Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > 2ème année > Candide
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 22/10/2016, 11h36
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 382
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut « compréhension et expression »

 

 

 

 

http://www.paris-sorbonne.fr/IMG/pdf...2014_Paris.pdf

Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 1 sur 14
SERVICE DES EXAMENS DE LANGUE FRANÇAISE RÉSERVÉS AUX ÉTUDIANTS ÉTRANGERS
CENTRE DE PARIS - SESSION DU 20 SEPTEMBRE 2014
C E R T I F I C A T P R A T I Q U E D E L A N GU E F R A N Ç A I S E
Module « COMPRÉHENSION ET EXPRESSION »


NOM : __________________________________________________ ___________________________
PRÉNOM : __________________________________________________ ______________________
DATE ET LIEU DE NAISSANCE : _________________________________________________
NATIONALITÉ : ___________________________________ N° DE PLACE : __________
I. Mettez le dialogue suivant au discours indirect en faisant les transformations
nécessaires : - 4 points -
« On ne vous a pas violée ? On ne vous a point fendu le ventre, comme le Philosophe
Pangloss me l’avait assuré ? demanda Candide.
– Oui, dit la belle Cunégonde ; mais on ne meurt pas toujours de ces deux accidents.
– Mais votre père et votre mère ont-ils été tués ? demanda Candide.
– Cela n’est que trop vrai, dit Cunégonde, en pleurant.
– Et pourquoi êtes-vous en Portugal, et comment avez-vous su que j’y étais, et par quelle
étrange aventure m’avez-vous fait conduire dans cette maison ?
– Je vous dirai tout cela, répliqua la Dame ; mais il faut auparavant que vous m’appreniez
tout ce qui vous est arrivé depuis le baiser innocent que vous me donnâtes, et les
coups de pied que vous reçûtes. »
Voltaire, Candide, chapitre VII (texte adapté).
Candide demanda … .................................................. .................................................. ........
.................................................. .................................................. ...........................................
.................................................. .................................................. ...........................................
La belle Cunégonde acquiesça mais dit … .................................................. .........................
Candide demanda … .................................................. .................................................. ........
Cunégonde dit en pleurant … .................................................. ............................................
Candide demanda … .................................................. .................................................. .......
.................................................. .................................................. ..........................................
La Dame répliqua … .................................................. .................................................. .........
.................................................. .................................................. ..........................................
.................................................. .................................................. ..........................................
I. A - ÉPREUVE DE LANGUE - 25 points -

Langue : …………......……../25
Compréhension et
expression écrites : .........../25
Durée : 2h30
Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 2 sur 14
II. Mettez ces deux phrases à la voix passive : - 2 points -

- Le nouveau locataire de l’appartement du troisième étage a constaté une importante
fuite d’eau provenant de l’étage du dessus.
.................................................. .................................................. ..........................................
.................................................. .................................................. ..........................................
.................................................. .................................................. ..........................................

- Des peintures anciennes couvraient tous les murs du château et des objets exotiques
remplissaient les coins laissés libres par les livres et les tableaux.

.................................................. .................................................. ..........................................
.................................................. .................................................. ..........................................
.................................................. .................................................. ..........................................

III. Complétez ce texte par les verbes conjugués aux temps simples ou composés et
aux modes (indicatif, subjonctif, impératif) qui conviennent : (1point par item) - 10 points -
« Qui a donc pu me voler mes pistoles et mes diamants ? disait en pleurant Cunégonde ;
de quoi vivrons-nous ? comment ferons-nous ? où trouver des inquisiteurs et des Juifs
qui m’en donnent d’autres ? – Hélas ! dit la vieille, je (soupçonner)
................................................ fort un révérend père cordelier qui (coucher)
.......................................... hier dans la même auberge que nous à Badajoz ; Dieu me
(garder) ............................... de faire un jugement téméraire ! mais il entra deux fois
dans notre chambre, et il (partir) .................................. longtemps avant nous. – Hélas !
dit Candide, le bon Pangloss (prouver) m’.................... souvent ...................................
que les biens de la terre (être) ............................. communs à tous les hommes, que
chacun y a un droit égal. Ce cordelier devait bien, suivant ces principes, nous laisser de
quoi achever notre voyage. Il ne vous reste donc rien du tout, ma belle Cunégonde ? –
Pas un maravédis, dit-elle. – Quel parti prendre ? dit Candide. – (vendre)
.................................................. ... un des chevaux, dit la vieille ; je
(monter) ...........................................en croupe derrière mademoiselle, quoique je ne
(pouvoir) ......................................... me tenir que sur une fesse, et nous
(arriver)......................................... ...... à Cadix. »
Voltaire, Candide, chapitre X.
Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 3 sur 14

IV. Complétez ce texte par les pronoms compléments qui conviennent.
(0,5 point par item) - 4 points -
L’histoire du cordonnier amoureux :
Je .................... vois qui passe devant le magasin, tous les jours. Je sais qu’elle porte de
vieilles chaussures. Je .......... ............. réparerais pour rien, si elle voulait seulement
franchir le seuil de ma boutique. Mais non, elle n’............ est jamais entrée et n’.............
a sans doute pas envie. Moi, je n’ose pas ........... aborder, pas même ..................
sourire. Je me contente de ................. regarder, en secret.
V. Choisissez et entourez le terme en gras correctement orthographié.
(0,5 par item) - 5 points -
« J’ai vu dans les pays que le sort m’a (faite – fait – fais) parcourir, et dans les cabarets
où j’ai servi, un nombre prodigieux de personnes qui (avais – avait – avaient) leur
existence en exécration ; mais je n’en ai vu que douze qui aient mis volontairement (fin –
faim – feint) à leur misère : trois nègres, quatre Anglais, quatre Genevois et un
professeur allemand nommé Robeck. J’ai fini par être servante chez le Juif don Issacar ;
il me (mis – mit – mie) auprès de vous, ma belle demoiselle ; je me suis attachée à
votre destinée, et j’ai été plus (occupé – occupés – occupée) de vos aventures que des
miennes. Je ne vous aurais même jamais parlé de mes (malheurs - maleurs -
malheures), si vous ne m’aviez pas un peu piquée, et s’il n’était d’usage dans un
vaisseau de conter des histoires pour se désennuyer. (En fin – Enfin – En fins),
mademoiselle, j’ai (de la – d’ – de l’) expérience, je connais le monde ; donnez-vous un
plaisir, engagez chaque passager à vous conter son histoire ; et s’il s’en trouve un seul
qui (n’ais – n’aît – n’ait) souvent maudit sa vie, qui ne se soit souvent dit à lui-même
qu’il était le plus malheureux des hommes, (jetez-moi – jettez-moi – jetais-moi) dans la
mer la tête la première.»
Voltaire, Candide, chapitre XII.
Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 4 sur 14
Sans citer le texte, vous répondrez aux questions suivantes en formulant des phrases complètes.
1. Comment était le gouverneur ? Décrivez-le avec vos propres mots (sans citer le texte).
- 2 points -
.................................................. .................................................. ..................................................
.................................................. .................................................. ...........................................
2. Pourquoi le gouverneur écarte Candide en lui ordonnant de faire la revue de sa
compagnie ? - 1,5 point -
.................................................. .................................................. ............................................
.................................................. .................................................. ............................................
3. Selon les conseils de la vieille, Cunégonde devait-elle épouser Candide ou le
gouverneur ? Pourquoi ? - 1,5 point -
.................................................. .................................................. ............................................
.................................................. .................................................. ............................................
4. Cunégonde, Candide et la vieille sont-ils en train de fuir ? Justifiez votre réponse.
- 1 point -
.................................................. .................................................. ............................................
.................................................. .................................................. ............................................
5. Qui avait volé les bijoux de Cunégonde ? - 1 point -
 Candide  le grand inquisiteur  le moine cordelier
6. Que venait faire l’alcade à Buenos Aires ? - 1,5 point -
.................................................. .................................................. ............................................
.................................................. .................................................. ............................................
7. Pour quelle raison Candide doit-il quitter Cunégonde une nouvelle fois alors qu’il
devait l’épouser ? - 1 point -
.................................................. .................................................. ............................................
.................................................. .................................................. ............................................
8. Par quelles villes sont passés les trois protagonistes avant d’arriver à Buenos
Aires ? - 0,5 point -
.................................................. .................................................. ............................................
9. Expliquez le sens des mots suivants dans le contexte et/ou donnez leurs
synonymes si possible : - 1,5 point -

- Noce : .................................................. .................................................. .............................
- Demeura : .................................................. .................................................. .......................
- Vaisseau : .................................................. .................................................. .......................
10. Expliquez le sens des expressions suivantes : - 1,5 point -
- Il lui déclara sa passion : .................................................. ..................................................
- En hâte :................................................. .................................................. ...........................
- Le bruit se répandit : .................................................. .................................................. .......
I. B- 1. ÉPREUVE DE COMPRÉHENSION ÉCRITE - 13 points -
Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 5 sur 14
Traitez un de ces deux sujets en 20 à 25 lignes. Indiquez ou entourez le sujet choisi.
Sujet 1 : Imaginez la suite du texte. Qu’est-il arrivé à Candide et à Cunégonde ?
Sujet 2 : Peut-on se permettre d’avoir recours au mensonge pour protéger son/sa bienaimé(e)
ou la relation amoureuse ?
01……………………………………………………………………………………………………………………………… .…….
02……………………………………………………………………………………………………………………………… ….…
03……………………………………………………………………………………………………………………………… ….....
04……………………………………………………………………………………………………………………………… …..…
05……………………………………………………………………………………………………………..…………… …………
06…………………………………………………………………………………………………………………….….… ………...
07………………………………………………………………………………………………………………..………. ………..…
08……………………………………………………………………………………………………………………………… ….…
09………………………………………………………………………………………………………………..………… ……..….
10………………………………………………………………………………………………………………………….. ………..
11…………………………………………………………………………………………………………..……………… ………..
12………………………………………………………………………………………………………..………………… ……..….
13…………………………………………………………………………………………………….………………….… ….….….
14………………………………………………………………………………………………………………………..… ….….....
15……………………………………………………………………………………………………………………………… …..…
16……………………………………………………………………………………………………………………..…… …………
17……………………………………………………………………………………………………………………………… ..…...
18………………………………………………………………………………………………………………………….. …………
19………………………………………………………………………………………………………………………..… …………
20………………………………………………………………………………………………………………………..… ……......
21………………………………………………………………………………………………………………..………… …………
22………………………………………………………………………………………………………………..………… …………
23…………………………………………………………………………………………………………………..……… …………
24…………………………………………………………………………………………………………………..……… …………
25……………………………………………………………………………………………………………………………… …….
I. B- 2. ÉPREUVE D’EXPRESSION ÉCRITE - 12 points -
Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 6 sur 14
Texte de l’épreuve de compréhension écrite
Lisez attentivement cet extrait et répondez aux questions de l’épreuve de compréhension écrite.
Candide est un conte philosophique dans lequel Voltaire s’en prend avec
ironie aux partisans de l’optimisme. Le jeune Candide, élevé dans l’idée que
« tout est pour le mieux dans le meilleur des mondes possibles », se trouve, une
fois lancé dans la vie, confronté brutalement à l’existence du mal, à toutes les
formes de souffrance et d’injustice. Il a grandi avec la belle Cunégonde dont il est
amoureux. Il en est séparé par le destin et la retrouve à la suite d’aventures
pittoresques. Pour la libérer de l’emprise de deux seigneurs, un Juif et un
inquisiteur catholique, il tue ces derniers. Une vieille femme, qui est au service de Cunégonde, les aide à
quitter le pays pour se réfugier en Amérique du sud.
[...] On aborda dans Buenos-Ayres. Cunégonde, le capitaine Candide et la vieille allèrent chez le
gouverneur Don Fernando d’Ibaraa, y Figueora, y Mascarenes, y Lampourdos, y Souza. Ce seigneur
avait une fierté convenable à un homme qui portait tant de noms. Il parlait aux hommes avec le dédain1
le plus noble, portant le nez si haut, élevant si impitoyablement la voix, prenant un ton si imposant,
affectant une démarche si altière, que tous ceux qui le saluaient étaient tentés de le battre. Il aimait les
femmes à la fureur. Cunégonde lui parut ce qu’il avait jamais vu de plus beau. La première chose qu’il fit
fut de demander si elle n’était point la femme du capitaine. L’air dont il fit cette question alarma Candide :
il n’osait pas dire qu’elle était sa femme, parce qu’en effet elle ne l’était point ; il n’osait pas dire que
c’était sa sœur, parce qu’elle ne l’était pas non plus ; et quoique ce mensonge officieux eût été autrefois
très à la mode chez les anciens, et qu’il pût être utile aux modernes, son âme était trop pure pour trahir la
vérité. « Mlle Cunégonde, dit-il, doit me faire l’honneur de m’épouser, et nous supplions Votre Excellence
de daigner faire notre noce. »
Don Fernando d’Ibaraa, y Figueora, y Mascarenes, y Lampourdos, y Souza, relevant sa
moustache, sourit amèrement, et ordonna au capitaine Candide d’aller faire la revue de sa compagnie.
Candide obéit ; le gouverneur demeura avec Mlle Cunégonde. Il lui déclara sa passion, lui protesta2
que le lendemain il l’épouserait à la face de l’Église, ou autrement, ainsi qu’il plairait à ses charmes.
Cunégonde lui demanda un quart d’heure pour se recueillir, pour consulter la vieille et pour se
déterminer.
La vieille dit à Cunégonde : « Mademoiselle, vous avez soixante et douze quartiers, et pas une
obole3
; il ne tient qu’à vous d’être la femme du plus grand seigneur de l’Amérique méridionale, qui a une
très belle moustache ; est-ce à vous de vous piquer d’une fidélité à toute épreuve ? Vous avez été violée
par les Bulgares ; un Juif et un inquisiteur ont eu vos bonnes grâces : les malheurs donnent des droits.
J’avoue que, si j’étais à votre place, je ne ferais aucun scrupule d’épouser monsieur le gouverneur et de
faire la fortune de M. le capitaine Candide. » Tandis que la vieille parlait avec toute la prudence que l’âge
et l’expérience donnent, on vit entrer dans le port un petit vaisseau ; il portait un alcade4
et des alguazils5
,
et voici ce qui était arrivé.
La vieille avait très bien deviné que ce fut un cordelier à la grande manche qui vola l’argent et les
bijoux de Cunégonde dans la ville de Badajoz, lorsqu’elle fuyait en hâte avec Candide. Ce moine voulut
vendre quelques-unes des pierreries à un joailler. Le marchand les reconnut pour celles du grand
inquisiteur. Le cordelier, avant d’être pendu, avoua qu’il les avait volées ; il indiqua les personnes et la
route qu’elles prenaient. La fuite de Cunégonde et de Candide était déjà connue. On les suivit à Cadix ;
on envoya sans perdre temps un vaisseau à leur poursuite. Le vaisseau était déjà dans le port de
Buenos-Ayres. Le bruit se répandit qu’un alcade4
allait débarquer, et qu’on poursuivait les meurtriers de
monseigneur le grand inquisiteur. La prudente vieille vit dans l’instant tout ce qui était à faire. « Vous ne
pouvez fuir, dit-elle à Cunégonde, et vous n’avez rien à craindre ; ce n’est pas vous qui avez tué
monseigneur ; et d’ailleurs le gouverneur, qui vous aime, ne souffrira pas qu’on vous maltraite ;
demeurez. » Elle court sur-le-champ à Candide : « Fuyez, dit-elle, ou dans une heure vous allez être
brûlé. » Il n’y avait pas un moment à perdre ; mais comment se séparer de Cunégonde, et où se
réfugier ?
Voltaire, Candide, Chapitre XIII (1759).
1 - dédain : sentiment ou attitude d'indifférence méprisante ; 2 - protester : exprimer avec certitude, promettre avec force ;
3 -vous avez soixante et douze quartiers, et pas une obole : vous êtes noble et sans ressources (ruinée) ; 4 - alcade : juge ;
5 -alguazil : officier de justice chargé de procéder à des arrestations.
Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 7 sur 14
SERVICE DES EXAMENS DE LANGUE FRANÇAISE RÉSERVÉS AUX ÉTUDIANTS ÉTRANGERS
CENTRE DE PARIS - SESSION DU 20 SEPTEMBRE 2014
C E R T I F I C A T P R A T I Q U E D E L A N GU E F R A N Ç A I S E
MODULE « COMPRÉHENSION ET EXPRESSION »
II. ÉPREUVES ORALES COLLECTIVES
NOM : __________________________________________________ _
PRÉNOM : ________________________________________________
DATE ET LIEU DE NAISSANCE : ________________________________________________
NATIONALITÉ : ___________________________________ N° DE PLACE ____________
Vous allez entendre un enregistrement sonore.
A. Compréhension orale: deux écoutes. Vous écouterez attentivement une première fois le
document sonore. Vous aurez ensuite 2 minutes pour commencer à répondre aux questions.
Vous écouterez une deuxième fois l’enregistrement. Vous aurez encore 3 minutes pour
compléter vos réponses.
B. Discrimination auditive : une seule écoute. Vous répondrez directement aux questions en
écrivant l’information demandée ou en cochant d’une X la bonne réponse.
II. A - COMPRÉHENSION ORALE/ 21 points
« Le Panthéon, un temple républicain »

1. Le Panthéon est : - 1 point -
.................................................. .................................................. ..............................................
2. Le premier édifice situé sur l’emplacement de l’actuel Panthéon fut fondé par le roi
Clovis en : - 1 point -

 107  507  1507
3. Sainte Geneviève était considérée comme : - 1 point -
.................................................. .................................................. ................................................
4. Pour quelle raison le roi Louis XV décide d’édifier une église dédiée à Sainte-
Geneviève ? - 3 points -
.................................................. .................................................. ................................................
.................................................. .................................................. ................................................
Note : ………...… / 25
Durée : 30 minutes ≈
Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 8 sur 14
5. De quoi est fait le trompe-l’œil érigé au moment de la pose de la première pierre ?
- 1 point -
.................................................. .................................................. ................................................
6. Avec quels édifices religieux veut rivaliser l’architecte Soufflot ? - 1 point -
.................................................. .................................................. ................................................
7. En quelle année est achevé l’édifice actuel ? - 1 point -
.................................................. .................................................. ................................................
8. Mirabeau était un grand orateur, député du Tiers-État à l’Assemblée nationale à
l’époque de la Révolution française. - 1 point -

 Vrai  Faux
9. À quoi songent les députés de l’Assemblée nationale ? - 2 points -
.................................................. .................................................. ................................................
10. En 1791 l’édifice : - 3 points -

 perd sa vocation religieuse.
 prend sa vocation religieuse pour la première fois.
 reprend sa vocation religieuse.
 perd définitivement sa vocation religieuse.
11. Sous la IIIe
République, l’édifice est rendu au culte religieux. - 2 points -

 Vrai  Faux
12. Quelle inscription est apposée au fronton du Panthéon en 1793 ? - 1 point -
.................................................. .................................................. ................................................
13. Le lanterneau monumental coiffant le dôme avait été supprimé : - 1 point -
 à la monarchie de Juillet.
 à la Révolution.
 à l’époque de Louis XV.
14. Aujourd’hui, au sommet du Panthéon, il y a : - 1 point -
 un drapeau rouge  une croix
 un drapeau bleu-blanc-rouge  un paratonnerre

15. En quelle année Victor Hugo a-t-il été inhumé au Panthéon ? - 1 point -
.................................................. .................................................. ...............................................

Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 9 sur 14

II. B - DISCRIMINATION AUDITIVE / 4 points
Attention, vous n’entendrez ce document sonore qu’une seule fois.
Écoutez le document sonore et répondez directement en cochant d’une X la bonne réponse.
1. Cochez le mot que vous avez entendu : - 2 points -
a. L'église Sainte-Geneviève, dont la construction de type néo-classique .............
décidée en 1744 par Louis XV, est l'œuvre de l'architecte Jacques-Germain Soufflot.
 fut  a été
 était  avait été
b. Le ............. de la place du Panthéon est d’abord occupé par une basilique [...]
 site  mythe
 rite  suite
c. À cause de la guerre et des difficultés financières, des polémiques sur la solidité
............., puis de la mort de Soufflot [...]
 du trône  du môme
 du dôme  de Rome
d. Les sculptures représentées sur le fronton, le décor intérieur et ............. du péristyle
évoluent constamment au XIXe siècle.
 peu  deux
 vœux  ceux


2. Complétez les phrases suivantes en cochant ce que vous avez entendu. - 2 points -
a. Cette première construction en bois ............. [...]
 fut déplacée près d’autres édifices
 fut remplacée par d’autres édifices
 fut déplacée par d’autres édifices
 fut remplacée près d’autres édifices
b. En 1755, ............. prestigieux au sommet de la montagne Sainte-Geneviève [...]
 il charge donc Jacques-Germain Soufflot de recevoir un édifice
 il change donc Jacques-Germain Soufflot de concevoir un édifice
 il change donc Jacques-Germain Soufflot de recevoir un édifice
 il charge donc Jacques-Germain Soufflot de concevoir un édifice
c. Ce sera « un nouvel édifice destiné à ............., à dater de l'époque de notre liberté »,
déclare l'Assemblée nationale [...]
 recevoir les cendres des grands hommes
 recevoir les cendres des gros hommes
 recevoir les cendres du grand homme
 recevoir les cendres des grandes hommes
d. Le Panthéon ............. sous la IIIe
république [...]
 devient temple civil de façon définitive
 revient temple civique de façon définitive
 devient temple civique de rançon définitive
 devient temple civique de façon définitive
Fin de l’épreuve orale collective.
Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 10 sur 14
Corrigé des épreuves écrites
A - Épreuve de langue
B.1 - Épreuve de compréhension écrite
Corrigé des épreuves orales collectives
Texte de l’épreuve orale collective
II. A- Compréhension épreuve orale collective
II. B - Discrimination auditive
Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 11 sur 14
Module « Compréhension et expression »
Corrigé des épreuves de Langue et de compréhension écrites
Extrait du texte « Candide » de Voltaire.
I. A - ÉPREUVE DE LANGUE
I. Mettez le dialogue suivant au discours indirect en faisant les transformations nécessaires.
Candide demanda… si on ne l’avait pas violée, si on ne lui avait point fendu le ventre, comme
le Philosophe Pangloss le lui avait assuré.
La belle Cunégonde acquiesça mais dit… qu’on ne mourait pas toujours de ces deux accidents.
Candide demanda… si son père et sa mère avaient été tués.
Cunégonde dit en pleurant… que cela n’était que trop vrai.
Candide demanda… pourquoi elle était en Portugal et comment elle avait su qu’il y était, et par
quelle étrange aventure elle l’avait fait conduire dans cette maison.
La Dame répliqua…qu’elle lui dirait tout cela, mais qu’il fallait auparavant qu’il lui apprît
(apprenne) tout ce qui lui était arrivé depuis le baiser innocent qu’il lui avait donné, et les
coups de pied qu’il avait reçus.
II. Mettez ces deux phrases à la voix passive.
- Une importante fuite d’eau provenant de l’étage du dessus a été constatée par le nouveau
locataire de l’appartement du troisième étage.
- Tous les murs du château étaient couverts de peintures anciennes et les coins laissés libres
par les livres et les tableaux étaient remplis d’objets exotiques.
III. Complétez ce texte par les verbes conjugués aux temps et aux modes qui conviennent.
« Qui a donc pu me voler mes pistoles et mes diamants ? disait en pleurant Cunégonde ; de quoi
vivrons-nous ? comment ferons-nous ? où trouver des inquisiteurs et des Juifs qui m’en donnent
d’autres ? – Hélas ! dit la vieille, je soupçonne fort un révérend père cordelier qui coucha (a
couché) hier dans la même auberge que nous à Badajoz ; Dieu me garde de faire un jugement
téméraire ! mais il entra deux fois dans notre chambre, et il partit (est parti) longtemps avant nous.
– Hélas ! dit Candide, le bon Pangloss m’avait souvent prouvé (m’a souvent prouvé) que les biens
de la terre sont* communs à tous les hommes, que chacun y a un droit égal. Ce cordelier devait
bien, suivant ces principes, nous laisser de quoi achever notre voyage. Il ne vous reste donc rien du
tout, ma belle Cunégonde ? – Pas un maravédis, dit-elle. – Quel parti prendre ? dit Candide. –
Vendons/Vendez un des chevaux, dit la vieille ; je monterai en croupe derrière mademoiselle,
quoique je ne puisse me tenir que sur une fesse, et nous arriverons à Cadix. »
* seul le présent de l’indicatif est accepté étant donné que le verbe de la proposition suivante, qui est sur le même plan est
également au présent de l’indicatif : « que chacun y a un droit égal » (les deux propositions subordonnées complétives
conjonctives pures sont juxtaposées et dépendent de la même principale).
IV. Complétez ce texte par les pronoms compléments qui conviennent.
L’histoire du cordonnier amoureux :
Je la vois qui passe devant le magasin, tous les jours. Je sais qu’elle porte de vieilles chaussures. Je
les lui réparerais pour rien, si elle voulait seulement franchir le seuil de ma boutique. Mais non, elle
n’y est jamais entrée et n’en a sans doute pas envie. Moi, je n’ose pas l’aborder, pas même lui
sourire. Je me contente de la regarder, en secret.
V. Entourez le terme en gras correctement orthographié.
« J’ai vu dans les pays que le sort m’a fait parcourir, et dans les cabarets où j’ai servi, un nombre
prodigieux de personnes qui avaient leur existence en exécration ; mais je n’en ai vu que douze qui
aient mis volontairement fin à leur misère : trois nègres, quatre Anglais, quatre Genevois et un
professeur allemand nommé Robeck. J’ai fini par être servante chez le Juif don Issacar ; il me mit
auprès de vous, ma belle demoiselle ; je me suis attachée à votre destinée, et j’ai été plus occupée
de vos aventures que des miennes. Je ne vous aurais même jamais parlé de mes malheurs si vous
ne m’aviez pas un peu piquée, et s’il n’était d’usage dans un vaisseau de conter des histoires pour
se désennuyer. Enfin, mademoiselle, j’ai de l’expérience, je connais le monde ; donnez-vous un
plaisir, engagez chaque passager à vous conter son histoire ; et s’il s’en trouve un seul qui n’ait
souvent maudit sa vie, qui ne se soit souvent dit à lui-même qu’il était le plus malheureux des
hommes, jetez-moi dans la mer la tête la première. »
Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 12 sur 14
I. B- 1. ÉPREUVE DE COMPRÉHENSION ÉCRITE
1. Le gouverneur Don Fernando d’Ibaraa, y Figueora, y Mascarenes, y Lampourdos, y Souza était un
homme noble, le plus grand seigneur de l’Amérique du sud. Rien qu’en le voyant, on pouvait se
rendre compte de ses origines nobles à cause de sa tenue et de son apparence. Il était fier, intrépide
et direct. Il parlait sur un ton imposant qui intimidait et provoquait ses interlocuteurs au point de
vouloir se battre avec lui. Il aimait beaucoup les femmes. Il était rusé (il écarte Candide pour rester
seul avec Cunégonde). Il portait une très belle moustache.
2. Le gouverneur envoie Candide faire la revue de sa compagnie afin de rester seul avec Cunégonde
et de faire la cour à celle-ci.
3. La vieille femme conseille à Cunégonde d’épouser le gouverneur parce que Candide était
recherché par la justice et devait fuir, qu’elle était noble et pouvait donc épouser un noble et enfin
parce qu’elle n’avait plus de ressources. En l’épousant, elle pouvait être sûre d’être protégée par
le gouverneur.
4. Oui, ils sont en train de fuir.
« La vieille avait très bien deviné que ce fut un cordelier à la grande manche qui vola l’argent et les
bijoux de Cunégonde dans la ville de Badajoz, lorsqu’elle fuyait en hâte avec Candide. »
« La fuite de Cunégonde et de Candide était déjà connue. »
5. le moine cordelier a volé les bijoux de Cunégonde.

 

 


6. L’alcade était à la poursuite des tueurs du grand inquisiteur. Il venait les arrêter et les juger.
7. Candide est coupable d’avoir tué le grand inquisiteur et le Juif pour libérer Cunégonde. Il ne
peut rester à Buenos Aires avec Cunégonde car, selon les dires de la vieille, il serait arrêté, jugé et
brûlé pour être puni de son crime. S’il veut rester en vie, il doit donc fuir et quitter Cunégonde.
8. Les trois protagonistes (Candide, Cunégonde et la vieille femme) sont passés par Badajoz et Cadix
avant d’arriver à Buenos Aires.
9. - Noce : mariage.
- Demeura : resta, s’attarda auprès de Cunégonde.
- Vaisseau : bateau, navire.
10. - Il lui déclara sa passion : il lui déclara/exprima son amour / les sentiments qu’il avait pour elle.
- En hâte : en toute vitesse, très vite, rapidement.
- Le bruit se répandit : tout le monde en parlait, tout le monde apprit la nouvelle, tout le monde
en était informé.
Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 13 sur 14
TEXTE DE L’ÉPREUVE ORALE COLLECTIVE
A. COMPRÉHENSION (deux écoutes)
Le Panthéon, un temple républicain
L'église Sainte-Geneviève, dont la construction de
type néo-classique a été décidée en 1744 par Louis XV, est
l'œuvre de l'architecte Jacques-Germain Soufflot. Le
monument devint Panthéon, lieu laïque dédié au culte des
grands hommes.
Le site de la place du Panthéon est d’abord occupé
par une basilique fondée en 507 par le roi Clovis, dédiée à sainte Geneviève, patronne de la
capitale et de la monarchie. Une église destinée à devenir le mausolée de la dynastie
mérovingienne. Cette première construction en bois fut remplacée par d’autres édifices, dont
une église d’époque gothique détruite au début du XIXe siècle.
Le vœu de Louis XV
En 1744, souffrant d'une grave maladie, Louis XV fait le vœu de créer une église dédiée
à sainte Geneviève s'il survit. En 1755, il charge donc Jacques-Germain Soufflot de concevoir
un édifice prestigieux au sommet de la montagne Sainte-Geneviève et destiné à accueillir le
tombeau de la sainte. Le roi pose la première pierre le 6 septembre 1764, au pied d'un trompel'œil
grandeur nature, de toile et de charpente, représentant l'édifice. L'ambition de Soufflot est
de rivaliser avec Saint-Pierre de Rome comme avec la cathédrale Saint-Paul à Londres. Le
péristyle monumental s'inspire du Panthéon d'Agrippa à Rome.
À cause de la guerre et des difficultés financières, des polémiques sur la solidité du
dôme, puis de la mort de Soufflot en 1780, la construction prend du retard et l'édifice n'est
finalement achevé qu'en 1790 par les associés de Soufflot. La Révolution française a
commencé.
La décision de l'Assemblée révolutionnaire
À la mort de Mirabeau, grand orateur de l'Assemblée nationale et âme du Tiers-État, le 2
avril 1791, les députés songent à un monument pour réunir les tombes des grands hommes. Ce
sera « un nouvel édifice destiné à recevoir les cendres des grands hommes, à dater de l'époque
de notre liberté », déclare l'Assemblée nationale, qui pourra seule juger à quels hommes
décerner cet honneur. Outre Mirabeau, des exceptions pourront être faites pour quelques
grands hommes morts avant la Révolution, « tels que Descartes, Voltaire, Rousseau », précise
l'Assemblée.
En 1791, l'édifice perd donc sa vocation religieuse : la France a désormais son Panthéon.
Sous le Premier Empire, le bâtiment est à la fois un lieu d'inhumation des grands
hommes et un lieu de culte. Sous la Restauration des Bourbon (Louis XVIII et Charles X) et
sous le Second Empire, l'immense sanctuaire est rendu au culte chrétien. L'inscription du
fronton –« Aux grands hommes, la patrie reconnaissante » –, apposée pour la première fois en
1793, disparaît et réapparaît au fil de ces changements de fonction. Les sculptures représentées
sur le fronton, le décor intérieur et ceux du péristyle évoluent constamment au XIXe siècle. La
monarchie de Juillet rétablit le lanterneau monumental coiffant le dôme et qui avait été supprimé
à la Révolution. Le lanterneau est alors coiffé d'un drapeau bleu-blanc-rouge, remplacé par une
croix sous le Second Empire. La Commune de Paris, en 1871, hissera un drapeau rouge au
sommet de l'édifice. La croix présente aujourd'hui au sommet de l'édifice a été édifiée en 1873,
sous l'Ordre moral, dans un moment de transition politique.
Le Panthéon devient temple civique de façon définitive sous la IIIe
république, en 1885,
pour les funérailles de Victor Hugo.
Source : www.france.fr, octobre 2013.
Université Paris-Sorbonne – Selfee – B2 septembre 2014 Page 14 sur 14
Corrigé des épreuves orales collectives
Le Panthéon, un temple républicain
II. A - COMPRÉHENSION ORALE

1. Le Panthéon et un temple républicain.
2. Le premier édifice fut fondé par le roi Clovis en 507.
3. Sainte Geneviève était considérée comme Patronne de la capitale et de la monarchie.
4. Comme il était gravement malade, il s’était promis de construire une église dédiée à
Sainte-Geneviève s’il guérissait.
5. Le trompe-l’œil est fait de toile et de charpente.
6. L’architecte Soufflot veut rivaliser avec Saint-Pierre de Rome et avec la cathédrale SaintPaul
de Londres.
7. L’édifice actuel est achevé en 1790.
8. Vrai
9. Les députés de l’Assemblé nationale songent à un monument qui abritera les tombes des
grands hommes.
10. En 1791 l’édifice perd sa vocation religieuse.
11. Vrai
12. L’inscription apposé au fronton du panthéon en 1793 est : « Aux grands hommes, la patrie
reconnaissante »
13. Le lanterneau monumental avait été supprimé à la Révolution.
14. Aujourd’hui, au sommet du Panthéon, il y a une croix.
15. Victor Hugo a été inhumé au Panthéon en 1885.


II. B - DISCRIMINATION AUDITIVE

1. Complétez les phrases suivantes en cochant ce que vous avez entendu.
a. L'église Sainte-Geneviève, dont la construction de type néo-classique a été décidée en 1744
par Louis XV, est l'œuvre de l'architecte Jacques-Germain Soufflot.
b. Le site de la place du Panthéon est d’abord occupé par une basilique [...]
c. À cause de la guerre et des difficultés financières, des polémiques sur la solidité du dôme,
puis de la mort de Soufflot [...]

d. Les sculptures représentées sur le fronton, le décor intérieur et ceux du péristyle évoluent
constamment au XIXe siècle.
2. Complétez les phrases suivantes en cochant ce que vous avez entendu.
a. Cette première construction en bois fut remplacée par d’autres édifices [...]
b. En 1755, il charge donc Jacques-Germain Soufflot de concevoir un édifice prestigieux
au sommet de la montagne Sainte-Geneviève [...]
c. Ce sera « un nouvel édifice destiné à recevoir les cendres des grands hommes, à dater de
l'époque de notre liberté », déclare l'Assemblée nationale [...]

d. Le Panthéon devient temple civique de façon définitive sous la IIIe
république [...]

 

 

Répondre en citant
Liens Sponsorisés
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


Entrer votre adresse email ICI pour recevoir les nouveautés:

 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 14h51.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc