: Quel est le meilleur moyen pour profiter de l’argent ?
Exemple de réponse: La bonne gestion, utiliser l’argent dans ce qui plaît Dieu.


SYNTHÈSE L’argent fait le bonheur car il est le moyen de réaliser les rêves et les désirs de l’individu, et donne l’occasion de rendre les gens heureux en les aidant. En revanche, il pourrait causer le malheur à celui qui le possède s’il en fait un mauvais usage. L’argent peut causer le bonheur ou le malheur ; c’est selon la façon et la manière dont on l’utilise (une arme à double tranchant).


Poème, proverbe et citation
L'argent n'est pas tout dans la vie:
L'argent peut acheter une maison, mais pas un foyer.
L'argent peut acheter un lit, mais pas le sommeil.
L'argent peut acheter une horloge, mais le temps.
L'argent peut acheter une position, mais pas le respect.
L'argent peut acheter du sang, mais pas la vie.
L'argent peut acheter le plaisir, mais pas l'amour.
L'argent peut acheter un spectacle, mais pas la joie.
L'argent peut acheter un esclave, mais pas un ami.
L'argent peut acheter une femme, mais pas une épouse.
L'argent peut acheter des aliments, mais pas l'appétit.
L'argent peut acheter des médicaments, mais pas la santé.
L'argent peut acheter des diplômes, mais pas la culture.
L'argent peut acheter des gardes du corps, mais pas la sécurité.
L'argent peut acheter des livres, mais pas l'intelligence.
L'argent peut acheter des tranquillisants, mais pas la paix.
L'argent peut acheter des indulgences, mais pas le pardon.
L'argent peut acheter de la terre, mais pas le ciel.


Sujet : certains pensent que la fête en famille ou entre amis(es) ne sert à rien car c’est une perte de temps et d’argents. Partagez-vous cette opinion ?

La fête est un moment de joie dans la vie d'une personne. Pourrions-nous la considérer comme une perte de temps et d'argent? Ma réponse est non. Mes arguments allant dans ce sens sont les suivants.
D'abord, la fête est toujours organisée pour nous réunir avec les amis et la famille. C'est une partie de la vie joyeuse. En effet, chaque personne se rappelle des meilleurs moments passés au sein de sa famille. Parmi ces moments de bonheur, on trouve les jours de fête. De plus, l'homme a inventé la fête pour apprécier son existence. On travaille avec beaucoup de discipline pour profiter de ces moments de réunion au sein de sa famille. L'argent dépensé dans les fêtes est gagné, en termes de satisfaction personnelle. Le bonheur n'a pas de prix! En outre, l'argent, on le gaspille parfois sur des choses futiles. Pourquoi ne pas l'utiliser pour cimenter encore et encore les rapports au sein de la famille?
Enfin, les fêtes sont des moments forts dans la vie de chacun de nous. Apprendre à les partager avec les personnes proches de nous, c'est être satisfait et heureux.
[/LEFT][/SIZE]

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 04/12/2014 à 22h46
Répondre en citant
Liens Sponsorisés
  #2  
Ancien 15/06/2015, 13h22
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 

Le bonheur, c’est la liberté!
Bonheur et liberté. Deux mots ayant des effets magiques qui, depuis toujours, font rêver. Deux termes qui sont devenus des concepts auxquels on accorde une importance démesurée. Deux mots insaisissables qui ont toutefois tendance à s’éloigner et à se volatiliser au fur et à mesure que l’on semble s’en approcher. C’est là d’ailleurs leur principale qualité, sinon, ils perdraient leur pouvoir magique et leur attirance.
La plupart des gens diraient que le niveau de bonheur est directement influencé par leur sentiment de liberté. Comme si l’un ne pouvait être atteint sans l’autre et vice versa. Pourtant, lorsqu’on écoute les gens se plaindre qu’ils ont trop de travail, pas assez de temps, pas assez d’argent et j’en passe, il me semble qu’on est loin de la liberté.
Et combien ne veulent ou ne peuvent faire les choses qui les tenteraient vraiment par peur de tout ruiner, de tout changer, de décevoir, de se tromper, d’être jugé, de perdre, de se perdre…. Alors, s’il est vrai que la liberté est un pré requis essentiel et une condition nécessaire au bonheur, il me semble qu’il y en ait beaucoup qui ont ce dernier plutôt facile. Mais bon, ce n’est pas de mes affaires et tout le monde essaie, consciemment ou non, d’éviter d’être en désaccord avec soi-même.
Alors, il faut se poser une question bien simple. Est-ce le bonheur qui procure la liberté ou l’inverse ? En fonction de votre réponse, ajustez votre comportement et vos priorités.

Le bonheur? Un sujet vieux comme le monde. Qui n'a pas envie d'être heureux? Mais qu'est-ce que le bonheur? Et peut-on être heureux?
"Le Petit Larousse" définit le bonheur comme un état de pleine satisfaction. Mais qui est pleinement satisfait de sa santé, de ses affaires, de ses enfants, du gouvernement, de ses voisins, de sa voiture ? …Et, bien entendu, de tout cela en même temps!
Le bonheur serait-il alors une idée négative? Découlerait-il de l'absence de maux comme la guerre, le chômage, la malnutrition, les épidémies, l'hystérie footballistique, ou sur le plan personnel de l'absence des souffrances causées par la maladie, la servitude (à la drogue, à l'alcool, au travail...), l'obésité affligeante ou le téléphone portable? Ce bonheur par défaut serait déjà le paradis sur terre pour la plupart des gens. Mais ce serait compter sans les maux que nous nous infligeons à nous-mêmes: Que d'hommes causent leur propre malheur! Un moraliste, disait: "Le bonheur de l'homme en cette vie ne consiste pas à être sans passions, il consiste à en devenir le maître".
Cela s'apprend-il? Je le pense, ou alors l'éducation est un vain mot. Comme l'histoire du monde serait différente si les hommes se rendaient les maîtres de leurs passions. Tel tue par jalousie, tel autre lance son pays dans la guerre, tel se ruine au pour une femme ou pour un pays, ont un point commun: on a cru qu'elles pouvaient apporter le bonheur. Soudain on ne le croit plus". Alors, le bonheur, une illusion? Un cinéma que nous nous faisons ? Restent ceux qui trouvent leur bonheur dans l'effort, l'aventure, le risque, à qui la vie paraîtrait fade sans ces piments. Ainsi rencontre-t-on des sportifs heureux de suer sang et eau à sur un court; des millionnaires heureux de hasarder des fortunes dans des spéculations; des navigateurs heureux de braver la mort pour rien, car à quoi sert de traverser un océan à la voile ?
On rencontre aussi des mères de familles harassées mais heureuses d'avoir élevé quatre, cinq, six enfants; ou des médecins sans frontières heureux de guérir, panser, ou aider à mourir, des jeunes et des vieux aux quatre coins de la planète...
Mais il y a du bonheur dans le sacrifice, dans le don de soi à une cause ou à Dieu, ou dans l'humble devoir quotidien accompli. Quelle est la part de l'éducation, de la réflexion, du caractère dans le bonheur d'offrande? Le fait est qu'il existe.
•Dans la vie de tous les jours, existent de même ceux qui ont l'art - ou la chance - de voir les choses en rosé, et ceux qui voient tout en noir. On ne peut rien pour ces derniers.
Peut-être que le bonheur n'existe pas. Qu'il n'existe que des moments de bonheur. Cette idée devrait nous aider à affronter les adversités. A ne pas vouloir décrocher la lune. A se dire que le bonheur n'est pas un but en soi: L'idée d'un bonheur fou, total, hantera pourtant toujours les hommes.

PRODUCTION ECRITE sujet: L’argent, fait-il le bonheur ou le malheur?
La première étape : on doit souligner les mots clés du sujet, qui sont « argent », « malheur » et « bonheur » .
La 2ème étape: on va poser des questions qui vont nous aider à analyser notre sujet:
Exemple de question: Que représente l’argent pour vous ? Exemple de réponse: L’argent est un moyen qui nous permet de réaliser nos désirs et nos rêves.
Exemple de question: Que peut-on faire avec l’argent ? Exemple de réponse: L’argent nous permet de voyager, acheter tous ce qu’on désire… Aussi il nous permet de vivre à l’aise, sans nécessité.
Exemple de question: Est-ce que la réalisation des rêves et des désirs crée le bonheur?
Exemple de réponse: Oui, la réalisation des rêves crée le bonheur.
Notre bonheur dépend à nos rêves et désirs.
Exemple de question: Est-ce que l’argent ne crée pas le malheur chez certaines personnes ?
Exemple de réponse: L’argent crée parfois le malheur des gens.
Exemple de question: Comment l’argent peut-il causer le malheur de celui qui le possède ?
Exemple de réponse: - Il existe des rêves que l’argent seul ne peut réaliser (les enfants par exemple, une maladie qui n’a pas de solution)
- Posséder l’argent et ne pouvoir réaliser des rêves est la cause du malheur.

 

 


- Le mauvais usage de l’argent peut causer le malheur à celui qui ne sait
pas comment il doit en profiter.
Exemple de question: Est-ce que l’argent nous permet d’acheter l’amour, l’amitié, la santé…?
Exemple de réponse: Avec de l’argent on ne peut pas acheter les valeurs humaines.
Question: Quel est le meilleur moyen pour profiter de l’argent ?
Exemple de réponse: La bonne gestion, utiliser l’argent dans ce qui plaît à Dieu.
SYNTHESE L’argent fait le bonheur car il est le moyen de réaliser les rêves et les désirs de l’individu, et donne l’occasion de rendre les gens heureux en les aidant. En revanche, il pourrait causer le malheur à celui qui le possède s’il en fait un mauvais usage. L’argent peut causer le bonheur ou le malheur ; c’est selon la façon et la manière dont on l’utilise (une arme à double tranchant).
Avec l'argent, on peut acheter le plaisir……………………………….. mais pas l'amour;
On peut acheter un spectacle......................................... ...... mais pas la joie;
On peut acheter un esclave........................................... ..... mais pas un ami;
On peut acheter une femme......................................... mais pas une épouse;
On peut acheter une maison......................................... mais pas un foyer;
On peut acheter des aliments.................................... mais pas l'appétit; On peut acheter des médicaments............................ mais pas la santé;
On peut acheter des diplômes....... …………………mais pas la culture;
On peut acheter des gardes du corps ……………..mais pas la sécurité;
On peut acheter des livres................................... mais pas l'intelligence;
On peut acheter des tranquillisants ……………………mais pas la paix;
On peut acheter des indulgences.............................. mais pas le pardon;
On peut acheter la terre.......................................... mais pas le ciel.





Sujet : L’argent fait-il le bonheur ?
L'homme, au cours de sa quête de la vie, recherche à atteindre le bonheur et espère l'atteindre un peu plus à chaque nouvel objectif qu'il se fixe. Il en a besoin pour se sentir en vie et continuer à éprouver du plaisir à vivre. Un homme attristé et malheureux pendant une trop longue période perd son goût à la vie et avec lui tout espoir de la continuer. Chacun puise son bonheur et sa joie de vivre dans d'autres domaines : les uns le trouvent dans des activités telles que le sport, le voyage, la lecture, l'écriture et le dessin... D'autres le trouvent dans l'amour et le besoin de venir en aide à autrui, d'aimer et d'être aimé et de rendre heureux leur entourage voire leurs semblables et certains le trouvent dans le confort matériel et le pouvoir d'achat. Pa contre, d’autres le trouvent, malheureusement dans la destruction, le mensonge et le vice .Cela dépend de chaque individu et varie d'une personne à l'autre en fonction de son caractère et de son mode de vie.
Bref, la plupart des humains du monde contemporain voient le bonheur dans le matérialisme et l'argent, ce qui est une très grande erreur de leur part.

Le bonheur : On passe souvent sa vie à lui courir après, tout en ayant le sentiment de ne jamais l’atteindre. Pourtant, le bonheur est à la portée de tous car c’est avant tout un état d’esprit. En fait, pour être heureux, il suffit de le vouloir vraiment. Le bonheur est à la fois universel et singulier. On court tous après sans chercher la même chose, sans souvent savoir comment l’atteindre, ni même parfois ce que l’on cherche. C’est une quête perpétuelle, dont on n’est jamais certain d’avoir atteint le but. Un état éphémère, une histoire généralement sans fin en forme de point d’interrogation avec une question qui revient comme un leitmotiv : « suis-je vraiment heureux ? »
En fait, le bonheur est insaisissable. C’est pourquoi il intrigue de nombreux chercheurs : psychologues afin d’en comprendre les ressorts et les effets, quitte à découvrir des évidences: ainsi, il apparaît que si vous êtes en bonne santé, que vous n’avez pas de problème d’argent, que vous vivez dans un pays démocratique et que vous aimez votre partenaire, vous avez plus de chance d’être heureux. Ce que traduit déjà la maxime «mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et malade »

LE BONHEUR
PROBLEMATIQUE :
• Qu'est-ce que le bonheur?
• Le bonheur existe-t-il?
• Comment l'atteindre? Par quels moyens?
• Y a-t-il une recette du bonheur?
• Sous quelles formes le bonheur se présente-il?
• Quelles raisons pour expliquer la recherche perpétuelle du bonheur?
*******************************************
DEFINITIONS :
 Etat durable de satisfaction agréable et équilibré de l'esprit et du corps d'où la souffrance, l'inquiétude et le trouble sont absents.
 Etat d'esprit qui perdure malgré les échecs et les obstacles de la vie.
 Etat d'esprit auquel on accède grâce à ses qualités (générosité, gentillesse, altruisme, bonté ...).
 Etat d'euphorie et d'extase dû au plaisir de vivre pleinement chaque instant de sa vie.
 Etat de bien-être et de béatitude.
 Sentiment né quand on est capable de comprendre la vie.
 Sentiment d'avoir accompli quelque chose d'important.
Bonheur = sentiment ou état?
COMMENT ATTEINDRE LE BONHEUR?
• Adopter une attitude positive face aux choses, évènements douloureux y compris.
• Accepter la vie telle qu'elle se présente avec ses joies et ses peines.
• Faire la paix avec soi-même et avec les autres.
• Mettre son énergie au profit des autres.
• Considérer les variations de son moral comme un phénomène naturel.
• S'arrêter de temps en temps pour faire le bilan.
• Etre à l'écoute de soi et des autres.
• Ne pas s'enfermer dans le rythme monotone de la journée
• Cesser ses crises d'insatisfaction.
RECETTE POUR ÊTRE HEUREUX :
 2 tasses d'amour Mettre dans un fait-tout,
 1 kg de fidélité Faire mijoter l'amour et la fidélité
 1 tasse de passion Tamiser passion et patience
 1 chopinette de patience Incorporer l'indulgence et la mélanger avec tendresse
 1 pincée d'indulgence Couvrir de gaité et aromatiser d'humour
 1 grain de tendresse Réchauffer d'amitié
 1 cuiller à soupe de gaieté Servir avec joie quotidiennement sans modération
LES TYPES ET LES FORMES DU BONHEUR
• Bonheur dans les études : avoir de bonnes notes / accéder aux grandes écoles / obtenir de grands diplômes
• Bonheur dans le travail : faire la travail qu'on aime / avoir la liberté de créer, d'innover / avoir un travail stable
• Bonheur dans la famille : aimer et être aimé(e) / épouser une belle femme (bel homme) /avoir de beaux enfants
• Bonheur d'être en bonne santé : ne souffrir d'aucune maladie grave ou incurable
• bonheur d'être riche : avoir la possibilité de réaliser tous ses désirs / faire des voyages, découvrir le monde, faire des rencontres ...
Bref, BONHEUR = REUSSITE SOCIALE, PROFESSIONNELLE, FAMILIALE



Réflexions autour de la violence
1. La violence a toujours été présente dans notre société. Mais, elle n’a jamais été un moyen de résoudre les problèmes. Pour quelles raisons ne faut-il donc pas être violent? Quelles conséquences peut-elle engendrer?
La violence n’a, en effet, jamais été une solution. D’abord, La loi, que nul n’est censé ignorer, en interdit le recours. Il faudrait donc respecter les lois non parce qu’elles font peur mais parce qu’elles sont bénéfiques.
De plus, La violence peut avoir des conséquences fâcheuses sur l’agresseur et l’agressé car, à cause de ce comportement, les problèmes ne font qu’empirer : elle peut mener au crime et donc à la prison.
En outre, l’homme est un être sensé, il doit résoudre ses problèmes par la raison de façon pacifique ; Il doit apprendre à se contrôler et à contrôler sa colère. (à compléter)

2. La violence est un phénomène grave qui touche toutes les couches de la société et qui a souvent des répercussions désastreuses sur l’humanité. Quelles sont les origines de cette violence chez l’homme ? Quelles raisons doivent nous empêcher de recourir à des actes de barbarie? Comment peut-on enfin réussir à régler les problèmes et les conflits sans user de méchanceté?
De par sa nature, l’Homme est un être agressif, brutal
PRODUCTION ECRITE Sujet : « La mère est la source de l'amour et de la tendresse. » Rédigez un texte ou vous parlez du rôle de la mère au sein de la famille, tout en veillant à montrer vos devoirs envers les mères.
La mère joue un rôle très important dans l'éducation des enfants .Elle enfante la vie, engendre l’amour et sait d’autant mieux être la source de la procréation et de la tendresse.
Les qualités que l’on attend de la mère sont l’affection, la patience, la douceur et la bonne écoute. Puisqu’elle console, rassure, apaise, encourage, réconforte et cherche à résoudre les conflits familiaux .Cette procréatrice veille sur chacun et sur l’ensemble des membres de la famille.
La mère reste très attachée à son enfant : elle le berce, le soigne et le comble d’affection. Elle lui parle, le caresse le masse car cela lui permet de prendre conscience de son corps, lui confirme son existence, l’éveille à la vie le favorise afin d’avoir confiance en soi et d’être plus tard autonome.
Mais, parfois la tendresse d’une maman poule peut être étouffante à cause de son amour possessif. Il faut que cette mère soit exigeante et ferme, éviter de trop gâter son enfant, de tout faire à sa place, ce qui l’empêcherait de grandir et de voler de ses propres ailes.
Par ailleurs, les mères représentent le flambeau qui éclaire le chemin de leur progéniture. Nous leur devons obéissance et gratitude tant qu’ils n’ordonnent pas de commettre un péché. Il faut éviter de leur désobéir. Nous devons au contraire exécuter leurs ordres, faire preuve de bonté à leur égard en les prenant en charge, en veillant à satisfaire tous leurs besoins vitaux, et en les comblant de présents. Nous sommes également tenus de leur parler avec humilité, de ne pas se montrer hautain envers elles, de leur rendre service patiemment, de veiller à ne pas choquer leurs sentiments et d'éviter tout propos qui puisse les offenser ou blesser leur dignité.

PRODUCTION ECRITE
Les parents représentent pour nous tout dans la vie. Ils sont parfois autoritaires mais
Compréhensifs. En effet, ils nous protègent et nous aident dans notre vie d’abord, ils doivent incarner l’amour et la protection mais sans être durs car cela risque de créer un climat de tension entre tous les membres de la famille. Ensuite, certains parents jouent mal leur rôle, ils se durs et incompréhensifs. Puis, ils deviennent de véritables dictateurs et créent de la sorte une relation de haine et de conflit entre eux et leurs enfants. Par contre, d’autres parents jouent bien leur rôle dans la vie de leurs enfants. Ils sont leurs conseillers et leurs guides dans la vie. Enfin, certains parents représentent une menace pour leurs enfants car ils se comportent avec eux sans âme et sans tendresse. Il est donc de notre ressort de comprendre nos parents et de les aider en écoutant leurs conseils, il faut les aimer et les respecter comme ils doivent nous aimer et nous comprendre car nous avons besoin d’eux. Toutefois, la relation aux parents devient souvent une relation conflictuelle pour plusieurs raisons : d’abord, la différence d’âge, ensuite, la divergence des idées, de plus, les défis et enfin les travers de l’adolescence. Cependant la relation aux parents doit être basée sur l’entente, l’amour, le respect et l’entraide. Les parent et les enfants doivent s’aider et se comprendre pour se compléter et affronter la vie ensemble. Ils ne doivent pas être égoïstes ni matérialistes. Ils doivent être altruistes et généreux. Enfin, les parents doivent jouer le rôle d’intermédiaire entre leurs enfants pour créer un climat D’amour et de bonheur entre eux. Ils ne doivent pas exprimer leur préférence pour l’un de leurs enfants ou montrer une certaine sympathie pour un autre et négliger les autres. Les parents doivent apprendre à leurs enfants à s’entraider et à se respecter en leur donnant l’exemple.

Fiche recette pour rester jeune toute la vie *Trois mètres carrés de pâte de gymnastiques *Cinq cuillerées de jus de bonheur *Quatre sourires *Un kilo de musique * Un demi-kilo de calme *Quatre voyages de plaisir*Un litre de jus d'optimisme *Un peu de poudre de savoir-vivre *Trois kilos de poudre d'argent *Un peu de temps libre
Préparation rapide Mélanger la pâte avec le kilo de musique, le demi de calme, la poudre d'argent et le temps libre. Ajouter le jus d'optimisme et les cinq cuillerées de bonheur, laisser macérer une demi-heure. Décorer avec les quatre sourires et les voyages. Enfin saupoudrer avec le savoir-vivre, servir à température ambiante.

Le bonheur désigne un état durable de satisfaction. Il se distingue du plaisir et de la joie, qui sont des émotions éphémères et toujours liées à un objet particulier. La satisfaction des besoins fondamentaux :se nourrir, se vêtir, se loger et se sentir en sécurité , représente les facteurs essentiels pour atteindre un état de bien-être. L'être humain a également besoin de vivre en société. Le besoin relationnel répond alors au besoin d'aimer et d'être aimé. À travers les relations amicales et amoureuses, l'individu apprend à mieux se connaître et à comprendre ceux qui l'entourent. De nombreux philosophes se sont prononcés sur la question du bonheur, et la seule conclusion sur laquelle tous s’entendent, c’est que le bonheur est une notion subjective et relative.
Le bonheur dépend de ce que l'on recherche dans la vie : réussite sociale, familiale, professionnelle, financière, physique, morale…C’est est une finalité visée par tous : tout homme cherche à être heureux. C'est même son grand rêve. Mais tous les hommes ne s’accordent généralement pas sur les moyens qui permettent de l’obtenir. Certains recherchent exclusivement l’argent ; d’autres le plaisir ; d’autres se préoccupent de leur santé. L’argent rend heureux parce qu’il permet d’acquérir tout ce qu’un homme peut désirer. Mais, on ne désire que ce qu’on croit être source de plaisir. Or, quel plaisir aurions-nous de vivre si nous étions malades ? La santé est donc plus indispensable au bonheur que l’argent et le plaisir. L’argent ne fait pas toujours le bonheur, mais il y contribue. L’argent n'apporte pas le bonheur même s'il constitue l'une de ses causes. Mais la clé du bonheur dans cette vie est dans l'au-delà, en la foi en Dieu et l'accomplissement des bonnes œuvres. Par ailleurs, le bonheur réel est synonyme de liberté : faire ce qu’on a envie de faire, loin des contraintes morales et sociales. Mais, Le bonheur absolu est fictif puisque la vie impose ses contraintes auxquelles l’individu ne peut pas échapper : contraintes socio-économiques, politiques,...).Par conséquent, la liberté, nécessaire au bonheur, a des limites et vouloir accéder au bonheur total, sans se soucier des valeurs qui régissent une société, est une preuve d’anarchisme.
La satisfaction des besoins de base représente la condition indispensable mais non suffisante pour être heureux. Bien entendu, d'autres facteurs comme les traits de personnalité, les valeurs d'une société et même les expériences peuvent influencer notre vision du bonheur.
LE BONHEUR PROBLEMATIQUE :
-Qu'est-ce que le bonheur?-Le bonheur existe-t-il?-Comment l'atteindre? Par quels moyens?-Y a-t-il une recette du bonheur? -Sous quelles formes le bonheur se présente-il? -Quelles raisons pour expliquer la recherche perpétuelle du bonheur?
DEFINITIONS : Etat durable de satisfaction agréable et équilibré de l'esprit et du corps d'où la souffrance, l'inquiétude et le trouble sont absents. Etat d'esprit qui perdure malgré les échecs et les obstacles de la vie. Etat d'esprit auquel on accède grâce à ses qualités (générosité, gentillesse, altruisme, bonté ...). Etat d'euphorie et d'extase dû au plaisir de vivre pleinement chaque instant de sa vie. Etat de bien-être et de béatitude.Sentiment né quand on est capable de comprendre la vie. Sentiment d'avoir accompli quelque chose d'important. Bonheur = sentiment ou état?
COMMENT ATTEINDRE LE BONHEUR?
•Adopter une attitude positive face aux choses, évènements douloureux y compris. •Accepter la vie telle qu'elle se présente avec ses joies et ses peines. •Faire la paix avec soi-même et avec les autres. •Mettre son énergie au profit des autres. •Considérer les variations de son moral comme un phénomène naturel. •S'arrêter de temps en temps pour faire le bilan. •Etre à l'écoute de soi et des autres. •Ne pas s'enfermer dans le rythme monotone de la journée •Cesser ses crises d'insatisfaction.


LES TYPES ET LES FORMES DU BONHEUR
•Bonheur dans les études : avoir de bonnes notes / accéder aux grandes écoles / obtenir de grands diplômes •Bonheur dans le travail : faire la travail qu'on aime / avoir la liberté de créer, d'innover / avoir un travail stable •Bonheur dans la famille : aimer et être aimé(e) / épouser une belle femme (bel homme) /avoir de beaux enfants •Bonheur d'être en bonne santé : ne souffrir d'aucune maladie grave ou incurable •bonheur d'être riche : avoir la possibilité de réaliser tous ses désirs / faire des voyages, découvrir le monde, faire des rencontres ..Bref, BONHEUR = REUSSITE SOCIALE, PROFESSIONNELLE, FAMILIALE
RECETTE POUR ÊTRE HEUREUX :
2 tasses d'amour Mettre dans un fait-tout,
1 kg de fidélité Faire mijoter l'amour et la fidélité
1 tasse de passion Tamiser passion et patience
1 clopinettes de patience Incorporer l'indulgence et la mélanger avec tendresse
1 pincée d'indulgence Couvrir de gaité et aromatiser d'humour
1 grain de tendresse Réchauffer d'amitié
1 cuiller à soupe de gaieté Servir avec joie quotidiennement sans
modération

Le bonheur : On passe souvent sa vie à lui courir après, tout en ayant le sentiment de ne jamais l’atteindre. Pourtant, le bonheur est à la portée de tous car c’est avant tout un état d’esprit. En fait, pour être heureux, il suffit de le vouloir vraiment. Le bonheur est à la fois universel et singulier. On court tous après sans chercher la même chose, sans souvent savoir comment l’atteindre, ni même parfois ce que l’on cherche. C’est une quête perpétuelle, dont on n’est jamais certain d’avoir atteint le but. Un état éphémère, une histoire généralement sans fin en forme de point d’interrogation avec une question qui revient comme un leitmotiv : « suis-je vraiment heureux ? »
En fait, le bonheur est insaisissable. C’est pourquoi il intrigue de nombreux chercheurs : psychologues afin d’en comprendre les ressorts et les effets, quitte à découvrir des évidences: ainsi, il apparaît que si vous êtes en bonne santé, que vous n’avez pas de problème d’argent, que vous vivez dans un pays démocratique et que vous aimez votre partenaire, vous avez plus de chance d’être heureux. Ce que traduit déjà la maxime «mieux vaut être riche et bien portant que pauvre et malade »

Le bonheur? Un sujet vieux comme le monde. Qui n'a pas envie d'être heureux? Mais qu'est-ce que le bonheur? Et peut-on être heureux? "Le Petit Larousse" définit le bonheur comme un état de pleine satisfaction. Mais qui est pleinement satisfait de sa santé, de ses affaires, de ses enfants, du gouvernement, de ses voisins, de sa voiture, de sa belle-mère? Et, bien entendu, de tout cela en même temps!
Le bonheur serait-il alors une idée négative? Procéderait-il de l'absence de maux comme la guerre, le chômage, la malnutrition, les épidémies, l'hystérie footballistique, ou sur le plan personnel de l'absence des souffrances causées par la maladie, les tracas, la servitude (à la drogue, à l'alcool, au travail...), la voyoucratie dans la rue, l'obésité affligeante ou le téléphone portable? Ce bonheur par défaut serait déjà le paradis sur terre pour la plupart des gens. Mais ce serait compter sans les maux que nous nous infligeons à nous-mêmes: Que d'hommes causent leur propre malheur! Un moraliste, disait: "Le bonheur de l'homme en cette vie ne consiste pas à être sans passions, il consiste à en devenir le maître".
Cela s'apprend-il? Je le pense, ou alors l'éducation est un vain mot. Comme l'histoire du monde serait différente si les hommes se rendaient les maîtres de leurs passions. Tel tue par jalousie, tel autre lance son pays dans la guerre, tel se ruine au pour une femme ou pour un pays, ont un point commun: on a cru qu'elles pouvaient apporter le bonheur. Soudain on ne le croit plus". Alors, le bonheur, une illusion? Un cinéma que nous nous faisons ? Restent ceux qui trouvent leur bonheur dans l'effort, l'aventure, le risque, à qui la vie paraîtrait fade sans ces piments. Ainsi rencontre-t-on des sportifs heureux de suer sang et eau à sur un court; des millionnaires heureux de hasarder des fortunes dans des spéculations; des navigateurs heureux de braver la mort pour rien, car à quoi sert de traverser un océan à la voile ?
On rencontre aussi des mères de familles harassées mais heureuses d'avoir élevé quatre, cinq, six enfants; ou des médecins sans frontières heureux de guérir, panser, ou aider à mourir, des jeunes et des vieux aux quatre coins de la planète...
Mais il y a du bonheur dans le sacrifice, dans le don de soi à une cause ou à Dieu, ou dans l'humble devoir quotidien accompli. Quelle est la part de l'éducation, de la réflexion, du caractère dans le bonheur d'offrande? Le fait est qu'il existe.
•Dans la vie de tous les jours, existent de même ceux qui ont l'art - ou la chance - de voir les choses en rosé, et ceux qui voient tout en noir. On ne peut rien pour ces derniers.
Peut-être que le bonheur n'existe pas. Qu'il n'existe que des moments de bonheur. Cette idée devrait nous aider à affronter les adversités. A ne pas vouloir décrocher la lune. A se dire que le bonheur n'est pas un but en soi: L'idée d'un bonheur fou, total, hantera pourtant toujours les hommes.
Le bonheur existe-t-il ? Le bonheur est-il une réalité ou seulement un concept dont on parle sans vraiment y croire ? Si le bonheur n'est pas toujours réel, le malheur lui, par contre, est bien réel ; on peut même le voir, le toucher, le sentir et l'entendre. Il n'est pas besoin d'artistes pour nous le dépeindre. Le bonheur, comme le paradis, il faut l'imaginer, semble-t-il.
A chacun son bonheur, pour les uns, le bonheur c'est l'argent ; mais ceux qui en possèdent n'ont pas l'air si heureux ! Pour celui qui est en prison, le bonheur, c'est d'en sortir ! Pour celui qui est malade, le bonheur, c'est d'être guéri ! Mais les gens guéris, sont-ils joyeux et pleins de reconnaissance ? Pour celui qui est handicapé, si on lui demandait quel est son vœu le plus cher, il répondrait : “Marcher !” Et que penser du non-voyant, du malentendant, du muet, des infirmes, de ceux qui apparemment n'ont rien pour plaire ? Le bonheur pour eux serait d'être comme tout le monde !
Pour d'autres encore, le bonheur serait de se venger, de voir leurs ennemis condamnés ! Pour le condamné à mort, le bonheur serait seulement d'être gracié !
Profiter de la vie semble être le désir de millions de personnes, mais l'homme, insatiable, veut toujours plus, et ça le rend malheureux ! Son “bonheur” de posséder fait son malheur ! Plus il possède de choses, plus il découvre ce qui lui manque ! Et il risque de devenir un être tourmenté toute sa vie.
Pour beaucoup, le bonheur semble lié uniquement aux cinq sens : voir ou entendre de belles choses, goûter ce qu'il y a de meilleur, sentir les parfums les plus agréables, et toucher ce qu'il y a de plus doux.
Y a-t-il un bonheur du corps, un bonheur de l'âme et un bonheur de l'esprit ? Il est sûr que le fait d'être bien dans sa peau, d'être en paix dans son corps, dans son âme et dans son esprit, d'être également bien avec les autres et être en paix avec Dieu, c'est magnifique ! Seulement, il y a toujours quelqu'un quelque part celui qui souffre, qui meurt, qui est malade ou en prison. Il est donc impossible d'être totalement heureux si l'on pense un peu aux malheurs des autres.
Le bonheur, dans son sens absolu, n'est pas de ce monde. Il n'y a pas de paradis humain, sinon, il n'y aurait ni malentendus, ni conflits, ni ambulances, ni pompiers… Croyant un instant goûter au bonheur, on est vite ramené à la réalité. Si le bonheur était de ce monde, il n'y aurait ni guerres, ni veuves, ni orphelins...

Sujet : L’argent fait-il le bonheur ?
L'homme, au cours de sa quête de la vie, recherche à atteindre le bonheur et espère l'atteindre un peu plus à chaque nouvel objectif qu'il se fixe. Il en a besoin pour se sentir en vie et continuer à trouver du plaisir à vivre. Un homme qui est triste et malheureux pendant une trop longue période perd son goût à la vie et avec lui tout espoir de la continuer. Chacun trouve son bonheur et sa joie de vivre dans d'autres domaines : les uns le trouvent dans des activités telles que le sport, le voyage, la lecture, l'écriture et le dessin, d'autres le trouvent dans l'amour et le besoin de venir en aide à autrui. d'aimer et d'être aimés et de rendre heureux leur entourage. D'autres malheureusement le trouve dans la destruction, le mensonge et le vice et certains le trouvent dans le confort matériel et le pouvoir d'achat. Cela dépend de chaque humain et varie d'une personne à l'autre en fonction de notre caractère et notre mode de vie.
Bref, la plupart des humains de notre monde voient le bonheur dans le matérialisme et l'argent, ce qui est une très grande erreur de leur part.

Le bonheur existe-t-il ?

Henri Baesler

Le bonheur est-il une réalité ou seulement un concept dont on parle sans vraiment y croire ? Si le bonheur n'est pas toujours réel, le malheur lui, par contre, est bien réel ; on peut même le voir, le toucher, le sentir et l'entendre. Il n'est pas besoin d'artistes pour nous le dépeindre. Le bonheur, comme le paradis, il faut l'imaginer, semble-t-il.

A chacun son bonheur

Pour les uns, le bonheur c'est l'argent ; mais ceux qui en possèdent n'ont pas l'air si heureux ! Pour celui qui est en prison, le bonheur, c'est d'en sortir ! Pour celui qui est malade, le bonheur, c'est d'être guéri ! Mais les gens guéris, sont-ils joyeux et pleins de reconnaissance ? Pour celui qui est handicapé, si on lui demandait quel est son vœu le plus cher, il répondrait : “Marcher !” Pour d'autres, le bonheur c'est de trouver une femme, ou un mari. Les gens mariés sont-ils tous rayonnants de bonheur ? Il y a encore ceux qui cherchent le bonheur dans la religion. Sont-ils des exemples de bonheur ? Et que penser du non-voyant, du malentendant, du muet, des infirmes, de ceux qui apparemment n'ont rien pour plaire ? Le bonheur pour eux serait d'être comme tout le monde !

Pour d'autres encore, le bonheur serait de se venger, de voir leurs ennemis condamnés ! Pour le condamné à mort, le bonheur serait seulement d'être gracié !

Profiter de la vie semble être le désir de millions de personnes, mais l'homme, insatiable, veut toujours plus, et ça le rend malheureux ! Son “bonheur” de posséder fait son malheur ! Plus il possède de choses, plus il découvre ce qui lui manque ! Et il risque de devenir un être tourmenté toute sa vie.

Pour beaucoup, le bonheur semble lié uniquement aux cinq sens : voir ou entendre de belles choses, goûter ce qu'il y a de meilleur, sentir les parfums les plus agréables, et toucher ce qu'il y a de plus doux.

Y a-t-il un bonheur du corps, un bonheur de l'âme et un bonheur de l'esprit ? Il est sûr que le fait d'être bien dans sa peau, d'être en paix dans son corps, dans son âme et dans son esprit, d'être également bien avec les autres et être en paix avec Dieu, c'est magnifique ! Seulement, il y a toujours quelqu'un quelque part qui souffre, qui meurt, qui est malade ou en prison. Il est donc impossible d'être totalement heureux si l'on pense un tant soit peu aux malheurs des autres.

Le bonheur, dans son sens absolu, n'est pas de ce monde. Il n'y a pas de paradis humain, sinon, il n'y aurait ni murs autour des maisons, ni vigiles autour des bâtiments publics, ni ambulances, ni pompiers. Croyant un instant goûter au bonheur, on est vite ramené à la réalité. Si le bonheur était de ce monde, il n'y aurait ni guerres, ni veuves, ni orphelins, ni maisons funéraires.

Le bonheur à venir

Notre bonheur aujourd'hui inclut l'espérance du jour de Dieu. Aussi sûr qu'il y a des jours mauvais, il y aura des jours meilleurs où la justice éternelle se manifestera (Daniel 9 : 4). S'il y a un bonheur aujourd'hui, c'est d'être vainqueur sur le péché, car c'est le péché qui rend malheureux ! “Celui qui est assis sur le trône dressera sa tente sur eux, ils n'auront plus faim, ils n'auront plus soif, le soleil ni aucune chaleur ne les frapperont. Car l'Agneau qui est au milieu du trône les paîtra, et les conduira aux sources de la vie, et Dieu essuiera toute larme de leurs yeux.” (Apocalypse 7 : 15-17). Si le bonheur aujourd'hui est de travailler et de donner, le bonheur est aussi de croire à un bonheur qui n'est pas de ce monde ; il consiste à croire en Dieu, à croire aux Ecritures qui nous promettent un monde à venir où Dieu sera avec les hommes.

“J'entendis du trône une voix forte qui disait : Voici le tabernacle de Dieu avec les hommes ! Il habitera avec eux, et ils seront son peuple, et Dieu lui-même sera avec eux. Il essuiera toute larme de leurs yeux, et la mort ne sera plus ; il n'y aura plus ni deuil, ni cri, ni douleur, car les premières choses ont disparu” (Apocalypse 21 : 3-4).

S'il y a plus de bonheur à donner qu'à recevoir, ce bonheur là n'est-il pas dans le cœur ? N'est-il pas dans la foi en un Dieu unique ? N'est-il pas dans l'espérance que donne l'Evangile ? Et n'est-il pas la pratique de la vie chrétienne ? “Si vous savez ces choses, vous êtes heureux, pourvu que vous les pratiquiez” (Jean 13 : 17).


Le bonheur existe-t-il ?
Le bonheur est-il une réalité ou seulement un concept dont on parle sans vraiment y croire ? Si le bonheur n'est pas toujours réel, le malheur lui, par contre, est bien réel ; on peut même le voir, le toucher, le sentir et l'entendre. Il n'est pas besoin d'artistes pour nous le dépeindre. Le bonheur, comme le paradis, il faut l'imaginer, semble-t-il.
A chacun son bonheur, pour les uns, le bonheur c'est l'argent ; mais ceux qui en possèdent n'ont pas l'air si heureux ! Pour celui qui est en prison, le bonheur, c'est d'en sortir ! Pour celui qui est malade, le bonheur, c'est d'être guéri ! Mais les gens guéris, sont-ils joyeux et pleins de reconnaissance ? Pour celui qui est handicapé, si on lui demandait quel est son vœu le plus cher, il répondrait : “Marcher !” Et que penser du non-voyant, du malentendant, du muet, des infirmes, de ceux qui apparemment n'ont rien pour plaire ? Le bonheur pour eux serait d'être comme tout le monde !
Pour d'autres encore, le bonheur serait de se venger, de voir leurs ennemis condamnés ! Pour le condamné à mort, le bonheur serait seulement d'être gracié !
Profiter de la vie semble être le désir de millions de personnes, mais l'homme, insatiable, veut toujours plus, et ça le rend malheureux ! Son “bonheur” de posséder fait son malheur ! Plus il possède de choses, plus il découvre ce qui lui manque ! Et il risque de devenir un être tourmenté toute sa vie.
Pour beaucoup, le bonheur semble lié uniquement aux cinq sens : voir ou entendre de belles choses, goûter ce qu'il y a de meilleur, sentir les parfums les plus agréables, et toucher ce qu'il y a de plus doux.
Y a-t-il un bonheur du corps, un bonheur de l'âme et un bonheur de l'esprit ? Il est sûr que le fait d'être bien dans sa peau, d'être en paix dans son corps, dans son âme et dans son esprit, d'être également bien avec les autres et être en paix avec Dieu, c'est magnifique ! Seulement, il y a toujours quelqu'un quelque part qui souffre, qui meurt, qui est malade ou en prison. Il est donc impossible d'être totalement heureux si l'on pense un peu aux malheurs des autres.
Le bonheur, dans son sens absolu, n'est pas de ce monde. Il n'y a pas de paradis humain, sinon, il n'y aurait ni murs autour des maisons, ni vigiles autour des bâtiments publics, ni ambulances, ni pompiers. Croyant un instant goûter au bonheur, on est vite ramené à la réalité. Si le bonheur était de ce monde, il n'y aurait ni guerres, ni veuves, ni orphelins...

Le bonheur désigne un état durable de satisfaction .Le bonheur se distingue du plaisir et de la joie, qui sont des émotions éphémères et toujours liées à un objet particulier. La satisfaction des besoins fondamentaux (se nourrir, se vêtir, se loger et se sentir en sécurité) représente les éléments essentiels pour atteindre un état de bien-être. L'être humain a également besoin de vivre en société. Le besoin relationnel répond alors au besoin d'aimer et d'être aimé. À travers les relations amicales et amoureuses, l'individu apprend à mieux se connaître et à comprendre ceux qui l'entourent. Le besoin d'accomplissement de soi se traduit par un désir de comprendre, de connaître et de se réaliser. De nombreux chercheurs se sont prononcés sur la question du bonheur, et la seule conclusion sur laquelle tous s’entendent, c’est que le bonheur est une notion subjective et relative. Le bonheur est une question d’aptitude et d’état d’esprit. Il dépend de ce que l'on recherche dans la vie : réussite sociale, familiale, professionnelle, financière, physique, morale… Le bonheur est une finalité visée par tous : tout homme cherche à être heureux. C'est même son grand rêve. Mais tous les hommes ne s’accordent généralement pas sur les biens qui permettent de l’obtenir. Certains recherchent exclusivement l’argent ; d’autres le plaisir ; d’autres se préoccupent de leur santé. L’argent rend heureux parce qu’il permet d’acquérir tout ce qu’un homme peut désirer. Mais, on ne désire jamais que ce qu’on croit être source de plaisir. C’est donc pour le plaisir qu’on cherche à avoir de l’argent. Or, quel plaisir aurions-nous de vivre si nous étions malades ? La santé est donc plus indispensable au bonheur que l’argent et le plaisir. Ce qui s’impose à nous est d’assurer notre propre bonheur. Cependant, les autres représentent une condition non négligeable pour notre bonheur. Est-ce qu’un bonheur égoïste est de notre intérêt ? Le bonheur collectif ou commun satisfait pleinement l’homme.
La moralité est le bien suprême, mais le bien complet semble être l’union de la vertu et du bonheur. Il ne semble pas qu’il y ait de bonheur possible sans liberté, et de liberté possible sans vertu. Autrement dit, la liberté va de pair avec la morale. L’argent ne fait pas toujours le bonheur, mais il y contribue. L’argent n'apporte pas le bonheur même s'il constitue l'une de ses causes. Mais la clé du bonheur dans cette vie est dans l'au-delà, en la foi en Dieu et l'accomplissement des bonnes œuvres. Le bonheur réel est synonyme de liberté : faire ce qu’on a envie de faire, loin des contraintes morales et sociales. Mais, Le bonheur absolu est imaginaire. La vie impose ses contraintes auxquelles l’individu ne peut pas échapper (contraintes sociales, économiques, politiques, etc.). La liberté, nécessaire au bonheur, a des limites.
La satisfaction des besoins de base représente la condition indispensable mais non suffisante pour être heureux. Bien entendu, d'autres facteurs comme les traits de personnalité, les valeurs d'une société et même les expériences de vie peuvent influencer votre vision du bonheur.

 

 

Répondre en citant
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 15h32.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.12 by vBS
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc