Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > Documents du Prof > LANGUE
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 06/11/2012, 15h59
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 386
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut SMS, e-mails et dialogues en direct : le nouveau langage qui menace l'orthograph

 

 

 

 

SMS, e-mails et dialogues en direct : le nouveau langage qui menace l'orthographe

Sana Guessous Journaliste stagiaire
Le matin le 06 - 09 - 2004
S'il est un phénomène très courant actuellement dans les milieux virtuels, c'est bien celui-là : les internautes ont plus que jamais tendance à transfigurer tout ce qu'ils écrivent. Jour après jour, d'innombrables expressions s'ajoutent inconsciemment dan
Mais comment pareilles aberrations ont-elles subitement émergé ? Comment ces nouveautés stylistiques plus que grotesques ont-elles assailli notre quotidien et se sont elles irrésistiblement immiscées dans toutes les langues, s'étendant parfois jusque dans le dialecte courant ? En vérité, le désastre commence une fois qu'un individu, quel qu'il soit, se trouve subitement entraîné dans la bourrasque de la «tchatche» en ligne. Simple, rapide et surtout captivant. Tout le monde sait aujourd'hui de quoi il s'agit. C'est en effet de cette multitude de petits messages instantanés qui jaillissent de toutes parts, qui clignotent ardemment, s'efforçant d'attirer notre attention sur les fenêtres d'interlocuteurs anonymes, que nous nous imprégnons pour métamorphoser notre style, et ce dans un sens extrêmement négatif.
Mots omis, semblant de mots ajoutés, expressions en dialecte marocain rehaussées de 3, 7 et 9 pour «rendre» quelques sons inexistants dans la phonétique française, majuscules, apostrophes et ponctuation en voie de disparition, pour ne citer que cela. Ces gribouillages s'instaurent partout insidieusement, jusqu'à ce qu'ils prennent des dimensions parfois stupéfiantes.
«Rien n'est plus amusant que de raccourcir ou d'allonger un mot, d'en fabriquer ou d'en mâcher un autre à l'envi, à l'infini, explique Badr, un internaute impénitent.
Personnellement, ça me permets de souffler, d'oublier un peu cette maudite orthographe conventionnelle que je dois sans cesse «sortir» au travail». Oui, le phénomène peut effectivement refléter une espèce de ras-le-bol contre les canons de la langue, lesquels s'avèrent être très souvent asphyxiants pour un «tchatcheur» en quête de détente et de divertissements. Mais cette tendance à «brutaliser l'Académie Française» comme l'a si judicieusement appelée un autre invétéré du dialogue en ligne, est-elle une simple manifestation d'impatience contre la morosité des textes «corrects» ? De toute évidence, non. Walid, lycéen de dix-huit ans, clame haut et fort que «le temps, c'est de l'argent», que l'on ne devrait pas le passer à soigner son orthographe pour s'adresser lors de creuses et éphémères discussions à des personnes dont on connaît à peine le pseudonyme. «Lorsque j'écris «tjs» au lieu de «toujours» ou «aek» pour dire «avec», c'est ma manière à moi de faire plus vite et plus pratique, car comme vous devez le savoir, tous les internautes ne saisissent pas sur un clavier à la vitesse de la lumière», affirme l'adolescent. Les opinions se suivent et ne se ressemblent pas.

 

 


Tifa, jeune Française, estime pour sa part que tous ces barbarismes n'ont d'autre provenance que le «fourche-langue». Appelé plus communément «verlan» et imaginé par les «djeuns» maghrébins résidant en France, ce jargon a vite fait de se disséminer dans les quatre coins de l'Hexagone pour gagner, aux dires de la jeune fille, même le monde virtuel. «C'est là, surtout, que l'utilisation du verlan atteint des proportions invraisemblables. Les gens accordent peu d'importance à la manière dont est tournée une expression, pourvu qu'ils arrivent à transmettre des messages rapides et intelligibles pour la majorité. Et croyez-moi, nombreux sont ceux qui s'accommodent très facilement d'un «lachmwa», parce qu'aligner un «lâche-moi» dans les règles de l'art leur semble extrêmement fastidieux alors que sur le plan phonétique, c'est du pareil au même. «Et de renchérir sa thèse par un élément non-négligeable : «Mais si dans les textos (SMS), e-mails et fenêtres de dialogue en direct vous tombez sur du français sens dessus-dessous, c'est surtout pour exprimer la «révolte» des jeunes face à la rigidité, voire même l'implacabilité des adultes à leur égard.
Nous autres jeunes, nous cherchons en quelque sorte à nous regrouper dans le cadre d'une espèce de confrérie, où nous aurions l'occasion de parler un langage qui nous est propre, pour nous distinguer des adultes et leur exprimer notre mécontentement ou carrément notre refus de leur incompréhension.» Certes, ce sont des arguments recevables. A les considérer avec indulgence, on pourrait trouver une excuse aux maniaques de cette écriture saugrenue qui ne cesse de se répandre partout. Mais il n'empêche que ça nuit énormément à la langue française, telle qu'elle est censée être enseignée dans les écoles, marocaines tout particulièrement.
Un esprit d'insouciance inquiétant se dessine sur la quasi-totalité des écrits scolaires existants. Les fautes spectaculaires de syntaxe et d'orthographe sont légion sur presque tous les cahiers, ceux des écoliers, lycéens et étudiants universitaires confondus. Et ce n'est certainement pas cette trouvaille de la nouvelle technologie qui aidera à améliorer le niveau des apprenants. Si, à l'avenir, les professeurs ne veulent pas se retrouver avec davantage de personnes qui, à force de pétrir le français, auront de plus en plus de mal à aligner deux phrases correctes, une large sensibilisation est nécessaire. Les Marocains ont déjà assez de l'harassant problème de l'analphabétisme, qui touche plus de la moitié de la population. Nul besoin qu'une autre épine nous rappelle avec plus de douleur cette bouleversante réalité.

 

 

Répondre en citant
Liens Sponsorisés
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


Entrer votre adresse email ICI pour recevoir les nouveautés:

 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 16h18.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.12 by vBS
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc