Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > 2ème année > Le Père Goriot
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 12/05/2018, 17h40
Avatar de Français Maroc
Français Maroc Français Maroc est déconnecté
directeur général
 
Inscrit : février 2010
Lieu: Maroc
Âge: 34
Messages: 1 378
Pouvoir de réputation: 47
Français Maroc has much to be proud of
Par défaut contrôle 8 : le Père Goriot ( évaluation )

 

 

 

 

CONTRÔLE CONTINU N° 1 DU DEUXIEME SEMESTRE

TEvaluation de la séquence 6 : Le Père Goriot

Texte :

Le Père Goriot, I: Mme de Beauséant, qui vient d’être trahie par le marquis d’Ajunda Pinto, son amant, s’adresse à son cousin Eugène de Rastignac, qui vient d’être mis à la porte de Mme de Restaud.

« – Eh ! bien, monsieur de Rastignac, traitez ce monde comme il mérite de l’être. Vous voulez parvenir, je vous aiderai. Vous sonderez combien est profonde la corruption féminine, vous toiserez la largeur de la misérable vanité des hommes. Quoique j’aie bien lu dans ce livre du monde, il y avait des pages qui cependant m’étaient inconnues. Maintenant je sais tout. Plus froidement vous calculerez, plus avant vous irez. Frappez sans pitié vous serez craint. N’acceptez les hommes et les femmes que comme des chevaux de poste que vous laisserez crever à chaque relais, vous arriverez ainsi au faîte de vos désirs. Voyez-vous, vous ne serez rien ici si vous n’avez pas une femme qui s’intéresse à vous. Il vous la faut jeune, riche, élégante. Mais si vous avez un sentiment vrai, cachez-le comme un trésor, ne le laissez jamais soupçonner, vous seriez perdu. Vous ne seriez plus le bourreau, vous deviendriez la victime.


Si jamais vous aimiez, gardez bien votre secret ! ne le livrez pas avant d’avoir bien su à qui vous ouvrirez votre coeur. Pour préserver par avance cet amour qui n’existe pas encore, apprenez à vous méfier de ce monde-ci . Ecoutez-moi, Miguel … (Elle se trompait naïvement de nom sans s’en apercevoir.) Il existe quelque chose de plus épouvantable que ne l’est l’abandon du père par ses deux filles, qui le voudraient mort. C’est la rivalité des deux soeurs entre elles. Restaud a de la naissance, sa femme a été adoptée, elle a été présentée ; mais sa soeur, sa riche soeur, la belle madame Delphine de Nucingen, femme d’un homme d’argent, meurt de chagrin ; la jalousie la dévore ; elle est à cent lieues de sa soeur ; sa soeur n’est plus sa soeur ; ces deux femmes se renient entre elles comme elles renient leur père. Aussi. madame de Nucingen laperait-elle toute la boue qu’il y a entre la rue Saint-Lazare et la rue de Grenelle pour entrer dans mon salon. Elle a cru que de Marsay la ferait arriver à son but, et elle s’est faite esclave de Marsay, elle assomme de Marsay. De Marsay se soucie fort peu d’elle. Si vous me la présentez, vous serez son Benjamin, elle vous adorera. Aimez-la si vous pouvez après, sinon servez-vous d’elle. Je la verrai une ou deux fois, en grande soirée, quand il y aura cohue ; mais je ne la recevrai jamais le matin. Je la saluerai, cela suffira. Vous vous êtes fermé la porte de la comtesse pour avoir prononcé le nom du père Goriot. Oui, mon cher, vous iriez vingt fois chez madame de Restaud, vingt fois vous la trouveriez absente. Vous avez été consigné. Eh bien ! que le père Goriot vous introduise près de madame Delphine de Nucingen. La belle madame de Nucingen sera pour vous une enseigne. Soyez l’homme qu’elle distingue, les femmes raffoleront de vous. Ses rivales, ses amies, ses meilleures amies, voudront vous enlever à elle. Il y a des femmes qui aiment l’homme déjà choisi par une autre, comme il y a de pauvres bourgeoises qui, en prenant nos chapeaux, espèrent avoir nos manières. Vous aurez des succès. A Paris, le succès est tout, c’est la clé du pouvoir. Si les femmes vous trouvent de l’esprit, du talent, les hommes le croiront, si vous ne les détrompez pas. Vous pourrez alors tout vouloir, vous aurez le pied partout. Vous saurez alors ce qu’est le monde, une réunion de dupes et de fripons. Ne soyez ni parmi les uns ni parmi les autres. Je vous donne mon nom comme un fil d’Ariane pour entrer dans ce labyrinthe. Ne le compromettez pas, dit-elle en recourbant son cou et jetant un regard de reine à l’étudiant. rendez-le-moi blanc. Allez, laissez-moi. Nous autres femmes, nous avons aussi nos batailles à livrer" .

 

 






Evaluation de la séquence 6 : Le Père Goriot

Honoré de Balzac, Le Père Goriot, 1835
Chapeau : Eugène de Rastignac, jeune homme issu de la noblesse pauvre de province, est monté à Paris pour y étudier le droit et tenter de réussir dans le monde. Il se rend chez sa cousine, la vicomtesse de Beauséant. Celle-ci vient d’apprendre la trahison du duc d’Ajuda-Pinto, son amant, qui va la quitter pour se marier ; elle accepte cependant d’être pour
Eugène une sorte de mentor, conseillère expérimentée et digne de confiance.

Notes :
1. Miguel : prénom de son amant le duc d’Ajuda-Pinto
2. l’abandon du père par ses deux filles : il s’agit du père Goriot, qui loge comme Rastignac dans une modeste pension de famille. Ancien commerçant enrichi, le vieillard,veuf, a donné tout son argent à ses deux filles et les a richement mariées, l’une au comte de Restaud, l’autre au banquier Nucingen. Mais elles ont honte de lui et le délaissent.
3. adoptée : acceptée par l’aristocratie
4. présentée : au roi et à la cour.
5. un homme d’argent : Nucingen est un riche banquier mais il n’est pas reconnu par la société aristocratique.
6. la rue Saint-Lazare : sur la rive droite de la Seine, dans le quartier des affaires.
7. la rue de Grenelle : sur la rive gauche, dans le quartier du faubourg Saint-Germain, où réside l’aristocratie.
8. de Marsay : l’amant de Mme de Nucingen.
9. Benjamin : son préféré
10. le fil d’Ariane : selon le mythe, Thésée s’engouffre dans le labyrinthe pour affronter le minotaure. Pour éviter qu’il ne perde son chemin, Ariane lui donne un fil.

Questions sur le texte
1. Vous étudierez le rapport de supériorité de Mme de Beauséant par rapport à Rastignac en vous appuyant sur des éléments précis du texte (analyse des procédés stylistiques). 5 pts
2. Quelle image est donnée de la société à travers ce discours ? Notez les détails qui définissent les rapports entretenus entre bourgeois et aristocrates sous la Restauration : vous serez attentif notamment à la géographie parisienne et aux rites sociaux. Quelles sont les secrets de la réussite selon Mme de Beauséant ? 4 pts
Questions de cours
1. Quel est l’autre mentor de Rastignac ? Dites en quoi les projets des deux initiateurs sont différents. 2 pts
2. Quel titre Balzac a-t-il donné à l’intégralité de son oeuvre ? Quel sens peut-on donner à cette appellation ? Décrivez brièvement l’ambition de Balzac. 3 pts
3. A quel type de personnage appartient Rastignac ? Rappelez rapidement quels sont les traits principaux de son caractère. 2 pts
4. Pourquoi Le Père Goriot est-il dédié à Geoffroy Saint-Hilaire ? 2 pts
5. Rappelez brièvement ce qu’est le réalisme. 2 pts


 

 

Répondre en citant
Liens Sponsorisés
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


Entrer votre adresse email ICI pour recevoir les nouveautés:

 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 06h02.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc