Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > 1ère année > L'homme à la cervelle d'or
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 15/05/2018, 21h26
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 382
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut Cycle de baccalaureat professionnel

 

 

 

 

Ministère de l’Education Nationale, de la Formation Professionnelle, de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifi que

















ةينهملا ايرولاكبلا كلس
كلسم : ةرادلإاو رييستلا
نيوكتلا عجرم
CYCLE DE BACCALAUREAT PROFESSIONNEL
FILIERE : GESTION-ADMINISTRATION
REFERENTIEL DE FORMATION








2017/2018

Siège Central du Ministère BabRouah- Rabat Tél : 0537 77 18 70 Fax : 0537 77 20 43

2

SOMMAIRE


Introduction générale .................................................. .................................. 3
Préambule .................................................. .................................................. ... 5
Référentiel métier .................................................. ......................................... 6
I. Définition du diplôme .................................................. ......................................... 7
A. Appellation du diplôme .................................................. ...................... 7
B. Présentation du métier .................................................. ....................... 7
II. Description des principales activités et tâches professionnelles .................... 10
A. Principales activités et tâches professionnelles ................................... 10
B. Conditions d’exercice des tâches et résultats attendus ................... 11
Référentiel des compétences et des savoirs ............................................... 18
I. Compétences .................................................. .................................................. ................. 19
A. Répertoire des Compétences .................................................. ........... 19
B. Opérationnalisation des compétences ............................................... 21
II. Savoirs professionnels .................................................. ................................................. 64
A. Niveaux taxonomiques .................................................. ............................... 65
B. Savoirs et niveaux de maitrise .................................................. .......... 65
III. Savoirs généraux .................................................. ................................................ 70
Organisation pédagogique .................................................. ................................... 148
I. Considérations générales .................................................. ................................. 148
II. Répartition des horaires des disciplines de l’enseignement général ............. 150
III. Répartition des savoirs ou modules des enseignements professionnels ...... 150
IV. Horaire hebdomadaire global .................................................. ........................... 150
V. Orientations pédagogiques .................................................. .............................. 151
Evaluation .................................................. .................................................. ................ 155
I. Déterminants de l’évaluation .................................................. ...................................... 156
II. Modalités d’évaluation .................................................. .................................................. 156
Lexique .................................................. .................................................. ..................... 158


Introduction générale

La mise en place par le Ministère en charge de l'Education et de la Formation, du Baccalauréat
Professionnelle « Bac Pro », s’inscrit dans le contexte suivant :

 A l’échelle mondiale, les dernières décennies sont marquées par le passage :
- d’une économie basée essentiellement sur le capital matériel et le travail comme facteurs
de production et richesse d’une nation
- à une étape postindustrielle dont le capital humain et son savoir-faire, « capital
immatériel » fait partie de la richesse et où la matière première clé qui assure un avantage
compétitif aux personnes, institutions et lieux géographiques qui la détiennent, ne se situe
plus exclusivement dans le matériel (matières premières et sources naturelles, …) mais dans
l'immatériel et notamment l'information, le savoir-faire et le social…
En corrélation avec cette évolution, l’accès aux savoirs est passé du stade d’indisponibilité ou de
difficulté d’accès, à un stade caractérisé plutôt par une surabondance, un foisonnement de sources
et un renouvellement quasi continu de ces savoirs : « une nouvelle ère est bel et bien engagée dans
laquelle les sociétés qui maitrisent le savoir joueront les premiers rôles».

Les barrières commerciales, les zones de libre-échange, le développement du commerce
numérique, les multinationales, le phénomène de délocalisation vers des zones géographiques à
avantages compétitifs, la mobilité des compétences …sont autant de nouvelles réalités où les
entreprises se trouvent exposées à une concurrence universellement ouverte.

 A l’échelle nationale, le Maroc, conscient de ces enjeux et défis, et en interaction avec le reste du
monde, a opéré des choix en matière de politiques et orientations économiques. En effet, des
secteurs prometteurs, en rapport avec les nouveaux métiers mondiaux du Maroc, comme
l’aéronautique, l’industrie automobile, l’électronique et les énergies renouvelables, ont été
intégrés aux secteurs classiques de l’agricole et la pêche maritime, du tourisme, du textile, de
l’artisanat etc…
L’entreprise et la société marocaine ont plus que jamais besoin de nouvelles compétences, et d’un
autre niveau de qualification pour assurer leur survie. Nombreux rapports et études s’entendent sur
le type de compétences à développer pour les prochaines décennies « Compétences du 21

siècle ». La communication, l’esprit d’initiative et l’entreprenariat, l’intelligence collective, les TIC
figurent parmi les compétences requises.
C’est dans ce contexte que le Bac Pro a été lancé en 2014-2015. Autrement dit, c’est une troisième
voie professionnelle qui est ouverte en parallèle aux deux autres, générale et technologique.

Ce nouveau baccalauréat permettra la diversification de l’offre au niveau du secondaire
qualifiant , satisfaire les demandes d’une bonne partie des collégiens, qui souhaitent poursuivre
des études professionnelles et aussi permettre aux détenteurs du diplôme qualification, qui voudraient
poursuivre des études supérieures professionnelles ou générales , en empruntant des passerelles
dédiées à cet objectif.

A l’instar du baccalauréat général, le Bac Pro, se prépare en deux années après le tronc commun. Il a
cependant deux finalités : l’accès direct au marché de l’emploi ou la poursuite des études postbac.

Il
est
certes
préparé
dans
une
spécialité
pour
répondre
aux
exigences
de
l’exercice
d’un
métier,
mais

les
enseignements
généraux
sont
aussi
assurés
pour
permettre
d’une
part

la poursuite éventuelle des
études et d’autre part l’adaptation continue des profils aux évolutions du métier.

3

ème
Les enseignements dispensés s’articulent, de manière équilibrée et complémentaire, autour de trois
groupes : langues, culture et communication, sciences et technologies, travaux pratiques, projet de fin
de formation et stages en entreprise. Des modules complémentaires ayant pour vocation de préparer
les futures lauréats au choix du métier et à l’entrepreneuriat seront également dispensés.

Ce référentiel de formation, élaboré en étroite collaboration avec les départements concernés : le
Département de la Formation Professionnelle, l’OFPPT, le Ministère en charge du secteur de
l’Agriculture, le Ministère du Tourisme, les Fédérations et Associations des Professionnels, et validé
par ces mêmes partenaires, est destiné à aider les formateurs à organiser les enseignements, la
formation et l'évaluation en exploitant notamment :
 Le référentiel métier ;
 Le référentiel des compétences et des savoirs ;
 La partie organisation pédagogique ;
 La partie évaluation.

Ce document permet d’une part d’exprimer les intentions des auteurs du référentiel : les
professionnels et les concepteurs de programmes, afin de donner du sens aux contenus et aux
exigences des compétences à développer. Il propose, d’autre part, des conseils et des
recommandations sur les plans : organisationnel, temporel, pédagogique et didactique. Il s’adresse
aux services administratifs, régionaux, provinciaux et locaux de tous les départements concernés,
aux instances d’encadrement et de contrôle chargées de la mise en œuvre de ce baccalauréat
professionnel.

Enfin toutes les personnes qui ont contribué à l’élaboration de cette première génération de
référentiels, sont vivement remerciées pour leur disponibilité, le niveau d’efforts déployés et la
qualité remarquable du produit, espérant que la traduction dans les faits de ces référentiels
contribuera à la promotion de l’excellence de notre système d’éducation et de formation.

4

Préambule :

Le Référentiel de formation « Gestion Administration » a été élaboré suivant le cadre d'élaboration
des programmes de formation professionnelle qui exigent, la participation de partenaires des milieux
du travail et de l'éducation. Il est défini par compétences selon une approche qui tient compte, à la
fois, de facteurs tels que : les besoins de formation, la situation de travail et les buts généraux de la
formation professionnelle et d’un benchmark avec des systèmes éducatifs similaires.
Le programme de formation «Gestion Administration » forme ses futurs lauréats à la maitrise des
compétences pour l’exercice de la fonction Gestion Administration. Le titulaire du Baccalauréat
Professionnel de cette filière dispose des compétences spécifiques lui permettant de :
 Effectuer la tenue et la gestion des dossiers,
 Assister le gérant,
 Assurer l’intérim du responsable en son absence,
 Assurer la facturation, le suivi des achats ou des ventes et la gestion des commandes,
 Etablir la paie et les déclarations sociales et fiscales courantes à travers l’utilisation des
logiciels spécialisés,
 Organiser son travail et être en relation avec les différents partenaires de l’entreprise (clients,
fournisseurs, personnel, administration…)
Le lauréat de ce bac pro peut exercer ses activités dans les différents services d’entreprises privées ou
d’organismes publics, tous secteurs confondus.



5

6


















REFERENTIEL METIER

I- DEFINITION DU DIPLOME

A. APPELLATION DU DIPLÔME

BACCALAUREAT PROFESSIONNEL : « Gestion Administration »

B. PRÉSENTATION DU MÉTIER
• Activités professionnelles

La mission globale du titulaire du Baccalauréat Professionnel « Gestion Administration » consiste
à prendre en charge :

Les activités relevant de la gestion administrative, principalement au sein d’entreprises de petite et
moyenne taille (commerces, TPE, PME-PMI, artisanat), de collectivités territoriales,
d’administrations ou encore d’associations.

L'activité du titulaire du Baccalauréat Professionnel « Gestion Administration » se situe dans un
contexte de mutation profonde des métiers administratifs notamment en raison de l'impact des
restructurations, des nouvelles formes d’organisation du travail, de la dématérialisation des
informations et des évolutions technologiques.

Assistant en Gestion Administration possède à la fois une dimension transversale et spécifique :

 Transversale, car la composante administrative existe naturellement dans chaque fonction,
processus ou projet, mis en place dans tout type d’organisation, mais aussi parce qu’on assiste
à une forte mutualisation des fonctions administratives ;

 Spécifique, au sens où la gestion administrative intègre les particularités des contextes
d’exercice et des secteurs d’activités.

A l’issue de sa formation le lauréat du Bac Professionnel « Gestion Administration » aura acquis les
compétences requises pour réaliser efficacement les opérations et les activités suivantes :

* La gestion administrative des relations externes de l’entreprise à savoir :

 Les relations avec les clients ;
 Les relations avec les fournisseurs ;
 Les relations avec l’Etat ;
 Les relations avec les banques.

* La gestion administrative des relations avec le personnel :

 les opérations courantes de gestion du personnel (tenue des dossiers du personnel, gestion
des absences et congés, déplacements, information, formation...) ;

 Les travaux de la paie du personnel.

* La participation au contrôle de gestion en réalisant les tâches suivantes :

 Le calcul des différents coûts de l’entreprise ;

 L’élaboration des différents budgets de l’entreprise.
7


• Contexte des activités professionnelles

Dans les structures de petite taille, sans hiérarchie intermédiaire, le titulaire du Baccalauréat
Professionnel Gestion Administration exerce son activité en étant placé directement sous l’autorité du
responsable :
 chef d’entreprise ;
 cadre dirigeant ;
 gérant ;
 artisan ;
 commerçant ;
 profession libérale ;
 président d’association ;
 etc.
Il joue alors pleinement le rôle d’interface interne et externe de l’organisation.

Dans les structures de taille plus importante, il sera placé sous l’autorité d’un :
 cadre intermédiaire,
 chef de service,
 responsable fonctionnel.
Il peut également travailler pour le compte d’autres collaborateurs tels que des gestionnaires, des
commerciaux, des techniciens ou encore des acteurs associatifs. Son rôle de support est alors
privilégié.

Les emplois de gestionnaire administratif se rencontrent dans les organisations qui requièrent :

 soit une forte polyvalence, comme les entreprises de petite dimension, les commerces, les
entreprises libérales, les entreprises d’artisanat ou encore les structures associatives couvrant
tous les secteurs d'activités. Le gestionnaire administratif occupe alors un rôle central auprès
du responsable, dans les relations avec les tiers, notamment les administrations ou organismes
partenaires-métiers, ainsi qu’avec les personnels.

 soit une spécialisation rendue nécessaire par la taille plus importante de l’organisation. Il
s’agit alors d’emplois dans les services administratifs spécialisés d’entreprises,
d’administrations ou de collectivités territoriales importantes. Le gestionnaire administratif
intervient alors sur des processus administratifs spécifiques (exemples du médico-social, du
bâtiment, de l’industrie, de l’immobilier, du financier, du juridique, de la formation, services
publics, etc.).

Toutes ces organisations ont en commun d’offrir des emplois de gestionnaire administratif qui
requièrent une grande adaptation aux divers interlocuteurs, aux contextes et aux modes
d’organisation du travail mis en place.
Au sein d’une petite organisation ne disposant que d’un seul emploi de gestionnaire, le titulaire de
l’emploi a un profil plutôt généraliste rattaché directement au chef d’entreprise ; il est en charge de
l’établissement des livres comptables, du contrôle des opérations bancaires, et de l’élaboration de
documents dédiés à l’administration fiscale et sociale.
Dans le cadre d’une grande entreprise, le titulaire de l’emploi occupe généralement un poste
spécialisé en tant que chargé de comptes clients, fournisseurs ou de la paie, ou bien encore auprès du
contrôleur de gestion.


8


• Perspectives d’évolution

Les lauréats de ce cursus de formation ont la possibilité de :
- Poursuivre des études supérieures en technicien spécialisé et équivalent, en licence
professionnelle et équivalent, ou dans de grandes écoles de commerce ;
- Evoluer vers les fonctions de collaborateur gestionnaire et d'encadrement par promotion
interne et par la voie de la formation continue ;
- Créer leur propre entreprise après avoir acquis une expérience sur le marché de travail.






















9

II- DESCRIPTION DES PRINCIPALES ACTIVITÉS ET TÂCHES
PROFESSIONNELLES

A. Principales activités et tâches












ACTIVITÉS
PROFESSIONNELLES
A1 : Assister à la gestion
administrative interne
A2. Produire et gérer des
documents professionnels

A3. Assister à la gestion
administrative externe
A4. Assister à la gestion
comptable et au contrôle de
gestion


10

TÂCHES PRINCIPALES
- T.1. Assurer la gestion des informations ;
- T.2. Assurer la gestion des modes de travail
- T.3. Assurer la gestion du temps
- T.4. Assister à la gestion des ressources humaines
- T.1. concevoir et élaborer des documents administratifs et
commerciaux
- T.2. classer les documents
- T.3. Produire les documents sur PC
- T.1. Gérer des relations avec les fournisseurs
- T.2. Gérer des relations avec les clients
- T.3. Rédiger des correspondances commerciales
- T.1. Enregistrer et facturer les opérations comptables
- T.2. Réaliser des calculs commerciaux
- T.3. Assister à la gestion comptable du personnel
- T.4. Participer au calcul des coûts de l’entreprise
- T.5. Participer à l’élaboration des différents budgets de
l’entreprise
B. Conditions d’exercice des tâches et résultats attendus
A.1. Assister à la gestion administrative interne
Les tâches
T.1 Assurer la gestion des informations
T.1.1 Rechercher et collecter des informations
T.1.2 Produire des informations structurées
T.1.3 Organiser et mettre à disposition des informations
T.2 Gérer des modes de travail
T.2.1 Organiser et suivre des réunions
T.2.2. Gérer des flux de courriers
T.2.3 Gérer des flux d’appels téléphoniques
T.2.4 Accueillir, orienter et informer les visiteurs
T.2.5 Gérer la fourniture, consommables et petits équipements de bureau
T. 3 Assurer la gestion du temps
T.3.1 Gérer des agendas
T.3.2 Planifier des d’activités
T.3.3 Gérer les plannings

T. 4 Assister à la gestion des ressources humaines

T.4.1 Participer au processus de recrutement
T.4.2 Organiser et suivre les dossiers du personnel
T.4.3 Gérer le temps du travail, des absences et des congés
CONDITIONS D'EXERCICE
MOYENS ET RESSOURCES

Données et informations disponibles

- Organigrammes, annuaires internes et externes
- Fiches du personnel
- Consignes et instructions
- Documentation juridique et documentaire, bases de données et documents types
- Normes, valeurs et usages en vigueur dans l’entreprise
- Contraintes réglementaires, chartes, procédures, instructions externes et internes
- Données sur le système d'information
- Agendas personnels, agendas de groupe

Équipements et logiciels

- Équipement informatique
- Progiciel de gestion ou logiciel de comptabilité

LIAISONS FONCTIONNELLES
Relations internes

- Le chef d'entreprise, le supérieur hiérarchique
- Les membres du service, de l’unité
- Le responsable informatique, le responsable qualité…
11


Relations externes

- Les fournisseurs et clients
- Les banques
- Les administrations
- Les prestataires de services
- Les visiteurs

AUTONOMIE ET RESPONSABILITÉS

Le Gestionnaire Administratif est amené à être en relation avec tous les services de
l'entreprise mais travaille principalement à partir des instructions et sous le contrôle de
son responsable hiérarchique.

Son autonomie est donc délimitée strictement par la hiérarchie et par le respect des
procédures et règles en vigueur dans l’organisation. Du point de vue opérationnel, sa
responsabilité est engagée quant à la mise en œuvre des modes de travail et au maintien
en état des espaces de travail.
RESULTATS ATTENDUS
 Gestion des informations
- Les informations obtenues dans les délais répondent aux besoins.
- Les documents produits répondent à des objectifs précis et respectent les normes,
les consignes de présentation et les usages en vigueur dans l’entité.

 Gestion des modes de travail
- La réunion se déroule dans les conditions attendues, avec les supports demandés et
les comptes rendus sont adressés.
- Les différents courriers ou messages sont réceptionnés et/ou transmis, fidèlement et
dans les délais, aux destinataires concernés.
- Les appels téléphoniques sont traités, filtrés et transmis en fonction des consignes.
- La réponse apportée est pertinente par rapport à la demande du visiteur.
- Les espaces de travail sont aménagés dans le respect des règles d’ergonomie et de
sécurité.
- Les postes de travail sont fonctionnels.
- les fournitures et consommables sont commandés en quantités suffisantes et dans
les délais impartis.

 Gestion du temps
- Les agendas sont coordonnés et mis à jour en permanence, dans le respect des
contraintes de disponibilité.
- Les activités sont programmées conformément aux processus-métiers de
l’organisation.

 Gestion de ressources humaines

- Suivi des formalités et procédures d’embauche et de départ
- Organisation et suivi des dossiers du personnel
- Gestion du temps de travail, des absences et des congés
- Préparation des éléments de la paie

12

A.2 Produire et gérer des documents professionnels
LES TÂCHES

T.1 concevoir et élaborer des documents administratifs et commerciaux

Rédiger des écrits professionnels (notes, PV, rapports, comptes-rendus)
Elaborer des documents commerciaux (facture, bon de commande, bon de livraison…)

T.2. Produire les documents sur PC
- Saisir les données
- Mettre en forme les données

T.3 Gérer des documents

- Choisir un ordre approprié
- Choisir un mode correspondant
- Classer selon l’ordre et le mode

CONDITIONS D'EXERCICE
MOYENS ET RESSOURCES

Données et informations disponibles
 Documentation juridique et documentaire, bases de données et documents types
 Contraintes réglementaires, chartes, procédures, instructions externes et internes

Équipements et logiciels

- Matériel informatique
- Imprimante
- Meubles de rangement

LIAISONS FONCTIONNELLES
Relation internes
- Le chef d'entreprise, le supérieur hiérarchique
- Tout le personnel

Relations externes

- Les fournisseurs, clients, autres partenaires de l'organisation
- Les banques
- Les administrations
- Les prestataires de services
- Les visiteurs





13







AUTONOMIE ET RESPONSABILITÉS

Le Gestionnaire Administratif est amené à être en relation avec tous les services de
l'entreprise mais travaille principalement à partir des instructions et sous le contrôle
de son responsable hiérarchique.

Son autonomie est donc délimitée strictement par la hiérarchie et par le respect des
procédures et règles en vigueur dans l’organisation. Du point de vue opérationnel, sa
responsabilité est engagée quant à la mise en œuvre des modes de travail et au
maintien en état des espaces de travail.
Les délégations accordées sur la tenue des agendas sont importantes.

RESULTATS ATTENDUS

- Documents qui respectent les normes
- Documents adaptés aux besoins des utilisateurs
- Rangement efficace des documents

14


A.3. Assister à la gestion administrative externe
LES TÂCHES

T.1 Gérer des relations avec les fournisseurs

- T.1.1 Maîtriser le processus d’achat
- T.1.2 Gérer le portefeuille fournisseur


T.2 Gérer des relations avec les clients

- T.2.1 Rechercher et prospecter des clients
- T.2.2 Négocier avec les clients
- T.2.3 Maîtriser les techniques de vente



T.3. Rédiger des correspondances commerciales

- Rédiger des lettres à envoyer aux clients en français
- Rédiger des lettres à envoyer aux fournisseurs en français
- Rédiger des lettres à envoyer aux autres partenaires en français



RESULTATS ATTENDUS

- Entretenir des bonnes relations avec les clients et fournisseurs
- Assurer la permanence des fournitures et matières premières




15

A.4. Assister à la gestion comptable
LES TÂCHES

- T.1 Enregistrer et facturer les opérations comptables
- T.1.1 Calculer des factures
- T.1.2 Assister à l’enregistrement et au règlement des factures
- T.1.3 Préparer des effets de commerce

T.2 Faire des calculs commerciaux

- T.2.1 Calculer des coûts et des pourcentages
- T.2.2 Calculer des réductions commerciales
- T.2.3 Calculer un escompte commercial


T.3. Participer à la gestion comptable du personnel

- T.3.1 Calculer des heures supplémentaires
- T.3.2 Préparer des bulletins de paie


T.4. Participer au calcul des coûts de l’entreprise

T.4.1 Calculer les coûts des approvisionnements, de production et de revient des
biens et services produits
T.4.2 Calculer les différentes marges et résultats analytiques

T5. Participer à l’élaboration des différents budgets de l’entreprise
T.5.1 Établir le budget de ventes
T.5.2 Établir les budgets : d’investissements, des charges et de trésorerie
T.5.3 Établir les états de synthèse prévisionnels

CONDITIONS D'EXERCICE

MOYENS ET RESSOURCES
Données et informations disponibles
- Factures, chèques, bons de livraison…
- Des conventions avec les banques
- Dossiers clients et fournisseurs

Équipements et logiciels
 Réseau interne
 Logiciels bureautiques et professionnels (logiciel commercial et logiciel comptable)


LIAISONS FONCTIONNELLES
Relation internes
Le gestionnaire administratif est en relation avec :
- Le chef d'entreprise, le supérieur hiérarchique
- Le chef comptable
- Le chef commercial

16

Relations externes
- Le Gestionnaire Administratif est en relation avec :
- Les fournisseurs, clients, autres partenaires de l'organisation
- Les banques
- Les administrations
- Les cabinets d'expertise comptable



AUTONOMIE ET RESPONSABILITÉS

Le Gestionnaire Administratif est amené à être en relation avec tous les services de
l'entreprise mais il travaille principalement à partir des instructions et sous le contrôle de son
responsable hiérarchique. Son autonomie est donc délimitée strictement par la hiérarchie et
par le respect des procédures et règles en vigueur.


RESULTATS ATTENDUS

- Factures enregistrées et calculées sans erreur
- Effets de commerce établis
- Escompte bien calculé




17




















18


REFERENTIEL DES COMPETENCES ET DES
SAVOIRS




I. COMPETENCES

A. Répertoire des compétences

C1. Gérer des informations
 C1.1 Collecter et rechercher des informations
 C1.2 Produire des informations structurées
 C1.3 Organiser et mettre à disposition des informations

C2. Assurer la gestion des modes de travail :
 C2.1. Organiser et suivre des réunions
 C2.2. Gérer des flux de courriers
 C2.3. Gérer des flux d’appels téléphoniques
 C2.4. Accueillir, orienter et informer des visiteurs des espaces de travail
 C2.5. Gérer la fourniture, consommables et petits équipements de bureau

C3. Assurer la gestion du temps :
 C3.1. Gérer des agendas
 C3.2. Planifier et suivre des activités
 C3.3. Gérer des plannings

C4. Assister à la gestion des ressources humaines
 C4.1. Participer au processus de recrutement
 C4.2. Organiser et suivre les dossiers du personnel
 C4.2. Gérer le temps du travail, des absences et des congés

C5. Gérer les opérations de facturation et de règlement :
 C5.1. Facturer et gérer les relations avec les clients ;
 C5.2. Facturer et gérer les relations avec les fournisseurs ;
 C5.3. Gérer les opérations liées à la trésorerie ;
 C5.4. Gérer les opérations relatives à la TVA.

C6. Utiliser un PC et produire des documents
 C6.1. Utiliser un logiciel de traitement de texte
 C6.2. Utiliser un tableur.
 C6.3. Utiliser un logiciel de présentation

C7. Gérer les relations avec les fournisseurs
 C7. 1. Maitriser le processus d’achat
 C7.2. Gérer le portefeuille fournisseur
C8. Gérer les relations avec les clients
 C8.1 Rechercher et prospecter des clients
 C8.2 Négocier avec les clients et maitriser les techniques de vente
 C8.3 Suivre les commandes, les livraisons et les fiches de stocks

19


C9. Rédiger des correspondances commerciales

 C9.1 Rédiger des lettres à envoyer aux clients
 C9.2 Rédiger des lettres à envoyer aux fournisseurs
 C9.3 Rédiger des lettres à envoyer aux autres partenaires


C10. Faire des calculs commerciaux
 C10.1 Calculer des coûts et des pourcentages
 C10.2 Calculer des réductions commerciales
 C10.3 Calculer un escompte commercial

C11.Participer à la gestion comptable du personnel
 C11.1 Calculer les heures supplémentaires
 C11.2 Préparer les bulletins de paie

C12. Concevoir et élaborer des documents administratifs et commerciaux
 C12.1 Rédiger des écrits professionnels (notes, PV, rapports, comptes rendus)
 C12.2 Elaborer des documents commerciaux (facture, bon de commande…)
 C12.3 Classer les documents


C13. Calculer les coûts et élaborer les budgets


 C13.1. Calculer les coûts et les résultats analytiques ;
 C13.2. Élaborer les budgets.

20

B. Opérationnalisation des compétences
C1. GERER LES INFORMATIONS

C1.1. Collecter et rechercher des informations

DONNEES ACTIONS INDICATEURS DE PERFORMANCE
 Un accès au système d’information de
l’organisation et à des bases
d’informations externes.
 Un accès aux archives de l’organisation
 Des outils de recherche
 Une demande formalisée d’informations
 Des champs et thèmes de recherche
 La nature, la forme des informations
recherchées
 Les règles de confidentialité et de
sécurité de l’information
 Les règles déontologiques et éthiques de
diffusion des supports
 Un environnement numérique de travail




 Utiliser les sources de recherche
régulièrement
 Prendre des notes correctement
 Utiliser les techniques de collecte
de l’information
 Exploiter l’information recherchée


21


 Les informations sont obtenues dans les
délais et répondent aux besoins.
 Fiabilité et pertinence des informations,
 Efficience de la recherche.



C1. GESTION DES INFORMATIONS
C1.2 Produire des informations structurées
Données Actions Indicateurs de Performance
 L’accès aux outils bureautiques et
numériques  Rédiger des écrits professionnels
 Le degré attendu de finalisation du
document
 Créer des modèles de documents
 Les documents produits répondent à des
22

objectifs précis et respectent les normes, les
consignes de présentation et les usages en
vigueur dans l’entité.
 Les critères de hiérarchisation et de
structuration
de l’information  Utiliser les fonctionnalités bureautiques  Pertinence et qualité du document produit
 Les règles d’accès à l’information, de
confidentialité
et de sécurité
 Gérer électroniquement des documents

 Respect des règles et des protocoles de
portabilité des documents
 Intégrité de l’information préservée
 Les contraintes de délais, de priorités et
d’accessibilité
 Reformuler à partir d’une prise de notes,
d’un brouillon, ou d'écrits intermédiaires

 Organiser et hiérarchiser des informations
 Respect de la valeur juridique des
documents

 Utiliser les renvois et les notes
 Respect du droit à l’image et à la propriété
intellectuelle.
 Respecter la charte graphique :
• La typographie
• L’écriture des nombres
• L’insertion des nombres dans un texte

• Les règles orthographiques et la syntaxe
dans les documents professionnels

Données

C1. GERER LES INFORMATIONS
C1.3. Organiser et mettre à disposition des informations
23

Actions

Critères de Performance

 Les ressources informationnelles
 Transmettre l’information
 Efficacité des modes de communication
 Les règles et les procédures de confidentialité
et de préservation de l’information
 Le schéma de circulation des informations de
l’entité
 Les procédures de classement, de stockage et
d’archivage
 Les délais légaux et d’usage de conservation
des documents de l’entité
 Les règles et les usages en matière de mise à
disposition des informations
 Classer, archiver
 Qualité des différents supports
d’information utilisés
 Gérer les documents électroniques
 Respect de la réglementation et des
 Utiliser les techniques de compression
des documents

 Organiser les informations pour les
rendre disponibles aux utilisateurs

 Les espaces de stockage, d’archivage et de
publication

 Un environnement numérique de travail de
type PGI

normes relatives à la conservation des
documents.
 Efficacité de l’organisation des
informations
 Organisation des informations assurant
leur
actualisation, leur accessibilité, et leur
diffusion aux utilisateurs concernés, dans
le respect des règles de sécurité et de
confidentialité
C2. ASSURER LA GESTION DES MODES DE TRAVAIL


Données

 Les caractéristiques de la réunion
 La liste et le statut des participants
C2.1. Organiser et suivre des réunions

24


Actions


 Organiser la logistique administrative d’une
réunion :


 Utiliser les outils de la gestion du temps
Convoquer et accueillir les participants
 Prendre des notes
 Rédiger des comptes rendu
 Transmettre les comptes rendu aux personnes
intéressées
 Classer les documents
 L’ordre du jour


 Un carnet d’adresses


 Des annuaires


 La signalétique
 Le plan du site




 La procédure d’organisation

 Les équipements et supports d’affichage
et de

 communication

 Les consignes de sécurité et de
transmission des comptes rendus

 Un environnement technique

Critères de Performance

 Efficacité dans l’organisation et le
suivi de la réunion
 Respect des conditions de
déroulement de la réunion : avec les
supports demandés, et les comptes
rendus adressés.


C2. ASSURER LA GESTION DES MODES DE TRAVAIL
C2.2. Gérer les flux de courriers

Données


 Le courrier entrant et sortant
 La procédure d’enregistrement du
courrier

 Le courrier électronique
 Le registre du courrier

 L’organigramme

25

Actions



 Gérer les flux de courrier
 L’annuaire interne
 Classer et archiver le courrier
 Les tarifs d’acheminement
 Traiter et acheminer le courrier
 Les consignes d’envoi

 Les imprimés postaux

 Le carnet d’adresses et l’annuaire

 Les listes de diffusion

 Les règles et procédures de sécurité et
de

confidentialité
 Le matériel d’expédition du courrier

 Le logiciel de messagerie électronique



Critère de Performance

 Réception et transmission fidèles dans
les délais aux destinataires concernés
des différents courriers ou messages.

 Respect des procédures de traitement
de courrier

C2. ASSURER LA GESTION DES MODES DE TRAVAIL
C2.3 Gérer des flux d’appels téléphoniques


Données


 Les outils de communication
26

Actions


 Traiter et acheminer les appels téléphoniques
Critère de Performance

entrants et sortants :
 Qualité et fiabilité du traitement des
appels
 Les procédures d’émission et de
réception des appels téléphoniques
- Filtrer les appels
 L’annuaire interne
- Prendre des notes et restituer l’information
 Les consignes
- Transférer les appels aux personnes concernées

 L’organigramme de l’organisation
- Gérer les doubles appels
 La charte d’accueil

 Les usages et consignes de sécurité
internes

 Le plan du site

 Du matériel de téléphonie













 Traitement, filtrage et transmision des
appels en fonction des consignes.
C2.4. Accueillir, orienter et informer des visiteurs

Données

27

Actions



 Les principes et règles d’accueil
propres à

 Installer un climat relationnel adapté à la
Critères de Performance
demande
 Traitement de demande du visiteur
l’organisation  Accueillir les visiteurs
 Pertinence de la réponse
 Les caractéristiques du contexte et de
l’environnement professionnel
 Orienter les visiteurs

 Une signalétique des espaces de travail
 Informer les visiteurs

 L’organigramme de l’organisation

 Les annuaires interne et externe de
l’organisation, les carnets d’adresses

 Les bases de données internes
(personnel, clients, fournisseurs,
partenaires de l’organisation)


 L’accès au matériel de téléphonie et
aux équipements bureautiques













Données
C2. ASSURER LA GESTION DES MODES DE TRAVAIL
 C2.5. Gérer la fourniture, consommables et petits équipements de bureau

Actions
 La procédure d’achat notamment en ligne

28


Critères de Performance
 Anticiper les flux et le niveau d’un stock des
fournitures, petits équipements et
immobilisations
 Les engagements d’achats
 gérer les approvisionnements
 L’état des stocks
 Utiliser les fiches de stock
.
 Les modèles de bon de commande, les
formulaires en ligne
 Utiliser des documents commerciaux
 Les conditions générales de vente

 La base fournisseurs

 Les catalogues et tarifs


 Les caractéristiques techniques des petits
équipements à commander


 Les demandes d’achat








 Optimisation du stock



 Commandes des fournitures et
consommables en quantité
suffisante et dans les délais
impartis




Données

C3. ASSURER LA GESTION DU TEMPS
C3.1. Gérer des agendas
29

Actions

 Les contraintes de disponibilité  Organiser le temps de travail :

 Les priorités d’agenda - Classer les tâches selon les priorités
Agendas
 Les tâches à planifier - Choisir l’outil approprié à la situation
 Les créneaux horaires
- Mettre à jour des agendas personnels
 Les procédures de synchronisation
et partagés
de disponibilité.
 Les annuaires, les carnets d’adresses


 Les agendas et plannings


 Les outils de gestion des agendas


 Un environnement numérique de travail de

type PGI






Critères Performance

 Rationalité et réactivité dans la
gestion des
 Les agendas sont coordonnés et
mis à jour en
permanence, dans le respect des
contraintes


Données
C3. ASSURER LA GESTION DU TEMPS
C3.2. Planifier et suivre des activités

Actions
30


Critères de Performance
 L’objet et la durée des activités  Programmer et coordonner des activités :

 Les priorités
- Utiliser les outils de planification et d’ordonnancement
 Les délais et les échéances
- Optimiser les coûts
 Les contraintes matérielles


 Les contraintes humaines

 Des consignes dans l’utilisation des
ressources


 Les process-métiers


 Un environnement numérique de travail de
type PGI




 Respect des contraintes liées
aux process-métiers

Données


C3. ASSURER LA GESTION DU TEMPS

C3.3. Gérer les plannings
 Les contraintes de disponibilité
Organiser le temps de travail :
31

Actions

Critères de Performance


 Rationalité et réactivité dans la
gestion des plannings
 Les priorités d’agenda  Classer les tâches selon les priorités
 Suivi, contrôle et mise à jour
 Les tâches à planifier
 Choisir le type de planning approprié à la
situation

 Les créneaux horaires
 Réaliser et mettre à jour des plannings
 Les procédures de synchronization

personnels et partagés


 Les annuaires, les carnets d’adresses
 Les agendas et plannings




 Les outils de gestion des agendas
 Un environnement numérique de
travail de type PGI














permanents des plannings avec
respect des délais


Données de la situation

C4. ASSISTER A LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
 La documentation juridique et sociale

 La procédure administrative de
recrutement
C4.1. Participer au processus de recrutement
32

Savoirs associés


 Assurer des opérations administratives liées
aux étapes de recrutement :

 Rédiger des profils de poste

 Les fiches profil de poste
 Rédiger des announces
 Les consignes de rédaction et de
diffusion


 rédiger des convocations


 Les critères de classement des
dossiers
 Rédiger des contrats de travail
 Les CV et les lettres de motivation



 Trier les lettres de motivation et CV

 Les agendas des recruteurs

 La charte graphique


 Les Lettres-types de convocation, de
refus


 Les éléments relatifs à la gestion
prévisionnelle des besoins en
personnel




Performance attendee

 Respect et sécurisation administrative
de la procédure de recrutement


C4. ASSISTER A LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
 C4.2. Organiser et suivre les dossiers du personnel


Données

 La documentation juridique et sociale

 Les procédures réglementaires

33

Actions

 Actualiser les dossiers du personnel dans le
respect de la législation du travail
 Les extraits de conventions et accords
collectifs
 Classer et archiver les dossiers
 Les modèles de declarations


 Les formulaires


 Les certificats, des attestations


 Les contrats de travail

 Les consignes de tenue des dossiers dans
l’entité

 Les dossiers du personnel

 Le registre du personnel

 Les règles en matière de confidentialité




Critères Performance


 Fiabilité et exhaustivité des dossiers
du personnel
 Mise à jour des dossiers des
personnels
 Réalisation des formalités
administratives dans le respect de la
législation du travail.
C4. ASSISTER A LA GESTION DES RESSOURCES HUMAINES
C4.3 Gérer le temps du travail, les absences et les congés

Données

 La documentation juridique et
sociale
 Les contrats de travail


34

Actions

 Décompter et planifier le temps de travail

 Les dossiers du personnel
 Concevoir des plannings de congé annuel


Critères de Performance

- Décompte de présence et d’absence
- Mise à jour des plannings
- Exactitude des décomptes
 Les procédures de l’organisation en
matière de gestion et
d’aménagement du temps de travail
 Les modalités de remplacements

 Enregistrer et calculer les heures d’absence

 Enregistrer les congés spéciaux

 Les plannings

 Les fiches horaires, les relevés de
badgeuse


 Les formulaires

 Les certificats




Données

C5. GERER LES OPERATIONS DE FACTURATION ET DE REGLEMENT

C5.1.Facturer et gérer les relations avec les clients

Actions Indicateurs De Performance
Dans le cadre :
Ŕ d’un poste de travail attribué,
disposant d’une gamme d’applications
bureautiques, de logiciels de
comptabilité et de gestion, de moyens
de communication ;
Ŕ d’une imprimante ;
Ŕ d’une situation professionnelle
caractérisée par un environnement
commercial et juridique, un ensemble
de produits et de services, une
organisation commerciale et
comptable structurée, un contexte
relationnel interne et externe.
À partir :

Ŕ des informations provenant des
services commerciaux, du RC ;
Ŕ des dossiers clients ;
Ŕ des données comptables et
commerciales ;


Ŕ de conditions tarifaires et de vente ;
Ŕ de consignes de travail ;
Ŕ de courriers, d’appels téléphoniques,
… ;

5.1.1. préparer la facturation














Ŕ Collecter les informations relatives aux
clients.
Ŕ Mettre à jour les dossiers, les fichiers
clients, le plan des comptes.



Ŕ Mettre à jour un tarif, des conditions de
vente.
Ŕ Identifier la nature des demandes
d’information ou
d’explication.

35

Dans la conduite du travail :
Ŕ autonomie dans l’utilisation des ressources
informatiques et des outils de communication ;
Ŕ Prise en compte des procédures internes ;
Ŕ Respect des consignes reçues ;
Ŕ Comportement relationnel adapté ;
Ŕ Respect des délais.



Dans la production de l’information :
Ŕ recherche adaptée aux besoins d’information ;
Ŕ Traitement pertinent des informations ;
Ŕ Comportement méthodique ;
Ŕ Aisance dans l’utilisation des ressources informatiques ;





Ŕ précision du travail, respect des consignes ;
Ŕ Souci du contrôle ;
Ŕ Appréciation correcte de la nature de la demande ;
Ŕ Fiabilité de la remontée des informations vers les
responsables ;
Ŕ Adéquation du comportement et de la communication à
l’image de l’entreprise ;


Ŕ de demandes d’informations ou
d’explications ;
Ŕ d’éléments de coûts, de marges, de
délais ;
Ŕ de procédures, de documents
internes ou des demandes de la
hiérarchie.

Dans le cadre d’un poste de travail
disposant
des ressources logicielles, et d’une
documentation fiscale.

À partir :
Ŕ des bons ou des bulletins de
commande, d’un état des stocks ;
Ŕ des conditions d’expédition ou de
livraison ;

Ŕ des bons de sortie ;
Ŕ des règles de gestion, de consignes ;
Ŕ des bons de retour ;
Ŕ des courriers de réclamation ;
Ŕ des règles en usage dans la
profession ;





Ŕ d’un planigramme, de contraintes,
des dates de facturation, des consignes
de travail ;


Ŕ Fournir au client les informations ou les
explicationsadaptées à la situation.
Ŕ Participer à l’élaboration d’un devis
Ŕ Participer à la réponse à un appel
d’offres.

Ŕ Rendre compte de son travail.

5.1.2. réaliser les opérations de
facturation

Ŕ Vérifier les commandes reçues et la
disponibilité des produits.
Ŕ Établir les documents
d’accompagnement des
livraisons.

Ŕ Constater les retours, en analyser les
causes et accuserréception.
Ŕ Assurer le suivi des emballages.

Ŕ Mettre en œuvre les opérations de
facturation.

Ŕ Établir tout type de facture doit et
d’avoir en respectant les dispositions
légales et contractuelles.
Ŕ Établir un relevé de factures.
Ŕ Établir des statistiques de ventes.
Ŕ Mettre à jour les données relatives aux
clients, auxproduits, aux représentants.
Ŕ Rendre compte de son travail.


36


Ŕ Exactitude des calculs ;
Ŕ Qualité de la présentation du document ;
Ŕ Vérification de la validation interne ;
Ŕ Pertinence des critères de son contrôle.


Dans la conduite du travail :
Ŕ Autonomie dans l’utilisation des ressources
informatiques et des outils de communication ;
Ŕ Prise en compte des procédures internes ;
Ŕ Respect des consignes reçues ;
Ŕ Contrôle de l’exactitude et des ordres de grandeur ;
Ŕ Comportement relationnel adapté ;
Ŕ Respect des délais.

Dans la production de l’information :
Ŕ Exactitude du contrôle arithmétique ;
Ŕ Vérification de l’autorisation de délivrer les produits ;
Ŕ Respect de la réglementation nationale, internationale ;
Ŕ Conformité au mode de valorisation choisi par
l’entreprise ;
Ŕ Prise en compte des réclamations ;
Ŕ Conformité aux procédures ;
Ŕ Adéquation des traitements effectués ;
Ŕ Qualité de la communication écrite ;
Ŕ Organisation méthodique du travail ;
Ŕ Aisance dans la pratique du logiciel ;
Ŕ Respect des délais ;
Ŕ Qualité et exactitude des documents ;
Ŕ Respect de la réglementation, notamment celle relative à
la TVA ;

Ŕ des bons de commande ou de retour
validés ;
Ŕ des conditions de vente et des tarifs
;
Ŕ de la réglementation relative aux
règles de facturation en dirhams ou en
devises ;
Ŕ de la documentation fiscale ;
Ŕ de données commerciales ;
Ŕ de procédures, de documents
internes ou des demandes de la
hiérarchie ;
Ŕ D’une marge d’initiative déléguée.
Dans le cadre d’un poste de travail
disposant d’un logiciel comptable.
À partir :
Ŕ des factures émises ;
Ŕ de bordereaux de saisie ;
Ŕ des contraintes de temps et de coût ;
Ŕ de la consultation des comptes ;
Ŕ de procédures, de documents
internes ou des demandes de la
hiérarchie ;
Ŕ D’une marge d’initiative déléguée.




5.1.3. tenir la comptabilité clients
Ŕ Vérifier les factures émises.
Ŕ Préparer l’imputation des documents.
Ŕ Comptabiliser les factures émises et
tenir les journaux
des ventes.
Ŕ Établir des situations périodiques.
Ŕ Détecter et corriger les anomalies.
Ŕ Réaliser le transfert des données du
logiciel commercial
vers le logiciel comptable.
Ŕ Rendre compte de son travail.
37


Ŕ Continuité dans le suivi de l’application de facturation ;
Ŕ Pertinence des données et de leur représentation ;
Ŕ Sécurité dans le traitement des données ;
Ŕ Fidélité du compte rendu.

Dans la production de l’information :
Ŕ Respect des principes comptables ;
Ŕ Qualité de l’organisation des opérations ;
Ŕ Précision du contrôle de l’imputation ;
Ŕ Exploitation, codification et classement rigoureux des
pièces comptables ;
Ŕ Validité des opérations effectuées ;
Ŕ Permanences des méthodes ;
Ŕ Continuité du suivi des opérations comptables dans la
durée ;
Ŕ Respect des délais impartis ;
Ŕ Conformité des corrections ;
Ŕ Choix pertinent des fonctionnalités des logiciels ;
Ŕ Pertinence des critères de contrôle.



Dans le cadre d’un poste de travail
disposant d’un logiciel comptable, de
logiciels bureautiques et de moyens de
communication.
À partir :
Ŕ des dossiers clients ;
Ŕ des informations et documents
comptables et commerciaux ;
Ŕ de courriers, d’appels téléphoniques
;
Ŕ de procédures établies ;
Ŕ des conditions de vente et des
usages ;
Ŕ des anomalies constatées ;
Ŕ des prévisions d’encaissements ;
Ŕ des consignes en cas de retard de
paiement ;
Ŕ des consignes en cas de litige ;
Ŕ des informations de la comptabilité.



5.1.4. suivre les encaissements et les
dossiers clients
Ŕ Organiser le suivi des dossiers clients.
Ŕ Répondre aux demandes de
renseignements des clients
relatifs aux factures émises.
Ŕ Pointer ou lettrer un compte.
Ŕ Contrôler et justifier un solde client.
Ŕ Établir un relevé nominatif.
Ŕ Contacter les clients en cas d’erreur.
Ŕ Tenir un échéancier des encaissements.
Ŕ Relancer les clients en cas de retard de
paiement.
Ŕ Identifier les situations litigieuses et en
rendre compte
au responsable hiérarchique.
Ŕ Déterminer l’encours clients.
38


Dans la production de l’information :
Ŕ Qualité de l’organisation du travail ;
Ŕ Respect de la marge d’autonomie ;
Ŕ Adéquation du comportement et de la communication à
la demande ;
Ŕ Précision du contrôle ;
Ŕ Qualités méthodologiques ;
Ŕ Implication dans le contrôle ;
Ŕ Repérage des anomalies ;
Ŕ Appréciation correcte de la situation ;
Ŕ Respect de ses limites d’intervention ;
Ŕ Fiabilité de la remontée des informations vers les
responsables.


C5. GERER LES OPERATIONS DE FACTURATION ET DE REGLEMENT
39


C5.2 Gérer les relations avec les fournisseurs
Données Actions Indicateurs De Performance

Dans le cadre :
Ŕ d’un poste de travail attribué, disposant
d’une gamme d’applications bureautiques et
de gestion, de moyens de communication ;
Ŕ d’une imprimante ;
Ŕ d’une situation professionnelle
caractérisée par une organisation comptable
structurée, un contexte relationnel interne et
externe, des règles de gestion, un cadre
budgétaire, des procédures logistiques.

À partir :
Ŕ des dossiers fournisseurs ;
Ŕ de la documentation réunie ;
Ŕ des demandes de la production ou d’un
responsable ;

Ŕ de contraintes logistiques (délais, qualité,
conditions
de livraison et de stockage) ;
Ŕ d’un budget ou d’une prévision des achats
;
Ŕ des logiciels de gestion ;
Ŕ d’ordres d’approvisionnement ou de
procédures internes ;
Ŕ de contrats négociés ;



5.2.1. préparer et gérer les
commandes
Ŕ Analyser et comparer les
propositions et les offresdes
fournisseurs.
Ŕ Prendre contact avec les
fournisseurs pour un complément
d’information.

Ŕ Préparer le choix d’un
fournisseur.
Ŕ S’assurer de l’autorisation de
dépenses.
Ŕ Établir et transmettre les
commandes.
Ŕ Verser des acomptes ou des
arrhes.


Dans la conduite du travail :
Ŕ Autonomie dans l’utilisation des ressources
informatiques et des outils de communication ;
Ŕ Respect des règles de gestion, des procédures internes et
des consignes reçues
Ŕ Contrôle de la vraisemblance, de l’exactitude et des
ordres de grandeur ;
Ŕ Comportement relationnel adapté ;
Ŕ Précision dans l’appréciation des besoins.

Dans la production de l’information :
Ŕ Recherche adaptée aux besoins exprimés ;
Ŕ Pertinence des critères de comparaison ;
Ŕ Adaptation du comportement et de la communication à
la situation et l’image de l’entreprise ;
Ŕ Qualité de l’argumentation ;
Ŕ Compatibilité avec les contraintes ;
Ŕ Respect des procédures d’autorisation et de la marge
d’autonomie ;
Ŕ Conformité aux ordres d’achat, aux procédures, aux
contrats ;
Ŕ Conformité aux accords.



A partir :

Ŕ des bons de commande, des plannings ;
Ŕ des bons de livraison, des documents de
réception ;
Ŕ de modalités de gestion ;
Ŕ de procédures de surveillance ;
Ŕ des modalités et des procédures établies;
Ŕ des contraintes de gestion des stocks ;
Ŕ D’une marge d’initiative déléguée
Dans le cadre :
Ŕ d’un poste de travail disposant d’un
logiciel comptable et des applications
bureautiques, d’une imprimante ;
Ŕ d’une organisation comptable structurée ;
Ŕ d’une documentation fiscale et
comptable.
À partir :
Ŕ des données sur les fournisseurs en
regard du plan des comptes ;
Ŕ des factures reçues ;
Ŕ des bons de livraison ;
Ŕ des dispositions fiscales ;
Ŕ des factures d’achat de biens, de services
et d’acquisition d’immobilisation;
Ŕ de bordereaux de saisie ;
Ŕ des contraintes de temps et de coût ;
Ŕ de la consultation des comptes ;
Ŕ des procédures internes ;
Ŕ d’une marge d’initiative déléguée.
5.2.2. Assurer le suivi des
commandes et des stocks
Ŕ Contrôler les livraisons.
Ŕ Contacter les fournisseurs en cas
d’anomalie.
Ŕ Vérifier la conformité des
documents de livraison.
Ŕ Mettre à jour les stocks.
Ŕ Assurer un approvisionnement sans
rupture.
Ŕ Relancer les fournisseurs défaillants.
Ŕ Rendre compte de son travail.
5.2.3. Tenir la comptabilité
Fournisseurs

Ŕ Mettre à jour les dossiers, les
fichiers fournisseurs.
Ŕ Mettre à jour le plan des comptes.
Ŕ Classer et numéroter toutes les
factures reçues.
Ŕ Contrôler les factures reçues.
Ŕ Traiter les anomalies.
Ŕ Préparer l’imputation des
documents.
Ŕ Comptabiliser tout type de facture.
Ŕ Tenir les journaux des achats.
Ŕ Établir des situations périodiques.
Ŕ Rendre compte de son travail.
40

Ŕ Rigueur et méthode dans le contrôle ;
Ŕ Précision dans la vérification des quantités, de la qualité
et des modalités convenues ;
Ŕ Autonomie dans l’utilisation des ressources informatiques
Ŕ Aptitude à mettre en œuvre une méthode de suivi des
stocks ;
Ŕ Respect de la marge d’autonomie ;
Ŕ Comportement adapté.
Dans la conduite du travail :
Ŕ Autonomie dans l’utilisation des ressources informatiques
et des outils de communication ;
Ŕ Prise en compte des procédures internes ;
Ŕ Respect des consignes reçues ;
Ŕ Comportement relationnel adapté ;
Ŕ Respect des délais.
Dans la production de l’information :
Ŕ Qualité de l’organisation du travail ;
Ŕ Aisance dans l’utilisation des ressources informatiques ;
Ŕ Exploitation, codification et classement rigoureux des
pièces comptables ;
Ŕ Justification du mode de classement ;
Ŕ Respect de la marge d’initiative déléguée ;
Ŕ Fiabilité des imputations ;
Ŕ Pertinence des traitements comptables ;
Ŕ Respect des dispositions fiscales et réglementaires et des
délais impartis ;
Ŕ Continuité du travail dans la durée ;
Ŕ Conformité aux principes comptables ;
Ŕ Qualité du contrôle ;
Ŕ Qualité des documents.




À partir :
Ŕ des conditions contractuelles ;
Ŕ des procédures internes ;
Ŕ des factures reçues ;
Ŕ de l’autorisation de payer ;
Ŕ de la consultation des comptes ;
Ŕ des anomalies relevées ;
Ŕ des données comptables ;
Ŕ de la consultation des comptes par
échéance ;
Ŕ D’une marge d’initiative déléguée.


5.2.4. Assurer le règlement et le suivi
des fournisseurs

Ŕ Tenir un échéancier des paiements
aux fournisseurs.
Ŕ Effectuer le règlement des
fournisseurs.
Ŕ Établir des relevés nominatifs.
Ŕ Contacter un fournisseur en cas
d’erreur.
Ŕ Lettrer et pointer un compte
fournisseur.
Ŕ Contrôler et justifier le solde d’un
compte fournisseur.
Ŕ Déterminer l’encours fournisseurs.
Ŕ Rendre compte de son travail.
41




Ŕ Précision de l’échéancier ;
Ŕ Respect des échéances ;
Ŕ Conformité aux modalités de paiement ;
Ŕ Qualité des documents ;
Ŕ Pertinence de l’intervention ;
Ŕ Précision du pointage ;
Ŕ Justesse des calculs.


C5. GERER LES OPERATIONS DE FACTURATION ET DE REGLEMENT

C5.3. Gérer Les Operations Liees A La Tresorerie

Données
Actions Indicateurs De Performance
Dans le cadre :
- d'un poste de travail disposant d’un
logiciel comptable, d’une imprimante ;
- d'une organisation comptable
structurée.

À partir :

- de pièces comptables ;

- d'autorisations de payer ;
- d'une trésorerie disponible ou d’un
budget ;
- d'un échéancier ;
- des documents bancaires reçus ;

- de la consultation des comptes de
trésorerie ;

- de l'analyse de la situation de la
trésorerie ;

- des besoins ou des demandes
d'information.

A partir :
- des documents de trésorerie ;
- de bordereaux de saisie ;


- de la consultation des comptes ;
- des relevés des comptes bancaires ;
- Des écarts constatés.


5.3.1. assurer la gestion des opérations
courantes de trésorerie
- Gérer et contrôler la caisse.

- Effectuer tout type de paiements et
d'encaissements.

- Établir tout type de documents liés à ces
opérations.

- Vérifier l'application des conditions de
banque.

- Établir une situation de trésorerie
périodique.
- Demander un arbitrage pour assurer
l'équilibre de la trésorerie.

- Assurer l'échange d'information avec les
partenaires concernés.
5.3.2. comptabiliser les opérations de
trésorerie
- Préparer l'imputation comptable des
documents.
- Enregistrer les documents de trésorerie.
- Tenir les journaux de trésorerie.
- Contrôler les comptes de trésorerie.
- Établir les états de rapprochement.
- Ajuster les comptes concernés.

42


Dans la conduite du travail :
- Autonomie dans l’utilisation des ressources informatiques et
des outils de communication ;
- Prise en compte des procédures internes ;
- Respect des consignes reçues ;
- Comportement relationnel adapté ;
- Respect des délais.


Dans la production de l'information :


- Exploitation, codification et classement rigoureux des pièces
comptables ;
- Respect de la marge d'autonomie déléguée ;
- Qualité des contrôles et des documents ;
- Validité des décomptes et des calculs ;
- Prise en compte des mouvements ;
- Validité des solutions proposées ;

- Qualité de l'organisation du travail ;
- Précision du contrôle de l'imputation ;
- Conformité aux principes comptables ;
- Validité du contrôle ;
- Concordance du rapprochement ;
- Conformité à l'état de rapprochement.


C5. GERER LES OPERATIONS DE FACTURATION ET DE REGLEMENT

C5.4. Gérer les opérations relatives à la TVA

Données

Dans le cadre :
- d'un poste de travail disposant d’une
imprimante, d'une gamme de logiciels
de gestion et d'applications
bureautiques, d'outils de
communication,
d'une documentation fiscale
professionnelle ;
- d'une situation professionnelle
caractérisée par une organisation
comptable structurée, un contexte
relationnel interne, des procédures de
gestion.
À partir :
- de la documentation reçue ;
- des documents commerciaux ;
- des modalités d'application de la TVA
- des pièces comptables ;
- des comptes concernés ;
- des règles fiscales ;
- des règles d'exigibilité de la TVA ;
- des factures annulées ou impayées
- d'une déclaration de TVA ;

- d'un échéancier fiscal ;
- des pièces comptables ;
- du régime fiscal de l'entreprise ;
- des déclarations fiscales ;

- des cas particuliers rencontrés ;
- D’une marge d'initiative déléguée.

Actions Indicateurs De Performance

- Mettre à jour et exploiter une
documentation fiscale.


- Appliquer les règles relatives à la
TVA aux opérations commerciales
réalisées par l'entreprise.
- Identifier et contrôler les
informations nécessaires aux
enregistrements comptables et à la
production des déclarations.
- Déterminer la TVA collectée et la
TVA déductible relatives à une
période.

- Récupérer la TVA sur les opérations
annulées ou impayées.

- Préparer, contrôler, établir les
déclarations de TVA.

- Enregistrer les déclarations et le
paiement de la TVA.

- Communiquer avec les services
fiscaux pour obtenir une information ou
un renseignement.

- Rendre compte de son travail.
43

Dans la conduite du travail :
- Autonomie et aisance dans l’utilisation des ressources
informatiques et des outils de communication ;
- Respect des règles de gestion, des procédures internes et
des consignes reçues
- Stricte application des dispositions législatives et
réglementaires ;
- Tenue et comportements relationnels adaptés.

Dans la production de l'information :

- Respect des modalités de classement ;
- Recours méthodique à la documentation
- Conformité aux dispositions fiscales ;
- Interprétation correcte de la documentation
- Méthode utilisée ;
- Exhaustivité des informations recensées ;
- Qualité du contrôle ;
- Précision de l'identification des éléments du calcul
- Exactitude des calculs ;
- Pertinence des procédures employées ;
- Fiabilité des ajustements effectués ;

- Qualité des documents établis ;
- Respect des dates de déclaration et de paiement ;
- Concordance des enregistrements avec les déclarations ;
- Comportement relationnel adapté.


Donnees
 Des options du texteur ;

 Des caractéristiques définies pour
l’environnement de travail ;

 Une situation impliquant la
rédaction ou la présentation d’un
courrier, d’une note, d’un rapport
ou d’un compte rendu, intégrant le
cas échéant un tableau de données
chiffrées ou un graphique ; de
normes d’écriture et de
présentation

 Un modèle existant ou à créer ;

 Un objectif de réalisation d’un
document composite.

C6. UTILISER UN PC ET PRODUIRE DES DOCUMENTS
C6.1. Utiliser un logiciel de traitement de texte (texteur)
Actions Indicateurs De Performance

 Adapter le logiciel à la
situation de travail.

 Créer et saisir un texte.

 Préparer et réaliser la mise en
forme d’un document.

 Préparer et réaliser la mise en
forme d’un document.

 Insérer des objets (texte,
image, feuille de calcul, vue
d’une base de données,
représentation graphique).
44


 Autonomie dans le paramétrage ;
 Reconstitution d’un environnement de travail défini

 Respect des règles de présentation ;

 Qualité de la présentation du document ;

 Utilisation pertinente des fonctionnalités du texteur
(caractères, paragraphes, section, document, tableaux,
colonnes, notes, dispositifs de mise en forme…) ;

 Utilisation d’une feuille de style ;

 Utilisation des correcteurs orthographique et
grammatical ;

 qualité de l’expression et adaptation du style au
contexte

 professionnel ;

 Pertinence du choix des liaisons ;

 Autonomie dans la démarche.

C6. METTRE EN ŒUVRE LES OUTILS BUREAUTIQUES
C6.2. Utiliser un tableur
Données


 Des options du tableur ;

 Des caractéristiques définies pour
l’environnement de travail ;

 Une situation impliquant la réalisation
d’un ou plusieurs tableaux liés à des
travaux de synthèse, d’analyse, de
prévision ou de simulation ;

 Les consignes et de contraintes de travail

 Une situation impliquant une analyse de
l’organisation des données à traiter ;

 Un tableau de données numériques ;

 des données d’un problème de gestion du
choix d’un critère.



45

Actions


 Adapter le logiciel à la situation de
travail.
 Identifier le problème à résoudre.

 Définir les documents à produire.

 Collecter les données à traiter.

 Effectuer les différents traitements
sur les données

 Préparer et éditer les feuilles de
calcul.

 Réaliser un classeur constitué de
plusieurs feuilles de calcul liées par
des liens dynamiques.

 Représenter des données
raphiquement.
 Réaliser une optimisation ou une
simulation.

Indicateurs De Performance

 Autonomie dans le paramétrage ;
 Reconstitution d’un environnement de
travail défini ;
 Rigueur de l’analyse des données (source,
type, organisation) et des cellules (rôle) ;
 Utilisation adaptée des fonctionnalités du
tableur et des possibilités d’enchaînement
des tâches ;
 Qualité de la présentation des tableaux ;

 Pertinence de l’interprétation des résultats ;
 Rigueur de l’analyse de la répartition des
données dans différentes feuilles ;

 Pertinence de la définition des liaisons ;
 Choix du modèle de représentation ;
 Vraisemblance de la solution et pertinence
des commentaires.

C6. UTILISER UN PC ET PRODUIRE DES DOCUMENTS
C6.3. Utiliser un logiciel de présentation

Données


 Des options de présentation

 Des caractéristiques définies pour
l’environnement de travail ;

 Une situation impliquant la
création d’une présentation,
intégrant le cas échéant un tableau
de données chiffrées ou un
graphique ;


 Un modèle existant ou à créer ;

 Un objectif de réalisation d’un
document composite.

Actions Indicateurs De Performance

 Créer des présentations.
 Utiliser des diapositives.
 Créer de pages de commentaires
et de documents.
 Utiliser différents affichages.
 Utilisation de dessins, d’objets et
de graphiques.
 Création et modification de
l’aspect d’une présentation.
 Impression des présentations.

46



 Utilisation pertinente des fonctionnalités du logiciel de
présentation


C6. UTILISER UN PC ET PRODUIRE DES DOCUMENTS
C6.4. Utiliserun logiciel de gestion de base de données

Données


 Un logiciel de gestion de bases
de données relationnelles

 Des options de programmation

 Des caractéristiques définies
pour l’environnement de
travail

 Une situation impliquant la




création, et la gestion d’une
base de données relationnelles

Actions Indicateurs De Performance

 Créer des tables
 Définir des clés primaires
 Identifier des relations
 Utiliser des requêtes pour extraire
des données
 Utiliser des formulaires
 Utiliser des états
47


 Utilisation pertinente des fonctionnalités du
logiciel de gestion de données (tables, reqûetes,
formulaires états…)

 Autonomie dans la démarche.


C7. GERER DES RELATIONS AVEC LES FOURNISSEURS
C7.1 Gérer le portefeuille fournisseur


Données

 Les données commerciales et comptables
de l’organisation
 Les dossiers et informations sur les
fournisseurs et sous-traitants
48

Actions

 Consulter les journaux, les sites, les
salons…
Critères De Performance


 Fiabilité et exhaustivité des
informations relatives aux fournisseurs
 Collecter les données
 Mise à jour permanente des dossiers
fournisseurs et sous-traitants
 Actualiser une base de données fournisseurs
 Les consignes de tenue des dossiers dans
l’entité

 Les règles et procédures de sécurité des
informations des fournisseurs


 Les exigences en matière de confidentialité
 Les règles comportementales à adopter
envers les fournisseurs



 Des informations qualitatives et
quantitatives sur les fournisseurs potentiels








C7. GERER DES RELATIONS AVEC LES FOURNISSEURS
C7.2 Maitriser le processus d’achat

Données


 Les appels d'offres
 Les états de stock,
 Les bons de commande, de livraison
 Les fichiers fournisseurs et produits
 Les outils d'aide à la décision
 Les consignes, de procédures de travail
 La réglementation
 La description du processus d’achat dans
l’entité
 Les règles d'hygiène et de sécurité
 Les fichiers fournisseurs
 La documentation professionnelle (revues,
salons)
 Les recommandations liées à la politique
commerciale de l'enseigne

49

Actions


 Repérer et sélectionner les appels d’offres

 Concevoir des tableaux de suivi des appels
d’offres

 Identifier le ou les fournisseurs
 Exploiter les informations émanant du ou des
fournisseurs
 Appliquer les procédures approvisionnement

 Mettre à jour les fichiers « fournisseurs » et
« produit »

 Contacter les fournisseurs

 Planifier et passer des commandes
Critères de Performance


 Le produit est commandé au bon
fournisseur, dans la bonne quantité
et au bon moment, selon les
procédures d'approvisionnement en
vigueur et dans le respect des délais
impartis.

 Conformité des commandes aux
ordres d’achat

 Mise à jour correcte des fichiers



C8. GERER DES RELATIONS AVEC LES CLIENTS
C8.1 Rechercher et prospecter des clients

Données de la situation

 Les données commerciales de
l’organisation
50

Savoirs associés

 Repérer les sources documentaires

 Les objectifs de prospection
 Extraire les informations utiles, les traiter et
les synthétiser
 Les cibles de prospects
 Assurer le suivi administratif d’opérations de
Performance attendee

 Efficacité du suivi administratif de la
prospection
 Les tâches administratives liées à la
recherche de prospects et à la réponse
aux appels d’offres sont assurées.
prospection
 Mise à jour de la Base de données
 Les techniques de prospection
 Élaborer ou modifier un fichier « prospects »
 Justification du choix des sources et
des informations
 La démarche et les moyens de
prospection
 Suivre la prospection téléphonique
 Les consignes pour l’organisation de la
prospection
 L’ensemble des données nécessaires
pour répondre à un appel d’offres
 Les techniques, démarches, supports et
outils de la prospection
 Exploiter les sources documentaires relatives
au marché, à l'entreprise et à ses produits


 des fichiers manuels ou informatisés,






C8. GERER DES RELATIONS AVEC LES CLIENTS

C8.2 Négocier avec les clients et maitriser les techniques de vente


Données

51

Actions

service(s)

 Les objectifs commerciaux,
 Présenter le(s) produit(s) et/ou le(s)
 Les instructions relatives à la marge
de négociation.

Critères de Performance

 Adaptation de la solution présentée aux
besoins du client
 Argumenter
 Correspondance des arguments sélectionnés
 Les conditions, les prix négociés.
 Présenter le prix
 Les argumentaires,
 Traiter les objections
aux mobiles et motivations décelés.
 Présentation du prix au moment opportun à
l’aide
des techniques appropriées


 Le catalogue,
 Négocier les prix et les conditions
 Traitement correcte des objections
 Les tarifs, etc. 

 Les outils de vente de l'entreprise
(press-book, échantillons produits,
PC portable)




 Les points forts et les points faibles de la
négociation sont repérés








Données

C8. GERER DES RELATIONS AVEC LES CLIENTS

C8.3 Suivre les commandes, les livraisons et les fiches de stocks

 Des commandes client
Traiter les commandes clients :
52

Actions


 Des outils de suivi et de contrôle
 Des courriers aux clients et aux
prestataires
 Enregistrer les commandes reçues

 S’assurer du suivi de la mise en production

 Des notes internes
 S’assurer du suivi de l’expédition

Critères de Performance

 La gestion administrative des
commandes clients est assurée dans le
respect des délais et des règles,
notamment celles fixées par les services
techniques et commerciaux

 Les fiches sont tenues et suivi
correctement
 Contrat commercial (type, forme,
objet, caractéristiques, modèles)
 Suivre les livraisons



 Règles et usages spécifiques aux écrits
commerciaux
 Vérifier la conformité de la livraison au bon
de commande
 Actualiser les fiches de stocks

 Contentieux et procédure judiciaire
 Etablir des bons de livraison






C9. REDIGER DES CORRESPONDANCES COMMERCIALES

C9.1. Rédiger des lettres à envoyer aux clients

Données


 Des dossiers clients
53

Actions

 Rédiger des réponses aux appels d’offres

 Des fiches produits  Rédiger des réponses à des commandes
 Des notes internes  Rédiger des avis d’expédition

 Des contrats commerciaux  Répondre à des réclamations

 Des normes
 Rédiger des relances de paiement










C9. REDIGER DES CORRESPONDANCES COMMERCIALES
C9.2 Rédiger des lettres à envoyer aux fournisseurs

Données


 Des dossiers fournisseurs
Actions

 Rédiger des appels d’offres

 Des fiches de stocks  Rédiger des commandes
 Des notes internes
 Rédiger des réclamations

 Des contrats commerciaux  Rédiger des lettres qui accompagnent des

 Des normes
moyens de règlement

 Des demandes d’achat


Critères de Performance

 Correspondances rédigées dans les normes
et dans les délais impartis.
Critères de Performance

 Correspondances rédigées dans les normes
et dans les délais impartis







C9. REDIGER DES CORRESPONDANCES COMMERCIALES
C9.3 Rédiger des lettres à envoyer aux autres agents

Données


 Des informations sur les administrations
 Des informations sur les banques et
organismes sociaux
54

Actions


 Rédiger des réponses aux appels d’offres

 Rédiger des réponses à des commandes

 Des fiches de stocks
 Rédiger des avis d’expédition


 Des notes internes
 Répondre à des reclamations


 Des normes
 Rédiger des relances de paiement


 Rédiger des demandes d’information


 Rédiger des demandes de crédit


 Rédiger des demandes d’assurance

Critères de Performance


 Correspondances rédigées dans les
normes et dans les délais impartis



C10. FAIRE DES CALCULS COMMERCIAUX
C10.1 Calculer des coûts et des pourcentages

Données

Actions Indicateurs De Performance

 Les données commerciales et
comptables de l’organisation


 Déterminer un pourcentage

 Les dossiers fournisseurs et sous-
55


 Respect des consignes reçues ;
traitants
 Ajouter un pourcentage  Exactitude des calculs ;

 Les informations sur les produits
et/ou prestations des fournisseurs
 Déduire un pourcentage
 La description du processus
d’achat dans l’entité

 Respect des dispositions fiscales et
 Calculer le pourcentage d’une valeur

 Les demandes d’achat
 Variation entre 2 valeurs en % (taux
d'évolution)
 Les journaux et historiques
d’achats

 Les règles et procédures
d’engagement des responsabilités
en matière d’achat


 Appliquer 2 pourcentages à la suite
 Retrouver la valeur initiale


 Un environnement numérique






réglementaires



C10. FAIRE DES CALCULS COMMERCIAUX
C10.2 Calculer des réductions commerciales

Données
Actions Indicateurs De Performance

 Les données commerciales et
comptables de l’organisation

 Les dossiers fournisseurs et soustraitants

 Les informations sur les produits
et/ou prestations des fournisseurs
 La description du processus
d’achat dans l’entité
 Déterminer les différentes remises
commerciales
 Distinguer entre le RRR accordées et
les RRR obtenues

 Comptabiliser les rabais, remises et
ristournes (Chez le client et chez le
fournisseur)



 Les demandes d’achat

 Les journaux et historiques
d’achats

 Les règles et procédures
d’engagement des responsabilités


en matière d’achat

 Un environnement numérique






56




 Respect des consignes reçues ;

 Exactitude des calculs ;

 Respect des dispositions fiscales et réglementaires


C10. FAIRE DES CALCULS COMMERCIAUX
C10.3 Calculer un escompte commercial

Données

Actions Indicateurs De Performance

 Les données commerciales et
comptables de l’organisation
 Les dossiers fournisseurs et soustraitants


 Connaitre les principes de l’escompte
des effets de commerce
57



 Respect des consignes reçues ;

 Calculer des agios simples
 Exactitude des calculs ;

 Les informations sur les produits
et/ou prestations des fournisseurs
 Maitriser les pratiques de l’escompte
 La description du processus
d’achat dans l’entité

 Calculer les valeurs actuelles des
effets

 Les demandes d’achat

 Les journaux et historiques
d’achats

 Les règles et procédures
d’engagement des responsabilités


en matière d’achat

 Un environnement numérique









 Respect des dispositions fiscales et réglementaires





Données
C11. PARTICIPER A LA GESTION DU PERSONNEL
C11.1 Calculer des heures supplémentaires

Actions Indicateurs De Performance
 La documentation juridique et
sociale

 Collecter les informations relatives au

temps de travail et aux modalités de
rémunération.
 Les procédures réglementaires
 Déterminer les majorations des heures
supplémentaires.

 Les extraits de conventions et
accords collectifs
 Déterminer les règles applicables au
contingent d’heures supplémentaires.

 Les modèles de déclarations


 Les formulaires

 Les certificats, des attestations

 Les contrats de travail


 Les consignes de tenue des
dossiers dans l’entité


 Les dossiers du personnel


 Le registre du personnel
 Les règles en matière de
confidentialité
 Un environnement numérique







58


 Traitement d’éléments spécifiques de paie liés au
métier

 Respect des limites d’accomplissement d’heures
supplémentaires
 Respect de la durée légale du travail



C11. PARTICIPER A LA GESTION DU PERSONNEL


C11.2 Préparer des bulletins de paie
Données Actions Indicateurs De Performance
 La documentation juridique et sociale

 Collecter les informations
relatives au temps de travail et
aux modalités de rémunération.


 Les procédures réglementaires
 Effectuer les travaux
préparatoires à la paie.


 Les extraits de conventions et accords
collectifs
 Saisir les éléments variables et
mettre à jour les paramètres de la
paie.


 Les modèles de déclarations
 Établir les bulletins de paie.


 Les formulaires
 Tenir à jour le livre de paie.
59


Dans la conduite du travail :
 Autonomie et aisance dans l'utilisation des
ressources informatiques et des outils de
communication ;
 Respect des règles de gestion, des procédures
internes et des consignes reçues ;
 Stricte application des dispositions législatives,
réglementaires et conventionnelles ;
Dans la production de l'information :


 Conformité des documents établis ;

 Les certificats, des attestations
 Calculer les charges patronales

 Les contrats de travail
 Établir les déclarations sociales et
 Les consignes de tenue des dossiers
dans l’entité
fiscales.

 Préparer les règlements des
salaires et des charges sociales.


 Les dossiers du personnel
 Enregistrer les écritures relatives
 Le registre du personnel

à la paie.


 Les règles en matière de
confidentialité




 Respect des délais imposés ;




C12. CONCEVOIR ET ELABORER DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

C12.1 Rédiger des écrits professionnels et commerciaux

Données

Actions Indicateurs De Performance

 La documentation de l’entreprise


 connaître les différents types de courriers :
structure, présentation, mises en page
professionnels
 Les consignes de rédaction et de
diffusion

 La correspondance
professionnelle
60


 Etude et évaluation de courriers
 Organiser les informations  Rédaction de divers écrits à partir de
situations
 Formuler de façon concise
 Consignes précises (destinataire, longueur
de l’écrit.)
 la charte graphique de
l’entreprise
 Mettre en évidence l’essentiel
 Réduction de textes pour garder l’essentiel
de l’information.
 Dossiers fournisseurs et dossiers
clients
 Rédiger les documents de l’entreprise :
 Les consignes de tenue des
dossiers dans l’entité
- les écrits administratifs et
commerciaux


- Le courrier électronique


- Le compte-rendu


- Le procès-verbal


- Les synthèses et rapports






 Respect des délais imposés ;



C12. CONCEVOIR ET ELABORER DES DOCUMENTS ADMINISTRATIFS
C12.2 classer les documents

Données

Actions Indicateurs De Performance

 La documentation de l’entreprise

 Les consignes de rédaction et de
diffusion
 La correspondance
professionnelle
 Déterminer la nature et le volume des
documents à conserver en respectant
la règlementation
 Élaborer et mettre en œuvre des
procédures de classement des
documents
61


 Rigueur dans l’élaboration des procédures de gestion
des documents
 Analyse précise des documents administratifs,
comptables, fiscaux, commerciaux… de l’entreprise à
conserver
 Ordres de classement
 Protection de l’information
 Dossiers fournisseurs et dossiers
clients
 Organisation logique de supports
numériques

 Les consignes de tenue des
dossiers dans l’entité
 Indexation : descripteurs

 Choisir et organiser les supports de
 Réduction de textes pour garder l’essentiel de
l’information.
 Respect de droit à l’information ;

stockage
 Respect des délais légaux de conservation des

 Mettre en place un système de
classement et d’archivage






documents


62



C13. Participer au Calcul des coûts et à l’élaboration des budgets

C13.1. Calculer les coûts et les résultats analytiques

DONNÉES ACTIONS INDICATEURS DE PERFORMANCE
Dans le cadre :
- d'un poste de travail attribué disposant d'une
gamme d’applications bureautiques, d’une
imprimante ;
- d'une situation professionnelle caractérisée par
une organisation structurée de la production, un
contexte relationnel interne, des procédures de
détermination des coûts.


À partir :


- de l'objectif du calcul ;

- des charges de la comptabilité générale ;
- des données physiques ;

- du choix d'un critère ;
- d'un objectif d'analyse ;

- d'un tableau de répartition des charges ;


- des prix de vente ;
- d'un coût d'achat, de production, de distribution ;
- d'un coût variable, d'un coût direct ;
- de coûts calculés sur plusieurs périodes ;
- des consignes de traitement.



















- Recenser les éléments composant un coût.
- Identifier les données permettant le calcul d'un coût.
- Analyser des charges selon un critère.

- Imputer aux coûts des charges indirectes.

- Déterminer le coût de revient d'un produit, d'une
prestation de services, d'une activité.
- Calculer une marge, un taux de marge ou de
marque.
- Commenter l'évolution d'un coût, d'une marge.


- Rendre compte de son travail.


Dans la conduite du travail :
- autonomie et aisance dans l'utilisation des ressources informatiques et des
outils de calcul ;
- respect des règles de gestion, des procédures internes et des consignes
reçues ;
- tenue et comportements relationnels adaptés.
.



Dans la production de l'information :

- pertinence des éléments retenus ;
- méthode dans l'organisation du travail ;
- cohérence des unités et des périodes de référence ;


- conformité de l'analyse ;
- adéquation du critère à l'objectif d'analyse ;
- précision de l'imputation des charges ;
- exactitude des calculs ;
- cohérence de la méthode suivie ;

- validité des éléments calculés ;
- vraisemblance des ordres de grandeur ;
- pertinence des commentaires ;


- capacités d'initiative et d'organisation.




C13. Participer au Calcul des coûts et à l’élaboration des budgets
63


C13.2. Élaborer les budgets

DONNÉES ACTIONS INDICATEURS DE PERFORMANCE
- des données comptables et extracomptables ;
- des prévisions d'exploitation ;

- des échéances des créances et des dettes ;

- d'une analyse des charges par variabilité ;

- d'un horizon de prévision ;

- de l'exploitation réelle observée ;
- du cadre budgétaire de l'entreprise ;
- des prévisions validées ;

- des simulations demandées.




- Identifier les éléments nécessaires à la prévision de la
trésorerie.

- Établir les budgets de : ventes ; investissements ;
charges et de trésorerie.

- Établir le bilan et le CPC prévisionnels.




- Rendre compte de son travail.

- méthode dans l'organisation du travail ;
- cohérence des unités et des périodes de référence ;
- clarté et précision du tableau ;
- vraisemblance de la trésorerie prévisionnelle ;
- précision des calculs ;

- vérification de la permanence des hypothèses ;

- implication dans le processus budgétaire ;


- Capacités d'initiative et d'organisation.



















SAVOIRS PROFESSIONNELS




II. SAVOIRS PROFESSSIONNELS
A. Niveaux taxonomiques
Classification hiérarchisée des niveaux de maîtrise des savoirs.
Les définitions des savoirs dans ce référentiel comportent 4 niveaux de maîtrise.
1) Niveau d’information Je sais de quoi je parle
2) Niveau d’expression Je sais en parler
3) Niveau de maîtrise d’outils Je sais faire
4) Niveau de maîtrise méthodologique Je sais choisir
B. Savoirs et leur niveau taxonomique
Le contenu est relatif à la maîtrise d'une méthodologie de pose et de résolution
de problème : assembler, organiser les éléments d'un sujet, identifier les
relations, raisonner à partir de ces relations, décider en vue d'un but à atteindre.
Il s'agit de maîtriser une démarche : induire, déduire, expérimenter, se
documenter.
Le contenu est relatif à la maîtrise de procédés et d'outils d'étude et
d’acquisition :utiliser, manipuler des règles ou des ensembles de règles
(algorithme), des principes, en vue d'un résultat à atteindre.
Il s'agit de maîtriser un savoir-faire.
Le contenu est relatif à l'acquisition de moyens d'expression et de
communication : définir, utiliser les termes composant la discipline.
Il s'agit de maîtriser un savoir.
Le contenu est relatif à l'appréhension d'une vue d'ensemble d'un sujet ; les
réalités sont montrées sous certains aspects, de manière partielle ou globale.


65


4. MAÎTRISE
MÉTHODOLOGIQUE
3. MAÎTRISED'OUTILS


2. EXPRESSION


1.INFORMATION

1 2 3 4
M1. COMMUNICATION ET TECHNIQUES D’ACCUEIL
- Notions de base de la communication
- La communication
- Le processus de la communication
- Les différents interlocuteurs
- Techniques d’accueil
- La présentation de la charte d'accueil
- L’accueil physique
- L’accueil téléphonique
- La prise de notes
- Les techniques de prise de notes
M2. GESTION ADMINISTRATIVE
1- Les conditions de travail et l’ergonomie
2- Les imprimés et les fiches
3- Le classement
 ordres de classement
 les procédés de classement











M3. COMPTABILITÉ GÉNÉRALE : OPERATIONS COURANTES
1. L’organisation des travaux de la comptabilité
2. La comptabilité des opérations d’achats et de ventes :
- Les règles de base de facturation
- Calcul et comptabilisation des factures Doit
- Calcul et comptabilisation des factures d’avoir
- Les frais accessoires liés aux achats et aux ventes
- Les avances et acomptes versés sur commandes
- Les opérations sur emballages commerciaux
- Les prestations de services :

3. L’acquisition des immobilisations :
- Les immobilisations corporelles et incorporelles
- Les immobilisations financiers
4. La comptabilisation des règlements :
- Les règlements en espèces
- Les chèques, cartes bancaires et ordres de virement
- Les effets de commerce
- La régularisation du compte banque : état de rapprochement
5. La comptabilisation des opérations financières :
- Les TVP
- Les prêts
- Les emprunts
6. La comptabilisation des éléments divers :
- Les charges exceptionnelles
- Les produits exceptionnels
- Les opérations avec l’exploitant
7. Comptabiliser les moyens de paiement
8. La taxe sur la valeur ajoutée (TVA)
 Généralités sur la fiscalité :
- Définition des concepts
- Le rôle de l’impôt
- La classification des impôts
- Les sources du droit fiscal
- La technique d’établissement de l’impôt
 La taxe sur la valeur ajoutée (TVA) :
- Les mécanismes de la TVA
- Le champ d’application
- L’assiette d’imposition
- Les taux de TVA
- Le fait générateur de TVA
- Les déductions de TVA
- Les régimes de déclaration de TVA
- L’établissement de la déclaration de TVA
- La comptabilisation de la déclaration et de son paiement
9. La pratique du système centralisateur

66





































M4. ADMINISTRATION DU PERSONNEL
1. Le décompte des heures travaillées
2. La composition de la rémunération
3. Le calcul de l’IR sur salaire
4. Le calcul des charges sociales
5. L’établissement des déclarations fiscales et sociales
6. La comptabilisation de la paie
M5. GESTION DU TEMPS
Notions sur le temps et la gestion du temps
1- Classifications des activités selon les priorités
2- Les outils de la gestion du temps

M6. BUREAUTIQUE I Ŕ fonctions avancées

1- Microsoft Word
2- Microsoft Excel
3- Microsoft PowerPoint
4- Microsoft Outlook

M7. DOCUMENTS ADMINISTRATIFS

Notes
Compte rendu
Procès-verbal
Rapport

M8. DROIT DE TRAVAIL

Le contrat du travail

Les droits et obligations des deux parties

Le régime de la sécurité sociale

Les accidents de travail

La cessation du contrat du travail

La représentation des salaries

Le calcul des salaries

M9. DROIT COMMERCIAL
1. Notions de droit
2. Les sources de droit
3. L’organisation judiciaire au Maroc
4. Les personnes et les biens
5. Les obligations et les contrats
6. Le commerçant
7. Le fonds de commerce

67























M10. LOGICIELS DE GESTION
1. La pratique du logiciel de comptabilité :
- Installation du logiciel
- Création du fichier comptable
- Paramétrage
- Utilisation des principales fonctions
2. Utiliser les fonctions d’un logiciel de gestion commerciale
- Installation du logiciel
- Création du fichier commercial
- Paramétrage
- Utilisation des principales fonctions
3. Utiliser un logiciel de paie
- Installation du logiciel
- Création du fichier de paie
- Paramétrage
- Utilisation des principales fonctions
M11. COMPTABILITÉ DE GESTION
1. Objectifs et concepts fondamentaux de comptabilité de gestion :
- Objectifs
- Notions de coûts et coûts de revient
- Les charges de gestion
2. L’évaluation des stocks : inventaire permanent :
- Typologie de stocks
- Evaluation des stocks
- Fiches de stocks
3. Le coût complet:
- Définition et méthodologie
- Répartition des charges indirectes
- Calcul des différents niveaux de coût
4. Le coût variable :
- Définition et concept
- Les charges variables
- Les charges fixes
- Le coût total
- La marge sur coût variable
- Le résultat
- Le compte d’exploitation différentiel
- Le seuil de rentabilité

68














M12. LES BUDGETS
1. Les procédures d’élaboration des budgets
2. Le budget des ventes
3. Le budget des investissements
4. Le budget des charges
5. Le budget de trésorerie
6. Les documents de synthèse prévisionnels (bilan et CPC)

M13. Création d’entreprise
1. Idée de projet
2. Les organismes d’aide et d’accompagnement à la création d’entreprise
3. Elaboration du plan d’affaire (business plan)
o Etude économique et commerciale
o Etude technique
o Etude financière
4. Procédure juridique, fiscale et administrative de création d’entreprise



69









































70


SAVOIRS GENERAUX



III. SAVOIRS GENERAUX
SG01 : LANGUE ET CULTURE ARABE


خ٤ثشؼُا خكبوضُاٝ خـُِا حدبٓ ظٓبٗشث
خ٤ُٜ٘ٔا ب٣سُٞبٌجُا يُبغٔث
71


مُهؼتنا ةطق حمازت همض حُتزؼنا حفاقثناو حغهنا جدام حماوزت خاُصىصخٍىهمنا:
ٖ٤ِٔؼزُٔا دبجغزٌٓ ض٣ضؼر ٠ُئ خ٤ُٜ٘ٔا ب٣سُٞبٌجُا يُبغٓ قِزخٔث خ٤ثشؼُا خكبوضُاٝ خـُِا حدبٓ طبٜ٘ٓ فذٜ٣
ةبغزًا ُْٜ ؼ٤ز٣ ١سبٜٓٝ ٢كشؼٓٝ ١ٞـُ ذ٤طس ٖٓ ْٜ٘٤ٌٔرٝ ،َطاٞزُاٝ خـُِاٝ خكبوضُا ٍبغٓ ٢ك دبِٔؼزُٔاٝ
٢زُا حذ٣ذغُا فسبؼُٔا ِْٜٛإر ، غٔزغُٔا ٢ك طبٓذٗلااٝ َـشُا ُْبػ طُُٞٞٝأ ْ٤ِؼزُا دبغعإٔث خعاسذُا خؼثبزٓ
٢ُبؼُا .
ٝ ٠ُئ ٠ؼغر خو٤هذُا ِّٞؼُا ٖٔػ طسذ٘ر ٢زُا ّبؼُا ْ٤ِؼزُا داٞٓ غؼثٝ خلِزخُٔا ضظخزُا داٞٓ ذٗبً ارئ
عشـث ُٖٜٔا خ٤جٗبع بٜجِطزر ٢زُا خ٤عبعلأا داسبُٜٔاٝ فسبؼُٔا ٢ك ٌْؾزُا ٖٓ خ٤ُٜ٘ٔا ب٣سُٞبٌجُا ِْؼزٓ ٖ٤ٌٔر
٢هبث سٝد ٚز٤ٔٛأ ٢ك ٢ٛبؼ٣ ش٤جً سٝذث غِطؼر خ٤ثشؼُا خكبوضُاٝ خـُِا حدبٓ ٕاك ،َـشُا ُْبػ ٢ك ٚعبٓذٗا َ٤ٜغر
خ٣بؿٝ بكذٛ بٛسبجزػبث خـُِبث خ٣ب٘ؼُا دشغٓ صٝبغزر بٜو٤وؾر حدبُٔا ٙزٛ ّٝشر ٢زُا فاذٛلأا ٕأ يُر ،ضظخزُا داٞٓ
٠ُئ ِْؼزُا دب٣بؿ ٖٓ حَزكفناو حُمُقناو حُفطاؼناو حُحوزنا حفهتخمنا اهداؼتأ ٍف مهؼتمنا حُصخش ءاىت
حُنامدناو .... زُغتنا غَزسو خاَذحتنات ءٍهم ةهقتم مناػ ٍف جامذولاا هم هىكمُس ٌذنا نساىتنا هتاسكلإ.
ْٛأ ٠ِػ ؼزل٘٣ ،خ٤ثدأ ٖ٤ٓبؼٓ ٚ٘ٔؼر تٗبع ٠ُئ ٜٞك ، عٞ٘زُاٝ ٠٘ـُبث ْغز٣ حدبُٔا ظٓبٗشث ٕاك يُزُ
ٍبغٓ ٢ك ٖ٤ِٔؼزُٔا دب٤عبؾُ ت٤غزغ٤ُ ،حشطبؼُٔا خ٤كبوضُاٝ خ٣شٌلُا دلابٌشلإاٝ ب٣بؼوُا جراضحناو خَراتناو مُقنا
عاذتلإاو زكفناو... دبػٞػُٞٔبث َخذُٔا دبٔزػا ْر ذهٝ / ؼ٤ز٤ع ٚٗلأ ظٓبٗشجُا دادشلٓ ْ٤ظ٘زُ اسبؽئ دبٔ٤زُا
سٞؾجُا ٍلاخ ٖٓ ٝأ ،خػٞ٘زٓ ٖ٤ٓبؼُٔ خِٓبؾُا صٞظُ٘ا ٍلاخ ٖٓ ءاٞع ،ب٣بؼوُا قِزخٓ خغٓلآ ٖ٤عسذُِٔ
ٌَث خكبوضُا ٍبغٓ ٠ِػ ٖ٤ِٔؼزُٔا ػبزلٗلا حادأ حدبُٔا يُزث ٌٕٞزك ،بٛصبغٗاث ِٕٞٔؼزُٔا قٌِز٤ع ٢زُا عٝشؼُاٝ
اٞؾجظ٤ُ صشك ٖٓ ُْٜ ٚؾ٤زر بٓ ٍلاخ ٖٓ ٢ؼٔغُاٝ ١دشلُا ْٜ٤ػٝ َ٤ٌشزُ خِ٤عٝٝ ،بٜرب٤ِغر ٍف هُهػاف ادازفأ
غمتدمنا، حُنوذناو حُىطىناو حُهحمنا خلاكشمنا غم نىهػافتَو حُتادَإت نىفزصتَ .
دٝذؾُا صٝبغز٣ خ٤غ٤راشزعلاا ٙزٜث خ٤ُٜ٘ٔا ب٣سُٞبٌجُا يُبغٔث صبخُا خ٤ثشؼُا خكبوضُاٝ خـُِا حدبٓ ظٓبٗشث ٕئ
َظ ٢ك غهٞٔز٣ٝ ،خ٤عاسذُا داُٞٔا ٖ٤ث خ٣ذ٤ِوزُاحمذىم جاهىم ٠ِػ ؼزل٘٣ ِْؼزُٔا نكأ َؼغر خػٞ٘زٓ داٞٓ ٚ٤ك غؽبوزر
ٌَث ٚ٤ك ش٤ؼ٣ ١زُا ُْبؼُِٝ ٚرازُ ٜٚٔك ٠ِػ ٙذػبغر خلِزخٓ داسٞظ٘ٓ فشؼز٣ٝ،حدذؼزٓ ش٤ٌلر داسبغٓ
٠ِػ حسذوُا ٚجغٌر داسٞظ٘ٓ،ٚربؼهب٘رجذقؼم راكفأ لىح ٌذقىنا زُكفتنا ٠ِػحسذوُاٝ، خاذقتؼمنا حمىظىم حنءاسم
شُؼنا طاموأو برادتناو مُقناو...جذَذخ خاقاُس ٍف هتاثستكم فُظىت ًهػ جرذقناو ، .
ٝ ٠شبٔز٣ ؼِٔٓ ن٤وؾر ٠ُئ ٠ؼغ٣ خ٤ثشؼُا خكبوضُاٝ خـُِا حدبٓ طبٜ٘ٓ ٕاك ،لابٔعئٝ ذحاىنا نزقناتاراهم
هَزشؼناو ِْؼزٓ ٖ٣ٌٞر ٚ٤٘٤ػ تظٗ غؼ٣ ٜٞك ، :
 نساىتم: قِزخٓ ٖ٤ث ٕصاٞ٣ٝ ؛خ٤ٗذجُاٝ خ٣شٌلُاٝ خ٤ٗاذعُٞا ٚز٤ظخش تٗاٞع قِزخٔث ٚ٘٣ٌٞر ٢ك ْزٜ٣
ٖ٣شخ٥ا حدبؼعٝ ،ٚردبؼع ٝ ٚز٤ٛبكس نوؾ٤ُ حب٤ؾُا ٢ؽب٘ٓ.
 حتفتم: ٠ِػ علاؽلابث ْزٜٓٝ ؛ٚرسبؼؽٝ ٚخ٣سبزث ضزؼٓٝ ،ٚز٣ٞٛ ٌَشر ٢زُا خ٤٘ؽُٞاٝ خ٤٘٣ذُا ٚٔ٤وث غجشزٓ
خؾعبُ٘ا ْٜثسبغر ٖٓ ذ٤لزغ٣ ٕلأ ذؼزغٓٝ ،عسلأا ٠ِػ ىشزشُٔا ش٤ؼُا ٚٗٞٔعبو٣ ٖ٣زُا ٖ٣شخ٥ا خكبوص
ٍدبجزُٔا ّاشزؽلاا ٖٓ ٞع ٢ك ٚثسبغزث ْٛذ٤ل٣ٝ.
 زكفم : حشٌزجٓ ٍِٞؽ ٖػ شؾج٣ٝ ،ساشوُا ربخرا َجه قِزخُٔا بٛدبؼثأ ٢ك شظ٘٣ٝ بٜشهب٘٣ٝ شٛاٞظُا َِؾ٣
ض٤ؾٔر ٕٝد ٖ٣شخ٥ا ءاس٥ دبو٘٣ لاٝ ،حذغزغُٔا ًَبشُِٔ .
 ثحات: ٠ِػ سدبه ،ٚربجغزٌٓ ش٣ٞطرٝ ٚؼ٣سبشٓ ن٤وؾزُ سٞؾث صبغٗئ داٝدأ يِزٔ٣ٝ ،٢ِٔػ ٍٞؼك ٚ٣ذُ
٢ك خجؿس ٚ٣ذُٝ ،ن٣شك ٖٔػ ٍبـزشلاا لادم ٍف صخلأاتو خاذدتسمنا حثكاىمن جاُحنا يذم مهؼتنا
فقىتَ لا لىحت ٍف ىه ٌذنا هصصخت.
 لوؤسم: ّشزؾ٣ٝ ،حب٤ؾُا ٢ؽب٘ٓ قِزخٓ ٢ك ٕٞٗبوُا ن٤جطر ٠ِػ ض٣شؽٝ ،ٚربكشظر دبؼجر َٔؾز٣
٢ك ٕبً ءاٞع ،طبُ٘ا ٖ٤ث فبظٗلإا نوؾرٝ ٚزٓاشً ٕبغٗلإُ علؾر ٢زُا غئاششُاٝ دبؼ٣ششزُاٝ بدبجُٔا
بٜعسبخ ٝأ خ٤ُٝإغُٔا غهٞٓ.
 مصاىتم : ، عبٔزعلاا ٖغؾ٣ٝ ، خـُِا ٖٓ ٌٖٔزٓٝ ،ظلُ٘ا ٢ك خوص ٚ٣ذُٝ ،ٙشظٗ دبٜعٞث عب٘هلإا ٠ِػ سدبه
شخ٥ا غٓ ْٛبلزُا نوؾ٣ٝ ، ّبؤُبث ٍبؤُا ؾثش٣ٝ.
 مقتسم: ٙضغٗأ بٓ ٢ك شظُ٘ا ذ٤ؼ٣ٝ،ٚلؽاٞػ ٢ك ٌْؾز٣ ؛ٖٓضُا شثذ٣ٝ ِٚٔؼزُ ؾطخ٣ ، حسدبجُٔا ٠ِػ سدبه(
٢رازُا ْ٣ٞوزُا) ٙسدبظٓ عٞ٘٣ٝ ،خ٤ِٔؼُا خٗبٓلأبث قظز٣ ٝ.
خؼ٤جؽ ٖٓ بؼ٣أٝ َث ، ٚػٞ٘رٝ ٢عاسذُا ٟٞزؾُٔا ٠٘ؿ ٖٓ ؾوك ٠رأز٣ ُٖ ؼُِٔٔا ازٛ ؽِٞث ٕأ ٠ِػ
َ٤جه ٖٓ ٖ٤ِٔؼزُٔا ٟذُ بٜز٤ٔ٘ر ٠ُئ طبُٜ٘ٔا ازٛ ٠ؼغ٣ ٢زُا ب٤ِؼُا ش٤ٌلزُا داسبٜٓٝ داسذوُا :
 مُهحتنا :
ِ
ٖ
ُّ
٤
َ
ج
َ
رٝ بٜ٘٤ث دبهلاؼُا ىاسدئ عشـث شطب٘ػٝ دبٌٗٞٓٝ ءاضعأ ٠ُئ صٞظُ٘ا ي٤ٌلر
بٜٔ٤ظ٘ر خو٣شؽ . دب٣ذظوٓ ٢ك شؾجُاٝ بٜهب٤غث بٜطثشث سبٌكلأا َ٤ِؾر بؼ٣أ يُر ٖٔػ َخذ٣ٝ
خ٤ِطاٞزُا ْٛب٣اٞٗ ؾ٤ِجر ٢ك ْٜرب٤غ٤راشزعا فشؼرٝ ْٜرب٤لِخٝ بٜثبؾطأ .
 مَوأتنا: ٖٓ خؽاشط ضُ٘ا ِٚو٣ ُْ بٓ ٝأ ؛خ٤٘ٔؼُا ٢ٗبؼُٔا ٖػ قشٌُاٝ سٞطغُا ءاسٝ بٓ ىاسدئ
ؽبج٘زعلااٝ طبز٘زعلاا دب٤ِٔػ ٍلاخ.
 ةُكزتنا: حذغُبث ْغزر حذ٣ذع خُلاد طبزٗئ ٠ُئ ٢ؼلر خطبخ خ٣ؤس نكٝ دب٤طؼُٔا غ٤ٔغر حدبػئ
عاذثلإاٝ.
 مَىقتنا: شظجر ذؼث قهاٞٓ ربخراٝ ،خؽٝشطُٔا ب٣بؼوُا ٢ك ١أس ءاذثئٝ ، خِِؼٓ ّبٌؽأ ساذطئ
خعاسدٝ.
ٙدٞغ٣ ُْبػ ءب٘ث ٠ُئ بٜ
ِ
ه
ْ
ٞ
َ
رٝ ُْبؼُا ةٞؼش خجؿشُٝ ،٢ُٔبؼُا مب٤غُا ٚكشؼ٣ ١زُا ةاشطػلاُ اسبؼؾزعا
عسلأا داسذو
ُ
ٓ ٖٓ خًشزشُٔا حدبلزعلااٝ ٕٝبؼزُاٝ ٖٓلأا... ْ٤ه خ٤عشر ٠ُئ خ٤ثشؼُا خكبوضُاٝ خـُِا حدبٓ طبٜ٘ٓ ٠ؼغ٣
ٍب٤علأا نؽ ٕبٔؼُ خؼ٤جطُا داٝشص ٍلاـزعا ش٤ثذرٝ خئ٤جُا ّاشزؽاٝ ٖٓبؼزُاٝ ىشزشُٔا ش٤ؼُاٝ خ٘ؽاُٞٔاٝ خ٣ُٜٞا
فشظزُاٝ ، حشٌزجٓ ٍِٞؽ ػاشزهاٝ خ٤ثبغ٣ئ قهاٞٓ ربخرا ٠ِػ ٖ٤ِٔؼزُٔا غ٤غشر ٠ُئ ٠ؼغ٣ بًٔ ، بٜ٤ك خوؽلاُا
72

جاهىمنا مخاذم:
مُقنا مخذم:
ٕبغٗلإا خ٤ٛبكشُ ٖ٤ٓصلاُا ساشوزعلااٝ ءبخشُبث ْؼ٘٣ ُْبؼُا َؼغُ سبطخلأا ٙبغرا خ٤ُٝإغٔث .
دبػٞػُٞٔا َخذٓ / دبٔ٤زُا:
ب٣بؼه خغُبؼٓ ٖٓ ٌْٜ٘ٔ٣ بٔٓ ْ٤وُِ خِٓبؾُا دب٘علأا سب٤زخا ٢ك ٖ٤عسذُِٔ شجًأ خ٣شؽ َخذُٔا ازٛ ٢طؼ٣
ْٜرب٤ظخش ٢ك َٓإُٔا ٕصاٞزُا نوؾرٝ ٖ٤ِٔؼزُٔا دبعبؾُ ت٤غزغر خلِزخٓٝ خػٞ٘زٓ. غ٣ٞ٘ر ٖٓ ٖ٤ِٔؼزُٔا ٌٖ
َ
ٔ
ُ
٣ بًٔ
٢رازُا ِْؼزُا ش٤ثذرٝ شؾجُا خعسبٔٓ ٠ِػ ْٜؼغش٣ٝ ْٜربِٓٞؼٓ سدبظٓ .
دب٣بلٌُا َخذٓ :
خـُِا طسد ٠ؼغ٣ ،٢ػبٔزعلاا ق٤ٌزُا ٠ِػ ٚرذػبغٓٝ خ٤ٔ٤وُاٝ خ٤كبوضُا ِْؼزُٔا دبعبؽ عبجشئ تٗبع ٠ُئ
٢ٛٝ ١ٞـُِا َطاٞزُبث خطجرشُٔا دب٣بلٌُا خ٤ٔ٘ر ٠ُئ خ٤ثشؼُا خكبوضُاٝ :
 سذؾزُاٝ عبٔزعلاا ن٣شؽ ٖػ بُٜبعسئٝ دبِٓٞؼٓ ٍبجوزعا( ب٤ٜلش)
 خثبزٌُاٝ حءاشوُا ن٣شؽ ٖػ بُٜبعسئٝ دبِٓٞؼٓ ٍبجوزعا
٢ٜ٘ٓ ـٞ٤عٞغُا مب٤غُا ٢ك خطبخثٝ خلِزخٓ دبهب٤ع ٢ك يُرٝ .

ِْؼزُٔا ةبغًئ تِطز٣ ازٛٝ(ح) :
ةبطخٝ ٠٘ؼٓ طبزٗئ ١أ ، ٙشػبشٓٝ ٙسبٌكأ ٖػ ش٤جؼزُاٝ ش٤ٌلزُا ٝ سذؾزُاٝ ءبـطلإا ٠ِػ حسذوُا ـــ
. ٢ٛ ٢زُا ٖ٣شخ٥بؼٔربهلاؼُا خٓبهئ ٢ك بؼ٣أٝ َث ، فسبؼُٔا ةبغزًاٝ خ٣ٞـُِاخ٤ٔ٘زُِ ؾوكخ
ّ
٤عبعأ ذغ٤ِراسبٜٔ٤ٛٝ
خ٤ُٜ٘ٔا حب٤ؾُا ٢ك بًٔ خٓبؼُا حب٤ؾُا ٢ك ػبغُ٘ا طبعأ. ؾ٤ش٘ر ت٤ُبعأ ٠ُئ أغِ٣ ٕأ ربزعلأُ ٌٖٔ٣ ٠ـزجُٔا ازٛ ن٤وؾزُٝ
َضٓ ٖٓ خػٞ٘زٓ: ،ساٝدلأبجؼُٝ،حشظبُ٘ٔاٝحش٣ذزغُٔا حشئاذُا
؛شؼشُاءبوُئٝ،حبًبؾُٔاٝ ،دلاثبؤُاٝ ،تطخُاٝ،عٝشؼُاٝ،خ
ّ
٤ٜلشُبرلاخاذُٔاٝ،خثبطخُاٝ،دبشبوُ٘اٝ ....

ضئبظخ ٖ٤ث َػبلزُا ٖٓ بهلاطٗا ٠٘ؼُٔا ءب٘ثٝ بٜراشلش يكٝ خثٞزٌٓ خ٤ُبعسئ ٍبجوزعا ٠ِػ حسذوُا ـــ
خ٤ُبعسئ طبزٗئ حدبػئ ٝأ طبزٗئ ٠ِػ حسذوُا ازًٝ ، مب٤غُا دب٤طٞظخٝ ِْؼزُِٔ خ٤ِجوُا دبجغزٌُٔاٝ خ٤ُبعسلإا
دبعبز٘زعاٝ ش٤غلرٝ ْٜك ٖٓ حءاشوُا ٚجِطزر بٔث ّب٤وُبث يُرٝ ،دذؾٓ مب٤ع ٢كٝ خ٘٤ؼٓ دب٤ؼػٝ ٖٔػ ةبطخٝأ
ٚراش٤صأرٞجربٌُبثِٞعأ ٠ُئخكبػلإبث،ٖ٤زوثبغُبٜزثشغرٜٞزكشؼٓٝ،حءاشوُب٘ٔئسبوُ بػشـِٔشرخ
ّ
٤ِػبلرخ٤ِٔػبٛسبجزػبث.
غثسلأا دب٣بلٌُا ن٤وؾر ٕأ ش٤ؿ( خثبزٌُا ـ حءاشوُا ـ سذؾزُا ـ عبٔزعلاا) دب٣بلٌُبث ّبٔزٛلاا تِطز٣
ْ٤ِؼزُا طبٜ٘ٓ ٠ؼغ٣ ٢زُا دب٣بلٌُا يُزث ٢٘ؼٗٝ ، ب٤ِؼُا ش٤ٌلزُا داسبٜٓ ٞٔ٘ر بٛش
ْ
جػ ٢زُا خػشؼزغُٔا
73

بٜو٤وؾر ٠ُئ ٙداٞٓٝ ٌُٚبغٓ ٌَث ١ٞٗبضُا:

حُتزؼنا حفاقثناو حغهنا جدام حماوزت ٍف حضزؼتسمنا خاَافكنا
خ٣بلٌُا بٜث خطجرشُٔا داسبُٜٔا شظزُ٘ٔا ءادلأا


خ٤ثشؼُا خـُِ ؼ٤ظلُا نغُ٘ا ٍبٔؼزعا ـ
بٔ٤ِع لابٔؼزعا .
ّبؤُبث ٍبؤُا ؾثس ـ
ٖٔػ خ٤ثبزًٝ خ٤ٜلش دبثبطخ طبزٗئ ـ
ّشزؾر خُاد خ٤ِطاٞر دب٤ؼػٝ
ْغؼٓ ٍبٔؼزعبث خ٤ُبعسلإا دب٤طٞظخ
مبغراٝ ّبغغٗا ٢ػاشرٝ تعب٘ٓ
ةبطخُا .
خ٤ِٔؼُا دبثبطخُا عاٞٗأ قِزخٓ ض٤٤ٔر ـ
دب٤ؼػُٞا تغؽ بٜل٤ظٞرٝ خ٤ثدلأاٝ
؛ خ٤ِطاٞزُا


ظٓاشثٝ خ٤ظخش دبططخٓ داذػئ ـ
ش٤ثذزُ ٕبٌُٔاٝ ٕبٓضُا ٢ك خؽٞجؼٓ
٢رازُا ِْؼزُا .
خ٤غُٜ٘ٔا حءاشوُا دب٤ُآ ق٤ظٞر ـ
ذ٤ع ٌَشث صٞظُِ٘ .
ْظ٘ٓ ٢غٜ٘ٓ ْ٤ٔظر نكٝ خثبزٌُا ـ
حسبؼؾُاٝ خكبوضُا دب٤طٞظخ فشؼزـ
خ٤ثشـُٔا . ٚربًِٞع ٢ك بٛسبٔضزعاٝ
خػٞ٘زُٔا ٚربغز٘ٓ ٢كٝ ٚلهاٞٓٝ .
خـُ خ٤ٓلاعلإاٝ خ٤ثشؼُا خكبوضُا ش٣ذور ـ
بٜٔٓ اذكاس بٔٛسبجزػاٝ بٗٞ٘كٝ اشٌكٝ
خ٤ٗبغٗلإا خكبوضُا ذكاٝس ٖٓ .
خ٣شٌكٝ خ٤كبوص دبٌٗٞٓ ٠ِػ ػبزلٗلاا ـ
خ٤ٓٞ٤ُا ٚرب٤ؽ ٢ك بٜل٣شظر ٝ خ٤ٗبغٗئ .

بٛذػاٞهٝ خ٤ثشؼُا خـُِا دب٤٘ث ٢ك ٌْؾزُا ـ
؛ْ٤ِع ٌَشث بٜل٤ظٞرٝ
٢زُا خ٤ػبٔزعلاا ش٤٣بؼُٔاٝ ؾثاٞؼُا سبؼؾزعا ـ
دبػبٔغُاٝ داشكلأا ٖ٤ث َطاٞزُاٝ ٍبظرلاا شؽإر
دبئلُاٝ.(خ٤ُٜ٘ٔاٝ خ٤ػبٔزعلاا دبهب٤غُا) ؛
؛ بٛذطبوٓ ْٜكٝ دبثبطخ ٢وِر ٠ِػ حسذوُا ـ
غٓ نكاٞر ٢ك دبثبطخ ٍبعسئ ٠ِػ حسذوُا ـ
؛مب٤غُا
؛خٔغغ٘ٓٝ خوغزٓ دبثبطخ طبزٗئ ـ
ش٤جؼزُا داٝدأ ٍبٌٔزعاٝ ١ٞـُِا ذ٤طشُا خ٤ٔ٘ر ـ
؛خوِزخُٔا

ِْؼزُا ِْؼر ـ .
ْ٤ٔظزُاٝ ؾ٤طخزُاٝ ْ٤ظ٘زُا خ٤غٜ٘ٓ ةبغزًا ـ
ٍبؼك ٌَشث ذهُٞاش٤ثذر ـ .
ْ
ّ
ِؼزُادساٞٔٔ٤ظ٘رٝخ٤ظخشُبكاذٛلأاش٤طغر ـ
حءاشه ٢ك خ٤غُٜ٘ٔا حءاشوُا داٞطخ عبجرا ـ
بٜؽبٔٗأ قِزخٔث صٞظُ٘ا
غٓ َٓبؼزُا ٢ك خؾػاٝ خ٤ٔ٤ٛبلٓ حذػ ٍبٔؼزعا ـ
ءٝشؤُا .
ٝ ْ٤ٓبظر اذٔزؼٓ خثبزٌُِ دب٤غ٤راشزعا ٍبٔؼزعا ـ
تؽبخزُا خ٤ِػبك ن٤وؾزُ دبؽبطخ .
خلِزخٓ صٞظٗ حءاشه داٝدأ ٖٓ ٌٖٔزُا ـ

ٍبٌٔزعاٝ ٢كبوضُاٝ ٢كشؼُٔا ذ٤طشُا خ٤ٔ٘ر ـ
؛خوثبغُا دبِٓٞؼُٔا
، بٜربٌٗٞٓ غ٤ٔغث خ٤ثشـُٔا خكبوضُبث ّبُٔلإا ـ
بٜ٣ذؼث ٢ك خ٤ٓلاعلإاٝ خ٤ثشؼُا خكبوضُبث ّبُٔلإا ـ
٢ٓٞوُاٝ ٢٘ؽُٞا .
خُٝاذزٓ دبثبطخٝ حشطبؼٓ ب٣بؼه ٠ِػ ػبزلٗلاا ـ
خ٤ٗبغٗلإا خكبوضُا ٢ك .
خ٤ئب٘جُا بٜظئبظخ ىاسدئٝ ةبطخُا عاٞٗأ فشؼر ـ
٠ِػ ِْؼزُٔا ٖ٤ؼ٣ ٢كبوصٝ ٢كشؼٓ ذ٤طس ىلازٓا ـ
ِٚٔؼر خؼثبزٓ ٖٓ ٌٚ٘ٔ٣ٝ غهاُٞا ْٜك .




خ٤ِطاٞزُا




خ٤غُٜ٘ٔا
خ٤كبوضُا






خ٤ؼهاٝٝ خهذث فاذٛلأا ْعس ـ .
١ذوُ٘ا شٌلُا ةبغزًا ـ
عب٘هلإاٝ خٜعاُٞٔا ٠ِػ حسذوُا ـ .
غٓ ق٤ٌزُاٝ ؾ٤ؾُٔا ٢ك طبٓذٗلاا ـ
دب٤ؼػُٞا .
٢ك ب٤عٌُٞٞ٘زُا ٍبٔؼزعا ٠ِػ حسذوُا ـ
ِْؼزُا٢رازُا.
ٍبٔؼزعبث ٚربغز٘ٓ ْ٣ذور ٠ِػ حسذوُا ـ
خ٤عٌُٞٞ٘زُا ؾئبعُٞا .
74

٢ػٞػُٞٔا ٌْؾُاٝ ٢رازُا ذوُ٘ا ػٝس خ٤ٔ٘ر ـ
داسٞطزُا ٠ِػ ػبزلٗلااٝ ذ٣ذغزُا خ٤ِثبه ةبغزًا ـ
خ٤كشؼُٔا .
خلِزخُٔا ب٣بؼوُا ٙبغر خ٤ثبغ٣ئ قهاٞٓ ربخرا ـ
عب٘هلإا َعلأ عٝبلزُاٝ خٜعاُٞٔا ٠ِػ حسذوُا ـ
َٔػ ٠ِػ ٍٞظؾُِ ٝأ، ساشوث ٝأ، شظٗ خٜعٞث .
ٕبٌُٔاٝ ٕبٓضُا ٢ك غهٞٔزُاٝ دازُا ٖػ ش٤جؼزُا ـ .
قهاُٞٔاٝ دبًِٞغُاٝ داشظزُ٘ٔا َ٣ذؼر ـ .



خ٤غ٤راشزعلاا
خ٤عٌُٞٞ٘زُا ٍبظرلااٝ دبِٓٞؼُٔا ب٤عٌُٞٞ٘ر َئبعٝ ق٤ظٞر ـ
؛ فسبؼُٔا ةبغزًا ٢ك
ٍبظرلااٝ دبِٓٞؼُٔا ب٤عٌُٞٞ٘ر َئبعٝ ق٤ظٞر ـ
؛ َطاٞزُاٝ طبزٗلإا ٢ك

دب٣بلٌُا خ٤ٔ٘زث خطجرشُٔا فسبؼُٔا :
ب٣سُٞبٌجُا يُبغُٔ خ٤ثشؼُا خكبوضُاٝ خـُِا ظٓبٗشث ْظز٘٣ ،ٙلاػأ بٜ٤ِػ صٞظُ٘ٔا دب٣بلٌُا ؽِٞجُ،خ٤ُٜ٘ٔا
خصلاص دلابغٓ ٢ك ،ٟشخلأا ّبؼُا ْ٤ِؼزُا يُبغٓ ٢ك خ٤ثشؼُا خـُِا حدبٓ ظٓاشث ٕأش يُر ٢ك ٚٗأش٢ٛ: طسد
ش٤جؼزُاٝ خـُِا ِّٞػٝ صٞظُ٘اءبشٗلإاٝ .٠ِػ خؼ٤جؽ ٚ٤ِٔر ٢غٜ٘ٓ ءاشعئ ٞٛ ْ٤غوزُا ازٛ ٕأ ٠ُئ ٚ٤ج٘زُا تعٝ ٚٗأ
ٖٓص ش٤ثذزُ ء١ضغزُا ٠ِػ ْئبوُا ٢عسذُٔا ْ٤ِؼزُا،ِْؼزُا ٖ٤ث ٢ِٓبٌزُا ذؼجُا سبؼؾزعبث تُبطٓ طسذُٔا ٕاك لائٝ
بؼؼث بٜؼؼث ّذخ٣ ٢زُا خصلاضُا دبٌُٗٞٔا ٙزٛ .
ٖ٤ؼث ازخأٝ ،خ٤٘وزُاٝ خ٤ِٔؼُا تؼشُا دبعشخٓٝ خ٤ُٜ٘ٔا ب٣سُٞبٌجُا دبعشخٓ ٖ٤ث دٞعُٞٔا ةسبوزُِ اشظٗٝ
٢ُبؼُا ْ٤ِؼزُا ذٛبؼٓ ٠ُئ خ٤ُٜ٘ٔا ب٣سُٞبٌجُا طشخزٓ طُٞٝ خ٤ٗبٌٓلإ اسبؼؾزعاٝ ،بٜٔ٘٤ث ش٤غغزُا دبٗبٌٓئ سبجزػلاا
تطه دب٣بلً ن٤وؾزُ بعبعأ خ٤٘وزُاٝ خ٤ِٔؼُا تؼشُا طبٜ٘ٓ ٢ك حسشؤُا فسبؼُٔا دبٔزػا ْر ذوك ، ٚزعاسد ٍبٌٔزعلا
حذ٣ذع دبػٞػٞٓٝ سٝبؾٓ ذل٤ػأٝ ،دب٣بلٌُا ظلٗ بُٜٔ ذٓاد بٓ خ٤ثشؼُا خكبوضُاٝ خـُِا حدبٓ ٢ك ٢ُٜ٘ٔا ْ٤ِؼزُا
ش٤جؼزُاٝ َطاٞزُا داسبٜٓ ٟٞزغٓ ٠ِػٝ ٖ٤ٓبؼُٔا ٟٞزغٓ ٠ِػ ٢ُٜ٘ٔا تطوُا خ٤طٞظخ تعب٘ر .

خصلاضُا دلابغُٔا تغؽ خػصٞٓ دب٣بلٌُبث خطجرشُٔا فسبؼُٔا خؾئلا ٢ِ٣ بٓ ٢كٝ) صٞظُ٘ا طسد /

ءبشٗلإاٝ ش٤جؼزُا ـ خـُِا ِّٞػ ـ دبػٞػُٞٔا) :


دلابغُٔا ٟشجٌُا سٝبؾُٔا دبٔ٤زُا / دبػٞػُٞٔا
١دشع ضٗ ـ
٢لطٝ ضٗ ـ
٢عبغؽ ضٗ ـ
75


صٞظُ٘ا ؽبٔٗأ فشؼر ـ

ةبطخُا عاٞٗأ غؼث فشؼر ـ
١سبٜشلاا ةبطخُا
٢لؾظُا ةبطخُا ـ
٢عب٤غُا ةبطخُا ـ
خ٤كبوضُا خ٣ُٜٞا ـ :شخ٥اٝ بٗلأا
ش٤ؼُا ذػاٞه ـىشزشُٔا :ّبؼزُإ ؼٓبغزُاٝ
- ٍبٔغُا
- خ٣ششجُا خٓاشٌُا
-دبكبوضُا ساٞؽ
-خ٤هٞوؾُا خكبوضُا
١دبٓلاُا ٍبٔعأشُا ـ



ْ٤وُا خٓٞظ٘ٓ
- خئ٤جُا خ٣بٔؽ

بٔ٘٤غُا ـ
سبٔؼُٔا ـ
َ٤ٌشزُا ـ
سبٌزثلااٝ عاذثلإا ـ
خُٝبؤُا ُْبػ ـ .
َـشُا ٕٞٗبه ـ .
ب٤عٌُٞٞ٘زُا خ٣سبر ـ
خ٤ِجوزغُٔا ُٖٜٔاٝ ُٖٜٔا خ٣سبر ـ
خ٤ٗبغٗلإا حسبؼؾُا خ٣سبر ـ
خ٤ٔهشُا حسٞضُا ـ
خ٤عُٞٞ٤جُا حسٞضُا ـ
خُٔٞؼُا
َطاٞزُاٝ ٍبظرلاا
خ٣شظجُا خكبوضُا
خ٤ٔ٘زُاٝ ٕبغٗلإا
ب٤عٌُٞٞ٘زُاٝ ٕبغٗلإا
حشغُٜا ًَبشٓٝ ٕبغٗلإا
َطاٞزُا
خكشؼُٔا غٔزغٓ
حب٤ؾُا ٟذٓ ِْؼزُا
خ٤عب٤غُا خئش٘زُا ٢ك ٢ٗذُٔا غٔزغُٔا ساٝدأ ـ
خصاذؾُا ـ
حسشؤُا دبٔ٤زُبث ؾجرشٓ ٢ل٤ظٝ ْغؼٓ.
حبوز٘ٓ خ٣ٞؾٗ ذػاٞه
خ٤ئلآئٝ خ٤كشط ذػاٞه
ت٤ُبعأ

ُٖٜٔاٝ ٕٞ٘لُا ُْبػ


ٕبٌُٔاٝ ٕبٓضُا ٢ك غهٞٔزُا


خُٝاذزٓ دبثبطخٝ حشطبؼٓ ب٣بؼه
ٍبٌٔزعاٝ ١ٞـُِا ذ٤طشُا خ٤ٔ٘ر
خلِزخُٔا ش٤جؼزُا داٝدأ
صٞظُ٘ا طسد /
دبٔ٤زُا
خـُِا ِّٞػ

١دشع ضٗ طبزٗئ حسبٜٓ
٢عبغؽ ضٗ طبزٗئ حسبٜٓ
خلِزخٓ دب٤ؼػٝ ٢ك ش٣شور داذػئ حسبٜٓ.
١أس ٝأ قهٞٓ ٖػ ش٤جؼزُا
حسٞط َ٤ِؾر حسبٜٓ
حشٌك غ٤عٞر حسبٜٓ
سبٌكلأا ٖ٤ث ؾثشُا حسبٜٓ
طبز٘زعلااٝ خٗسبؤُا حسبٜٓ
ض٤لؾر خُبعسٝ حش٤ع ظٜٗ خثبزً حسبٜٓ
خِثبؤُاٝ عٝبلزُا دب٤٘ور
عٝششٓ داذػئ
ؾوُ٘ا زخأ.
َٔػ خطخ غػٝ
شؾجُا خ٤غٜ٘ٓ
76

٢ثبزٌُا َطاٞزُا دب٤ُآ ةبغزًا
دب٤ؼػٝ ٢ك بٜل٤ظٞرٝ ٢ٜلشُاٝ
خلِزخٓ
خكبوضُاٝ خـُِا حدبٓ دبٌٗٞٓ ظ٣سذر دب٤غٜ٘ٓخ٤ثشؼُا:
ت٤زً ٢ك دب٤غُٜ٘ٔا ٙزُٜ لا٤ظلر ربزعلأا ذغ٣( خـُِا حدبٓ ظ٣سذزث خطبخُا ظٓاشجُاٝ خ٣ٞثشزُا دبٜ٤عٞزُا



شجٗٞٗ ٢ِ٤ٛأزُا ١ٞٗبضُا ْ٤ِؼزُا يِغث خ٤ثشؼُا2007) دبٜ٤عٞزُا ْٛأ ٠ِػ ب٘ٛ بٛ شظزو٘عٝ ، .
صٞظُ٘ا طسد لاٝأ ـ : ٠ِػ صٞظُ٘ا ٌٕٞٔث خوِؼزُٔا خ٤ِٔؼزُا خ٤ٔ٤ِؼزُا خطشٗلأا صبغٗئ ٢ك ربزعلأا ذٔزؼ٣
ءبشٗلإاٝ ش٤جؼزُا



٢رأ٣ بٔث اذششزغٓ ،بٜئدبجٓٝ خ٤غُٜ٘ٔا حءاشوُا ظعأ :
خٓبؼُا بدبجُٔا :
خطشٗلأا قِزخٓ صبغٗئ ٢ك ب٤عبعأ اسٞؾٓ ِْؼزُٔا سبجزػا.
َٓبٌزُا نِط٘ٓ ٖٓ خ٤غُٜ٘ٔا حءاشوُا شطب٘ػ قِزخٓ ٠ُئ شظُ٘ا.
دبِٔؼزُا ءب٘جُ بعبعأ ٢٘٣ٌٞزُا ْ٣ٞوزُا دبٔزػا.
َؽاشُٔا:
دبجغزٌٓ ض٤خشر فذٜزغر خِئعأ ٌَش ٠ِػ ّذو٣ ذ٤ٜٔرِْؼزُٔا.
٢ظُ٘ا ق٤٘ظزُاٝ دب٤ػشلُا غػٝٝ خظؽلأُا ن٣شؽ ٖػ ضُ٘ا فبشزًا.
ضُ٘ا ْٜك:
٠٘ؼُٔا طبزٗئ ٠ِػ حذػبغٓ خ٤ٔغؼٓ ػٝششث حصضؼٓ خ٤طخ حءاشه ـ .
ـَ٣ٞؾزُا: حذ٣ذع ؾ٤ظث ضُ٘ا ٕٞٔؼٓ ٖػ ش٤جؼزُا (ـ ق٤ضٌزُاُٞاضزخلاا خٌِٔزُا ـ خثبزٌُا حدبػئ ـ ض٤خِزُا
ٟشخأ خ٣بٜٗ ػاشزهاٝ...)
ـَ٣ٝأزُا: فشؽ ٖٓ بٜث ػشظٓ ش٤ؿ حذ٣ذع دلالاد طبز٘زعاٝ ضُ٘ا ٢ك حشٔؼٓٝ خ٤٘ٔػ ٢ٗبؼٓ طاشخزعا
تربٌُا.
،َ٤ِؾزُا خطشٗلأا ٖٓ خػٞٔغٓ ْؼر ي٤ٌلر خ٤ِٔػ بٜ٘ٓ:
خ٤ٔغؼُٔا ٍٞوؾُا ـخ٤ُلاذُاٝ.
علِزُا دب٤ؼػٝ ـ .
دبؽب٣ضٗلااٝ سٞظُاٝ ةِٞعلأا خعاسد ـ .
خ٣ذظؤُا ـ
ءب٘ثٝ خ٤عبعلأا دبعبز٘زعلاا ٠ُئ َطٞزُِ دبطلاخُا غ٤ٔغر ٢ك بٜزل٤ظٝ َضٔزر خٓبٛ خِؽشٓ ٞٛٝ ت٤ًشزُا
ذ٣ذع ٠٘ؼٓ.
،ْ٣ٞوزُا ربخرا ٝأ ُٚٞؽ ٌْؽ ساذطئ شجػ ضُ٘ا ْ٣ٞور ٠ُئ ِْؼزُٔا حٞػد بُٜلاخ ٖٓ ْزر ٢زُا خِؽشُٔا ٞٛٝ
ٚٗٞٔؼٓ ٖٓ قهٞٓ.

ب٤ٗبص : خـُِا ِّٞػ :
خ٤ر٥ا دب٤طؼُٔبث ٌُٕٞٔا ازٛ خطشٗأ صبغٗئ ٢ك ربزعلأا ذششزغ٣ :
خٓبؼُا بدبجُٔا :
خ٤و٤وؾُا خ٤ِطاٞزُا ٚربعبؽ ٖٓ ملاطٗلااٝ خوثبغُا ِْؼزُٔا دبجغزٌٓ ض٣ضؼر.
دبٌُٗٞٔا قِزخٓ ٖ٤ث َٓبٌزُا طبعأ ٠ِػ ١ٞـُِا طسذُا غٓ ٢ل٤ظُٞا َٓبؼزُا
77

خ٤و٤جطر خطشٗأث خ٣ذ٤ؼوزُا تٗاٞغُا ْػدخلضٌٓ.
َؽاشُٔا:
فسبؼٓ ٠ِػ خُبؽلإا ٍلاخ ٖٓ ِْؼزُٔا دبجغزٌٓ ض٤خشرخوثبع.
حذػبوُا صلاخزعاٝ حذٔزؼُٔا خِضٓلأا َ٤ِؾرٝ حءاشهخ٤ئضغُا.
حذػبوُِ ٢ئضغُا ْ٣ٞوزُا
خٓبؼُا حذػبوُا صلاخزعا
خػٞ٘زٓ ٖ٣سبٔرٝ دبو٤جطر.
بضُبص: ش٤جؼزُا ءبشٗلإاٝ:
بدبجُٔاٝ ظعلأا ٠ِػ ءبشٗلإاٝ ش٤جؼزُا ٌٕٞٔث خوِؼزُٔا خ٤ِٔؼزُا خ٤ٔ٤ِؼزُا خطشٗلأا صبغٗئ ٢ك ربزعلأا ذٔزؼ٣
١ٞٗبضُا ْ٤ِؼزُا يِع ٢ك ٚ٣ذُ دشكاٞر ٢زُا خ٤ئبشٗلإاٝ خ٣ش٤جؼزُا ِْؼزُٔا دبجغزٌٓ ٖٓ ملاطٗلاا١داذػلإا.
خـُِا ِّٞػٝ صٞظُ٘ا ٢ٌٗٞٔث حسشؤُا داسبُٜٔا ؾثس.
خ٤ُبزُا خ٤غُٜ٘ٔا :
خٓبؼُا بدبجُٔا :
طبزٗلإاٝ ن٤جطزُاٝ ةبغزًلاا خطشٗأ ٖ٤ث َٓبٌزُا غثبؽ ذ٤ًأر.
حذ٣ذع خ٤ِطاٞر خ٤ِٔؼر دب٤ؼػٞث ْ٣ٞوزُا ؾثس.
خطشٗلأاَؽاشُٔاٝ:
خ٤ر٥ا خ٤ِٔؼزُا خ٤ٔ٤ِؼزُا خطشٗلأا شجػ ءبشٗلإاٝ ش٤جؼزُا طسد طسذُٔا ضغ٘٣:
خطشٗأةبغزًلاا.
ن٤جطزُا خطشٗأطبزٗلإاٝ.
ؼ٤ؾظزُا خطشٗأْ٣ٞوزُاٝ.
ْ٣ٞوزُا داءاشعئ :
ت٤زً ٢ك حدساُٞا دبٜ٤عٞزُا ّاشزؽا ْز٣( خ٤ثشؼُا خـُِا حدبٓ ظ٣سذزث خطبخُا ظٓاشجُاٝ خ٣ٞثشزُا دبٜ٤عٞزُا
٢ِ٤ٛأزُا ١ٞٗبضُا ْ٤ِؼزُا يِغث) ٢ك بٜ٤ِػ صٞظُ٘ٔا ؾثاٞؼُا سبؼؾزعا ّضِ٣ بًٔ ، دبِٔؼزُا ْ٣ٞوزث نِؼز٣ بٔ٤ك
ْ٣ٞوزُبث خِظُا دار داشًزُٔا .
ْ٣ٞوزُا عاٞٗأ دبٔزػا ٠ُئ ٞػذٓ طسذُٔا ٕاك بٓٞٔػٝخصلاضُا:
ِْؼزُٔا دبجغزٌٓ خكشؼٓ َعلأ خ٤عاسذُا داذؽُٞا خ٣اذث ٢ك ٝأ خ٤عاسذُا خ٘غُا خ٣اذث ٢ك ٢ظ٤خشزُا ْ٣ٞوزُا
حذ٣ذغُا دبِٔؼزُا ؾ٤طخر ٢ك بٛسبٔضزعاٝ خ٤ِجوُا.
خجهاشُٔا عٝشكٝ خغٓذُٔا خطشٗلأُ ٖٔؼزُٔاٝ ،خ٤ِٔؼزُا خ٤ٔ٤ِؼزُا خ٤ِٔؼُِ تؽبظُٔا ٢٘٣ٌٞزُا ْ٣ٞوزُا
سبغٓ ظٓبٗشث ٢ك بٜخ٣ساٞر حدذؾُٔا حشٔزغُٔا.
ٖٓ ٠ُٝلأا خ٘غُا خ٣بٜٗ ١ٜٞغُا ذؽُٞٔا ٕبؾزٓلاا ٚ٘ٔػٝ ، ١دبٜشلإا ٢ئاضغُا ذؼجُا ١ر ٢ُبٔعلإا ْ٣ٞوزُا
ب٣سُٞبًبجُا يِع.
طب٤وُا داٝدأ :
٢ثبزٌُا َطاٞزُا دب٤ؼػٝ ٢ك خ٤ُبوٓ داسبجزخا.
خ٤ػٞػٞٓ داسبجزخا : ـ أطخُاٝ خؾظُا خِئعأ ـ َطُٞا خِئعأ ـ ؽاشلُا ءَٓ ـ دذؼزٓ ٖٓ سب٤زخلاا
٢ٜلشُا َطاٞزُا دب٤ؼػٝ.
دبشهبُ٘ٔاٝ عٝشؼُا.
غ٣سبشٖٓ٤ِٔؼزُٔا.
خ٣ٞثشزُا خج٤وؾُا.
، ٚربعبؽ تغؽ ًَ ٖ٣شضؼزُٔا ْػذُ داءاشعاث غجزر ُْ بٓ بٜلئبظٝ ٌَٔزغر ٕأ ْ٣ٞوزُا داءاشعلإ ٌٖٔ٣ لاٝ
خػٞ٘زٓ ؾ٤ظث يُرٝ : خ٣صاٞٓ خطشٗأ ـ خ٤ُض٘ٓ ٍبـشأ ـ ٢غعإٓ ْػد ـ ظٓذ٘ٓ ْػد ....
78

٢٘ٓضُا فلاـُا ٢ػٞجعلأا:

٢رأ٣ بٔث ءاذزٛلاا ٠ُئ ربزعلأا ٠ػذ٣ ِْؼزُا ٖٓضُ َضٓلأا سبٔضزعلاا َعلأ :
خظؾُا ٢ك خطبخثٝ ضظؾُا غ٤ٔع ٍلاخ ٖ٤ِٔؼزُٔا ٟذُ خ٤ٜلشُا خ٣بلٌُا خ٤ٔ٘ر فذٜزغر خطشٗأ طاسدئ
َطاٞزُا ٖ٤ِٔؼزُِٔ ؼ٤زر خُاد دب٤ؼػٞث بٜطثسٝ ضُ٘ا دب٤طؼٓ سبٔضزعا بٜ٤ك ْز٣،صٞظُ٘ا طسد ٌٕٞٓ ٖٓ خ٤ٗبضُا
ْٜ٘٤ث بٔ٤ك.
ؼششزُٔا خؾ٘غث خطجرشٓ خُٞٔؽ دار صٞظٗ ٠ِػ شخ٥ ٖ٤ؽ ٖٓ ٍبـزشلاا / َ٤جه ٖٓ طشخزُا ؼِٔٓ
، بٜزٗب٤طٝ بِٜ٤ـشر مشؽٝ دلا٥بث خطجرشُٔا نئبصُٞاٝ ، خ٤ُٜ٘ٔا حب٤ؾُاٝ َـشُا ُْبػ ٖٓ صٞظٗٝ خ٤ِٔػ صٞظٗ
خ٣سادلإا داسبٔزعلااٝ دبػٞجطُٔاٝ....
خ٤كشؼٓ مبكآ ٠ِػ خِٔؼزُٔاٝ ِْؼزُٔا نكأ ؼزلر ٢لغِكٝ ،٢خ٣سبرٝ ،٢ٓلاعئ ذؼث دار صٞظٗ ءبوزٗا
؛خػٞ٘زٓ
طبٓذٗلاا ٠ِػ خِٔؼزُٔاٝ ِْؼزُٔا ذػبغر ٢زُا ٢ل٤ظُٞا ش٤جؼزُا داسبٜٓ ٠ِػ ٢ثبزٌُا طبزٗلإا خ٣بلً ٢ك ض٤ًشزُا
حب٤ؾُا ٢كٝ َـشُا ُْبػ ٢كخٓبػخلظث خ٤ُٜ٘ٔا. َضٓ ٖٓ ( عٝبلزُا دب٤٘ور ، خِثبؤُا دب٤٘ور ،ش٣شوزُا خثبزً دب٤٘ور
،.....)
حادأ خ٣ٞثشزُا خج٤وؾُا ربخراٝ بٜعسبخٝ خغعإُٔا َخاد بٜث َطاٞزُاٝ خـُِا ِْؼزُ حادأ ِْؼزُٔا عٝششٓ دبٔزػا

 

 


بٜٔ٣ٞورٝ ٚربعبزٗئ غ٤ٔغزُ.
خ٤ِطاٞزُا ٖ٤ِٔؼزُٔا داسبٜٓ خ٤ٔ٘زُ ساٝدلأا تؼُٝ حبًبؾُٔا دب٤٘ور دبٔزػا .

حُتزؼنا حفاقثناو حغهنا جدام هُماضمن ٌروذنا غَسىتنا :
لاٝأ:خ٤ٜ٘ٓ ب٣سُٞبٌث ٠ُٝلأا خ٘غُا :

حسٝذُا٠ُٝلأا:
ةبطخُا عاٞٗأ
صٞظُ٘ا طسد / دبػٞػُٞٔا خـُِا ِّٞػ ءبشٗلإاٝ ش٤جؼزُا
١سبٜشلإا ةبطخُا ض٤٤ٔزُا
حسٞط َ٤ِؾر حسبٜٓ
٢لؾظُا ةبطخُا دذؼُا
٢عب٤غُا ةبطخُا
حشطبؼٓ ب٣بؼه
خ٤ٔ٘زُاٝ ٕبغٗلإا سدبظُٔا
حشٌك غ٤عٞر حسبٜٓ
ب٤عٌُٞٞ٘زُاٝ ٕبغٗلإا خجغُ٘ا
حشغُٜا ًَبشٓٝ ٕبغٗلإا ن٤جطر
ْػذُاٝ ْ٣ٞوزُا داءاشعئ
خ٤ٗبضُا حسٝذُا
ْ٤ٛبلٓ
خصاذؾُا ّبٜلزعلاا
سبٌكلأا ٖ٤ث ؾثشُا حسبٜٓ
َطاٞزُا ٢ُٜ٘اٝ شٓلأا
سبٌزثلااٝ عاذثلإا ٢٘ٔزُا
ْ٤وُا خٓٞظ٘ٓ
ىشزشُٔا ش٤ؼُا ذػاٞه :
ؼٓبغزُاٝ ٖٓبؼزُا
بٜٗبًسأٝ بٜل٣شؼر حسبؼزعلاا
طبز٘زعلااٝ خٗسبؤُا حسبٜٓ
خ٣ششجُا خٓاشٌُا خِثبؤُاٝ مبجطُا

ٍبٔغُا
ْػذُاٝ ْ٣ٞوزُا داءاشعئ
79

ب٤ٗبص: خ٤ٜ٘ٓ ب٣سُٞبٌث خ٤ٗبضُا خ٘غُا

حسٝذُا٠ُٝلأا:
دب٣ذؾرٝ دبؼثأ خُٔٞؼُا
صٞظُ٘ا طسد / دبػٞػُٞٔا خـُِا ِّٞػ ءبشٗلإاٝ ش٤جؼزُا
خكبوضُاٝ خ٣ُٜٞا : شخ٥اٝ بٗلأا مبوزشلاا ض٤لؾر خُبعسٝ حش٤ع ظٜٗ خثبزً ـ
خِثبؤُاٝ عٝبلزُا دب٤٘ور ـ
خكشؼُٔا غٔزغٓ عاشزهلاا
دبكبوضُا ساٞؽ
دبٗبٛسٝ ب٣بؼه
حب٤ؾُا ٟذٓ ِْؼزُا ذؾُ٘ا
َٔػ خطخ غػٝ حسبٜٓ
٢ٗذُٔا غٔزغُٔا خًسبشُٔاٝ
خ٤عب٤غُا
ْغوُا ةِٞعأ
١دبٓلاُا ٍبٔعأشُا
ْػذُاٝ ْ٣ٞوزُا داءاشعئ
حذغزغُٔا ُٖٜٔاٝ ُٖٜٔا خ٣سبر ؽششُا ةِٞعأ شؾجُا خ٤غٜ٘ٓ ـ
ؾوُ٘ا زخأ ـ
خُٝبؤُا ُْبػ مبغرلاا
خ٤ٗبضُا حسٝذُا
خ٤ُٜ٘ٔا حب٤ؾُا
خ٤ٔهشُا حسٞضُا
ُٖٜٔاٝ ٕٞ٘لُا
بٔ٘٤غُا
خػٞ٘زٓ دبو٤جطر
٢ظخش عٝششٓ داذػئ حسبٜٓ
٢ٜ٘ٓ
سبٔؼُٔا
َ٤ٌشزُا
ْػذُاٝ ْ٣ٞوزُا داءاشعئ
خ٣شظث دب٘عأ ٝأ صٞظٗ ءبوزٗا ٢ك فشظز٣ ٕأ ربزعلأُ ٌٖٔ٣... ٢ل٣ بٓ ّبؼُا ْ٤ِؼزُا تزً ٢ك ذغ٣ ُْ ارئ
صٞظُ٘ا ٖ٤ٓبؼٓ ت٤غزغر ٕأ خط٣شش ،عشـُبثدبعبؾُِ حسبزخُٔا ٖ٤ِٔؼزُِٔ خ٣ٞـُِاٝ خ٤كبوضُا خ٤طٞظخُٝ


خظؽلآ:
يِغُٔا .

SG02 : EDUCATION ISLAMIQUE

80


جدام حماوزتحُملاسلاا حُتزتنا :






ٍهُهأتنا ٌىواثنا مُهؼتنا كهست حُملاسلإا حُتزتنا جاهىم دامتػا( ىُوىَ2016.)



SG03 : Français
Préambule

La réforme, engagée par le ministère de l’Éducation nationale et de la formation professionnelle, vise
le développement d’un enseignement de qualité s’appuyant sur nos constantes civilisationnelles et
culturelles. Cet enseignement se veut une préparation efficiente et efficace à des études supérieures
réussies et/ou un tremplin pour une insertion aisée des jeunes dans le marché du travail et leur ancrage
dans les valeurs humaines universelles.
Aussi cette réforme se donne-t-elle pour finalités:
 La formation d’un citoyen autonome par le biais d’une appropriation des valeurs civiques et
humaines universelles.
 La formation à la philosophie et à la pratique des droits de l’homme et de l’enfant, de la
citoyenneté, de l’environnement et de la tolérance.
 La compréhension et l’assimilation des différents changements et développements de la
civilisation humaine.
 La formation de citoyens à même d’agir et d’interagir avec les percées scientifiques,
technologiques et économiques en fonction des besoins de la nation.
Le programme de la langue française destiné à la section du baccalauréat professionnel a été conçu en
étroite relation avec les œuvres du programme et les spécificités des différentes filières professionnelles.

Ces œuvres sont envisagées à la fois comme support et comme objet d’étude. En tant que support, elles
permettent d’assurer un enseignement cohérent et contextualisé. En tant qu’objet, outre leur vertu de
donner le goût et le plaisir de lire, leur étude, dont l’objectif pédagogique est la construction du sens,
favorise, d’une part, l’ouverture culturelle et interculturelle et permet, d’autre part, de développer, in
situ, un certain nombre de capacités telles que l’analyse, l’interprétation, l’induction, la déduction, la
synthèse, etc. Le professeur sera amené dans le cadre de son projet pédagogique, organisé en modules,
autour d’une thématique, une œuvre littéraire et un groupement de textes, à adapter son enseignement
aux filières qui lui seront confiées en tenant compte des quatre compétences pour la maîtrise d’une
langue: la compréhension et la production de l’oral; la compréhension et la production de l’écrit. Il
convient aussi de développer chez l’élève les compétences d’écoute, d’analyse, de synthèse, de transfert,
de jugement, d’évaluation, d’esprit critique et d’esprit d’initiative.
Pour l’étude des œuvres littéraires retenues, il appartient au professeur de faire un choix judicieux parmi
les titres proposés en troncs communs et en 2ème année du cycle du baccalauréat professionnel. Pour la
1ère année du cycle du baccalauréat, une seule œuvre est proposée par module, compte tenu des
contraintes de l’examen normalisé régional. Par ailleurs, le professeur a toute latitude d’utiliser des
textes ou groupements de textes complémentaires pour répondre aux besoins spécifiques de sa classe et
de la filière. Des textes fonctionnels ou traitants de thèmes d’actualité pourront avoir plusieurs vertus :
- donner accès au savoir produit ailleurs comme capital humain ;
- développer les opérations cognitives et métacognitives chez l’élève ;
- permettre l’apprentissage de la prise de position de l’élève via le traitement d’un sujet de
réflexion et le débat d’idées (d’ordre scientifique, technologique, philosophique, etc.). Le
positionnement de l’élève devra constituer l’objectif initial, intermédiaire et ultime de toute action
pédagogique que le professeur ne doit pas perdre de vue. Notons que cette capacité va s’aiguisant à
partir d’un certain nombre d’opérations à la fois discursives et mentales qu’on doit mettre en œuvre tout
le temps via l’approche méthodique et via d’autres activités : exposés oraux, discussions et débats,
interviews, simulations et jeux de rôles, etc.
81

La perception, la constatation, l’observation, la présentation, la description, l’analyse argumentée,
l’exemplification, la citation, l’induction ou la déduction, bref tous les procédés de dialectisation.
Parallèlement, un certain nombre d’énoncés permettant d’organiser le discours doivent faire objet
d’étude: comment introduire une idée, exemplifier, citer, développer, enchaîner, conclure, etc.
L’enseignement/apprentissage des modalités discursives permettent d’étudier la faculté du jugement : la
subjectivité, l’objectivité, le point de vue favorable, défavorable, l’esprit critique etc.
Partant de ces considérations, il sera aisé de déduire que la réforme de l’éducation et de la formation
met l’élève au centre de l’action pédagogique, d’où la nécessité d’une refonte du dispositif pédagogique,
didactique et méthodologique dans la perspective de faire de l’élève l’acteur principal de son
apprentissage. L’entrée privilégiée pour atteindre cet objectif est la mise en place d’une pédagogie des
compétences.
L’enseignement/apprentissage du français, au cycle secondaire qualifiant, à l’instar des autres
disciplines, repose sur le concept de compétence.
1. Entrée par les valeurs et entrée par les compétences
1.1. Entrée par les valeurs
A l’instar des autres disciplines, le français contribue au développement des valeurs nationales et
universelles, telles qu’elles sont énoncées dans les textes de référence officiels. Les propositions
pédagogiques retenues prennent en compte cette exigence. Il revient à l’enseignant de mettre en évidence
les valeurs véhiculées dans les œuvres étudiées.
1.2. Entrée par les compétences
Le concept de compétence est, selon P. Perrenoud, «une capacité d’agir efficacement dans un type défini
de situations, capacité qui s’appuie sur des connaissances mais ne s’y réduit pas» Ainsi, dans le domaine
de l’apprentissage d’une langue, il ne suffit pas de posséder des savoirs linguistiques et des savoir-faire
communicatifs pour être à même de communiquer efficacement dans une situation de communication
réelle.
Dans la perspective de dépasser la trilogie «savoir, savoir-faire et savoir être», la compétence est à
considérer en termes de savoir combinatoire « qui s’acquiert dans et par l’action » comme le souligne Le
Boterf.
Ceci permet de dire que :
- l’élève est acteur de son apprentissage (cf.ci-après);
- il construit ses compétences en mobilisant deux types de ressources. Le premier type englobe les
connaissances, les savoir-faire, les qualités personnelles propres à chaque apprenant. Le deuxième
type se rattache à l’environnement de l’apprenant et à sa capacité à apprendre à partir de cet
environnement ;
- la compétence est évolutive chez un même élève, et n’est pas identique d’un élève à l’autre face à
un même problème à résoudre ou un même projet à réaliser ;
- un élève compétent est celui qui sait mobiliser / construire, en temps voulu, des compétences
adéquates pour répondre à/gérer des situations problèmes d’ordre communicatif. Ainsi la réponse
compétente est spécifique à chaque individu et à chaque situation.
Dans le souci de dispenser un enseignement/apprentissage répondant de manière efficace à la fois aux
besoins des publics du cycle qualifiant de l’enseignement supérieur et du marché du travail, le curriculum
se doit de doter les lycéens de compétences de communication susceptibles de faciliter leur intégration
dans la société.
82

En partant de ces préalables et tout en accordant une attention particulière à la transmission de valeurs
universelles et civiques requises, le programme de français des filières professionnelles est conçu selon
une double optique : celle de répondre aux exigences du parcours professionnel du futur bachelier et celle
tout aussi importante de correspondre le plus possible à l’esprit de l’enseignement général, favorisant
ainsi la mise en place de passerelles, au cas où l’élève choisirait de changer d’orientation ou de poursuivre
des études supérieures.
1.2.1. Les compétences et la pédagogie qui sous-tendent l’enseignement/
apprentissage du français
Le programme de français, élaboré dans cette perspective, repose sur quatre compétences majeures
dictées par les exigences d’une formation, soutenues par un cursus scolaire professionnalisant mais
également par diverses finalités dont par exemple la formation d’un citoyen responsable à même d’agir,
d’interagir, de collaborer…, bref d’évoluer dans le monde du travail en particulier et dans la vie en
général.
Ces quatre compétences se déclinent ainsi
 Compréhension de l’oral
 Production de l’oral
 Compréhension de l’écrit
 Production de l’écrit
Il est à noter, dans ce contexte, que l’élève qui accède au cycle secondaire qualifiant est déjà capable de
s’exprimer de manière correcte et efficace, dans des situations de communication complexes. Il est par
conséquent appelé, durant ce cycle, à consolider ses acquis, à se perfectionner en vue d’une appropriation
élargie et progressive des dimensions culturelles, discursives et linguistiques de la langue française.
Les quatre macro-compétences susmentionnées répondent à divers objectifs généraux, comme elles se
recoupent avec d’autres compétences transversales et différents principes pédagogiques qu’on peut
regrouper ainsi :
1.2.1.1. Développement des capacités et des fonctions cognitives
- Faire acquérir à l’élève, au moyen d’un corpus de textes et d’œuvres bien choisis et motivants, le
plaisir et « l’habitus » de lire et d’apprendre.
- Acquérir progressivement, dans une perspective fonctionnaliste et pragmatique, la maîtrise de la
langue au niveau linguistique, sémantique et culturel.
- Développer chez l’élève des stratégies d’organisation et de planification.
- Travailler la flexibilité mentale, l’autocritique…
- Développer le sens de l’analyse et l’esprit critique…

1.2.1.2. Enseignement actif et éducation à l’autonomie
- Adopter une approche centrée sur l’élève faisant de lui l’acteur de ses propres apprentissages.
- Recourir à la différenciation autant que faire se peut.
- Adopter des stratégies pédagogiques permettant d’amener l’élève à prendre conscience de son
potentiel et de ses propres stratégies d’apprentissage (processus cognitif de conscientisation
portant sur la métacognition).
- Centrer l’enseignement sur la construction motivante du sens : la langue sera ipso facto mise en
oeuvre quand l’élève éprouve le besoin de dire quelque chose qui le motive et lui tient à cœur.


83

1.2.1.3. Travail collaboratif et préparation au monde du travail
- Favoriser la créativité et l’épanouissement au sein d’activités collectives susceptibles de
promouvoir une culture de solidarité et d’entraide
- Développer la vitesse de traitement de l’information.
- Affermir « la mémoire de travail » qui consiste à traiter et à manipuler mentalement des
informations diverses à un moment donné.
1.2.1.4. Mobilisation des ressources
- Développer des savoirs, des savoir-faire et des savoirs-être.
- Prévoir des moments et des situations d’intégration, d’appropriation, de réinvestissement et de
transfert.
- Mettre l’élève régulièrement face à des situations-problèmes pour lui permettre de s’exercer à
mobiliser différentes ressources…, bref, à aiguiser et à parfaire des compétences qui, rappelonsle,
se
développent
tout
au
long
de
la vie.

1.2.1.5. Communiquer dans un contexte social et professionnel
- Identifier les principaux enjeux de la communication
- Exploiter une recherche d’informations en réponse à un besoin professionnel
- Utiliser des techniques pour s’exprimer
- Argumenter un point de vue
- Interpréter des faits ou des événements
Le tableau suivant amorce une opérationnalisation de quelques compétences déjà énoncées en les
arrimant aux activités proposées

Compétences disciplinaires
- Lire différents types de textes (narratif, descriptif, prescriptif, didactique, argumentatif…)
- Lire une œuvre littéraire (nouvelle, roman, pièce de théâtre….)
- Etudier une œuvre littéraire
- Lire et étudier un poème
- Analyser, interpréter et présenter une image, un schéma, un mode d’emploi, une notice…
- Lire analyser et produire une affiche publicitaire
- Utiliser le vocabulaire adapté (le métalangage nécessaire pour appréhender le genre ou le
type
de texte étudié)
- Utiliser les organisateurs textuels et les connecteurs chronologiques et logiques
- Etudier et employer différentes figures de styles avec une intention de communication
donnée
- Rendre compte de la lecture d’un texte long par une fiche de lecture
- Produire un écrit d’invention (projet de classe, projet personnel de l’élève)
- Produire des énoncés en adéquation avec la visée recherchée et avec la situation de
communication
- Prendre des notes à partir de documents sonores ou écrits
- Prendre la parole
- Ecouter activement
- Chercher l’information et la traiter en fonction de son projet
- …

84

2. Profil de sortie
L’enseignement du français en baccalauréat professionnel vise l’acquisition de trois compétences :
échanger oralement : écouter, réagir, s'exprimer ;
échanger par écrit : lire, analyser, écrire ;
Travailler en autonomie, prendre l’initiative, une décision appropriée.
A l’issue du cycle secondaire qualifiant, et corollairement aux contenus enseignés et aux
compétences développées (susmentionnées), l’élève devra être capable de:
2.1. Échanger oralement
 Écouter activement autrui ;
 Comprendre les énoncés reçus ;
 Prendre la parole ;
 Participer de manière efficace à un échange en respectant les paramètres de la situation
de communication ;
 Produire des énoncés en adéquation avec la situation de communication ;
 S’exprimer d’une voix claire, intelligible et audible ;
 Utiliser le niveau de langue approprié à la situation de communication ;
 Respecter le point de vue d’autrui ;
 Présenter une communication orale construite et adaptée au public (document, point de
vue, compte rendu, exposé) ;
 Utiliser le lexique approprié et respecter les règles morphosyntaxiques.
2.2. Échanger par écrit
 Orienter sa lecture et son écrit en fonction de la situation de communication ;
 Reconnaître les différents genres d’écrits (littéraire, scientifique, journalistique, etc.) ;
 Reconnaître le fonctionnement des différents types de textes et de discours ;
 Déterminer la visée de supports divers (scripturaux, iconiques, etc.) ;
 Anticiper le contenu d’un document à partir d’indices significatifs (internes et externes) ;
 Adapter sa stratégie de lecture au projet ;
 Distinguer l’explicite de l’implicite, le dénotatif du connotatif dans différents supports;
 Rendre compte de la compréhension d’un texte par un résumé, une fiche de lecture, etc. ;
 Prendre des notes, résumer, synthétiser des textes d’idées;
 Lire l’image ;
 Exprimer une opinion personnelle en la justifiant de manière cohérente ;
 Assurer la cohérence d’un message en fonction de la visée et du type de texte ;
 Utiliser à bon escient les organisateurs textuels, les connecteurs logiques et
chronologiques ;
 Utiliser un vocabulaire précis et adapté à la situation de communication ;
 Veiller au respect des règles morphosyntaxiques ;
 Adapter la mise en page des documents à l’intention de communication et respecter la
ponctuation ;
 Produire des écrits créatifs et personnels.


85


2.3. Travailler en autonomie
 S’approprier des outils de la méthodologie du travail intellectuel ;
 Utiliser les codes et références spécifiques aux lieux et supports où l’on accède à
l’information (Centre de Documentation et d’Information, ateliers, bibliothèque, Internet,
etc.);
 Utiliser les ouvrages de références (dictionnaires, matériels audiovisuels, sites Internet,
cédéroms, etc.) ;
 Déterminer une problématique pour orienter sa recherche ;
 Savoir repérer les mots clés pour organiser sa recherche ;
 Sélectionner des informations ;
 Classer les informations ;
 Organiser les informations sélectionnées en fonction du projet de recherche ;
 Etablir une bibliographie.
3. Organisation pédagogique de l’enseignement du français dans le cycle
secondaire qualifiant

L’enseignement/apprentissage du français au cycle qualifiant s’inscrit dans une démarche de projet et
s’organise autour des éléments suivants:
Le programme de français, pour répondre à diverses attentes, se veut riche et varié. Néanmoins, pour
gagner en cohérence et éviter la dispersion sans restreindre la possibilité du recours à des ressources
diverses, il est organisé selon plusieurs entrées :

3.1. Organisation par modules
Dans ce cadre, signalons que les modules correspondent chacun à un thème d’ordre général. Cette
thématique générale vise surtout à assurer la cohérence interne de chaque module surtout si l’on prend
en considération la richesse intrinsèque des œuvres littéraires d’une part et d’autre part, la nécessité de
recourir à des textes ou à des groupements de textes annexes pour se focaliser davantage sur les
préoccupations, les activités et le langage technique liés à une ou un groupe de filières.

3.2. Unité de support et objet d’étude: œuvres intégrales
Lire des bouts de textes ne peut en aucun cas se substituer à l’intérêt et au plaisir de lire une œuvre
intégrale. Ces œuvres sont choisies à partir de plusieurs critères dont notamment l’accessibilité, le côté
esthétique, la modernité et les valeurs humaines qu’elles véhiculent. Néanmoins, l’objectif essentiel
reste d’insuffler le goût de lire et d’apprécier ces œuvres en tant que telles et non de les analyser de bout
en bout jusqu’à en faire perdre et le goût et l’intérêt.
D’ailleurs, pour donner plus de liberté au professeur de choisir ce qui lui convient le mieux, deux
œuvres au choix sont proposées pour chaque module, à l’exception de la 1
86

ère
année du cycle du
baccalauréat.

3.3. Unité assurée par des axes thématiques fédérateurs
Ces axes thématiques supplémentaires sont proposés pour aider au mieux le professeur à concevoir son
projet pédagogique et à choisir les textes complémentaire. Il va sans dire que ces axes sont donnés à titre
indicatif et que le professeur peut en choisir un ou plusieurs, ou si nécessaires d’autres axes non
mentionnés ici, en fonction des besoins et des objectifs visés.

3.4. La séquence
La séquence didactique (ou projet séquentiel) est un ensemble d’activités visant le développement de
compétences; celles-ci constituent une réponse aux besoins des élèves, préalablement identifiés et
analysés. C’est l’outil le mieux adapté à une gestion optimale du temps en fonction du rythme de
chacun.
En effet, le projet pédagogique est constitué d’un ensemble de modules eux-mêmes déclinés en
séquences didactiques conçues sous forme d’activités successives, cohérentes et interdépendantes.
Celles-ci peuvent être effectuées en classe et hors de la classe, suivant une démarche décloisonnée, dans
l’optique de développer chez l’élève les compétences voulues.
L’évaluation qui clôt la séquence permettra, en même temps, d’évaluer les nouveaux acquis et de
prévoir les actions de remédiation et de consolidation qui s’imposent.

3.4.1. Les composantes de la séquence :
a- Ressources et documents complémentaires
C’est au professeur de choisir, en fonction des axes thématiques retenus, les documents textuels,
iconographiques, filmiques ou autres qui peuvent soit projeter des éclairages sur la thématique globale
ou l’œuvre en général ou servir de support pour les diverses activités connexes.
b- Les contenus
Les contenus proposés constituent un ensemble modulable et non contraignant que le professeur sera
amené, en fonction des besoins de ses élèves, à restructurer, étoffer ou à l’inverse réduire, modifier ou
tout simplement remplacer. Ce sont des ressources dont il se servira au besoin. Ils constituent plus une
boîte à outils qu’un ensemble stratifié et monolithique.

3.5. Le projet pédagogique du professeur (décliné en séquences)
C’est à proprement parler la pierre angulaire de l’édifice. Le professeur doit lui accorder toutes
l’attention voulue que ce soit au niveau des compétences retenues, des prérequis nécessaires, de la
variété, de la complémentarité et du degré de cohérence et d’intégration des activités prévues. Il en va de
même des procédures d’évaluation et de remédiation mises en place. L’essentiel est que cet outil de
travail incontournable possède la flexibilité nécessaire pour d’éventuelles réadaptations en fonction de la
progression des élèves.

3.5.1. Démarche du projet
Mettre en place un projet pédagogique suppose que l’enseignant procède à
 Une évaluation diagnostique (en début d’année) lui permettant de dégager le profil de la
classe ;
 La négociation et à la formulation en termes contractuels du projet permettant d’associer
les élèves à leur propre production et partant à leur propre formation ;
 La clarification des compétences que les élèves doivent acquérir à l’issue d’un ensemble
d’activités programmées pour une période donnée ;
 L’élaboration et la programmation de tâches et d’activités diverses favorisant la
construction des compétences escomptées ;
 La conception ou la prise en compte de procédures d’évaluation destinées à apprécier le
degré de maîtrise de ces compétences ;
 La tenue d’un carnet de bord lui permettant de consigner au fur et à mesure, les étapes de
réalisation du projet, les points forts et les points d’amélioration du travail effectué, le
degré d’implication des élèves, les imprévus, etc.
87


3.6. Niveau taxonomique

Avant d’aborder les contenus, on doit signaler que sur le plan taxonomique, les définitions des
savoirs et des activités proposés dans ce référentiel comportent quatre niveaux de maîtrise
hiérarchisés.

Niveaux d’ (de) Maîtrise des
savoirs
4- maîtrise
méthodologique
(niveau métalogique)
3- maîtrise d’outils
(niveau chrono-logique)
2- expression
(énonciation
linguistique et
discursive)
1- information
(appropriation /
ancrage)
Je sais sélectionner
l’information,
l’exploiter, la
structurer et
l’agencer
Je sais comment en
parler et l’exprimer
Je sais en parler,
l’exprimer, le
reformuler
Je comprends de
quoi on parle et
comment

3.7. Les activités de mise en œuvre
88

Les capacités à
développer
La pertinence du choix du
savoir et la mise en œuvre
du savoir-faire procédural
La cohérence et la cohésion
(texte et discours)
Les différents modes de
mise en discours : liens
logiques et rhétoriques, des
énoncés au texte
Résumer, rendre compte,
exposer
Lire, analyser, comprendre
un document écrit ; iconique
ou autres.
Activités
Activité :
convergente /intégrati
on/ autonomisation
Activités : Langue /
Communication :

Activités :
Production écrite ou
orale
Activité :
Lecture

Cette conception, plus proche des besoins des élèves et plus ouverte quant au rôle de l’enseignant,
passe par un assouplissement des horaires impartis aux diverses activités.
Ainsi, tel projet nécessitera davantage d’heures de lecture que le précédent, tel autre privilégiera la
production écrite ou l’initiation à la documentation. Le principe est que l’ensemble des activités,
prévues dans le cadre du projet, convergent et se complètent.
En outre, les activités seront décloisonnées et intégrées les unes aux autres autant que nécessaire.
L’enseignant, sans perdre de vue la nécessité de veiller à l’équilibre et à la progressivité des activités,
essayera de les diversifier en fonction des compétences visées en réception et en production de l’oral
et de l’écrit.
La répartition des activités de classe met en perspective, pour les trois années du cycle qualifiant, le
cheminement d’un apprentissage progressif recherchant la consolidation des acquis des cycles
antérieurs, leur perfectionnement, en vue de l’appropriation de la langue cible. Les domaines de
l’enseignement apprentissage sont la lecture, l’écrit, la langue, l’oral et les travaux encadrés.

3.8. Activités de lecture
La spécificité de cette activité est la lecture et l’étude d’œuvres intégrales. Il s’agit d’articuler les analyses
fragmentées (un extrait dont on justifie le choix) et les visions d’ensemble pour que les différents aspects
de l’œuvre soient étudiés.
Cette forme de lecture vise :
 la perception du traitement du temps (temps de la narration, ellipses…) ;
 la construction de l’œuvre (comprendre les principes sous-jacents qui en régissent la
composition) ;
 la construction du personnage (présentation, évolution, psychologie, motivations) ;
 la connaissance du genre, du courant, du contexte de production, du rapport de l’auteur
avec son œuvre et l’ancrage de celle-ci dans son environnement historique et culturel;
 l’analyse du contenu, y compris le non-dit, pour découvrir la conception du monde dont
elle est le reflet;
 la formulation des réactions de lecteurs (sympathie/rejet, compréhension/
incompréhension…).
Un tel choix demande l’adoption de démarches méthodologiques et de stratégies de lecture appropriées à
l’étude de l’œuvre littéraire:
 La lecture méthodique relie constamment observation et interprétation et fait participer
activement l’élève à la construction du sens à partir de réseaux d’indices textuels et
discursifs. Quel que soit le genre de texte ou le type de discours considéré, c’est avec ses
compétences d’analyse personnelles, y compris celles qui font intervenir sa subjectivité,
que l’élève progresse dans la construction du sens ;
 La lecture analytique s’attache à dégager le sens d’un texte par une étude détaillée des
techniques d’écriture, et s’intéresse aux effets que produisent ces techniques sur le lecteur.
 La lecture sélective permetde dégager les informations en fonction du projet de lecture ;
 Le groupement de textes s’appuie sur la confrontation de textes appartenant au même
genre ou à des genres apparentés pour la mise en évidence de caractéristiques textuelles et
discursives significatives ;
Cependant, la séance de lecture ne sera pas exclusivement réservée à l’étude de l’œuvre intégrale. Deux
autres types de lecture sont à privilégier :
 la lecture fonctionnelle : il s’agit d’étudier des textes fonctionnels de types informatif,
explicatif, prescriptif ou argumentatif dont le contenu est en rapport avec la spécialité choisie
par les élèves ;
 la lecture documentaire : c’est une lecture qui vise la recherche d’informations. Celle-ci
sollicite des stratégies différentes de celles préconisées pour l’étude de l’œuvre intégrale. Il
s’agit d’expliciter les démarches de cette lecture et de procéder à un entraînement
systématique pour développer cette expertise de lecture. Le recours à la reformulation, la
courte synthèse ou la transposition (schéma, représentation graphique…) favoriseront
l’acquisition des stratégies de cette lecture.
La séance de lecture peut aussi avoir comme supports des textes et des poèmes variés, d’auteurs
francophones, notamment marocains, en vue d’élargir les horizons culturels des apprenants et de les
sensibiliser à la diversité linguistique francophone.
La lecture s'intéresse également à l'étude de l'image. On utilisera des images fixes et mobiles pour
apprendre aux élèves à dégager les spécificités du message iconique et à mettre en relation le langage
verbal et le langage visuel;

89

3.9. Activités de langue
 Le lexique
Enseigner le lexique est devenu une nécessité : nombre d’élèves disposent d’un vocabulaire limité, ce qui
constitue un obstacle à la compréhension et explique la faiblesse de leurs productions. Développer le
vocabulaire est donc un objectif prioritaire.
Le professeur fera acquérir aux élèves les connaissances lexicales nécessaires réparties en deux
catégories :
 La formation des mots : dérivation, suffixation, préfixation, composition….
 Le lexique thématique en lien avec les textes étudiés, la spécialité des élèves, l’objet d’étude…
Cet enseignement du lexique doit être lié aux activités de lecture, d’oral et d’écriture.
 Grammaire de la phrase
Dans la continuité du collège, la grammaire de la phrase fera l’étude continue et graduée tout au long du
cycle du baccalauréat professionnelle. Mais il faudra veiller à infléchir l’activité dans le sens d’une
pratique raisonnée de la langue au service de la communication.
 Grammaire de texte
La cohérence du texte repose sur des régularités qui facilitent le passage d’une phrase à l’autre, d’un
paragraphe à l’autre, il faudrait, donc, aider les élèves à percevoir ces régularités, aussi bien en lecture,
qu’en écriture et à l’oral.
Ces éléments qui organisent le texte doivent être mis en relation avec l’énonciation.
 L’énonciation
Il s’agit de faire acquérir aux élèves les connaissances nécessaires à la compréhension d'un discours et de
leur faire observer les différents éléments qui constituent ce discours pour qu’ils puissent comprendre un
texte et produire des écrits cohérents.

3.10. Activités orales et travaux encadrés
- Les activités orales : Le projet pédagogique intégrera des activités orales diversifiées. Plus
spécifiquement, dans le cadre de l’acquisition progressive des techniques d’expression et de
communication, on travaillera :
- L’écoute : sans écoute, il n’y a pas d’interaction possible, pas d’avancée dans un débat ;
- L’expression : il s’agit d’amener l’élève à s’exprimer ; à réagir, à prendre la parole pour exposer
clairement ses idées.
Pour ce, l’enseignant est appelé à :
- organiser des situations où l’élève produit de l’oral devant un public exposé, interview, débat,
table ronde… ;
- entraîner les élèves à la prise de parole à partir d’un support écrit ou d’un document (prise de
notes, schéma, photo, affiche, tableau…;
- travailler sur le plaisir de dire (poésie-diction, jeux de scène… ;
- travailler sur la posture du locuteur (gestes, mimiques…).
- Les travaux encadrés : ils constituent un travail personnel, mais réalisé au sein d’un groupe motivé
par le désir de travailler ensemble ou de traiter un sujet en commun. C’est un travail encadré par
l’enseignant qui aide dans le choix du sujet à traiter, guide le groupe pour organiser le travail,
contrôle régulièrement l’avancée des travaux et évalue l’implication personnelle et la cohérence
de la production finale.
Les travaux encadrés exigent des élèves une plus grande autonomie.
90

3.11. Activités de production écrite :
La spécificité du baccalauréat professionnelle implique le recours à des activités de production écrite
diversifiées, susceptibles de faire accéder l’élève au degré d’autonomie escompté.
A cet effet, les pratiques de productions d’écrits porteront sur :
- La prise de notes : elle est essentielle dans l’apprentissage de l’autonomie ;
- La production de discours argumentatifs ;
- L’écriture d’invention ;
- le résumé ;
- la synthèse de documents ;
- les écrits fonctionnels : compte-rendu, rapport, lettre (demande d’emploi, lettre de motivation,
demande de stage, C.V…).
3.12. Répartition des contenus :
3.12.1 Niveau taxonomique
Avant d’aborder les contenus, on doit signaler que sur le plan taxonomique, les définitions des
savoirs et des activités proposés dans ce référentiel comportent 4 niveaux de maîtrise hiérarchisés.

Niveaux d’ (de) Maîtrise des
savoirs
4- maîtrise
méthodologique
(niveau
métalogique)
3- maîtrise d’outils
(niveau
chrono- logique)
Je sais
sélectionner
l’information,
l’exploiter, la
structurer et
l’agencer
Je sais comment
en parler et
l’exprimer
91

Les capacités à
développer
La pertinence du
choix du savoir et la mise
en œuvre du savoir-faire
procédural
La cohérence et la
cohésion (texte et
discours)
Les différents modes
de mise en discours : liens
logiques et rhétoriques,
des énoncés au texte

2- expression
(énonciation
linguistique et
discursive)
1- information
(appropriation /
ancrage)
Je sais en parler,
l’exprimer, le
reformuler
Je comprends de
quoi on parle et
comment

3.12.2.Répartition et organisation des contenus
Résumer, rendre
compte, exposer
Lire, analyser,
comprendre un document
écrit ; iconique ou autres.
Activités
Activité :
convergente /intégra
tion/ autonomisation
Activités :
Langue /
Communication :
Activités :
Production
L’organisation des contenus relatifs aux aspects linguistiques et aux techniques d’expression et de
communication est donnée à titre indicatif. Il appartient au professeur de restructurer, de compléter
si nécessaire et d’adapter ces contenus selon les objectifs de son propre projet pédagogique.


écrite ou orale
Activité :
Lecture
3.12.3 Aspects linguistiques
T.C 1
92

ère
2

Lexique
1. Comprendre la
Grammaire,
orthographe
et
conjugaison
Grammaire
du texte
formation des mots :
. les mots dérivés
. les mots composés
2. Les nouveaux
procédés de formation :
. l’abréviation
. l’emprunt
3. Lexique thématique.
4. champs lexicaux
5. Figures de style
6. Niveaux de langue
Construire une phrase
simple :
. le G.N
. le G.V
. les compléments
-Groupes, temps et
modes
1. Les mots de reprise
2. Les connecteurs :
. d’énumération
. spatiaux-temporels
. d’analogie et de
Ressemblance
Enonciation
1. Les situations de
communication
2. La modalisation
3. La dénotation / la
connotation



1. Comprendre le
vocabulaire savant :
. les préfixes
. les suffixes
. les radicaux
2. Eviter les impropriétés :
. l’homonymie
. la paronymie
3. Lexique thématique
4. Champs lexicaux
5. champs sémantiques
6. Registres (tonalité du
texte)
Construire une phrase
complexe :
. la complétive
. la circonstancielle
. la relative
.Accord du participe passé
1. Les connecteurs :
. d’opposition
. de concession
. de cause et de
conséquence
2. Les procédés de la
généralisation, de la
reformulation et de la
condensation
L’énonciation et le texte :
. le point de vue
. le discours rapporté :
direct, indirect, indirect
libre
- les procédés de
caractérisation

ème
1. Choisir le mot
juste :
. la synonymie
. l’antonymie
2. Les champs
lexicaux
3. champs
sémantiques
4. Lexique
thématique

Comprendre
l’utilisation des
modes et des temps :
. les modes dans
la subordonnée
. la concordance
des temps
La progression d’un
texte :
. la progression
thématique
. la cohésion/ la
cohérence
1. L’implicite,
l’explicite
2. La présupposition
3. Les procédés
d’argumentation et de
persuasion
4. les procédés de
caractérisation.
3.12.4. Techniques d’expression et de communication orale et écrite

Activités TC 1
93

ère
année 2
année





Oral
 Prise de parole en
public
 Faire un exposé
 Présenter un dossier
 Identifier les
paramètres d’une
situation de
communication
orale
 Faire des jeux de
rôles
 Négocier
 Présenter une notice,
une brochure, un
schéma, un graphique,
une image …
 Développer des
stratégies de
communication : savoir
convaincre, persuader,
démontrer
 Présenter un dossier
ème
 Passer un entretien
 Participer à un débat, à
une discussion
 Faire des jeux de rôle et
des simulations
 Présenter un compte
rendu de film
 Animer une rencontre,
une réunion
 Présenter un projet
personnel
 Evaluer une prestation,
un projet, un exposé






Écrit
 Rédiger un texte
prescriptif
 Rédiger un texte
narratif
 Rédiger un texte
descriptif
 Rédiger un texte
didactique
 Rédiger un mode
d’emploi, une
notice, une recette
 Rédiger un texte à la
manière de ...
(pastiche,
imitation…)
 Faire un résumé
 Prendre des notes



 Rédiger un CV, une
demande, une lettre de
motivation, un compte
rendu, un rapport, une
lettre administrative
 Prendre des notes
 Faire un résumé
 Faire une synthèse
 Produire un texte dans
le cadre d’un projet
 Jouer avec les images
et les figures de style
 Rédiger un texte
argumentatif

 Rédiger un dialogue
 Rédiger un texte
argumentatif
 Rédiger une fiche de
lecture d’une œuvre
 Rédiger un texte à
partir d’un support
iconique
 Faire un compte rendu
de lecture
 Réécrire un texte avec
une consigne précise
 Exprimer son point de
vue à propos d’une
œuvre (roman, poème,
film, pièce de théâtre)
3.12.5 Lecture


I - Approches
 Observation et analyse de documents relevant de types et de genres divers
 Lecture linéaire
 Lecture analytique
 Lecture méthodique
 Lecture sélective
 Lecture suivie
 Lecture documentaire
 Lecture hors classe
II - Supports
 Textes, groupement de textes
 Œuvres intégrales
 Images, tableaux…
 Diagrammes, courbes…
 Documentaires, vidéos, films…

94




4. Thèmes et œuvres du programme

4.1. PREMIÈRE ANNÉE DU CYCLE DUBACCALAURÉAT
Semestre Thèmes/
Modules
1
er

semestre
2
ème

semestre
 Module 1

Arts et don de
soi
 Module 2

Le progrès
 Module 3

L’individu et
la société


Œuvres Axes thématiques complémentaires -pour le choix de
ressources annexes (textes, bandes sonores, films …)

- La légende de

l’homme à la
cervelle d’or
d’Alphonse Daudet
- La civilisation, ma
mère… de Driss
Chraïbi


- Rhinocéros
d’Eugène Ionesco








 Les arts : Littérature, peinture, cinéma …
 Art et artisanat
 La création artistique
 La beauté esthétique
 Arts et techniques ou les techniques de l’art…
 Le confort humain
 Le progrès scientifique et ses retombées sociales
 Le génie humain, les grandes inventions et leur histoire
 Techniques et civilisations
 Les dérives de la science…
 Le pouvoir, les régimes totalitaires, le despotisme
 L’esprit de tolérance
 La démocratie, les droits de l’homme
 Droit et justice…


4.2. DEUXIÈME ANNÉE DU CYCLE DUBACCALAURÉAT

Semestre Thèmes/
Modules
Œuvres Axes thématiques complémentaires -pour le choix de ressources
annexes (textes, bandes sonores, films …)
1
er

semestre
2
ème

semestre
 Module 1

Voyages et
découvertes
 Module 2

La condition
féminine
 Module 3

Prospection

- Micro mégas de
Voltaire
Ou
- L’alchimiste de
Paulo Coelho

- L’enfant de sable
de Tahar
Benjelloun
ou
- Une vie de
Maupassant

- Vingt mille lieues
sous les mers de
Jules Verne
ou
- Le meilleur des
mondes d’Aldous
96


 Les voyages de formation
 Voyage, quête, recherche de la connaissance, de la sagesse…
 L’altérité : l’image de l’autre, confrontation avec l’autre et
découverte de soi
 Le relativisme, la tolérance
 …
 La condition de la femme dans la société
 Les préjugés sociaux
 Justice, égalité et parité
 Les femmes célèbres
 La femme et le développement durable
 …
 Le monde de demain
 Les technologies de pointe
 Les nouvelles technologies et leur impact
 Développement technologique et développement humain
 La recherche scientifique
5. Evaluation remédiation et soutien
Les élèves intègrent de nouveaux apprentissages à tous les niveaux des composantes de la
compétence de communication. Les évaluations permettent l’identification des écarts pour monter
les actions de remédiation les plus pertinentes.
Ainsi, l’enseignant peut prendre des décisions pour mettre à niveau ou rehausser la qualité des
réalisations langagières et discursives de ses élèves.
L’évaluation a donc pour fonction :
 d’aider les élèves à prendre conscience de leurs lacunes et d’essayer de les combler;
 d’aider les enseignants à adapter les apprentissages proposés aux besoins de leurs élèves ;
L’évaluation et la régulation constituent donc un travail quotidien ; il a lieu à travers les
observations, les tests rapides, les vérifications des travaux hors de la classe, mais aussi à travers les
contrôles et devoirs périodiques.
Il est donc utile de tenir les élèves informés des différentes actions d’évaluation en:
 leur expliquant qu’ils suivent un enseignement / apprentissage par compétences;
 établissant, avec eux, avant chaque nouvel apprentissage, des critères d’évaluationqui serviront
de contrat.
D’autre part, le processus d’évaluation mobilise des ressources dont dispose l’élève (savoirs, savoirfaire,

savoir être, savoir agir, savoir combiner) et des ressources externes (ressources
documentaires, personnes ressources, cours, etc.). L’évaluation doit donc aller au-delà des contenus
d’apprentissage pour viser le transfert des compétences et la créativité, autrement dit, le degré
d’autonomie atteint par l’élève face à un problème à résoudre.
Un dispositif d’évaluation doit être mis en place.
5.1. L’évaluation diagnostique
Elle est couramment pratiquée en début d’année mais aussi au début des projets didactiques pour
déceler les prérequis nécessaires.
5.2. L’évaluation formative
Elle constitue un souci permanent de l’enseignant, car la prise de conscience de l’erreur chez l’élève
est un vecteur majeur d’apprentissage. Mais elle doit également permettre à l’enseignant de jeter un
regard critique sur sa façon de procéder et d’enseigner : la conscientisation et la critique des
pratiques enseignantes !
5.3. L’évaluation sommative
Le contrôle continu et l’évaluation certificative se feront conformément au cadre de référence en
vigueur.
5.4. Remédiation et soutien :
Les activités de remédiation/soutien sont consécutives aux opérations d’évaluation et doivent
s’effectuer de façon intégrée. Cela permettra à l’enseignant de varier ses pratiques, de les
personnaliser et ce conformément aux styles d’apprentissages constatés (comment les apprenants
apprennent).




98

Bibliographie
- ADAM J-M.: Les textes, types et typologies. Nathan Université, 1991
- ADAM J-M et PETIT JEAN A.: Le texte descriptif. Nathan Université 1989
- ADAM J-M.: Pour lire le poème. De Boeck / Duculot 1989
- ALLAL et alii: L’évaluation formative et didactique du français. Neuchâtel 1993
- ALLAL.L.:Vers une pratique de l’évaluation formative. De Boeck 1991
- AUBERT. J. et alii: Savoir et pouvoir: les compétences en questions. PUF. 1993
- BARTH. B.M.: L’apprentissage de l’abstraction. Retz 1987
- BARTH. B.M.: Le savoir en construction. Retz 1993
- CHARAUDEAU. P.: Grammaire du sens et de l’expression. Hachette Education. 1992
- CHISS et alii: Enseigner / apprendre à produire des textes en français. De Boeck Université 1988
- COMBETTES B.: «Pour une grammaire textuelle: la progression thématique» Duculot 1983
- COMBETTES B.: «Discours rapporté et énonciation, trois approches différentes» In Pratiques n° 64 1989
- DESCOTES M.: La lecture méthodique. CRDP Midi Pyrénées 1989
- DESCOTESM.: Lire méthodiquement des textes. Col. Didactiques. Bertrand-Lacoste 1996
- DESCOTES M.: La communication dans la classe de français. Projet, séquence et activités, Bertrand Lacoste 1995
- IDT. G.; LAUFER. R.; MONCOFF. F.: Le roman, le récit non romanesque, le cinéma. Col. Littérature et
Langages. Nathan 1979
- KERBRAT-ORECCHIONI C.: L’énonciation. A. Colin 1988
- KERBRAT-ORECCHIONI C.: L’implicite. A. Colin 1986
- LANGLADE. G.: L’oeuvre intégrale. CRDP Midi Pyrénées 1991
- LE BOTERF.G: De la compétence : essai sur un attracteur étrange. Les Editions d’Organisation 1994
- LEJEUNE. P.: Le pacte autobiographique. Seuil 1975
- MAINGUENEAU. D.: Pragmatiques pour le discours littéraire. Dunod 1995
- MIRABAIL. H.: Argumenter au lycée. Séquences et modules. Col. Didactiques. Bertrand-Lacoste CRDP Midi
Pyrénées. 1994
- PAGE.C.: Eduquer par le jeu dramatique: pratique théâtrale et éducation. ESF 2001
- PERRENOUD.PH.: Dix nouvelles compétences pour enseigner. ESF 2002
- PERRENOUD.PH.: Construire des compétences dès l’école. ESF 2000
- REUTER. Y.: «Comprendre, interpréter, expliquer des textes» In Pratiques n° 76- 1992
- REY. B.: Les compétences transversales en question. ESF 1996
- RIFFATERRE. M.: La production du texte. Seuil 1979
- TOMASSONE.R.: Pour enseigner la grammaire. Delagrave 1995
- VECK. B.: Groupement de textes et projet de lecture (tomes 1 et 2) Bertrand - Lacoste 1996
- VECK. B.: Œuvre intégrale et projet de lecture. Bertrand -Lacoste 1998
- La Charte Nationale de l’Education et de la Formation
- Le livre blanc
- Sites web
o http://www.francparler-oif.org/
o ricochet-jeunes.fr (littérature jeunesse)
o weblettres.net (le portail des enseignants de français)
o fle.fr (français langue étrangère)
o abu.cnam (textes en ligne)
o bnf.fr (Bibliothèque nationale de France)
o alalettre.com (site dédié à la littérature)
o cpge-cpa.ac.ma (site des classes préparatoires et des agrégations au Maroc).
o http://www.ccdmd.qc.ca/fr/
o http://www.lecafedufle.fr/


SG04 : Anglais
Preface

SECTION I: Introduction
1.1 Goals and intended outcomes
1.2 Course description
Table of Contents


SECTION II: Approach - The Competency-Based Framework


2.1 Definition
2.2 The Competency Chart
2.3 Project work

SECTION III: Syllabus and Teaching Methodology
(Common Core /Vocational Baccalaureate I /Vocational Baccalaureate II)
3.1 Syllabus
3.2 Themes
3.3 Contents
3.4 Teaching Methodology



3.4.1 Teaching Materials
3.4.2 Classroom management
 Teacher’s role
 Learner’s role
3.4.3 Programme requirements
3.4.4 Tips for teachers
SECTION IV: Evaluation and Assessment
Conclusion
References

99

Preface



Vocational Education in Morocco is now more than just a means to meet the
requirements of the job market. It is a strategic educational policy meant to develop the
country’s economy in an increasingly changing world. Looking for low-skilled and skillful
workers is still a great demand on the part of employers. However, the human resources
needed to fulfill those jobs are viewed in a much broader educational conception – ranging
from building particular work competencies through fostering social inclusion to
developing capabilities.
The Ministry of National Education and Vocational Training is launching a highly
ambitious Project - the Vocational Baccalaureate, which is meant to be implemented and
integrated within the general educational system. Basic streams likely to provide
employment for Baccalaureate holders, mainly automobile sectors, aeronautic companies,
tourism and agriculture are to ones to launch first. Students from third year in middle
school can join this Baccalaureate which extends over a period of three years allowing
students to attend the general education sector, technical education or vocational
training.

With reference to the English language instruction, this document provides
guidelines for teachers to consider the best standards. Actually, an effective vocational
pedagogy emphasises the value of active learning, boosts student motivation and creates
an anxiety-free learning environment. Teaching is nurtured by teachers’ enthusiasm and
maintained through teacher preparation and reflection. Such vocational education also
provides opportunities to develop knowledge beyond memorisation, makes of assessment
a source for learning and enables learners to be autonomous.





100





ENGLISH LANGUAGE GUIDELINES
FOR TECHNICAL AND VOCATIONAL EDUCATION AND TRAINING:
(ETVET)


2014-2015



101



SECTION ONE
Introduction
This document is a subject-specific part of a National curriculum for vocational and
technical education. It describes the teaching ofEnglish as a foreign language for vocational and
technical education and training. It is in compliance with the general educational trends and the
main principles of EFL teaching as outlined in the Official English Guidelines (June 2007).
The document comprises four major sections: The First Section specifies the intended
outcomes and a course description, the Second Section deals with the Competency-Based
Framework; the Third Section delineates the syllabus and teaching methodology for the three
years of Vocational Baccalaureate. The last Section gives an overview of the assessment and
performance criteria to be considered.
One definition of vocational pedagogy provided by the National team in charge of
elaborating the curriculum (2014) is:

“Vocational education entails a scientific approach to acquire knowledge through
discovery learning methods capable of allowing students to gain work competencies, adapt
to their work environment and be creative in their jobs.”

This definition already touches upon the large scope targeted by vocational education and
specifically by the teaching and learning of English as a foreign language. English indeed occupies
a very important place in students’ vocational education. It is a key componentin their training and
an important medium for them to communicate and have access to scienceand technology. In
much the same way as other subjects such as mathematics and technologicalengineering, English
enables students to acquire 21st Century skills: communication, ICT literacy,leadership, critical
thinking, problem solving strategies and aesthetics.

The basic aim of the curriculum is therefore to cater for students’ multiple intelligences,








developtheir thinking skills and discovery learning strategies. Learning, which is basically
competency-based and project-based, is sustained through continuous assessment during the
three-year course and culminating in the Vocational Baccalaureate exam.
The conception and strategy for vocational training adopted by the Ministry of Education
responds to the urgent and dynamic socio-economic changes of the labour market. It posits that
students enrolling in the stream acquire basic vocational knowledge and life skills necessary for
the expected workplace. Hence, the curriculum/programme should provide the possibility to:

1. learn English for communicative purposes
2. acquire qualifications relevant to work competencies
3. receive continuous vocational training
4. foster opportunities for obtaining a job
5. develop talent and personal self-fulfillment
102


1.1 Goals and intended outcomes of the curriculum



The English vocational curriculum is in conformity with the values pertaining to Islam, the
Moroccan identity, culture, citizenship, and values of human rights. The goals of vocational
English, as well as the teaching content and methodology, are all supposed to foster 21

Century skills, cross-cultural tolerance and globalization. “Student smust learn the essential
skills for success in today’s world, such as critical thinking, problem solving, communication and
collaboration.”

The generic ‘desirable outcomes’ of such vocational curriculum, as viewed in the Moroccan
context, include: the communicative competence, the acquisition of working knowledge
related to tools and resources, skills for lifelong learning and self fulfilment.
An effective vocational pedagogytherefore:
1. emphasizes the value of active learning,
2. creates a motivating and anxiety-free environment,
3. provides opportunities to develop knowledge beyond memorisation,
4. nurtures teacher’s enthusiasm and positive attitude,
5. makes of assessment a source for learning and allows students to be autonomous,
6. Promotes teacher reflection and professional development.
1.2 Course description :

This vocational course intends to develop students’ communicative competencies in English
and helps them acquire an optimal lexical repertoire related to English for technical and
specific purposes.

The first year – Vocational Common Core (VCC) is somehow similar to the Common Core in
the general educational sector in terms of syllabus design and coverage with slight changes in
perspective bearing on the vocational expectations of students. Specialisation in the course
of study starts at the First Year Vocational Baccalaureate and extends to the Second Year with
greater focus on vocational and technical skills and competencies.
For more explicit explanation of the English course in vocational education and training, the
chart and TVET levels 1-2-3 are described below:

103

st
English as a Foreign Language for Technical and Vocational Education and Training
(EFL for TVET)
Levels: Common core, First and Second years Baccalaureate



Level Course Name Course Type Course
Code
Level 1 ETVET Level 1 Open EFTVET None
Level 2 ETVET Level 2 Open EFTVET ETVET Level 1 or
equivalent
Level 3 ETVET Level 3 Open EFTVET ETVET Level 2 or
104

Prerequisites
equivalent
English for TVET Level 1:
This course builds on students’ previous language knowledge to introduce them to the world
of vocational English and help them adjust themselves to the requirements in their new
environment. Students will use beginning English language skills in listening, speaking,
reading, and writing for daily purposes. They will engage in short conversations using basic
English language structures and simple sentence patterns, read relatively short adapted texts
and write phrases and short sentences. The course also provides students with the
knowledge and skills they need to begin to adapt to their new lives in the professional world.
Prerequisites: None
English for TVET Level 2:
This course extends students’ listening, speaking, reading, and writing skills in English
for everyday activities as well as technical and vocational purposes. Students will participate
in conversations in structured situations on a variety of familiar and new topics, read a variety
of texts designed or adapted for English language learners, expand their knowledge of
English grammatical structures and sentence patterns, and link English sentences to compose
paragraphs. The course also supports students’ lifelong learning and continuing adaptation to
the requirement of the Moroccan and international job markets by expanding their strategic
competence and their ability to solve real life problems in novel situations. Prerequisite:
ETVET Level 1 or equivalent.
English for TVET Level 3:
This course further extends students’ skills in listening, speaking, reading, and writing
in English for a variety of everyday and vocational purposes. Students will make short
classroom oral presentations, read a variety of adapted and original texts in English, and write
using a variety of text forms. Students will equally expand their technical and vocational
vocabulary and their study skills to facilitate their integration in the job market. This course
also introduces students to the rights and responsibilities inherent in the Moroccan
constitution and to a variety of current issues. Prerequisite: ETVET Level 2 or equivalent.


SECTION TWO
Approach - The Competency-Based Framework
This section attempts to define the Competency-Based Approach (CBA) to the Vocational
Education and Training (VET) education in Morocco. Competency-Based Teaching (CBT) was
first introduced in the Moroccan education system in the 90s as a substitute for the
behaviouristic model. It later extended its influence to training centers and institutes of
applied technology. Now, with the Vocational Baccalaureate, the Competency-based
approach is revived and viewed as the key answer to education and training. It is really
gaining momentum as political decisions are reinforced to prepare the work force for the job
market.
2.1 Definition of competence
Competency or competence is here defined as ‘the capacity to do something to a pre-
described standard’. Competence also relates toan ability to act, succeed, make progress and
adequately achieve tasks and activities of vocational or personal life based on a set of
knowledge, skills, attitudes, perceptions and strategies.
Competency in language teaching and learning has four essential characteristics:
1. It is learner-centered and task-based.
2. It is based around competencies and skills that can be developed andperformed through
specific themes and situations.
3. It is organized around a set of learning tasks and/or activities that are based on language
knowledge, skills, strategies and abilities that learners have to demonstrate.
4. It assesses learner behavior/ performance in relation to the competencies focused upon.
(Moroccan EFL Curriculum - 2007)
Competency-based teaching is an approach defining what a student can really do in
the workplace after completing a three-year vocational course based on learning, project
work and practicum experiences. Competency-Based Language Teaching, according to
(Richards & Rodgers, 2001), focuses on what “learners are expected to do with the language.”
And it tends to “define educational goals in terms of precise measurable descriptions of the
knowledge, skills, and behaviors students should possess at the end of a course of study.’ The
language competencies targeted are observable and measurable against already established
standards and rubrics.
105










At the heart of the Competency-based teaching in ESL/EFL is the communicative competence.
The communicative competence is a concept that was first developed by Canale and Swain
(1980) and has over decades been maintained in the literature of applied linguistics. It refers
to the ability to use language appropriately and effectively in authentic social environments.
The diagram below shows that communicative competence comprises four major
components, according to Canale and Swain:
(Adapted from Canale & Swain,1980; Canale, 1983 & Savignon, 1997).
By developing the four major components according to some prescribed standards and levels
of attainment, a Vocational Baccalaureate holder is therefore supposed to be proficient in basic
communication in English with respect to the following competencies:
106

Interpersonal and work-related
Communicate in interpersonal interactions
Communicate effectively in the

a. Can use appropriate language for various
purposes (e.g., to identify, describe, ask
for information, state needs, agree or
disagree) ;
b. Understand or use appropriate language
to influence (e.g., to convince, advise,
persuade, negotiate meaning) ;
c. Understand or use appropriate language
in general social situations (e.g., to greet,
introduce, thank, apologize) ;
d. Use language to ask for clarification or
make requests;
e. Understand, follow or give instructions,
including commands and polite requests
(e.g., Do this; will you do this please?) ;
f. Understand or use appropriate language
to express emotions and states of being
(e.g., annoyed, happy, thirsty, upset) ;
g. Talk about leisure and daily activities and
personal interest.



107

workplace

1. Respond appropriately to common
personal information /questions;
2. Complete a personal information
form;
3. Interpret or write a personal note,
invitation, or letter;
4. Follow, clarify, give, or provide
feedback to instructions;
5. Give and respond appropriately to
criticism;
6. Interpret and write work-related
correspondence, including notes,
memos, letters, and e-mails;
7. Interpret written workplace
announcements.
To specify in a more accurate way the competencies and skills to be developed, a Competency
Chart is included. The Chart specifies the main competencies, lists the skills and sub-skills and
finally defines the expected learning outcomes intended from the course. The shaded areas in
the Levels column correspond to the targeted competencies in each level – 1, 2 and 3 (Common
Core, Bac 1 and Bac 2).
NB. It is essential to mention here that the aim of vocational EFL curriculum in these guidelines draws on the
following general aims of the teaching of English in Morocco.


2.2 The Competency Chart
Competency Skills and sub-skills Performance
indicators

develop full or
partial
communication
competencies
necessary for real
life purposes in
the workplace



develop formal
knowledge of
language and subskills
necessary

for

communication





develop the
intellectual
abilities




develop crosscultural

communication

and
awareness
of

global
issues



 listen, understand and respond
appropriately to others;
 speak effectively and participate in
group discussions in different
situations;
 read, understand and reflect critically
upon what is read;
 write accurately and fluently;
 exchange information, ideas, and
experiences;

 to acquire an understanding of the
language system;
 to understand and use the functions of
language of everyday life;
 to express oneself using a range of
vocabulary;
 to acquire semantic and discourse
knowledge;
 to understand the way language
adapts to context;

 to develop high-thinking and meta
cognitive skills ( critical
thinking) ;
 to develop logical reasoning, decision
making, problem-solving, enquiry
and evaluation skills);
 to use ones’ knowledge of the language
creatively and imaginatively.

 to attain an understanding and
appreciation of people’s attitudes and
values of other cultures;
 to consider other cultures and compare
them to their own;
 to get acquainted with, and reflect
upon international issues and relations
(e.g., international organizations,
human rights, women’s rights, health,
education, science and technology, …).
108

 engage in short
conversations
 using basic English
language structures and
simple sentence patterns;
(application)
 Read very short adapted
texts; (comprehension).
 write phrases and short
sentences; (application).

 participate in
conversations in
structured situations on a
variety of familiar and
new topics; (application).

 read a variety of texts
designed or adapted for
English language learners;
(comprehension).

 expand knowledge,
through consciousness
raising activities, of
English grammatical
structures and sentence
patterns; (knowledge).

 link English sentences to
compose paragraphs;
(application).

 expand strategic
competence and the
ability to solve real life
problems in novel
situations.(application).
Levels
1 2 3









2.3 Project Work
Project work in EFL is now viewed as an essential approach to activate learning and promote
learner training. It is also considered as a major component in developing students’ language
competencies and skills. When Students are assigned project work by their teacher, they are
invited to work together and develop the sense of cooperativeness but at the same time feel
individually responsible to contribute to the completion of the project or the task they have
been assigned within the group.
‘By its very nature, project work places the responsibility on the students, both as individuals
and as members of a cooperative learning group. Autonomy becomes a fact of life” (cited in
Tudor, 1996,219, cited in Stoller).
Equally important for vocational education is project-based learning which
allows students to develop problem solving strategies and increase their creativeness.
Projects, in vocational streams, indeed, constitute the bulk of experiential learning. Hands-on
activities are part of everyday instruction and training. Students are required to go through
processes of trial and error, and rely on themselves to complete their projects. The teacher has
a major role in training students how to go about the assigned projects. Stoller suggests ten
steps to ease and complete project work:
1. Learners and teacher negotiate and agree on topics/ themes.
2. Learners and teacher identify the final outcome.
3 Teacher makes sure the outcome is of acceptable quality.
4 Teacher coaches learners and helps with the necessary language.
5 Teacher ensures that learners’ projects are well-designed, manageable and beneficial.
6 Learners gather information, and the teacher ensures learners are collecting appropriate data.
7 Teacher checks that learners analyse information appropriately and are moving towards the
deadline.
8 Teacher provides the right feedback and helps learners progress while working on their
presentations.
9 Learners present the final project either individually or as member of a group.
10 Learners evaluate each others’ projects and choose the ones to be celebrated through
displaying them within the classroom/ school. The teacher monitors and praises theoutcomes.

109

SECTION THREE
Syllabus and Teaching methodology
(for Common Core /Vocational Baccalaureate I /Vocational Baccalaureate II)

As mentioned before, the methodology opted to teach EFL in these technical and
vocational streams is based on the Competency-Based Approach and other extensions and
procedures such as the task-based and project-based instruction. It is learner-centred,
emphasizing active learning, learner autonomy and professional awareness.

This section includes a definition of the syllabus, the methodology to adopt and the themes


and contents to be exploited with the vocational streams during the three years of English
language instruction.
3.1 Syllabus

Syllabus for vocational classes draws on the national Guidelines for technical and science
steams in general education. It provides students with topics and themes pertaining to their
fields of specialization. The themes are chosen on the basis of their needs and interests to use
English for technical and communicative purposes.

The vocational design course is a combination and interaction of various interrelated
elements ranging from needs analysis, through goal formulation and choice of content, to
evaluation and feedback. It is a roadmap for the teacher and learners to approximate what
ought to be learnt and to achieve the overall teaching and learning aims of the course.

It can be structural, functional, notional, content-based, skills-based or task-based. No

approach is actually favoured here. It is believed that a syllabus can be eclectically designed with
a focus, of course, on communicative needs of students and tasks that simulate the real world of
their professional lives.
During syllabus development as well as during English instruction, grammar receives a
subsidiary role .The focus is rather on meaning and communication. The basic assumption is that
students acquire a language better when the target language is presented in a natural
environment (task or project-based) and when learning is focused on content and real or semireal
situations.


However, the CBA does not totally negate the conscious learning of grammar in the course
of acquiring English as a foreign language. The syllabus ought to equally include some
consciousness raising activities necessary to draw learners’ attention to the intricacies of the
formal aspects of language.
110



In a compromising vein, teachers can, in the early stages of learning provide students with
meaningful practice to master grammar notions that are prerequisite for communication. But
the more students advance in their studies (Vocational Bac 1 and Vocational Bac 2), the less
dependent they become on the learning of grammar. It is their communicative competence that
gains more ground as they progress in EFL instruction.
3.2 Themes
These are some topics/themes suggested to include in the TVET syllabus:
Digital Media (computers, animation, emailing, recording, video-conferencing, etc.);
 Powered Technology: automotive, robotics, engines, etc.);
 Foods




 Agriculture (forestry, land and water management, etc.);
 Business, enterprise and financial literacy;
 Programs and events (tourism, sport and recreation, entertainment, voluntary work, etc.)
3.3 Content
The teaching content for the two years of Vocational Baccalaureate - First Year and Second
Year is outlined in greater detail in this section.

Topics to be selected should be:
Problems- based : students develop imaginative solutions to problems or issues;
Technologybased:

Productionbased:

Decision-based:
Project-based:
Reality-based:
students understand the relationship between ICT and the job
market;
students’ learning is hands-on, tactile, manipulative and active;
students make choices within their learning and get trained on
how to make decisions;
students work individually and in teams to complete tasks and
create simple products;
what students learn in class should be applicable to real-life
situations.
111


A. English syllabus for 1
Themes/topics for 1
st
st
Year Vocational Baccalaureate
Year Vocational Baccalaureate:
1. Professions
2. Entertainment
3. Health and Welfare
4. Farming
5. Technological Advances
6. Mass Media
7. Culture
8. Travel and Holidays
By the end of the First Year Vocational Baccalaureate course, the students are expected to perform
the following:

Listening Speaking Reading Writing
Identify the topic of an
aural text;
Identify the main ideas;
Distinguish the main idea
from supporting details;
Respond to referential
questions based on an
aural text;
Respond to inferential
questions based on an
aural text;
Distinguish implicit
information from explicit
information;
Deduce the meaning of
words from the context
of an aural text;
Transfer information to
complete forms, tables,
graphs etc…





Engage in
conversations, using
suitable conversation
management skills and
appropriate
communication
strategies;
Express personal
feelings and emotions
(anger, happiness, doubt
etc…);
Respond to direct
questions, instructions,
suggestions, offers, visual
input etc…;
Respond to factual,
referential and
inferential questions;
Give an oral
presentation about a
topic of general and/or
personal interest;
React to classmates’
talks and/or
presentations
Report other people’s
talks (or conversations)
effectively.

112


Make predictions
about a reading text
using the title,
captions, pictures,
first or last sentence
of a paragraph etc…;
Identify the main
idea of paragraphs or
the whole text;
Deduce the
meaning of unfamiliar
words;
Scan for specific
information;
Skim for gist or
general impression;
Make inferences:
informational,
explanatory and
pragmatic;
Recognize
referents;
Generate questions
about a text;
Interpret
information
presented in
diagrammatic form.

Build paragraphs using a
topic sentence ;
Develop a text using an
outline;
Use the appropriate
cohesive devices where
necessary;
Organize short essays to
support or reject a point
of view ;
Extract and synthesize
information from
several sources and
present it in a coherent
text ;
Trans-code information
from a diagram, chart,
map, etc. into written
text;
Use capitalization and
punctuation correctly;
Revise, edit and rewrite
own work.




Language development is also determined by the attainment of language functions and structures:

Functions Structural Content
Expressing belief or opinion
Seeking and giving advice
Asking for and expressing
feelings, emotions and attitude
Expressing promises
Expressing hopes and wishes
Expressing surprise
Expressing interest
Expressing apologies
Expressing suggestions
Expressing possibility
complaining


Present perfect (simple and continuous)
Passive voice (simple present, present continuous, simple past,
past continuous)
Simple past
Past continuous
Prepositions ( time, place)
Conditionals 0, 1, 2
Modal auxiliaries
Future: will/going to
Articles
Reported speech
Used to
Relative clauses
Enough-too
Reflexive pronouns
Phrasal verbs

NB. In addition to the new elements to be introduced, it is necessary to recycle the most important
language points taught in the previous course Level 1.

113


B. English syllabus for 2
Themes/topics for 2

nd
nd
Year Vocational Baccalaureate
Year Vocational Baccalaureate:
1. Education
2. Inventions
3. Business
4. Natural Phenomena
5. Agriculture
6. Environment
7. Safety at Work
8. Citizenship

Upon the completion of Level Three (Second Year Vocational Baccalaureate), learners are
expected to attain the following learning competencies and standards:
Reading standards and competencies
Content Performance

1. Reading standard 1: extract meaning from
a variety of materials written in English;
2. Reading standard 2: analyze and
synthesize reading materials;
3. Reading standard3: react to reading
materials;
4. Reading standard 4: recognize the
author’s point of view, attitude, intent, and
tone;
5. Reading standard 5: interpret cultural
elements found in reading materials;
6. Reading standard 6: transfer gained
knowledge and strategies to other subject
matters and communities.




114


1. Predict what a text is going to be about;
2. Skim a text for general idea;
3. Scan a text for specific information;
4. Make inferences: informational, explanatory and
pragmatic;
5. Infer word meaning from the context;
6. Identify referents;
7. Identify discourse markers and their functions in the
text;
8. Distinguish fact from detail;
9. Distinguish fact from example;
10. Distinguish fact from opinion;
11. Distinguish cause from effect;
12. Read for the author’s attitude;
13. Read for the author’s intention;
14. Make notes from a reading text;
15. Re-arrange the ideas or topics discussed in the text;
16. Evaluate ideas expressed in a text (i.e. critical
reading) ;
17. Draw conclusions from the text.




Listening standards and competencies
Content Performance

1. Listening standard 1: learners will be able to
demonstrate awareness of the communication
process;
2. Listening standard 2: learners will be able to
listen to various types of texts for a variety of
purposes;
3. Listening standard 3: learners will be able to
use skills and strategies to enhance listening;
4. Listenng standard 4: learners will be able to
identify, analyze and evaluate a variety of
spoken texts.

115


1. Being aware of the various components of the process
of communication; namely, the message, sender,
receiver, shared knowledge, channel, feedback, and
inference;
2. Use high-order skills (selecting, analyzing, organizing,
categorizing, evaluating, etc.) to understand spoken
texts;
3. Interact communicatively with spoken discourse to
decipher the literal and implied meanings;
4. Use listening skills to identify what is culturally
appropriate or inappropriate;
5. Listen and take notes.

Speaking standards and competencies
Content Performance

 Speaking standard 1: learners will be able to
effectively speak in different situations for a
variety of purposes andwith a variety of
audiences ;
 Speaking standard 2: learners will be able to
convey messages and make use of a range of
skills and strategies to speak effectively, using
their current proficiency to the fullest;
 Speaking standard 3: learners will be able to
evaluate information by recognizing the
interlocutor’s purpose,draw conclusions or
make informed decisions to interact with the
interlocutor effectively;
 Speaking standard 4: learners will be able to
speak with their interlocutors in a culturally
appropriate way.


 Identify and use spoken discourse appropriately;
 Prepare and deliver information by generating topics,
organizing ideas, facts or opinions for a variety of
speaking purposes and audiences (e.g. relating
experiences, telling a story or presenting a report) ;
 Use main ideas ( or thesis statements) to organize and
communicate information;
 Participate in group discussions using appropriate
language functions;
 Predict, clarify, analyze, interpret, ask and respond
to questions;
 Plan logical steps and organize resources to carry out a
task within a given time frame (e.g. collecting information
for a presentation; giving and following multiple-step
directions) ;
 Evaluate responses both as interviewers and
interviewees;
 Be aware of cross-cultural similarities and differences;
 Use effective and appropriate vocabulary and logical
connectors to relate or summarize ideas, events and
other information;
 Express personal feelings and emotions (anger,
happiness, doubt, surprise, etc.) ;
 Respond to direct questions, instructions,
suggestions, offers, visual input, etc;
 Use supra-segmental features (intonation, stress, and
rhythm) accurately.



Writing standards and competencies
Content Performance
Writing standard 1: learners will be able to
use written language for a variety of purposes
and with a variety of audiences;
Writing standard 2: learners will be able to
use a range of writing skills and strategies in
the writing process to complete a variety of
tasks;
Writing standard 3: learners will be able to
apply the cultural and rhetorical aspects of
different text types to write appropriately;
Writing standard 4: learners will be able to
apply skills to complete a variety of tasks
effectively, individually or in groups, for
example, projects.
116


Use mechanics (spelling, punctuation, capitalization)
and applying the appropriate structures andvocabulary
to get their message across;
Use a variety of sentence structures: compound,
complex sentences, the active voice, the passivevoice,
parallelism, etc.;
Use an appropriate text structure according to the
conventions of the targeted genres ;
Use cohesive devices and transitions to organize
content at the level of paragraph(s) and whole text
effectively;
Select an appropriate style according to their audience;
Write multiple drafts, and make use of idea-gathering
strategies, peer-editing and proof-reading.
The following genres and modes are highly recommended in the teaching of writing:
Informal, formal letters (requesting information, applying for a job, complaining, etc. and
writing emails);
The writing tasks must be closely linked to the following topics:

CVs, ads, memos, taking notes;
Brief biographical texts chronologically ordered;
Reports on projects or action plans;
Explanations of processes (e.g.: recycling waste paper, manufacturing, working
machines…);
Short essays on a variety of interesting/relevant topics related to the textbook content and
field of interest.
Narrative, descriptive, expository, and argumentative essays.
Education
Inventions
Business
Natural Phenomena
Agriculture
Environment
Safety at Work
Citizenship

Language development is also determined by the attainment of language functions
and structures .As a reminder, two types of functions need to be catered for in this syllabus -
social and rhetoric functions as shown in the chart below:

Functions Grammar Vocabulary
Social functions Rhetoric functions

- Making and
responding to
requests
- Responding to good
and bad news
- Expressing regret
- Complaining
- Apologising
- Asking for advice
- Giving advice
- Expressing opinion
- Asking for opinion
- Agreeing and
disagreeing
- Expressing certainty
and uncertainty
- Expressing lack of
understanding and
asking for
clarification



Defining
Cause and effect
Purpose
Addition
Concession
Comparing and
contrasting


3.4 Teaching Methodology
117



Past perfect;
Future perfect;
Conditional 3/Wish, If only (past);
Reporting commands,
statements, and questions in the
present and past.
Modals: present past and past;
Infinitive vs. Gerund;
Phrasal verbs with particular
focus on the meaning of particles
(e.g. up for increasing, down for
decreasing);
Passive voice and its uses;
Passive with modals and its uses;
Restrictive and non-restrictive
clauses;
Linking words.

NB. The various structures cited above must
occur naturally in both the written and
spoken texts.


Vocabulary
related to each
topic;
Collocations ;
Poly-words,
sense relations;
Idiomatic
expressions;
Suffixes,
prefixes and
their meaning.

Teaching materials and classroom management in technical and vocational training
ought to be aligned with the theories of learning underpinning the Competency-Based
Approach. The two components encompass a large number of interwoven elements
interacting in the classroom. It is indeed in the classroom situation where such interaction
between teacher, students and teaching materials (textbook) determines the degree of
success or failure of any course. The use of instructional materials and the role of teacher and
student are key components in the successful implementation of the EFL syllabus.


Instructional standards in the vocational education aim at developing:

1. instructional activities that integrate the four language skills to emphasize the holistic nature
of learning;
2. language tasks that enhance students’ communicative competence;
3. activities that focus on the acquisition of communication skills necessary for students to
function in real-life situations;
4. instruction that focuses on the development of the receptive skills (listening and reading)
before the development of the productive skills (speaking and writing);
5. a variety of grouping strategies (whole-group, small-group, pair work, individual work) in the
classroom to facilitate student-centered instruction;
6. instructional activities that are varied in order to address the different learning styles (aural,
oral, visual, kinesthetic) of the students;
7. activities that integrate language and culture so that students learn about their own culture
and the cultures of others;
8. learning activities that tap higher level thinking processes (analysis, synthesis, and evaluation);
9. instructional activities that require students to take active roles in the learning process;
transferring critical thinking to real problem-solving situations in their everyday lives.

Adapted from : Model Standards for Adult Education Programs - 1992.


3.4.1 Teaching materials


It goes without saying that teaching materialsfor technical and vocational education to
teach English as a foreign language should abide by the same teaching approach aiming at
developing the generic skills of students and the global competencies needed for integration in
the job market and other social environments. Textbooks should make of learners’ needs a
priority to function in the language classroom. Use of instructional materials (textbooks,
handouts, teaching aids, use of the interactive whiteboard, video projector,...) would
enormously help the teacher in developing students’ language competencies to communicate
fluently and appropriately.

118

Supplementary materials can also be provided to enhance the learning and
boost students’ lexical and grammatical knowledge at the beginning stages and gradually train
them to make of communication an effective medium to get things done. Content presented
to students in a scaffolding mode allows students to progressively gain self confidence in their
potential and develop strategies for autonomous learning.

3.4.2 Classroom management



Classroom management is central to good teaching practice. Teachers have to acquire the
necessary skills to maintain discipline and good conduct. Creating a good learning environment
is prerequisite to language and intellectual development of students.
 Teacher’s Role
The teacher has a major role in the implementation of the English syllabus. He has to make
the right choices, the right decisions and commit herself to the profession to improve the
quality of teaching and learning. In addition to the teaching materials available, the teacher is a
resource himself. His role is no longer limited to providing information. It extends to making
sure that learning is really taking place and that the target competencies are gradually
developed through the basic skills and projects assigned.

The Teacher of EFL in vocational training has to:

Raise students’ awareness to active learning;
Train them in study skills;
Change their negative attitudes and foster their motivation;
Change their role from knowledge receivers to investors in the learning process;
Scaffold and recycle instruction with regard to basic skills.

 Student’s Role
The role of student in the learning process is equally important in the attainment of
teaching goals. Students ought to invest a lot in the learning process and help teacher build
language content and contribute, in a cooperative way, to the achievement of group work
activities. They have to realize that knowledge must not be poured in their heads; it is
integrated and shared with others. Developing learner training strategies is one way towards
enabling learners to become independent and accountable.

119




3.4.3 Programme requirements

Programme coverage:
All learners must cover the 8 units (4 each semester); Second Year vocational
textbooks ought to include four supplementary reading passages. These reading texts should
be task-based and related to the themes below:
Safety at work
Technology – car industry and aeronautics
Agriculture
Tourism
Job opportunities
Continuous assessment :
Teachers assess learners’ performance either holistically or analytically. Quizzes and tests
should tap:
The language skills and competencies
Language: grammar, vocabulary, functions, etc.
Writing competencies
Continuous assessment modes:
3 quizzes (15 to 20 minutes) per semester
2 summative tests per semester
Assessment could provide constructive feedback to both teacher and students about
the degree of success attained with regard to the teaching/learning outcomes.
3.4.4 Tips for teachers
 Lesson plan: Six-Stage Lesson plan
Lesson preparation is of paramount importance in determining the success of a
teacher’s daily performances. It is necessary for the teacher to make the appropriate changes
concerning the textbook units in the light of students’ needs and learning expectations.
Students have to be motivated through varied teaching materials gauged to their needs and
interests.
The lesson plan format below is often used for effective instruction, especially for
vocational streams.
120






BEFORE YOU START
Set the teaching
aim
Determine what your students will be able to do
upon completion of this teaching session.
Lesson stage Definition
Warm-up or
Review
Introduce
Present
Practice
Evaluate
Apply

Provide an activity to focus learner attention on the lesson
objective and/or an activity that encourages learners to use
previously taught skills/vocabulary that tie into the lesson.

Establish the purpose of the lesson by stating the objective
and relating it to the learner’s own life. “After this lesson,
you will be able to . . .”

Present new information and checks for comprehension.

Learners are provided opportunities to practice the new
knowledge that has been presented.

Provide an activity that assesses individual learners on their
attainment of the lesson objective.

Learners use the language /information/ material/ in a new
situation.
Adapted from : NewInstructorCALPRO.pdf




121

 The SQ4R: A METHOD TO UNDERSTAND BETTER
The Method is recommended to reading long texts such as those suggested as
supplementary reading texts for Second Year Vocational streams. SQ4R method stands for:
- Survey - Question - Read - Recall - Review - Reflect
Survey the text
Read the title, headings, and subheadings.
Look at pictures, captions under pictures, charts, graphs or maps.
Skim any questions at the end.
Read the introductory and concluding paragraphs.
Read summary or abstract.
Anticipate or predict.
Question while you are surveying
Turn the title, headings, and/or subheadings into questions.
Ask yourself, "What do I already know about this subject?"
Read questions at the end of the chapters or after each subheading.
Ask yourself, "How can I answer the questions under the text?”.
When you begin to Read
Look for answers to the questions you first raised.
Answer questions at the beginning or end of chapters or study guides.
Reread captions under pictures, graphs, etc.
Note all the underlined, italicized, bold printed words or phrases.
Reduce your speed for difficult passages.
Stop and reread parts which are not clear.
Read only a section at a time and recite after each section.
Recall after you've read a section:
Orally ask yourself questions about what you have just read and/or summarize, in your own words,
what you read.

Take notes from the text but write the information in your own words.
Underline/highlight important points you've just read.
Use the method of recitation which best suits your particular learning style.
Remember to look for answers as you read and to recite or take notes before moving on.
Recall/try remembering key terms and concepts.
Tell your peer what the text is about.
Review with your peer
Share ideas with your peer. Refer to the text.
When you study a text, try to link new facts, terms, and concepts with information you already know.
Reflect about your reading
Read your notes and check your memory by reciting and quizzing yourself again.
Seek to explain why you have / have not been able to read effectively.
Think of ways to improve your reading.
Adapted from http://www.wwup.ed/academics/learnin...ng_method.html
122


SECTION IV
Evaluation and Assessment
Overview

Evaluation is one of the most important processes of the English vocational
curriculum. Reliable evaluation tools must be used to provide constant feedback on the
implementation of all the curriculum components – attainment of intended goals,
effectiveness of teaching materials, conduciveness of learning environment, and validity of
assessment tools. If assessment yields positive results, this means that previous development
stages in syllabus design and classroom practice have somehow been successful.

In this section, the focus is mainly on both formative and summative assessment as
viewed by the Standards-Based approach. Assessment in this Baccalaureate cycle is an
important tool for all partners. It is important for teachers to evaluate the progress their
students make after a period of instruction; it is important for students to feel confident about
their progress and change their learning strategies. It is also important for educators and
parents to account for their efforts and investments. But the peak of this course of study is the
Vocational Baccalaureate exam!

Although assessment is that important in education, teachers often give it a

perfunctory thought and consider it and teaching as distinct entities, while they should be
considered analogous and interrelated. But in terms of influence, research has proved that
assessment has a stronger impact on students than teaching:



‘‘Assessment, rather than teaching, has a major influence on students’ learning. It directs
attention to what is important. It acts as an incentive for study. And it has a powerful
effect on what students do and how they do it. Assessment also communicates to them
what they can and cannot succeed in doing. For some, it builds their confidence for their
future work; for others, it shows how inadequate they are as learners and undermines
their confidence about what they can do in the future.’’ Boud, D., & Falchikov, N. (2007) p. 3.
123





Assessment can be viewed in three dimensions as explained in the graph below:
Though the three dimensions seem to stress specific target objectives, they all bear on the
same concept of reinforcing and directing learning/teaching towards the intended goals.
The Standards-Based approach to assessment is mainly concerned about
assessing the learning outcomes, specifying the tasks to be accomplished by students/testees
and determining the benchmarks and the assessment criteria for each level of attainment.
It is within the Standards-Based Framework that the target competencies and
basic skills of students ought to be assessed. The Standards-Based procedures are viewed as
the most appropriate to determine a set of terminal learning performances and skills. Based
on accurate assessment criteria and performance indicators, such performances indicate the
mastery of skills and predict the capability to integrate in the workplace after obtaining the
Vocational Baccalaureate.

Rubrics

Assessing students’ language skills and competencies according to pre-


assessment
for
Learning
allows teacher to use data
derived from assessment
about students’ knowledge
and skills to guide their
teaching – the wash-back
effect of testing.


established criteria can be very accurate. So instead of the holistic or impressionistic view, the
teacher, by using rubrics, can approximate students’ performances in basic skills and determine
the level or levels they have attained. In assessment, when students know exactly what is
expected of them and the teacher explains to students the expected achievement levels,
performances are usually excellent and outstanding. The following grid is suggested for
teachers to test/assess students’ overall language competencies and skills:
124

Assessment
assessment
as
Learning
helpsstudents become more
aware of their own learning
practice - providing them with a
scope of reflection to monitor
their learning process and self-
assessment strategies.

assessment
of
Learning
enables teachers to
gather evidence from
students’ performance
and compare it against
the intended learning
outcomes.

LISTENING COMPREHENSION:
LLEVELS LISTENING STANDARDS & COMPETENCIES
Yes No

1
Beginning

2


3



4








5


6

Early
Intermediate
Intermediate
Early
Advanced




Advanced

Proficient


Can understand single sentences, questions,
commands supported by gestures and mime, and
speech which is very simple and slow.

Can understand phrases and expressions related to
areas of most immediate priority (e.g. very basic
personal and family information, shopping, local
geography, employment) provided speech is clearly
and slowly articulated.


Can understand factual information about
common everyday or job related topics, identifying
both general messages and specific details,
provided speech is clearly articulated in a generally
familiar accent.


Can understand the main points of clear standard
speech on familiar matters regularly encountered
in work, school, leisure etc,.

Can understand standard spoken language, live or
broadcast, on both familiar and unfamiliar topics
normally encountered in personal, social, academic
or vocational life. Extreme background noise may
impede understanding.

Can understand the main ideas of speech, including
technical discussions in his/her field of
specialization.
Can follow extended speech and complex lines of
argument provided the topic is reasonably familiar.

Can understand enough to follow extended speech
on abstract and complex topics beyond his/her
own field.


Can recognize a wide range of idiomatic
expressions, appreciating register shifts.

Can follow extended speech even when it is not
clearly structured and when meaning is only
implied.
Has no difficulty in understanding any kind of
spoken language, whether live or broadcast, even
delivered at fast native speed.

125













SPEAKING:


LEVELS SPEAKING STANDARDS & COMPETENCIES Yes No
1 Beginning
2
Early
Intermediate
3 Intermediate
4
Early
Advanced
5
Advanced
Speaker
6
Proficient
Speaker
Can understand and use simple utterances to
greet, talk about weather, express likes and
dislikes, provide personal information about
oneself.
Can introduce him/herself and others and can ask
and answer questions about personal details such
as where he/she lives, people he/she knows and
things he/she has.
Can understand sentences and expressions related
to (e.g. very basic personal and family information,
shopping, jobs, interests, local geography,
employment and so on).
Can describe in simple terms aspects of his/her
background, immediate environment, and describe
a process in simple language.
Can understand the main points of spoken
language on familiar matters (job environment,
leisure, market, etc.)
Can communicate in situations likely to arise whilst
traveling in places where the language is spoken.
Can describe experiences and processes, hopes and
ambitions and give reasons and explanations for
opinions and plans.
Can understand the main ideas of complex spoken
text, including technical discussions
(presentations) in his/her field of specialization.
Can interact with a degree of fluency and
spontaneity that makes regular interaction with
native speakers quite possible.
Can express him/herself fluently and spontaneously
without much obvious searching for expressions.
Can use language flexibly and effectively for social,
academic and professional purposes.
Can understand with ease almost everything heard
or read.
Can express him/herself spontaneously, very
fluently and precisely.
126
























READING COMPREHENSION:
LEVELS READING STANDARDS & COMPETENCIES Yes No
1 Beginning
2
Early
Intermediat
e
Can understand short, simple adapted texts,
dialogues on familiar matters.
Can understand very short, simple texts - a single
phrase at a time, picking up familiar names, words
and basic phrases and re-reading to get the gist.
3 Intermediate
Can read texts on subjects related to his/her field and
interest with a satisfactory level of comprehension
(brochures, guides, notices, etc.)
4
Early
Advanced
Can read with a large degree of independence. May
have an active reading vocabulary, but may
experience some difficulty with low frequency
idioms.
5 Advanced
Can understand in detail lengthy, complex texts,
whether or not they relate to his/her own area of
specialty.
6
Proficient

Can understand and interpret critically nearly all
forms of the written language including abstract,
newspapers, magazines, or highly scientific or
technical writings.
Can understand a wide range of long and complex
texts, appreciating subtle distinctions of style and
implicit as well as explicit meaning.
127









WRITING:
LEVELS WRITING STANDARDS & COMPETENCIES Yes No
1 Beginning
2
Early
Intermediate
3 Intermediate
4
Early
Advanced
5 Advanced
6
Proficient

Can write simple isolated phrases and sentences –
name, family and home,…
Can write simple phrases and sentences about their
family, living conditions, likes and dislikes, describe
a job/place, etc.
Can write emails and correspond with pen-pals.
Can write about everyday aspects of his/her
environment, e.g. people, places, a job or study
experience in linked sentences.
Can write very short, basic descriptions of events,
past activities and personal experiences, memos,
notes, etc.
Can narrate a story; can write letters of application
to thank, complain, persuade, apologize,…
Can describe a process in simple sentences and
write a description of an event - feelings expressed
in simple connected text.
Can write clear, detailed descriptions of real or
imaginary events and experiences, marking the
relationship between ideas and following writing
conventions of the genre concerned.
Can write clear, detailed descriptions on a variety of
subjects related to his/her field of interest.
Can write clear, well-structured and developed
descriptions and texts in a personal, natural style
appropriate to the reader in mind.
Can write clear, well-structured narrative or
argumentative essays, using cohesive devices
appropriately and respecting writing conventions.
Can write clear, smoothly flowing, complex texts in
an appropriate and effective style and a logical
structure which helps the reader to find significant
points.
The above rubrics can be applied to evaluate students’ performances in English as a medium for
communication in all modes. The six levels depict the optimum proficiency levels that can be attained
depending on students’ potentials and permeability to learning. But for students in vocational streams,
consisting of a three-year course, the degree of school attainment may not, in most circumstances,
reach the fifth and sixth levels.
128













Conclusion



This Guide for Technical and Vocational Education and Training (TVET) has attempted to
provide a roadmap for teachers, including the most essential elements and guidelines to teach
English during the three-year Vocational Baccalaureate cycle in Morocco. The First Section
states the aims and intended outcomes, and further describes learners’ profiles and the course
entry requirements, the Second Section defines the Competency-Based model specifying the
target competencies and skills, the Third Section deals with the syllabus, contents and the
teaching methodology, while the Fourth Section provides snapshots of evaluation and
assessment processes that are aligned with the Standard-Based approach- an approach which
is mostly concerned about backward mapping, performance indicators and outcomes.
As a final note, the Ministry of National Education and Vocational Training is highly
counting on the Vocational Baccalaureate Project to give a new breath to the whole education
system in the country, and this by reconsidering the challenging issues so long worrying
educational experts:
- how schools can open wider educational horizons.
- how learning can be improved and students reach their full potentials.
- how to make of education an effective tool to promote peace and sustainable
development.
- How to bridge the gap between education/training and the job market (providing jobs).

These, and other challenges lying ahead, can hopefully be met by properly implementing
the Vocational Baccalaureate. English, one of the main school subject and a tool for
transferring technology, would certainly help students acquire the communicative competence
necessary at the workplace, and enable them to develop 21st Century skills: ICT literacy,
leadership, critical thinking, and problem solving strategies.
129

References
 English Language Guidelines 2007, Direction des Curricula, Nadia Edition, Rabat.
 Bülent Alan and Fredricka L. Stoller Maximizing the Benefits of Project Work in Foreign
Language Classrooms V OLUME 43 NUMBER 4 2005 ENGLISH T EACHING FORUM.
 Brown, Douglas. (1994b). Teaching by Principles: an interactive approach to language
pedagogy. New Jersey: Prentice Hall Regents.
 Chaibi, Ahmed. (2002). Teaching Vocabulary: practical and theoretical considerations. In MATE
newsletter, Fall 2002.
 Coady, J. and Huckin, T. (1997). Second Language Vocabulary Acquisition: a rationale for
pedagogy. Cambridge: Cambridge University Press.
 M.E.N. (1996). Recommendations pédagogiques et programmes de l’anglais dans
l’enseignement secondaire.
 Munby, J.(1978). Communicative Syllabus Design. Cambridge: Cambridge University Press.
 Dubin and Olshtain. (1986). Course Design: developing programmes and materials for language
learning. New directions in language teaching. Cambridge. Cambridge University Press.
 Grabe, W. (1991). Current Developments in Second Language Reading Research. "TESOL
Quarterly, 25"(3), 375-
 Nunan, D . (1989). Designing Tasks for the Communicative Classroom. New York: C. U. P.
 Falchikov, N. (2007). In: Rethinking Assessment in Higher Education (Boud, D. & Falchikov,
N.), pp. 128-144. Abingdon. Routledge.
 Peter van Engelshoven, Workshop on principles of curriculum development for VET,
 CARDS programme work material, Belgrade, 2003, page No7.

Webliography
http://www.impactseries.com/grammar/becoming.html. (Oct.5th 2006.)
http://www.eslpartyland.com/teachers/nov/grammar.html. (Oct.5th 2006.)
http://www.esl.about.com/cs/techingt....htm.(Oct.11th 2006.)
http://www.Gabrielatos.com/MindingOu...2006.(Nov.18th 2006)
http://www.calpro/eslguide.pdf
 Website: www. africa-union.org
http://www.vetserbia.edu.rs/methodology of curriculum
https://teaching.unsw.edu.au/standards-based-assessment.
http://www.lasc.edu/students/bridges...ctorCALPRO.pdf


130

SG05 : Mathématiques
I. Préambule
L'enseignement des mathématiques aux baccalauréats professionnels permet l’acquisition de
connaissances et de méthodes nécessaires à chaque élève pour construire son avenir personnel,
professionnel et citoyen, et préparer la poursuite d’études supérieures. Cet enseignement contribue
aussi au développement des compétences transversales relatives à l’autonomie, la prise d’initiative, la
créativité et la rigueur.
Le programme de mathématiques aux baccalauréats professionnels consolide les acquis des
élèves, les organise, les développe et élargit les domaines d’application. Il fournit entre autres des
outils permettant aux élèves de suivre avec profit les enseignements des disciplines scientifiques et
professionnelles, comme il leur permet d’acquérir la démarche mathématique et expérimentale en
développant les capacités d’observation, de recherche, d’expérimentation, d’abstraction, de
raisonnement et de communication. Il permet aussi le développement des capacités d’auto-
apprentissage et d’adaptation aux exigences changeantes de la vie active et aux nouveautés de
l’environnement culturel, scientifique, technologique et professionnel.
Ainsi, les objectifs de l’enseignement des mathématiques aux baccalauréats professionnels
doivent refléter l’importance de la culture mathématique et sa contribution dans l’intégration du
citoyen dans une société qui se développe continuellement. Dans cette perspective, les programmes
de mathématiques visent les objectifs suivants :
II. Objectifs généraux :
1. Développer la capacité de l'apprenant à résoudre des problèmes par la mise en œuvre des
démarches d’investigation et d’expérimentation ;
2. Fournir les outils mathématiques et logiques nécessaires pour les disciplines générales et
professionnelles ;
3. Développer la capacité de l'apprenant à utiliser le raisonnement mathématique ;
4. Développer la capacité de communication écrite et orale ;
5. Fournir à l'élève des bases solides en mathématiques qui le qualifient pour la poursuite des
études supérieures ou pour l’intégration dans la vie professionnelle dans des circonstances
appropriées.
III. La démarche pédagogique :
La démarche pédagogique à mettre en œuvre doit :
1. Prendre en compte les acquis des élèves :
Les rubriques du programme de chaque niveau du cycle baccalauréat professionnel se situent
dans le prolongement des programmes des niveaux antérieurs. L’architecture des programmes
propose une progression en spirale qui permet à l’élève de revenir plusieurs fois sur la même notion
afin de la renforcer et la développer. Il est donc utile, avant l’introduction d’une notion, de connaitre
les acquis effectifs des élèves. Ceci permet à l’enseignant d’adapter, en conséquence, la suite de son
enseignement et le cas échéant de gagner du temps en évitant des redites.

131

2. Privilégier une pédagogie s’appuyant sur des situations réelles ou liées aux
champs professionnels
La démarche consiste à bâtir des mathématiques le plus souvent possible, à partir de problèmes
apportés notamment par les disciplines scientifiques et professionnelles et, en retour, à utiliser les
savoirs mathématiques comme outils pour la résolution de problèmes issus des autres disciplines ou
de la vie courante. Les situations étudiées doivent fréquemment être issues du ou des champs
professionnels.
3. Privilégier une démarche d’investigation
Cette démarche vise à limiter la transmission des connaissances (du professeur vers l’élève) au
profit de la construction du savoir par l’élève. Elle favorise la construction des savoirs et des
capacités à partir de situations problèmes motivantes, réelles ou proches de la réalité pour conduire
l’élève à :
- S’approprier le problème ;
- Rechercher, extraire et organiser l’information utile ;
- Expérimenter (en utilisant éventuellement des outils logiciels) en s’appuyant sur des calculs
numériques, des représentations ou des figures ;
- Chercher des exemples ou des contre-exemples, simplifier ou particulariser une situation,
reformuler un problème ;
- Emettre une conjecture ;
- Raisonner, argumenter, valider un résultat ;
- Communiquer à l’aide d’un langage mathématique clair et rigoureux.
4. Proposer des activités de synthèse :
Des activités de synthèse et de structuration des connaissances et des savoirs Ŕfaire concluent la
séance d’investigation ou de résolution de problèmes.
5. Accorder une place aux Technologies de l’Information et de la Communication
dans l’enseignement des mathématiques
Les programmes de mathématiques au baccalauréat professionnel prévoient un usage
incontournable des TIC dans l’enseignement des mathématiques. Les possibilités d’application
offertes par les techniques informatiques contribuent dans bien des domaines à la compréhension de
concepts mathématiques et scientifiques. Elles permettent entre autres d’expérimenter, de simuler,
d’émettre des conjectures ou des hypothèses...
Par ailleurs, l’outil informatique doit être sollicité lorsque son utilisation apporte une plus-value à
l’enseignement dispensé et selon un scénario pédagogique bien déterminé.
Par exemple :
- le tableur pour les activités en analyse (suites numériques, représentations graphiques..), en
probabilités…
- un logiciel de géométrie dynamique pour les activités géométriques, analytiques et fonctionnelles,
- l’internet pour les recherches documentaires…
IV. L'évaluation
L’évaluation des acquis est indispensable à l’enseignant dans la conduite de son enseignement. Il
lui appartient d’en diversifier le type et la forme : évaluation écrite ou orale, individuelle ou
collective, avec ou sans TIC.
132

Programme de mathématiques au cycle Baccalauréat Professionnel
L’ensemble du programme concerne deux domaines mathématiques :
Analyse et Algèbre
Dénombrement et probabilités

Organisation du programme

Le programme fixe les objectifs à atteindre en termes de capacités. Il est conçu pour favoriser une
acquisition progressive des notions et leur perpétuation. Son plan n’indique pas la progression à suivre.
1. Analyse et Algèbre

Ce domaine vise essentiellement la résolution des problèmes de la vie quotidienne et
professionnelle relevant de la modélisation de phénomènes continus ou discrets. Ainsi, on consolide
l’ensemble des fonctions mobilisables, enrichi de nouvelles fonctions de référence, les fonctions
racine nième
 
3n 
, la fonction logarithme népérien et la fonction exponentielle. L’étude de
phénomènes discrets fournit un moyen d’introduire les suites et leur génération en s’appuyant sur des
registres différents (algébrique, graphique, numérique, géométrique) et en faisant appel à des
logiciels. Les interrogations sur leur comportement amènent à une première approche de la notion de
limite qui sera développée en classe de la deuxième année du baccalauréat.
Les objectifs principaux de ce domaine sont :
- Traduire en langage mathématique et résoudre des problèmes à l’aide d’équations, de suites, de
fonctions… ;
- Construire et exploiter des représentations graphiques ;
- Calculer des aires des surfaces en utilisant le calcul intégral ;
- Utiliser le type de raisonnement convenable selon la situation étudiée ;
- L’introduction des matrices, et les opérations sur les matrices pour cette filière, est faite en
considération de ses diverses applications, et ce sont des outils efficaces pour résoudre des
systèmes linéaires.

2. Dénombrement et Probabilités
L’introduction de ce module a pour objectif de rendre les élèves capables :
- de choisir le modèle de dénombrement adéquat selon la situation étudiée ;
- d’étudier et modéliser des expériences relevant de l’équiprobabilité ;
- de proposer un modèle probabiliste à partir de l’observation de fréquences dans des situations
simples.
- d’interpréter des événements de manière ensembliste ;
- de mener à bien des calculs de probabilité. Les situations étudiées concernent des expériences à
une ou plusieurs épreuves.
133


Première année du cycle du baccalauréat pro.
Algèbre
1- Notions de logique
Capacités attendues Contenus Recommandations pédagogiques
- Utiliser le raisonnement
convenable selon la situation
étudiée ;
- Rédiger des raisonnements
mathématiques et des
démonstrations claires et
logiquement correctes ;
- Etudier la vérité d’une
proposition logique ;
- Comprendre le sens d’une
proposition logique et donner sa
négation.
2-Dénombrement
. - Utiliser l’arbre des choix dans
des situations de dénombrement ;
- Appliquer le dénombrement pour
résoudre des problèmes variés ;
-utiliser le modèle adéquat selon la
situation étudiée.
- Propositions ; opérations sur les propositions ; les
quantificateurs ;
- Les raisonnements mathématiques : raisonnement par
l’absurde ; raisonnement par disjonction des cas ;
raisonnement par équivalence.
-les ensembles finis
- Principe général du dénombrement ;
Nombre d’arrangements, nombre de permutations, nombre
de combinaisons ;
- Propriétés des nombres
134

C
p
n
,formule du binôme de
Newton ;
-nombre de parties d’un ensemble fini ;
- Applications : Tirage simultané, tirage avec remise, tirage
sans remise
- On approchera les propositions, les lois
logiques et les méthodes de raisonnement à
partir d’activités diverses et variées en
relation avec les acquis de l’élève et à
partir de situations mathématiques, déjà
rencontrées, et dont le côté mathématique
ne doit pas faire entrave à leurs
résolutions... ;
- On évitera toute construction théorique et
tout usage excessif des tableaux de vérité ;
- Les résultats concernant la logique
devront être exploités dans les différents
chapitres du programme à chaque fois que
l’occasion se présente.
- On présentera le dénombrement à l’aide
du principe du produit, du principe de la
somme et de la technique de l’arbre ;
- Il faudra diversifier les activités issues de
la vie quotidienne ;



3- Calcul numérique
-Utiliser la proportionnalité pour traiter des
situations variées.

- Résoudre des équations et des inéquations
se ramenant à la résolution d’équations et
d’inéquations du premier degré à une
inconnue ;
- Résoudre des systèmes du premier degré à
deux inconnues par les différentes méthodes
étudiées ;
- Mathématiser des situations faisant
intervenir des quantités variables, se
ramenant à la résolution d’équations,
d’inéquations et de systèmes.
4-Les suites
- Reconnaitre une suite
arithmétique ou géométrique et
déterminer sa raison et son premier
terme ;
-Calculer la somme de n termes
consécutifs d’une suite
arithmétique ou géométrique ;
- Utiliser les suites arithmétiques
et les suites géométriques pour
résoudre des problèmes variés.

La proportionnalité ; les pourcentages ;
l’échelle.
Equations et inéquations du premier
degré ou du second degré à une inconnue
;
- Signe d’un trinôme du second degré ;
- Système de deux équations du premier
degré à deux inconnues.
- Suites numériques ;
- Suites numériques ;
- Suites arithmétiques ;
- Suites géométriques.
135

- On rappellera la notion de la proportionnalité et les autres
notions en relation avec elle, et on les renforcera dans des
situations en rapport avec les spécificités de ces deux
branches.
- La résolution des équations et inéquations du premier
degré ou du second degré à une inconnue et des systèmes
de deux équations du premier degré à deux inconnues, a
déjà été pratiquée, on évitera de la présenter de nouveau.
- Il faudra consolider et renforcer toutes ces notions, dans
le cadre d’activités variées et bien choisies et dans le cadre
de la mathématisation de problèmes issus de la vie
quotidienne ou des matières de la spécialité, pour faire
acquérir aux élèves les habiletés et les capacités attendues.
- On présentera les suites à partir de situations convenables
;
- Toute construction théorique de la notion de suite est hors
programme ;
- La leçon des suites constituera une occasion pour
familiariser les élèves avec l’usage de l’outil informatique.

5- Le calcul sur les matrices
Maitriser le calcul sur les matrices Matrice à une seule colonne ; matrice carrée
d’ordre 2 ; 3 ou 4
Somme de deux matrices carrées ; produit d’un
nombre réel par une matrice carrée ; produit
d’une matrice carrée par matrice à une seule
colonne ; produit de deux matrices carrées
6- le logarithme décimal
Simplifier des expressions contenant des
logarithmes décimaux ;
Résoudre des équations avec des
logarithmes décimaux ;
Utilisation de la calculatrice (ou des TIC)
pour calculer des valeurs approchées du
logarithme décimal d’un nombre réel
strictement positif ou pour déterminer
une valeur approchée d’un nombre dont
le logarithme décimal est connu.




le logarithme décimal ; la notation Log
les formules log⁡(ab) ; log⁡(
136

a
b
) ; log⁡(

a) ;
log⁡(a
) ; (nℤ)

n
On présente une matrice carrée d’ordre n comme un
tableau carré de nombres réels à n colonnes et n lignes
(2≤n≤4)



; (nℤ)
Puis admettre l’extension sur ℝ
L’utilisation des nombres 10




n
+


Analyse
1-Généralités sur les fonctions (rappel et compléments)
- Comparer deux expressions en
utilisant différentes techniques ;
- Déduire les variations d’une
fonction ou ses valeurs maximales
et minimales à partir de sa
représentation graphique ou de son
tableau de variations ;
- Lier la lecture et l’interprétation
de certaines représentations
graphiques à certaines propriétés
des fonctions.
2- Les limites
- Calculer les limites des fonctions
polynômes et des fonctions
rationnelles, et des fonctions
irrationnelles.

- Fonction paire ; fonction impaire ;
interprétation graphique ;
- Fonction majorée, fonction minorée,
fonction bornée ;
- Comparaison de deux fonctions ;
interprétation graphique ;
- Monotonie d’une fonction ; taux de
variation ;
- Extremums d’une fonction.
- Limites des fonctions : x

137


x3et limites de leurs inverses, au
point zéro et en +

et -

x,x

;
- Limite finie et limite infinie en un point et
en;+

et -


- Limite à droite ; limite à gauche ;
- Opérations sur les limites ;
- Limites des fonctions polynômes et des
fonctions rationnelles, et fonctions
irrationnelles ;
-limites et ordre.
x2et x
- On familiarisera les élèves à déduire les variations d’une
fonction numérique à partir de sa représentation graphique
; on s’intéressera aussi au tracé des courbes ;
- On utilisera, dans la limite des moyens disponibles, la
calculatrice et des logiciels permettant l’étude des
fonctions.
- On présentera la notion de limite de manière intuitive à
partir du "comportement" des fonctions de référence
figurant au programme et leurs inverses au voisinage de 0,
et en +

et -

,et on admettra ces limites ;
- On admettra les limites des fonctions polynômes et des
fonctions rationnelles en +

et -

et en tout
point de leurs domaines de définition ;
- On admettra les opérations sur les limites finies et
infinies et on familiarisera les élèves à utiliser
correctement ces opérations.
-On familiarisera les élèves à enlever l’indétermination.
,
fonctions
3- Dérivabilité

- Reconnaitre que le nombre
dérivé d’une
fonction en x0 est le coefficient
directeur
de la tangente à sa courbe au point
d’abscisse x0 ;
- Reconnaitre la dérivabilité des
polynômes et des fonctions
rationnelles ;
- Déterminer l’équation de la
tangente à
une courbe en un point donné et la
construire ;
- Déterminer la monotonie d’une
fonction
à partir de l’étude du signe de sa
dérivée ;
- Résoudre des problèmes
d’application
sur les valeurs minimales et les
valeurs
maximales ;
- Déterminer le signe d’une
fonction à
partir de son tableau de variations
ou de
sa représentation graphique.

- Nombre dérivé d’une fonction en un point ;
interprétation géométrique du nombre dérivé
; droite tangente à une courbe en un point x0;
- Equation cartésienne de la droite tangente ;
- Dérivabilité sur un intervalle ; fonction
dérivée ;
- Dérivation des fonctions :
fg
,
f
1
,
g
f
,
f
n
(
n IN
138

*
),
gf 
,
f
()f ax b
,
-Monotonie d’une fonction et signe de sa
dérivée ; extrémums d’une fonction dérivable
sur un intervalle.

f

- parmi les exemples à traiter on citera : approcher les
fonctions définies par :
1
1


h
h
,
hh  1
au voisinage de zéro par des
)1( hh 
,
2
)1( hh 
,
fonctions affines ;
- On admettra les deux propriétés concernant la monotonie
et le signe de la dérivée ainsi que les opérations sur les
fonctions dérivées.
3

4- Etude et représentation d’une fonction
- résoudre graphiquement des
équations et des inéquations de la
forme f(x)=c, f(x)≤c, f(x)=g(x),
f(x)≤g(x), f et g étant des fonctions
figurant au programme,
- Utiliser les éléments de symétrie
de la courbe d’une fonction pour
réduire son domaine d’étude ;
- Représenter des fonctions
polynômes de degré deux ou trois
et des fonctions homographiques ;
- Utiliser la représentation d’une
fonction ou son tableau de
variations pour étudier les
solutions de certaines équations et
inéquations.
- Asymptote horizontale ; asymptote
verticale, directions asymptotiques ;
-points d’inflexions, concavité de la courbe
d’une fonction ;
-les éléments de symétrie de la courbe d’une
fonction ;
- exemples d’étude et de représentation des
fonctions :

139

- On se limitera admettra les branches infinies de la
courbe d’une fonction polynôme de troisième degré ;
- On s’intéressera à la résolution graphique des équations
et des inéquations de la forme f(x)=c, f(x)≤ c, f(x)=g(x),
f(x)≤g(x),
f(x)˂ c, f et g étant des fonctions figurant au programme,
dans le cas où la résolution algébrique n’est pas à la portée
des élèves.



Deuxième année du cycle du baccalauréat pro.
1. Analyse
1-1-Suites numériques
Capacités attendues Connaissances Recommandations pédagogiques
- Utiliser les suites
géométriques et les
suites arithmétiques
pour étudier les suites
numériques de la forme

bauu
1
nn
au b
u



1
n
n
n

cu d
et
;
- Utiliser les limites des
suites de référence et les
critères de convergence
pour déterminer les
limites des suites
numériques ;
- Utiliser les suites pour
résoudre des problèmes
issus des domaines
divers.
- limite d'une suite numérique :
- limites des suites de référence :
1
n
 
n
;



n

0
n
;
 
n
;
1
n
2
n


2
0

avec p entier naturel

n

 
;
n
;
3
n
1
n
 


3
0

n

n
;
p
n
;
1
140

 
n
n
;



n

0
n
;


1
n
p
n

- suite convergente
- critères de convergence d'une suite numérique
- suite croissante majorée
- suite décroissante minorée
- suite divergente
- opérations sur les limites
- limites et ordre
- Etude de la convergence de la suite géométrique

0

 
q
;
- Etudie de la convergence de la suite
v f u
, avec f une
fonction continue
- Etude de la suite
 
f I I
.
 
u f u


sur un intervalle I tel que
1nn
()
n
nn
o une étude théorique de la notion de limite
d’une suite est hors programme
o En partant des fonctions référentielles, on
admet les limites des suites :
1
n
 
n
;



n

0
n
;
 
2
n
n
;


1
n
2
0

n

 
;
3
n
n
;
1
n
 


3
0

n

avec p entier naturel supérieur à 3
p
n
n
;
;
1
 
n
n
;



n

0
n
;
o Les opérations sur les limites finies et les
limites infinies sont à admettre, et il faut
habituer les élèves à les utiliser
correctement ;
o Il faut exploiter l’outil informatique dans
ce chapitre, en utilisant les outils logiciels
et/ou en programmant des algorithmes


1
n
p
n


0

IR

par une fonction continue ;
1.2-continuité
Capacités attendues Connaissances Recommandations pédagogiques
- Etudier la continuité d’une fonction
en un point en utilisant le calcul des
limites ;
- Déterminer l’image d’un segment
ou d’un intervalle par une fonction
continue et par une fonction
continue et strictement monotone ;
- Appliquer le théorème des valeurs
intermédiaires dans l’étude de
certaines équations et inéquations,
ou pour l’étude du signe d’une
expression .... ;
Appliquer le théorème de la
fonction réciproque dans le cas
d’une fonction continue et
strictement monotone sur un
intervalle.

- Continuité d'une fonction en un point ;
- Continuité à gauche et continuité à droite en
un point ;
-Continuité sur un intervalle (cas des fonctions
polynômes Ŕ des fonctions rationnelles Ŕde la
fonction
xx
) ;
- Image d'un intervalle et d'un segment de
- Cas d'une fonction continue et strictement
monotone sur un intervalle ;
- Fonction réciproque d'une fonction continue et
strictement monotone.

141

- On adopte la définition suivante : on dit
qu’une fonction
f
est continue en un point x

si
)()(lim

xx
0

xfxf
0
;
- On admet les résultats concernant la continuité
des fonctions polynômes, des fonctions
rationnelles, et de la fonction
xx 
, et on
insistera sur leurs applications ;
- On admet que l’image d’un segment par une
fonction continue est un segment, et que
l’image d’un intervalle est aussi est un
intervalle ;
- On admet que
gf 
,
fg
,
f
sont des
fonctions continues sur un intervalle I, si
g
sont deux fonctions continues sur I ;
- On admet que
gof
est une fonction continue
sur un intervalle I, si
- est continue sur I, et
f

g
est continue sur f(I) .

0
f
et
1.3- dérivabilité et étude des fonctions numériques
Capacités attendues Connaissances Recommandations pédagogiques
- Calculer des fonctions dérivées ;
- Étudier les variations d'une
fonction ;
- Déterminer le signe d’une fonction
à partir de son tableau des
variations, ou à partir de sa courbe
représentative.
- Résoudre graphiquement des
équations, et des inéquations de la
forme :
)()( xgxf 
,
)()( xgxf 
;
- Déterminer la monotonie de la
fonction réciproque d’une fonction
continue et strictement monotone
sur un intervalle et la représenter
graphiquement ;
- Déterminer le nombre dérivé en un
point de la fonction réciproque ;
- Résoudre des problèmes
d’application concernant les
valeurs maximales et les valeurs
minimales ;
- Etudier et représenter
graphiquement des fonctions
rationnelles ou irrationnelles.


o Continuité et dérivation ;
o Dérivée de la composée de deux
fonctions ;
o Dérivée de la fonction réciproque ;
o Exemples d’étude d’une fonction.

142

- On fait un rappel de la notion de dérivée et de ses
applications à partir d’activités variées ;
o A partir de l’étude d’exemples de fonctions
polynômes, fonctions rationnelles, et fonctions
irrationnelles, renforcer les acquis des élèves sur
les limites, la dérivabilité, l’approximation d’une
fonction par une fonction affine, les éléments de
symétrie de la courbe d’une fonction, l’étude des
branches infinies, et de la résolution de quelques
équations et inéquations graphiquement ;
o Se limiter à l’étude de quelques modèles de
fonctions irrationnelles dont le signe de la dérivée
ne pose pas de difficultés, et c’est l’occasion
d’étudier des exemples
d’équations irrationnelles ;
o L’étude de la fonction :
)0)(,3()(  xunxux
n
est hors
programme, et on se limite à déterminer sa dérivée ;
o Exploiter les logiciels permettant le calcul de la
dérivée, et l’étude des fonctions.


1.4-Primitives
Capacités attendues Connaissances Recommandations pédagogiques

o Déterminer les fonctions
primitives des fonctions
usuelles ;
o Utiliser les formules des
dérivées pour déterminer les
fonctions primitives d’une
fonction sur un intervalle ;
o Primitives d’une fonction continue sur un
intervalle.
o Primitives d’une somme de fonctions, du
produit d’une fonction par un réel.

143

o Entrainer les élèves à retrouver les primitives
des fonctions usuelles, par lecture inverse des
formules de dérivation.

1.5- Fonctions logarithmes et Fonctions exponentielles
Capacités attendues Connaissances Recommandations pédagogiques
- Maitriser le calcul algébrique des
logarithmes ;
- Maitriser la résolution des
équations, inéquations et systèmes
d’équations contenant des
logarithmes ;
- Connaitre et appliquer le logarithme
décimal (surtout dans le cas des
équations de la forme 10
x
=a) ;
- Maitriser les limites logarithmiques
et exponentielles et les utiliser ;
- Maitriser l’étude et la représentation
des fonctions contenant la fonction
logarithme;
- Maitriser la résolution des
équations, inéquations et systèmes
d’équations exponentielles
logarithmiques ;
- Maitriser l’étude et la représentation
Fonction logarithme népérien
:

lnxx
o Définition - Propriétés algébriques
o Notation ln et étude de la fonction logarithme
népérien :
lnxx

o la dérivée de la fonction logarithme népérien
o les fonctions primitives de la fonction :
)('
xu
x 
)(
xu

o la fonction logarithme à base a :
-Définition et propriétés ;
-la fonction logarithme décimal ;


Fonction exponentielle népérienne :
- Définition - Propriétés algébriques ;
- notation
exp
, et étude de la fonction
x

exp
;
- Le nombre
e
et l’écriture
- Primitives de la fonction
e
x
;
 
x u x e


 
ux
;

o On introduit la fonction ln juste après le
chapitre sur les primitives, comme étant la
fonction primitive de la fonction :
 
0, 
qui s’annule en 1.
o L’étude des variations est conduite à l’aide de
1

sur
x
x
la dérivée.
o La fonction logarithme décimal est introduite
à partir de la fonction ln. Les propriétés
algébriques de cette fonction se déduisent de
celles de la fonction logarithme népérien.


o La fonction exponentielle népérienne est la
bijection réciproque de la fonction logarithme
népérien ;
o Pour tout réel a strictement positif ;
ea 
;
o On admet
)ln(abb
lim ln
x

x
 
;


o Les limites usuelles des fonctions logarithmes

o les fonctions logarithmes et les fonctions
des fonctions contenant la fonction
logarithme népérien et la fonction
exponentielle népérienne ;
- Déterminer des valeurs approchées
du nombre

e
, avec a un nombre
réel, ou déterminer des valeurs
a
approchées du nombre a , avec
un nombreconnu.



e
a
- Fonction exponentielle de base a, avec
a0

et
a1

Définition - Propriétés algébriques ;
- Dérivée de la fonction

a1
.





144

x
xa
, avec
a0
et
et les fonctions exponentielles, et les limites
suivantes :
lim
xln
n
x

lim
x

0

x
n
;
)ln(
xx
lim
x

x
e
x
n
;
lim
x

xn
ex
sont considérées comme
limites de référence de base ;
exponentielles sont utilisés pour la résolution
de problèmes divers.
et
1.6- calcul intégral

Capacités attendues Connaissances Recommandations pédagogiques
o Calculer l'intégrale de
fonctions en utilisant la
fonction primitive et la
technique de l'intégration par
parties ;
o Interpréter, dans le cas d’une
fonction positive, une
intégrale comme l’aire d’une
surface ;
o Maitriser l e calcul de l'aire
d'un domaine du plan limité
par deux courbes et deux
droites parallèles à l'axe des
ordonnées.

o L'intégrale d'une fonction continue sur un
segment ;
o Propriétés de l'intégrale :
o Relation de Chasles Ŕ bilinéarité- intégrale
et l'ordre- Valeur moyenne ;
o Techniques de calcul de l'intégrale :
- Utilisation des primitives
- Intégration par parties ;
o Calcul des aires des surfaces :
- Calcul de l'aire d'un domaine du plan
limité par la courbe d'une fonction et deux
droites parallèles à l'axe des ordonnées ;
- Calcul de l'aire d'un domaine du plan limité
par deux courbes et deux droites parallèles
à l'axe des ordonnées.
145

- L'intégrale d'une fonction sur un segment est
introduite à partir de la notion de fonction
primitive d'une fonction continue ;
- On admet toutes les propriétés, et on peut les
interpréter graphiquement en utilisant l’aire
d’une surface.

4-STATISTIQUE ET PROBABILITÉS :
4.1- analyse combinatoire (dénombrement)
Capacités attendues Connaissances Recommandationspédagogiques
o Utiliser l’arbre des choix dans
des situations combinatoires ;
o Utiliser le modèle
combinatoire(ou de
dénombrement) adéquat à la
situation étudiée ;
o Application du dénombrement
dans la résolution de problèmes
variés.

o Principe fondamental du dénombrement,
o arbre des possibilités
o Nombre d’arrangements ; la notation
o Nombre de permutations ; la notation
!n
;
o Nombre de combinaisons ; la notation
146

p
n
A
;
p
n
C
;
o On introduira le dénombrement à partir de
la technique de l’arbre des choix et des
deux principes : de la somme et du produit
;
o Il est recommandé de varier et diversifier
les activités issues du domaine
professionnel ou de la vie courante.
4.2- calcul des probabilités
Capacités attendues Connaissances Recommandations pédagogiques
- Calculer la probabilité de la
réunion de deux évènements, et
l’intersection de deux évènements
- Calculer la probabilité d’un
évènement Contraire
A
.
- Utiliser le modèle de
dénombrement convenable selon la
situation étudiée ;
- Reconnaitre deux évènements
indépendants ;
- Déterminer la loi de probabilité
d’une variable aléatoire et calculer
ses différents paramètres ;
- Reconnaitre la loi binomiale et
l’appliquer dans diverses situations.
- Expériences aléatoires ;
- Stabilité de la fréquence d'un évènement
aléatoire ;
- Probabilité d’un évènement ;
- Equiprobabilité ;
- Probabilité conditionnelle ;
- Indépendance de deux épreuves Indépendance
de deux évènements ;
- Variable aléatoire :
- Définition Ŕ exemples ;
- Loi de probabilité d’une variable aléatoire
- paramètres d’une variable aléatoire :
- espérance, variance, écart-type
- loi binomiale.
o Habituer
o les élèves à concevoir la simulation
convenable suivant l’épreuve aléatoire en
question et l’appliquer ;
o Eviter toute introduction théorique de la
notion de probabilité ;
o La connaissance des symboles

(réunion),
A


(intersection) et la notation
(évènement contraire) est exigible ;
o D’après la répétition d’une épreuve aléatoire
simple un assez grand nombre de fois (lancer
une pièce de monnaie, tirer une boule d’une
urne,……..) on en déduit La stabilité de la
fréquence d’un événement aléatoire, puis on
admet ce résultat, on peut utiliser la
touche ‘’rand’’ de la calculatrice scientifique
(programmable ou non ) , ou les logiciels
intégrés dans l’ordinateur pour cet effet
o Il faut partir de situations concrètes et
progressives, qui permettent aux élèves de


147

s’entrainer progressivement à décrire des
épreuves aléatoires avec le langage
probabiliste ;
o On introduit la probabilité d’un événement à
partir de la stabilité de la fréquence d’un
événement aléatoire ;
o On consolide l’introduction des notions des
probabilités, avec des exemples variés
couvrant tous les cas possibles ;
o On applique les probabilités dans des
situations variées (commerciales,
économiques, et financières).
























148


ORGANISATION PEDAGOGIQUE


I. Considérations générales et modalités de calcul des volumes horaires

1. Les enseignements dispensés dans les formations sont sous statut scolaire préparant au
baccalauréat professionnel ;
2. Durée du cycle: trois années scolaires correspondant au cycle de l’enseignement
secondaire qualifiant ;
3. L’année scolaire organisée par une décision ministérielle est constituée de 34 semaines
d’activités scolaires y compris l’évaluation :
 Un stage obligatoire de 4 semaines en entreprises est prévu en fin de 2
année,
sachant qu’il est fortement recommandé de passer un stage en entreprise d’une
semaine à la fin du Tronc Commun, et de deux semaines à la fin de la 1ière année.
Cependant, les spécificités de quelques filières pourraient rendre, obligatoires, les
stages de fin du Tronc Commun et/ou 1ière année;
 3 semaines pour les examens (1 semaine pour la 1ière Année du baccalauréat et 2
semaines pour la 2ième Année) ;
4. Des enseignements/modules peuvent être communs à un ensemble de filières ;
5. Les enseignements dispensés prennent en considération les exigences des deux
possibilités; l’exercice direct d’un métier ou la poursuite des études.

149

ième
II. Répartition des horaires hebdomadaires des Disciplines de l’enseignement
général

Discipline 1
150

ère
Année 2
Année
Langue et Culture Arabe 2h 2h
Education islamique 2h 1h
Français Ŕ Culture et communication 4h 4h
Anglais Ŕculture et communication 3h 3h
Mathématiques 2h 2h
Informatique 2h /15j 2h /15j
Education physique 2h 2h
Total Enseignement Général 16h 15h

III. Répartition des Savoirs ou Modules des enseignements professionnels



Savoir ou module 1
ère
Année 2
Année
Communication et techniques d’accueil 3h
Gestion administrative 2h
Comptabilité générale : opérations
courantes
5h
Droit commercial 2h
Gestion du temps 2h
Bureautique (fonctions avancées Word Ŕ
Excel
2h
Documents administratifs 2h
Droit du travail 2h
Administration du personnel 2h
Logiciels de gestion 4h
Comptabilité de gestion 4h
Les Budgets 4h
Création d’entreprise 2h
Total Enseignement Professionnel 18 H 18H
Stage 160H
IV. Horaire hebdomadaire globale

Type d’enseignement 1
ère
Année 2
Année
Enseignement général 16h 15h
Enseignement professionnel 18 h 18 h
Total
34h 33h

e
e
e

V. Orientations pédagogiques

5.1. Pédagogie du projet
Apprendre à travers le projet :

Aujourd’hui, les modèles pédagogiques transmissifs centrées sur les savoirs, où le rôle de l’élève
est d’écouter, de tenter de comprendre, de faire consciencieusement ses exercices et de restituer ses
acquis dans le cadre de tests de connaissance papier-crayon, le plus souvent individuels et notés, ont
cédé la place aux pédagogies dites actives, et aux approches constructivistes, interactionnistes et
systémiques et qui font appel à un autre contrat didactique.

En effet, dans ce modèle le rôle de l’élève est de s’impliquer, de participer à un effort collectif pour
réaliser un projet et construire, par la même occasion, d’autres compétences. Il a droit aux essais et
aux erreurs. Il est invité à faire part de ses doutes, à expliciter ses raisonnements, à prendre conscience
de ses façons de comprendre, de mémoriser, de communiquer.

Cela modifie considérablement le contrat didactique et interdit à l’élève de se replier. Il l’oblige, au
contraire, à savoir écouter, formuler des propositions, négocier des compromis, prendre des décisions
et s’y tenir, partager ses soucis ou ses savoirs ; savoir répartir les tâches et les coordonner ; savoir
évaluer l’organisation et l’avancement du travail ; gérer des tensions, des situations d’échecs et in fine
une source majeure de confiance en soi et un renforcement d’identité ; qui sont à leur tour des
ingrédients précieux du rapport au savoir, de l’envie d’apprendre et du sentiment d’en être capable.

Dans une société où la coopération et le travail en réseau deviennent la règle dans les organisations,
notamment autour de projets, ce seul objectif pourrait justifier un entraînement intensif dans le cadre
scolaire, et au-delà des compétences individuelles, la pédagogie du projet permet aux élèves de
prendre conscience de l’importance d’une intelligence collective ou distribuée, de la capacité d’un
groupe, s’il fonctionne bien, de se fixer des buts qu’aucun individu ne peut espérer atteindre seul.

Développer l’autonomie et la capacité de faire des choix et de les négocier
Dans un projet, chacun risque d’être emporté par des options collectives qu’il ne comprend ou ne
partage pas, faute d’avoir su défendre et faire prévaloir au moins quelques-unes de ses idées. Une
démarche de projet favorise donc un double apprentissage :
•d’une part, l’apprentissage de l’autonomie par rapport au groupe, qui permet de à l’individu de se
ménager des zones dans lesquelles il reste maître de son action ou du moins d’une partie des modalités,
voire des finalités ; pour cela, il faut savoir faire reconnaître sa compétence et se faire déléguer des
tâches sans qu’elles soient prescrites dans leur détail ;
•d’autre part, l’apprentissage des façons concrètes de se faire entendre dans un groupe et
d’influencer les décisions collectives, de sorte à pouvoir s’y reconnaître.
Ces deux compétences sont étroitement complémentaires. L’individu sauvegarde son autonomie en
protégeant une sphère d’activité où il est " maître chez soi " aussi bien qu’en infléchissant les
orientations du groupe et les règles du jeu dans le sens de ses propres préférences






151

5.2. Stage en entreprise :
a) Contexte de la formation en milieu professionnel
La durée de la formation en milieu professionnel est d’une durée de 4 semaines minimum et
programmée en fin de 2
ème
année du baccalauréat.
La formation dispensée en entreprise se déroule sous la responsabilité du chef d’établissement
sur la base d’une convention, établie entre l’établissement d’enseignement et la structure d’accueil.
Les modalités de mise en œuvre de la convention sont établies conjointement par l’équipe
pédagogique et le(s) tuteur(s) : (modes de relations à établir, types d’activités, objectifs et contenus
de formation).
L’organisation prendra en compte :
- Les contraintes matérielles des entreprises et des établissements scolaires ;
- Les objectifs pédagogiques spécifiques à ces périodes ;
- Les cursus d’apprentissage.
Les périodes de formation en milieu professionnel sont des phases déterminantes de la formation
menant au diplôme et, à ce titre, doivent être en interaction avec la formation donnée en centre de
formation.
Cette formation est préparée, mise en œuvre, suivie, exploitée une fois terminée, et évaluée, sous
la responsabilité des enseignants en collaboration avec les entreprises concernées.
Elles concourent à l’acquisition des compétences requises pour l’obtention du diplôme et visent à
développer les capacités d’autonomie et de responsabilité du candidat à l’issue de sa formation.
A cet effet, elles doivent permettre au futur diplômé :
- d’appréhender par le concret les réalités économiques, humaines, techniques de l’entreprise
- De prendre conscience de l’importance de la compétence de tous les acteurs et services
dans une entreprise.
- De participer à des activités afin de conforter et d’acquérir des savoirs et savoir-faire ;
- D’utiliser les matériels ou les outillages spécifiques ;
- D’appréhender les contraintes de sécurité et les méthodes de travail ;
- D’observer et d’analyser au travers de situations réelles, les différents éléments d’une
stratégie de qualité et de percevoir concrètement les coûts induits de la non qualité ;
- D’utiliser ses acquis dans le domaine de la communication, en mettant en œuvre, en
particulier, de véritables relations avec différents interlocuteurs ;
La diversité des entreprises, liées au champs professionnels, susceptibles d’accueillir en
formation des candidats au baccalauréat professionnel, tant par la nature de leurs activités que par
leur taille, oblige à une certaine souplesse dans la définition des activités en entreprise et des
capacités qu’elles permettent d’acquérir, ainsi que des modalités qui devront être adaptées à chaque
situation particulière.
Le choix des activités les plus pertinentes, en fonction de l’entreprise d’accueil, doit être arrêté
par l’équipe de professeurs, en liaison avec l’entreprise ou la collectivité d’accueil. L’annexe
pédagogique jointe à la convention fixera les exigences minimum.

152

b) Rôle du tuteur
La formation du futur professionnel s’appuie sur toute personne de l’entreprise, mais
particulièrement sur le tuteur désigné par l’entreprise ou la collectivité d’accueil.
Le tuteur a pour rôle d’accueillir le candidat au baccalauréat professionnel et de suivre sa
progression en l’aidant à évoluer dans le contexte professionnel.
Il transmet ou fait transmettre au candidat les connaissances spécifiques, pratiques et techniques
indispensables au futur professionnel.
Il lui facilite l’accès aux différents secteurs présentant un intérêt professionnel, économique et
social pour sa formation.
Tout en lui apportant les informations de base indispensables, il doit favoriser sa capacité
d’autonomie et encourager sa curiosité dans le cadre d’une situation de travail et d’un
environnement nouveau.

Organisation

Au terme d’une convention de stage entre établissement, lieu de formation et l’entreprise
d’accueil pour le stage, au cours de cette période de stage, l’élève doit constituer un dossier
comprenant un rapport d’activités conduites en entreprise. Ce rapport est visé par le tuteur de
l’élève en entreprise. Ce visa atteste que les activités développées dans le rapport correspondent à
celles confiées à l’élève au cours de sa formation en entreprise.
Le rapport d’activités doit faire apparaître :
 la présentation de l'entreprise d'accueil dans son organisation économique, humaine et
technique, (Raison sociale, taille, situation économique, capacité d’accueil, ressources
humaine,…).
 Des informations sur les postes de travail occupés lors de cette période.
 Les équipements et les immobilisations vus et surtout utilisés.
 Les personnes et leur rang dans l’entreprise (hiérarchie).
 Les travaux réalisés.
 Les compétences acquises ou renforcées.
Peut être joint au rapport :
 Les documents nécessaires à l’appréciation et l’évaluation du stagiaire ;
 Les attestations de stage permettant de vérifier le respect de la durée de formation en

entreprise ainsi que des absences éventuelles.
 Les fiches de compte rendu de tâches significatives réalisées ;
Le dossier comporte également les attestations de stage permettant de vérifier le respect de la
durée de stage en entreprise et le secteur d'activité de cette formation.

Tout au long de sa formation en entreprise, chaque candidat doit établir et renseigner un journal de
bord journalier de l’ensemble des activités réalisées chaque jour.



153

Améliorer la qualité des stages

Organisation du dispositif des stages :



Cohérence : service d’accueil –
formation
Existence d’un tuteur
Capacité d’intégration
154

Entreprise
Elève
Cohérence : - activités demandées -
compétences étudiant - objectifs de
stage
Motivation
Ces données doivent être
définies avant toute
validation
Elle passe par un suivi des
élèves en cours et après le
stage
Les élèves doivent être
clairement informés des
procédures et objectifs





































EVALUATION
155


I. Déterminants de l’évaluation
L’évaluation doit toucher l’ensemble des aspects des modules de formation :
 Aspect théorique de situation : Il revient au formateur d’élaborer des évaluations
théoriques en fonction de l’avancement et des progressions de chaque module en
respectant les modalités d’évaluation préconisé par le guide d’évaluation
 Aspect pratique de comportement : Chaque formateur établira des grilles d’évaluation
pratique, comportant des critères d’évaluation bien définis, des barèmes de notation et
des horaires alloués à chaque évaluation.
L’évaluation doit prendre en compte :
 l’aptitude à tirer parti d’une situation professionnelle
 la pertinence des réponses
 l’exactitude des connaissances
 la qualité de la réflexion et de l’argumentation
L’évaluation prend la forme de :
 Le contrôle en cours de formation comporte une situation d’évaluation théorique ou
pratique ou sous forme d’une étude de cas, selon les compétences à évaluer, notée selon
un barème pré établi, d’une durée maximale de deux heures.
 Elle se déroule quand le candidat est considéré comme prêt à être évalué à partir des
capacités du programme.
 L’évaluation est conçue comme sondage probant sur des compétences du programme et
peut de dérouler de plusieurs manières :
Epreuve écrite. D’une durée de deux heures, ou pratique d’une durée dépendant du
contexte de l’évaluation, ou sous forme d’étude de cas. Cette étude de cas fait référence
à un contexte professionnel mettant en jeu des connaissances du service de la
restauration, notamment en gestion et en organisation du travail. Le candidat est invité à
répondre à des questions relatives au cas proposé.
 L’évaluation de situation prend la forme de situations écrites, organisées dans
l’établissement de formation dans le cadre habituel des séances d’enseignement.
 Les candidats sont informés préalablement de l’évaluation et de ses objectifs.

II. Modalités d’évaluation
La masse horaire allouée à chaque module du programme inclut le temps nécessaire à
l’évaluation formative et l’évaluation en vue de la sanction. De façon générale, le temps alloué
pour l’ensemble de l’évaluation des compétences rattachées à un programme est estimée à 6%
de la durée totale du programme.
Les évaluations aux fins de sanction peuvent avoir lieu à tout moment, à la fin ou en cours de
chaque module de compétences. Pour les épreuves de l’évaluation ayant lieu en cours de
module, c’est le formateur qui choisira le moment de passation en fonction de sa progression.
L’évaluation hors sanction doit ainsi être pensée pour atteindre les objectifs de compétences de
chaque module du programme.


156




En règle générale il est préconisé de respecter ce qui suit :
Pour les évaluations formatives
Il faut prévoir :
 2 contrôles continus par module au moins pour valider l’acquisition progressive des
compétences.
 Prévoir des évaluations théoriques de situation et des évaluations pratiques de comportement
pour cerner tous les aspects des compétences évaluées.
 Chaque évaluation théorique doit obligatoirement faire l’objet d’un corrigée avec le groupe.
 Des études de cas.
 Des jeux de rôle et des mises en situation réelle.
 Les grilles d’évaluation pratiques doivent comporter tous les éléments critères d’évaluation.
 Exemple de grille

Eléments critères d’évaluation




Total général pts

Pour les évaluations sommatives de fin de la 1
157

ière
année

barème
Evaluation de l’ensemble des matières composant le programme selon l’organisation en vigueur
Pour les évaluations sommatives de fin de la 2
Conformément aux dispositions du Baccalauréat Marocain

---------------
ième
année


Résultat





























LEXIQUE
158


EXPRESSIONS DÉFINITIONS
Approche par
compétences(APC)
Approche qui consiste essentiellement à définir les compétences
inhérentes à l’exercice d’un métier et à les transposer dans le cadre de
l’élaboration d’un référentiel de formation ou programme d’études.

Compétence
Regroupement ou ensemble intégré de connaissances, d’habiletés et
Compétences
particulières
Compétences
générales
d’attitudes permettant de faire, avec succès, une action ou un ensemble
d’actions telles qu’une tâche ou une activité de travail

Compétences directement liées à l’exécution des tâches et à une évolution
appropriée dans le contexte du travail. Elles renvoient à des aspects
concrets, pratiques, circonscrits et directement liés à l’exercice d’un
métier.

Compétences correspondant à des activités plus vastes qui vont au-delà
des tâches, mais qui contribuent généralement à leur exécution. Ces
activités sont généralement communes à plusieurs tâches et transférables à
plusieurs situations de travail. Elles requièrent habituellement des
apprentissages de nature plus fondamentale

Curriculum
Ensemble des concepts, approches, documents et procédures qui
permettent la mise en place d’une démarche ou d’un processus (cursus) de
formation. En formation professionnelle, on parlera du curriculum APC.

Évaluation
Processus qui conduit à porter un jugement sur les apprentissages, des
Fonction de travail
Ingénierie de la
formation
Ingénierie de
gestion
Ingénierie
pédagogique
apprentissages à partir de données recueillies, analysées et interprétées, en
vue de décisions pédagogiques et administratives.

Regroupement d’emplois ou d’emplois-métiers présentant un corpus
commun de capacités et de compétences en relation avec un métier ou une
profession et susceptibles d’être inscrites dans un seul référentiel de
formation.

Ensemble des politiques, des outils et des méthodes professionnelle et
technique permettant de mettre en oeuvre, de façon coordonnée et
rigoureuse, les démarches de conception, d’organisation, d’exécution et
d’évaluation des actions de formation.

Ensemble des constituantes qui permettent : de définir une politique
nationale de FPT ; de la mettre en place ; d’appliquer et de faire évoluer un
cadre légal et réglementaire ; de structurer et d’administrer les principaux
systèmes de gestion des ressources humaines, financières et matérielles ;
d’assurer la mise en oeuvre de la formation ainsi que l’évaluation de la
performance de l’ensemble du système.
Outils et méthodes conduisant à la conception, à la réalisation et à la mise
à jour continue des programmes d’études ou des référentiels de formation
ainsi que des guides pédagogiques qui en facilitent la mise en oeuvre.


159

Savoirs liés à la
compétence
Secteur de
formation
Savoirs qui définissent les apprentissages essentiels et significatifs
que l’apprenant doit faire pour mettre en oeuvre et assurer l’évolution de
la compétence.

Regroupement de référentiels de formation sur la base de leur
complémentarité pédagogique et administrative et des affinités entre les
compétences qui les composent.

Tâches
Actions qui correspondent aux principales activités à accomplir dans un
Processus de
travail
Opérations


métier ; elles permettent généralement d’illustrer des produits ou des
résultats du travail.

Suite d’étapes ordonnées dans le temps qui permettent d’obtenir un
résultat (produit ou service).

Actions qui décrivent les phases de réalisation d’une tâche ; elles
correspondent aux étapes des tâches ; elles sont surtout reliées aux
méthodes et aux techniques utilisées ou aux habitudes de travail
existantes ; elles permettent d’illustrer surtout des processus de travail.

160

 

 

Répondre en citant
Liens Sponsorisés
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


Entrer votre adresse email ICI pour recevoir les nouveautés:

 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 06h01.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc