Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > 1ère année > Le Dernier Jour
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 28/12/2015, 13h34
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut Examen blanc en 1ère année

 

 

 

 

Examen blanc en 1ère année
bac Année scolaire : 2010/2011



Le texte :



Il est dix heures.

Ô ma pauvre petite fille ! Encore dix heures, et je serai mort ! Je serai quelque chose d’immonde qui traînera sur la table froide des amphithéâtres ; une tête qu’on moulera d’un côté, un troc qu’on disséquera de l’autre ; puis de ce qui restera, on en mettra plein une bière, et le tout ira à Clamart.

Voilà ce qu’ils vont faire de ton père, ces hommes dont aucun ne me hait, qui tous me plaignent et tous pourraient me sauver. Ils vont me tuer. Comprends-tu cela, Marie ? Me tuer de sang froid, en cérémonie, pour le bien de la chose ! Ah ! Grand Dieu !

Pauvre petite ! Ton père qui t’aimait tant, ton père qui baisait ton petit cou blanc et parfumé, qui passait la main sans cesse dans les boucles de tes cheveux comme sur de la soie, qui prenait ton joli visage rond dans sa main, qui te faisait sauter sur ses genoux, et le soir joignait tes deux petites mains pour prier Dieu !

Qu’est-ce qui te fera tout cela maintenant ? Qui est-ce qui t’aimera ? Tous les enfants de ton âge auront des pères, excepté toi. Comment te déshabitueras-tu, mon enfant, du Jour de l’An, des étrennes, des beaux joujoux, des bonbons et des baisers ? Comment te déshabitueras-tu, malheureuse orpheline, de boire et de manger ?

Oh ! Si ces jurés l’avaient vue, au moins, ma jolie petite Marie ! Ils auraient compris qu’il ne faut pas tuer le père d’un enfant de trois ans.

Et quand elle sera grande, si elle va jusque-là, que deviendra-t-elle ? Son père sera un des souvenirs de peuple de Paris. Elle rougira de moi et de mon nom ; elle sera méprisée, repoussée, vile à cause de moi, moi qui l’aime de toutes les tendresses de mon cœur.

Ô ma petite Marie bien aimée ! Est-il bien vrai que tu auras honte et horreur de moi ? Misérable ! Quel crime j’ai commis, et quel crime je fais commettre à la société !

Le dernier jour d’un condamné, Victor Hugo







Langue et compréhension :

1-Complétez le tableau suivant : 2pts

Auteur


Date et lieu de naissance


Date de et lieu la mort




l’œuvre




genre de l’œuvre



















2. Répondez par vrai ou par faux et justifiez votre réponse. …2pts



A- Le narrateur sera exécuté dans dix jours.



B- Le condamné s’adresse à sa fille Marie.



C- Le narrateur n’est pas inquiet sur l’avenir de sa fille après sa mort.



D- Les hommes qui vont tuer le condamné ont pitié de lui.



3- « Comment te déshabitueras-tu, malheureuse orpheline, de boire et de manger ? Pourquoi le narrateur considère-t-il sa fille comme une orpheline ?

1pt

4- Le narrateur utilise les sentiments ou la logique ? Justifiez.

- Comment appelle-t-on donc ce registre ? … 2pts



5- Le narrateur parle à lui-même. Il fait un : …………………………. Complétez les pointillés. …1pt

6- Relevez une comparaison du texte et remplacez l’outil de comparaison par un équivalent. …1pt



7-« Quel crime j’ai commis, » A quel temps est conjugué ce verbe ? Donnez son infinitif et conjuguez-le au présent de l’indicatif. 1pt



Expression écrite : Etes –vous pour ou contre la peine de mort ?? Donnez votre point de vue en l’étayant par des arguments (une dizaine de lignes au moins) 10pts









Réponse attendues :

1-remplissez le tableau

Auteur


Date et lieu de naissance


Date et lieu de la mort


L’œuvre


genre

Victor Hugo


1802 à Besançon


1885 à Paris


Le Dernier jour d’un

condamné


Roman à thèse

2-répondre par vrai ou par faux en justifiant :

a-faux. « Encore dix heures et je serai mort ! »

b-vrai. « Comprends-tu cela, Marie ? »

c-faux. « Qu’est-ce qui te fera tout cela maintenant ? Qui est-ce qui t’aimera ? »

d-vrai. « Ces hommes dont aucun ne me hait, qui tous me plaignent »

3-le narrateur considère sa fille comme une orpheline car dans quelques heures il sera mort et donc elle n’aura pas quelqu’un qui s’occupera d’elle.

4-le narrateur s’adresse au sentiment, au cœur pour susciter la pitié auprès du lecteur. C’est le registre pathétique.

5- Le narrateur parle à lui-même. Il fait un monologue.

6-Relevez une comparaison : « qui passait la main sans cesse dans les boucles de tes cheveux comme sur de la soie ». Remplacez l’outil de comparaison par un autre : qui passait la main sans cesse dans les boucles de tes cheveux ainsi que sur de la soie.

7--« Quel crime j’ai commis, » passé composé. L’infinitif du verbe : commettre.

Conjuguez-le au présent de l’indicatif : Quel crime je commets.











Production écrite :

Critères d’évaluation :

1- le discours : 5pts

- respect du sujet

-Cohérence de l’argumentation

-Organisation et progression du texte

La langue : 5pts

-Lexique varié et précis

-Phrases correctes

-Respect de l’orthographe, de la ponctuation et des temps verbaux

 

 

Répondre en citant
Liens Sponsorisés
Ancien 28/12/2015, 13h36   #2
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

Le dernier jour d’un condamné, Victor Hugo
Définitions :

Le roman à thèse est l’un des sous genre narratifs dans lequel l’auteur prend en charge la défense d’une idée, d’une cause comme c’est le cas de V. Hugo dans Le Dernier jour d’un condamné.
La peine de mort

La peine de mort ou la peine capitale est une sentence appliquée sur des ayant commis des crimes horribles et impardonnables. C’est l’exemple des tueurs en série et des terroristes…
L’engagement de Victor Hugo :
V. Hugo qui a marqué le XIXème siècle par sa stature de poète et d’écrivain hors pair, est connu également pour son engagement politique ; il a défendu plusieurs causes à la fois. Militant en premier ordre de la cause sociale, il n’a cessé de lutter pour plus d’équité, pour l’amélioration de la condition et des droits civiques des femmes, etc. L’une de ses prises de position fut également la lutte contre la peine de mort, combat auquel il n’a jamais failli de sa vie et qu’il entamera de façon éclatante par la publication du Dernier jour d’un condamné

Fiche pratique

Auteur :
Victor Hugo
Titre et date de publication:
Le dernier jour d'un condamne , publié en 1829.
Genre :
Récit à la première personne ; adoption des techniques de l’autobiographie, le journal intime en particulier.

Histoire :
Le livre est l’histoire d’un homme qui a été condamné a mort et, il raconte ce qu’il vit pendant les dernières semaines de sa vie. Nous ne savons ni le nom de cet homme ni ce qu’il a fait pour être condamné à mort, mais nous pouvons comprendre et vivre avec cet homme ce que veut dire être condamnés à mort.
Il nous raconte sa vie en prison ; nous parle de ses sentiments ; peurs et espoir, de sa famille ; sa fille, sa femme et sa mère.
Il raconte aussi quelques bribes de son passé et cesse d’écrire quand arrive le moment de l’exécution.

Durée:
Cinq semaines, à partir du moment où le protagoniste est condamné à mort jusqu’au moment où il monte sur l’échafaud.

 

 


Thèmes :


La peine de mort / La peur / la haine / la religion / la violence contre les prisonniers / l’injustice / la justice


Composition :
Le livre comporte trois parties : Bicêtre, la Conciergerie et la Mairie.
Bicêtre : le procès, le ferrage des forçats et la chanson ;
La Conciergerie : le voyage vers Paris, la rencontre avec la friauche et la rencontre avec le geôlier qui lui demande les numéros pour jouer à la loterie
L’Hôtel de Ville : le voyage dans Paris, la toilette du condamné et le voyage vers la Place de Grève : l’échafaud.
Personnages :
Le condamné à mort / Les geôliers / Sa fille / Sa femme et sa mère / Le prêtre. / La foule
Lieux :
Les grandes prisons de Paris : Bicêtre, la Conciergerie et l’Hôtel de Ville.

Enonciation, focalisation :
Le narrateur est le personnage : utilisation de la première personne.
Le narrateur # l’auteur.

Focalisation interne : accès au point de vue du narrateur et à sa vision des choses et du monde..



TONALITÉ:
Tragique, pathétique, ironique...
Schéma narratif



Situation initiale: Le personnage-narrateur menait une vie heureuse avec sa famille, sa fille Marie, sa femme et sa mère jusqu'au jour du crime qui a bouleversé sa vie. ( on peut le savoir à travers les flaches back- retour en arrière

Elément perturbateur: Le meurtre commis par le narrateur-personnage.

Péripéties: Le jugement, l'emprisonnement, la condamnation à la peine de mort, recherche du condamné d'une solution pour préserver sa vie.

Dénouement: Il n'y a pas de dénouement. Le condamné garde l'espoir jusqu'à quelques moments avant l'exécution, mais à ce moment-là les bourreaux préparent l'exécution. C'est une clausule ouverte, aux lecteurs d'imaginer la fin puisque pour l'auteur ce qui compte c'est la dénonciation de l'horrible peine de mort.

Situation finale:L'auteur a fait l'ellipse de la situation finale pour amener le lecteur à réfléchir.
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 12/01/2018, 21h11   #3
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

Examen régional expérimental de français 2010

Texte de base :

XL
Il est singulier que je pense sans cesse au roi. J’ai beau faire, beau secouer la tête, j’ai une voix dans l’oreille qui me dit toujours :
- Il y a dans cette même ville, à cette même heure, et pas bien loin d’ici, dans un autre palais, un homme qui a aussi des gardes à toutes ses portes, un homme unique comme toi dans le peuple, avec cette différence qu’il est aussi haut que tu es bas. Sa vie entière, minute par minute, n’est que gloire, grandeur, délices, enivrement. Tout est autour de lui amour, respect, vénération. Les voix les plus hautes deviennent basses en lui parlant et les fronts les plus fiers ploient. Il n’a que de la soie et de l’or sous les yeux. A cette heure, il tient quelque conseil de ministres où tous sont de son avis, ou bien songe à la chasse de demain, au bal de ce soir, sûr que la fête viendra à l’heure, et laissant à d’autres le travail de ses plaisirs. Eh bien ! Cet homme est de chair et d’os comme toi ! Et pour qu’à l’instant même l’horrible échafaud s’écroulât, pour que tout te fût rendu, vie, liberté, fortune, famille, il suffirait qu’il écrivit avec cette plume les sept lettres de son nom au bas d’un morceau de papier, ou même que son carrosse rencontrât ta charrette ! Et il est bon, et il ne demanderait pas mieux peut-être, et il n’en sera rien !

 

 



Compréhension de l’écrit : (10 pts) [1 point pour chaque question]

1. Complétez le tableau suivant :

Titre de l’œuvre

Son genre

Son auteur

Date de sa parution











2. Où se trouve le personnage-narrateur ?

3. A-t-il encore de l’espoir d’être sauvé ?

4. En quoi consiste cet espoir ?

5. Pourquoi l’auteur procède-t-il à une comparaison entre le roi et le prisonnier ?

6. Quelle est la tonalité dominante dans ce texte ? Choisissez la bonne réponse.

Lyrique Pathétique Tragique.

7. Pourquoi l’auteur a-t-il choisi cette tonalité ?

8. Le narrateur loue la grandeur du roi. Pourquoi l’auteur recourt-il à cela ?

9. Quelle est la figure de style exprimée dans la phrase soulignée dans le texte ?

10. A la lumière de votre lecture du roman, quelle est la visée de l’auteur ?



II. Production de l’écrit : (10 pts)

Sujet : D’après vous, est-ce que la peine de mort est un moyen efficace pour réduire le taux de la criminalité ? Rédigez un texte argumentatif organisé dans lequel vous répondez à cette question en vous appuyant sur des arguments précis.



Eléments de correction (A titre indicatif)

Compréhension de l’écrit : (10 pts)

Titre de l’œuvre

Son genre

Son auteur

Sa date de parution

Le dernier jour d’un condamné

Roman à thèse

Victor HUGO

1829



Le personnage narrateur se trouve dans sa cellule.

Oui, il garde encore un peu d’espoir d’être sauvé.

Cet espoir consiste en une grâce de la part du roi.

L’auteur procède à cette comparaison pour montrer que le prisonnier est un être humain comme le roi…

La tonalité dominante dans le texte : Pathétique.

L’auteur a choisi cette tonalité pour émouvoir et apitoyer le roi et le persuader d’abolir la peine de mort.

L’auteur loue la grandeur du roi pour flatter son amour-propre pour le persuader d’abroger la peine capitale.

« Il est aussi haut que tu es bas » : C’est une antithèse.

L’auteur veut persuader le roi, en éveillant en lui les sentiments de pitié et de compassion.

Production de l’écrit : (10 pts)



La consigne demande de rédiger un texte argumentatif où l’apprenant exprime son point de vue à propos de la peine de mort.

Il faudra tenir compte de :

Le respect de la consigne ; 1 pt.

La cohérence de l’argumentation ; 2 pts.

La structure du texte ; 2 pts.

Le vocabulaire ; 1 pt.

La syntaxe ; 1 pt.

La ponctuation ; 1 pt.

L’orthographe d’usage et grammaticale ; 1 pt.

La conjugaison ; 1 pt.
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


Entrer votre adresse email ICI pour recevoir les nouveautés:

 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 02h26.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc