Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > 2ème année > Candide
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 15/09/2010, 14h01
umo lina umo lina est déconnecté
membre dynamique
 
Inscrit : avril 2010
Messages: 185
Pouvoir de réputation: 66
umo lina is just really nice
Red face projet sequentiel "candide"

 

 

 

 

http://commentairecompose.fr/candide...1-commentaire/





Partie 1 - Candide ou L'optimisme Audio Livre de Voltaire (Chs 1-18)

http://litgloss.buffalo.edu/voltaire/text1.shtml

Partie 2 - Candide ou L'optimisme Audio Livre de Voltaire (Chs 19-30)

Candide ou l'optimisme by Voltaire
Traduit de l'allemand de M. le docteur Ralph
Avec les additions qu'on a trouvées dans la poche du docteur, lorsqu'il mourut à Minden, l'an de grâce 1759


François-Marie Arouet, né à Paris en 1694 et plus connu sous le pseudonyme "Voltaire", est un écrivain et philosophe français du Siècle des Lumières. Défenseur d'une pensée proche de celle du pilosophe anglais John Locke, qu'il découvre pendant son exil en Angleterre à la suite d'une altercation avec le Chevalier de Rohan, il est l'auteur de nombreux contes et écrits philosophiques ( Zadig, Micromegas, Le dictionnaire philosophique,...) ainsi que des tragédies ( Zaïre,...) et de nombreux poèmes et écrits épistolaires. De nombreux démêlés avec le pouvoir marquent l'ensemble de sa carrière littéraire et il passera la majeure partie de sa vie à rechercher asile et sécurité à l'étranger, puis aux abords de la frontière franco-helvétique où il achètera les domaines de Ferney et Tournay. De retour à Paris le 30 mars 1778, il est accueilli avec enthousiasme par un public conquis et finira ses jours le 30 mai de la même année.


Public visé : terminale toutes branches
Œuvre intégrale : CANDIDE OU L’OPTIMISME
Genre : conte philosophique
Auteur : VOLTAIRE
Epoque : 18ème siècle

Objectifs : Analyse littéraire d’un conte philosophique

Etudier les techniques d’écriture du conte : Voltaire conteur-narrateur
Etudier la portée critique d’un conte : Voltaire le militant, l’idéologue
Identifier la portée philosophique du conte : Voltaire le penseur, le philosophe
Consolider les acquis en matière de lecture méthodique
Initiation au commentaire composé et à la dissertation

Intertextes :

La théorie de la causalité de Leibniz
La théorie de l’optimisme chez Leibniz, Pope, Wolf et autres

Analyse thématique :

Satire de la religion // dénonciation du fanatisme religion pendant l’inquisition
Satire du pouvoir et de la noblesse // satire de la guerre, des abus de pouvoir, de l’esclavage
Satire des philosophes de la mouvance optimiste de l’époque

Séquence 1 : L’incipit un pacte de lecture et un texte d’exposition
Dégager les intentions d’écriture : conte (narration), critique (satire de la société, de la religion, de la philosophie)
Activités Supports Objectifs Observation
Etude de texte Chapitre 1 : 4 premiers paragraphes Les fonctions de l’incipit : pacte de lecture et texte de présentation : personnages, cadre spatio-temporel, intention d’écriture Lecture thématique
Travaux encadrés Exposé : Biographie de Voltaire Mise en parallèle des éléments biographique avec l’intention d’écriture Exposé d’élèves + discussion
Production écrite Extrait chapitre 1 Initiation au commentaire composé : Rédiger l’introduction du commentaire Travail collectif
Etude de texte Chapitre 1 (suite) Schéma narratif : la situation initial d’un récit et l’élément perturbateur Lecture thématique
Travaux encadrés Exposé :La théorie de la causalité de Leibniz / la théorie de l’optimisme Confronter les éléments du chapitre 1 avec ces deux théories et dégager les convergences ainsi que les procédés ironiques Exposé d’élèves +discussion
Production écrite Extrait chapitre1 Initiation au commentaire composé : rédiger le développement Travail collectif

 

 


Travaux encadrés Exposé :La France au 18ème siècle Connaître les composantes historiques, culturelles, politique de la France au siècle de candide Exposé d’élèves
Production écrite Extrait chapitre 1 Initiation au commentaire composé : rédiger la conclusion Travail collectif

Séquence 2 : Voltaire le conteur militant (dénonciation de la guerre, du fanatisme et de l’intolérance, de l’esclavagisme…)
Activités Supports Objectifs Observation
Etude de texte Extrait chapitre 3 • Suivre les péripéties de Candide (héros démystifié)
• Découvrir les moyens mis en œuvre pour dénoncer les horreurs de la guerre
• Identifier les moyens mis en œuvre pour faire la satire de la causalité
• Dégager les fonctions de quelques figures de style (antithèse et oxymore) dans la description Lecture méthodique
Travaux encadrés Chapitres 3 – 4 - 5 Résumés des évènements importants
Questions d’ensemble Exposé d’élèves
Production écrite Extrait chapitre 3 Entraînement au commentaire composé : Réutiliser les résultats de la lecture méthodique pour rédiger un commentaire composé Travail collectif
Etude de texte Chapitre 6 • Dégager le schéma narratif de ce chapitre (l’art du conteur)
• Dégager les procédés d’une ironie omniprésente
• Distinguer les éléments servant à dénoncer le fanatisme religieux et l’intolérance Lecture méthodique
Travaux encadrés Comment présenter un exposé Doter l’élève d’une démarche précise lui permettant de préparer et de présenter un exposé Cours+ discussion
Production écrite chapitre 6 Entraînement au commentaire composé : Réutiliser les résultats de la lecture méthodique pour rédiger un commentaire composé Travail collectif
Etude de texte Extrait du chapitre 19 : Le nègre de Surinam • Retrouver encore une fois l’art du conteur : les composantes du récit
• Dégager les procédés mis en œuvre pour dénoncer une pratique cruelle
• Dégager les procédés mis en œuvre pour l’ironie Lecture méthodique
Production écrite Extrait chapitre 19 Entraînement au commentaire composé : Réutiliser les résultats de la lecture méthodique pour rédiger un commentaire composé Travail collectif
Séquence 3 : voltaire le penseur, l’idéaliste : l’idéal du siècle des lumières : L’Eldorado
Activités Supports Objectifs Observations
Etude de texte Extrait chapitre 17 Analyser un thème cher aux philosophes : l’utopie, ses caractéristiques
Dégager la satire Lecture méthodique
Travaux encadrés L’œuvre intégrale Dégager la schéma narratif du conte Travaux d’élèves
Production écrite Essai : Voltaire a-t-il raison de dénoncer l’esclavagisme comme il l’a déjà fait pour la guerre et le fanatisme religieux ? Initier les élèves à la rédaction de l’essai Travail collectif
Travaux encadrés Le mythe du bon sauvage Etudier un thème en vogue au 18ème siècle Travaux d’élèves
Etude de texte Extrait chapitre 18 Identifier L’eldorado en tant que critique européenne : l’idéal des lumières Lecture méthodique
Travaux encadrés Recherche et documentation :La république de Platon Confronter l’eldorado avec la république de Platon ou encore la cité idéale du philosophe musulman Travaux d’élèves
Production écrite Extrait chapitre 18 Entraînement au commentaire composé Travaux de groupes
Production écrite Extrait chapitre 18 Entraînement au commentaire composé (suite) Travaux de groupes

Séquence 4 : le texte de clausule : un texte à double fonction
Activités Supports Objectifs Observation
Etude de texte Extrait chapitre 30 Un texte à double fonction : Voltaire clôt le récit et présente sa véritable philosophie
Dégager la situation finale du conte
Travaux encadrés Les thèmes dans Candide Dégager tous les thèmes traités dans le conte Travaux d’élèves
Production écrite Sujet : le fait d’être chassé du château fut-il bénéfique à Candide ? Rédiger un texte argumentatif à partir des lectures faites sur le conte en multipliant les arguments et les citations. Travaux individuels
Travaux encadrés Candide toujours candide ? Suivre le héros tout au long de son périple et évaluer le degré d’évolution de sa pensée et de sa philosophie Travaux d’élèves
Production écrite Exposé Initiation à la dissertation Cours + discussion
Travaux encadrés La fiche de lecture Présenter une fiche de lecture du conte Exposés d’élèves
Activités orales Les leçons de morales dans le conte Discuter les leçons philosophiques, morales religieuses, sociales à tirer du conte Discussion collective
Evaluation Extrait du conte Evaluer la compréhension et la production de l’écrit









 

 


Dernière modification de prof.ziani, 26/09/2016 à 22h08
Répondre en citant
Liens Sponsorisés
Ancien 15/09/2010, 14h17   #2
Soussi
Administrateur
 
Avatar de Soussi
 
Inscrit : avril 2010
Lieu: Fès
Âge: 49
Messages: 371
Pouvoir de réputation: 47
Soussi a désactivé la réputation
Par défaut

Merci infiniment pour ce partage.
mes amitiés.
Soussi est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 11/01/2012, 22h08   #3
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 07/07/2012, 14h29   #4
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 28/09/2012, 22h49   #5
AQWX
Membre
 
Inscrit : mai 2012
Messages: 15
Pouvoir de réputation: 43
AQWX is a name known to all
Par défaut

zzzzzzzzzzzziiiiiiaaaaaaaniiiiiiiiii MEeeeeeeerciiiiiiiii bccccccccp
AQWX est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 16/11/2012, 22h33   #6
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut Etude d’oeuvre : Candide de voltaire

Etude d’oeuvre :
Candide de voltaire



http://www.studyrama.com/IMG/pdf/oeu...re_candide.pdf
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 16/11/2012, 22h49   #7
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut





François-Marie Arouet, né à Paris en 1694 et plus connu sous le pseudonyme "Voltaire", est un écrivain et philosophe français du Siècle des Lumières. Défenseur d'une pensée proche de celle du pilosophe anglais John Locke, qu'il découvre pendant son exil en Angleterre à la suite d'une altercation avec le Chevalier de Rohan, il est l'auteur de nombreux contes et écrits philosophiques ( Zadig, Micromegas, Le dictionnaire philosophique,...) ainsi que des tragédies ( Zaïre,...) et de nombreux poèmes et écrits épistolaires. De nombreux démêlés avec le pouvoir marquent l'ensemble de sa carrière littéraire et il passera la majeure partie de sa vie à rechercher asile et sécurité à l'étranger, puis aux abords de la frontière franco-helvétique où il achètera les domaines de Ferney et Tournay. De retour à Paris le 30 mars 1778, il est accueilli avec enthousiasme par un public conquis et finira ses jours le 30 mai de la même année.
leblogdetoni.over-blog.com
Candide Chapitre I de Voltaire
Commentaire:

Introduction:

Voltaire (1694-1778) est un des grands penseurs des Lumières, il dénoncera sans relâche et en utilisant différents genres littéraires les injustices, les inégalités et l’intolérance. Il écrira des contes philosophiques dont Micromégas, Candide (en 1759) et L’ingénu mais aussi des traités, des essais, des articles de L’Encyclopédie et de la poésie.

 

 



Candide conte les mésaventures d’un jeune homme dont le seul désir est d’être avec Cunégonde. La recherche de Cunégonde va permettre à Candide d’évoluer vers une philosophie empiriste, celle que prône Voltaire, en affrontant les horreurs de la guerre, les caprices de la Nature et les travers des hommes. L’extrait qu’on va commenter correspond à l'incipit de Candide qui se présente avec la forme du conte.

Problématique: Comment cet incipit, à travers les éléments du conte traditionnel, met à jour une réalité cachée derrière des illusions, qui sont ainsi dénoncées?

I/ L'univers du conte.

A/ Les formules traditionnelles du conte.

- Formule typique du conte: "Il
y avait
" qui revient à "Il était une fois". Voltaire inscrit cet incipit dans un genre codé: le conte, à partir duquel le lecteur pourra mesurer l'écart entre ce qu'il écrit et ce qu'il veut dire.

-Autres formules: "icelui": archaïsme, traditionnel du conte.

- Comparatifs et superlatifs: « les moeurs les plus douces », « l’esprit le plus simple », « un des plus puissants », « le plus beaux des châteaux », « la meilleure des baronnes possibles ». Création d'un monde manichéen (bien/mal) caractéristique du conte.

- Caractérisation positive= multiplication d’adjectifs mélioratifs comme « beau », « bon », « honnête », « douce », etc.

-Temps de la description du conte=> l'imparfait: "avait", "annonçait", "soupçonnaient". Il s'agit de présenter la situation initiale et tous ses éléments avant d'évoquer l'élément perturbateur, qui sera annoncé en utilisant le passé simple.

B/ Les éléments traditionnels du conte.

- Lieux traditionnels du conte= région peu connue la "Westphalie", l'action se déroule dans un "château", où l'on trouve une "grande salle" avec sa "tapisserie".

- Les personnages appartiennent tous à la noblesse: "M. le baron", "Madame la baronne" et leurs enfants (noblesse mise en relief lors du refus de la sœur du baron d'épouser un "bon et honnête gentilhomme"). La présence d'un précepteur fait partie des attributs inséparables de la noblesse.

-Intemporalité propre à l'univers du conte et absence de précision pour plus d'irréalité.

-L'univers crée est clos sur lui-même: "dans ce meilleur des mondes possibles. La description du lieu en fait un microcosme, un endroit merveilleux et coupé du monde et de la réalité.

C/ Les personnages de contes

- Personnages peu décrits et résumés à une caractéristique principale:ils n'ont aucune nuance ni complexité. Candide est présenté par une périphrase: "un jeune homme à qui la nature avait donné les moeurs les plus douces" et par physiognomie: "Sa physionomie annonçait son âme".

-Le baron se réduit à son appartenance à la noblesseuissant et digne qui jouit de la considération de son entourage "Ils l'appelairent tous monseigneur".

-La baronne aussi caractérisée par sa dignité, mise en relief par le lexique: "très grande considération", "honneurs", "dignité", "respectable".

-Les enfants ne sont que des reflets de leurs parents

-Cunégonde est réduite à son physique et sa sensualité

-Quant à Pangloss, il n'a pas de caractéristiques physiques, il est ce qu'il enseigne. Aucune autre référence morale.

TRANSITION:Le Lecteur semble plongé dans un univers de conte traditionnel. il se rend compte d'un certain nombre de grincements qui invitent à une lecture ironique du texte et que derrière une façade idillique le monde du baron n'est pas ce qu'il semble.

II/ Les "grincements" révélateurs de l'ironie du texte

A/Les discrètes interventions du narrateur


-Intervention répétée et dissonante du narrateur:

=>"je crois": Apparition dissonante qui feint la doute alors qu'il vient d'utiliser le superlatif "l'esprit le plus simple".

=>Noms propres peuvent être vus comme une annonce de l'ironie du texte: "M.le baron de Thunder-ten-tronckh" = cacophonie qui exprime la dureté du baron (justifiée lors des coups de pied) ou encore "Pangloss" du grec "pan"=tout et "glotta"=langue, il est ainsi caractérisé comme parleur universel, il ne fait que parler et ne rien dire.

- Il arrive aussi que le choix de l'effacement des interventions du narrateur soit également significatif. Le discours direct pour la présentation de la philosophie de Pangloss = le narrateur semble ne vouloir pas amincir l'étendue de la bêtise de Pangloss en reprenant à son compte ses stupidités.

B/L'envers du décor et la critique de la noblesse

1/ Un paradis faux


- Une série de justifications absurdes qui signalent des images trompeuses:

=> La puissance du baron se mesure du fait que son château "avait une porte et des fenêtres"

=> La baronne s'attire une grande considération du fait de ses "trois cents cinquante livres". Le seul mérite de la baronne serait donc son obésité.

- Voltaire oppose la prétention de richesse (- grande salle -, - meute -, - piqueurs, - grand aumônier) et la basse réalité (simples ornements de - tapisserie -, « chiens de basse-cour -, - palefreniers -, - vicaire -)

-Le verbe rire employé après "monseigneur" l.13 crée une dissonance subtile qui arrête le lecteur en donnant une image de serviteurs qui se moquent de son seigneur, l'aspect respectable du baron est donc ridiculisé.

-Le fils du baron est "en tout digne de son père", ce qui devrait être laudatif mais sachant ce qu'est son père, le fils est à son tour critiqué.

-Cunégonde semble marcher sur les traces de sa mère, elle est discrètement comparée à une volaille et son prénom a une sonorité vulgaire et ridicule.

2/ Critique de la société féodale

-Voltaire critique une société fondée sur les apparences

-La soeur du baron n'épouse pas le père de Candide car il n'a pas de généalogie justifiée. Il n'a pas pu prouver qu'il est noble, même s'il est "un bon et honnête gentilhomme".Elle ne l'épouse pas car "il n'a pu prouver que soixante et onze quartiers" alors qu'il faut 72 pour être baron.

3/La satire du flatteur

-Pangloss, à travers des superlatifs mélioratifs comme "le plus beau château du monde", "la meilleure des baronnes possibles", est le flatteur par excellence du seigneur. Pangloss profite de l'esprit peu perspicace de la famille pour vivre au dépend de M. le baron.

-Le choix de nommer "méthaphysico-théologo-cosmolo-nigologie" sa "science" indique qu'elle n'est qu'un vaste fourre tout qui s'appuie surtout sur la naiveté de son public: ce que met en relief le mot "nigaud" contenu dans son nom.

-Les domestiques sont aussi flatteurs: "Ils l'appelaient tous monseigneur, et ils riaient quand il faisait des contes". On a l'impression que, de même qu'ils s'obligent à l'appeler monseigneur, ils rient de ses futilités.

- Voltaire montre donc une noblesse aveugle et qui cherche à créer un paradis illusoire à travers son entourage et les apparences.

C/ La caricature de l'optimisme et de Leibniz

- Pangloss= parleur universel :manque de sens profond dans son discours. Le nom suggère des discours vains.

- Le nom de "sa science" est aussi ironique

- Tautologisme: "Il n'y a point d'effets sans cause". Le fait qu' "il prouv(e) admirablement" une évidence montre à la fois la simplicité des esprits de ses élèves et le manque d'épaisseur et de sens de la philosophie de Pangloss.

-Il arrive même à détourner la relation cause et effets qu'il prône: "les nez ont été faits pour porter des lunettes".

- Il met en place une conception du monde hors de la logique "tout étant fait pour une fin, tout est nécessairement pour la meilleure fin"

-De plus, il ne justifie aucune de ses affirmations, il se limite à affirmer au début de sa dissertation: "Il est démontré".

-Le ton savant et sûr de lui-même que le lecteur ressent du discours de Pangloss va dans le sens ironique.

- Voltaire crée cette ambiance ironique pour enfin critiquer impitoyablement l'optimisme:

=>D'abord il critique explicitement la conception du monde Leibnizienne "ceux qui ont avancé que tout est bien ont dit une sottise". On a l'impression qu'il s'agit de la voix de Voltaire. La juxtaposition des deux propositions crée une pause indispensable à la bonne compréhension du message.

=>Épanorthose= "il fallait dire que tout est au mieux" cette correction permet de renforcer l'idée que le monde est parfait, que la conception du monde par Leibniz est plus que correcte. Le fait que Pangloss soutienne cette théorie crée une distance entre le lecteur et l'optimisme qu'il soutient: le lecteur n'oublie pas que pour Pangloss "les pierres ont été formées pour être taillées" et que "les cochons sont faits pour être mangés".

- Pangloss peut être finalement assimilé à Leibniz: il utilise ses mêmes expressions et technicismes. En fait, Voltaire utilise la parodie et il n'y a parodie que si on repère les éléments d'origine.

Dernière modification de prof.ziani, 17/11/2012 à 22h18
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 17/11/2012, 22h26   #8
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 08/12/2012, 00h02   #9
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

CANDIDE de Voltaire

Les grands thèmes
L’ARGENT DANS CANDIDE

Les philosophes des Lumières ont tous posé le problème de l’argent, associé à la question du bonheur. Le 18ème siècle connaît une grande mutation économique : l’argent issu de la richesse foncière et l’aristocratie est peu à peu remplacé par l’argent produit du commerce (de plus en plus international), du travail agricole et de l’industrie naissante (fin 18ème en Angleterre). Voltaire, qui a très bien su faire fructifier ses avoirs, ne pouvait que donner son avis sur cette question dans Candide.


I. L’argent est présent dans le tout le conte :

• Indirectement dès les premières lignes : « …ornée d’une tapisserie, château… »
• Explicitement : chapitre 2 : Candide « n’ayant point d’argent… », chapitre 30 : « La petite terre rapporta beaucoup… »
• L’Eldorado est un endroit à part (utopique) : la pauvreté (manque d’argent) n’existe pas : « vous n’avez sans doute pas la monnaie du pays mais il n’est pas nécessaire d’en avoir pour dîner ici. Tout est payé par le gouvernement ».
Tout est donc fondé sur le partage = mythe d’une société sans argent, idéal inaccessible. Toutefois c’est le commerce et l’activité industrielle qui permet aux habitants de vivre heureux.
II. L’argent, source de souffrances :

• C’est pour l’argent qu’on se bat : Candide vend sa liberté (et peut-être sa vie) aux sergents recruteurs du chapitre 2. « Nous vous défrayerons, mais nous ne souffrirons jamais qu’un homme comme vous manque d’argent ». Argent = piège pour le naïf Candide.
• Chapitre 19 : l’argent transforme les hommes en victimes : le nègre de Surinam a été vendu par sa mère (naïve ?) à des esclavagistes. Il fait d’abord la fortune de ses parents près de M. vanderdendur qui le fait travailler pour un salaire de misère : amère déception de l’esclave : « les chiens, les singes et les perroquets sont mille fois moins malheureux que nous ».
• Chapitre 22 : Argent = source de corruption : Candide perd 50.000 F en deux parties d’un jeu certainement truqué.

III. L’argent « positif » :

• A la fin du chapitre III, Candide rencontre Jacques l’Anabaptiste qui lui offre argent et hospitalité : cet argent provient de l’activité manufacturière de Jacques. L’idée de Voltaire est claire : l’argent honnêtement gagné par le travail est un argent propre qui génère des sentiments nobles, ici la générosité.
• Chapitre 30 : au terme de leur périple, les héros s’installent dans un « jardin », en réalité une petite terre où chacun va travailler selon ses capacités. « La petite terre rapporta beaucoup ». L’argent du jardin est le fruit d’un travail collectif de la terre (et de l’artisanat) : nous sommes dans la société pré-industrielle de la première moitié du 18e siècle.


Conclusion :

Candide a été écrit dans une période d’expansion de la bourgeoisie commerciale et de l’exploitation rationnelle de la terre (mouvement des physiocrates). Voltaire se fait l’écho de cette évolution dans Candide. L’argent a toutes les qualités quand il est acquis ainsi par le travail. Il faudra attendre le 19ème siècle pour que l’argent apparaisse à nouveau sous son jour négatif : le père Grandet, avare, imaginé par Balzac et les grands industriels fous d’argent des romans de Zola.



LA PARODIE DANS CANDIDE

Définition :
La parodie détourne un texte (d’un genre ou d’une œuvre) de manière à le ridiculiser.
On choisit un texte célèbre que l’on tourne en dérision dans le but de faire rire le lecteur… aux dépens bien sûr de l’auteur parodié. Il faut donc que le lecteur reconnaisse l’œuvre parodiée et mesure l’écart entre le modèle et le détournement.

 

 



Quels sont les principaux procédés de la parodie ?

• Amplifier les tics d’un écrivain,
• inverser le rôle des personnages,
• introduire des anachronismes,
• transposer dans d’autres lieux, d’autres époques,
• caricaturer les personnages de l’œuvre parodiée.

Quelles sont les parodies présentes dans Candide ?

• La philosophie de LEIBNITZ est simplifiée et caricaturée dans le personnage de PANGLOSS.
• Le paradis terrestre est démystifié dans le chapitre I (l’origine de la chute, le rôle de la femme etc…) : parodie de la Genèse.
• L’héroïsme guerrier est ridiculisé dans l’épisode de la guerre entre les Arabes et les Bulgares (parodie de récits épiques).
• On trouve quelques traces de parodie de « Mille et une nuits » (traduit en 1704 par Galland) mais ces contes sont peu utilisés.
• Le conte traditionnel (Perrault) est constamment parodié : les retrouvailles sont une inversion du conte : Cunégonde est devenue laide et acariâtre. L’Eldorado par contre, est un archétype du conte que Voltaire respecte et ne parodie pas.
• Le roman picaresque (très à la mode en 1750 avec le diable boiteux de LESAGE par exemple, 1707) et le roman d’aventures sentimentales (le feuilleton) sont parodiés sans vergogne : enlèvements, duels, naufrages, accumulation invraisemblable de malheurs…
Le lecteur se perd littéralement … c’est le but poursuivi par Voltaire : faire sentir, par la parodie, que l’essentiel n’est pas là, que les évènements sont uniquement au service d’une idée philosophique.



L’IMAGE DE LA FEMME

La société du 18ème siècle est une société masculine. A part quelques aristocrates ou grandes bourgeoises qui tiennent salon, les femmes sont réduites à un rôle de mère et d’épouses. Candide, qui est, dans une certaine mesure un miroir révélateur de cette société, donne de la femme une image dévalorisée même si Cunégonde joue un rôle narratif très important.

I. L’homme et la femme : des destins différents :

Toutes les femmes connaissent une dégradation physique, sociale et morale : Cunégonde bien sûr, mais aussi la vieille et Paquette (cette dégradation est liée dans tous les cas à l’amour vénal). Par contre, les hommes du conte n’évoluent pas ; ils persistent d’ailleurs souvent dans leurs erreurs : Plangloss et Martin par exemple. Candide lui, connaît, non pas une dégradation mais un apprentissage. Alors que les femmes perdent leur liberté, Candide lui, conquiert la sienne. Le seul point commun est la perte de leur naïveté : Cunégonde est rapidement (et brutalement) déniaisée. Candide le sera petit à petit, au fil de ses (més)aventures.

II. La femme vénale (= associée à l’argent) :

• Les femmes sont l’incarnation du désir. La vieille : « j’inspirais déjà de l’amour » ; Cunégonde, elle c’est Eve, la tentation (cf. chapitre 1) : elle entraîne Candide vers sa chute, vers son expulsion du « paradis » de Thunder-ten-tronckh. De manière plus globale, c’est leur propre sensualité qui est à l’origine de leur dégradation : elles vont toutes devenir des animaux de plaisir.
• N’existant que par et pour l’amour, elles n’existent plus quand l’amour a disparu, car Voltaire veut nous montrer que l’amour, comme la noblesse ou la philosophie, est une illusion : illusion de la promotion sociale (Candide aime Cunégonde ainsi il espère devenir un Thunder-ten-tronckh), illusion du physique et de la beauté (Cunégonde est devenue une horreur).
• La mère n’hésite pas (par naïveté ou cupidité ?) à vendre son fils aux marchands d’esclaves (cf. l’épisode du nègre de Surinam).
• La Marquise de Parolignac (chapitre 22) dirige un salon qui est, à l’image de la société, corrompu et vénal : on y côtoie des fripons, des joueurs, des tricheurs, etc… = le monde n’est qu’une vaste prostitution (la vieille est aussi devenue une entremetteuse : elle « place » Cunégonde, et Cunégonde est aussi, devenue intéressée…).

III. La femme-objet :

• La femme est considérée comme un simple objet de plaisir : en parlant de Paquette, Candide dit au moine Giroflée : « vous avez une très jolie fille pour votre récréation », lequel réplique « qu’il entretient des filles » (chapitre 24). Au chapitre 25, Pococuranté en parlant de ses domestiques « ce sont d’assez bonnes créatures, je les fais quelquefois coucher dans mon lit ».
• La femme est doublement victime : à la souffrance physique s’ajoute la souffrance morale provoquée par les viols et autres sévices ***uels. La baronne a été violée et coupée en morceaux (chapitre 8). Cunégonde a été violée et a eu «le ventre fendu » (chapitre 7). L’innocente Paquette est obligée de se prostituer.


Conclusion :

Les femmes sont bafouées, humiliées, objets des dérives des hommes. Les seules femmes « heureuses » sont les musulmanes qui « parfument les barbes » (chapitre 30). Elles restent bien soumises.



LE CONTE VOLTAIRIEN

I. Résultat d’une longue évolution :

A l’origine (pendant le Moyen-âge), le conte est un récit oral (troubadours) qui est plutôt grossier et satirique (les fabliaux), tantôt merveilleux (les Romans de la Table Ronde). C’est Rabelais qui va au 16ème siècle, faire la synthèse des deux courants antérieurs (réaliste et satirique) : énorme succès. Au 17ème siècle : la grossièreté disparaît mais le merveilleux reprend ses droits (les contes de Perrault 1698) et on traduit les conteurs orientaux (« les Mille et Une nuits » en 1702).
Le merveilleux est la source première du conte voltairien car les faits sont imaginés sans aucun souci de vraisemblance, dans l’unique but d’exprimer une pensée philosophique. Mais l’exotisme et le goût des voyages viennent s’ajouter à cette trame.
Le conte Voltairien a pour but de toucher un large public et vulgariser ses idées.

II. Quels sont les grands principes du conte voltairien ?

1°) Voltaire fait appel à l’imagination du lecteur grâce au voyage et grâce au romanesque (voir les nombreux rebondissements de l’action, le mystère et les coups de théâtre de Candide).
2°) Les « effets de réel » sont nombreux (description du champ de bataille chapitre 3, de l’autodafé chapitre 6… méfaits de l’esclavage).
3°) Le conteur (Voltaire) est omniprésent : c’est lui qui tire toutes les ficelles de l’intrigue et il mène son lecteur où bon lui semble (humour, ironie de Voltaire). De nombreuses actions rappellent aussi la propre vie de Voltaire.

III. Une tentative de définition du conte voltairien :

1°) C’est un roman d’apprentissage au cours duquel le naïf Candide, ayant été obligé de quitter le PARADIS, va connaître l’ENFER avant de retrouver sa vraie place dans le MONDE (le jardin du chapitre 30).
2°) C’est une découverte du monde : Candide va être « déniaisé » et la réalité du monde et de la vie va lui être peu à peu, malheur après malheur, dévoilée (Cunégonde perdra ses belles apparences trompeuses pour apparaître à la fin sous son vrai jour).
3°) C’est un regard ironique sur le monde qui oblige le lecteur à s’interroger et à remettre en cause ses préjugés (la guerre, la religion, l’esclavage, la noblesse).
4°) C’est une galerie de personnages schématiques, sans aucune profondeur psychologique (différents des personnages romanesques du 19ème siècle). Ils sont tous prisonniers d’une idée fixe (Pangloss, le fils du Comte, Candide : retrouver Cunégonde) et le lecteur ne peut pas s’identifier à eux et surtout pas sympathiser avec eux. L’auteur promène une marionnette dans diverses situations extrêmes qui servent à :
5°) L’illustration de la thèse de Voltaire : le conte est un voyage de pure fantaisie dont le seul but est de ridiculiser l’optimisme et de montrer l’ampleur de l’emprise du MAL sur le monde.



L’UTOPIE

Définition du mot : en grec cela signifie « en aucun lieu : nulle part ». L’Utopie est au début un pays imaginaire où un gouvernement idéal règne sur un peuple heureux, mais dès le 18ème siècle, le sens du mot s’élargit ; l’utopie est un idéal politique qui ne tient pas compte de la réalité.

I. Les sources :

Voltaire reprend une longue tradition du merveilleux (contes des Mille et une nuits », conte de la Table Ronde). Depuis la Renaissance on parle de contrées fabuleuses, remplies d’or, situées par les voyageurs en Amazonie : Voltaire situe l’Eldorado à cet endroit. L’utopie est aussi une mode du 18ème siècle. Marmontel a publié en 1777 un livre merveilleux : « Les incas » et Voltaire lui-même a écrit la conquête du Pérou.

II. Les manifestations de l’Utopie dans Candide :

1°) Les Utopies rejetées par Voltaire :
• Celle de Thunder-ten-tronckh : c’est un « paradis » immuable où tout est soumis à Dieu le Père sur terre, le comte. C’est l’Utopie du pouvoir absolu, autoritaire, refermé sur lui-même (chapitre 1).
• Celle des Jésuites du Paraguay (chapitre 14) : c’est l’utopie d’une société gouvernée par les Jésuites qui confond pouvoir religieux et pouvoir politique (religion d’Etat, et Etat religieux) : « c’est une chose admirable que ce gouvernement (…) les Pères y ont tout et les peuples rien ; c’est le chef-d’œuvre de la raison et de la justice ».

2°) Les utopies valorisées :
• L’Eldorado (voir III) mais aussi,
• le jardin du chapitre 30. C’est aussi une utopie. On oublie ses grands problèmes par le travail plus qu’on ne les résout. Cet oubli est-il possible ? Le mal et la souffrance risquent de réapparaître et le désir de philosophie, c’est-à-dire de critiquer aussi.

III. L’Eldorado ou la cité idéale : une utopie très voltarienne (chapitres 17 et 18)…

On retrouve réunis comme dans un catalogue, tous les idéaux de Voltaire (exemples à rechercher) :
• La religion naturelle et le Déisme,
• un urbanisme organisé,
• un palais des sciences,
• une atmosphère de tolérance, de liberté, d’hospitalité,
• un pouvoir sans répression.

IV. …Mais trop peu crédible :

En réalité, l’Eldorado est un modèle théorique, irréalisable (utopique dans le sens moderne) ; c’est l’anti Thunder-ten-tronckh. Comme Thunder-ten-tronckh, c’est un monde clos, isolé, fondé sur un système non exportable où règne un ordre et une harmonie factice : c’est le monde inversé de Thunder-ten-tronckh, monde du bonheur, de la richesse, de la tolérance, trop parfait pour être vrai. Voltaire ne croit pas à la cité idéale et d’ailleurs, sur l’Eldorado, il se tait sur l’essentiel : l’économie, l’agriculture, la justice et il insiste surtout sur le merveilleux, l’aspect féerique du pays : c’est en fin de compte un rêve. L’Eldorado est peut-être le meilleur des mondes possibles mais il n’existe pas car un pays où le Mal n’existe pas n’existe pas lui-même et surtout les héros vont le quitter.


Conclusion :


En fin de compte, OPTIMISME et UTOPIE sont la même illusion. Candide et Cacambo décident de quitter ce lieu d’utopie : « les deux heureux résolurent de ne plus l’être » car Candide court après l’amour –autre illusion- et aussi il a le désir d’être puissant et riche en Europe –autre leurre.


http://www.bacdefrancais.net/candide-theme.php

Dernière modification de prof.ziani, 08/12/2012 à 00h06
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 05/02/2013, 07h45   #10
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

Synthèse par chapitre de la fiche de lecture de Candide

Chapitre 1 à 10 :
Candide expulsé du Château
Le héros de Bulgarie

 

 


Arrivée en Hollande
Rencontre avec Pangloss
Candide et Pangloss à Lisbonne
Candide sauvé
Rencontre avec Cunégonde
Histoire de Cunégonde
Mort de Don Issachar
Voyage vers le Paraguay
Chapitre 11 à 20
Histoire de la vieille dame
Morale
Histoires des personnes à bord
Rencontre avec Los Padres
Histoire de Los Padres
La tribu des Oreillons
La route vers Cayenne
Découverte de l’Eldorado
L’après Eldorado
Rencontre avec Martin
Chapitre 21 à 30
Arrivé de Martin et Candide en France
L’Angleterre
Voyage vers Venise
Arrivée à Venise
Le Sénateur Pococuranté
Annonce de Cacambo
Annonce de Cacambo
Baron et Pangloss : histoires
Retrouvaille avec Cunégonde
Le bonheur revient avec le travail
Nouveaux documents Francais
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 11/05/2013, 22h34   #11
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut



1
ère séquence 2de : Genres et formes de l’argumentation (XVIIème et
XVIIIème siècles)
Séquence élaborée par Mme GRARE, IA-IPR de Lettres
1. Etude des chapitres XVII et XVIII de Candide de Voltaire, consacrés à Eldorado
(lectures analytiques et cursives)
Problématique : dans quelle mesure l’utopie d’Eldorado reflète-t-elle les idées
philosophiques de Voltaire ?
2. Groupement de textes : le mythe de l’âge d’or dans la littérature gréco-latine
(lecture cursive et comparée)
3. Groupement de textes : l’utopie dans différents textes des XVIème, XVIIème et
XVIIIème siècles (lecture analytique, cursive et comparée)
Séance 1 : présentation de Voltaire et de son œuvre
1. Démarches :
a) partir des connaissances des élèves (ils ont sans doute étudié des extraits d’un conte
philosophique de Voltaire et ils ont, de toutes façons, abordé la philosophie des Lumières
en 4ème).
b) élaborer et rédiger un court résumé écrit de la vie de Voltaire, à partir de la lecture
cursive d’une biographie en consacrant une phrase à chacune des rubriques suivantes :
a) formation, b) relations avec le pouvoir, c) voyages.
c) repérer dans la liste des œuvres, les œuvres philosophiques et les contes
Les objectifs d’apprentissages : apprendre aux élèves à prélever les informations utiles
en vue d’une tâche précise et à rédiger des synthèses concises. Ces activités de lecture et
d’écriture sont indispensables et pourront être renouvelées régulièrement pendant
l’année, en laissant de plus en plus d’autonomie aux élèves pour les réaliser et sur des
sujets et thèmes variés.
2. Activités :
a) questions aux élèves pour établir un rapide bilan de leurs connaissances sur Voltaire :
inscrire dans une colonne du tableau les idées importantes à retenir.
b) lecture silencieuse des 3 1ers paragraphes de la biographie : consignes préalables
données aux élèves : « lisez les 3 1ers § en surlignant les mots-clés qui concernent la
formation de V. », et en soulignant les mots non compris.
c) Explication du vocabulaire : prévoir des explications simples au moins pour les
termes suivants : « précurseur », « apôtre », « polémiques », « janséniste », « jésuites »,
« libertines » et « libertinage ». Ces explications, assez faciles à anticiper, gagnent à
figurer sur un document distribué aux élèves, et à être rapidement commentées à l’oral.
Mais il peut y avoir d’autres demandes, qui n’ont pas été prévues mais auxquelles il faut
toujours répondre : ces explications devront être inscrites au tableau, dans une colonne
réservée au vocabulaire.
c) 1er bilan oral collectif en vue de la rédaction de la 1ère partie du résumé (formation de
V.) ; reprise des idées importantes [elles figurent dans les § 2 et 3, le 1er n’étant qu’une
introduction très générale] à inscrire au tableau sous la forme de mots-clés dans une 3ème
colonne; puis travail individuel d’écriture. On établira un corrigé à partir d’une
Page 1proposition réussie (ou améliorée collectivement) d’élève qui sera dictée à la classe.
d) pour les § 5 et 6, puis les § 7 et 8 : même type de consignes et d’activités et même
façon de procéder, mais en divisant la classe en 2 groupes, pour aller plus vite. Prévoir
des explications simples au moins pour les termes suivants : « frondeur » et
« séditieux », « épigrammes » et « pamphlet », « chambellan » Ces explications gagnent à
figurer sur un document distribué aux élèves, et à être rapidement commentées à l’oral.
Mise en commun à l’oral pour la reprise des idées importantes, pour chacun des
groupes et inscription au tableau des mots-clés ; puis rédaction individuelle du résumé
proprement dit, à partir de ces mots-clés, et corrigé en commun.
Séances 2 et 3: présentation de Candide et lecture cursive des § 1, 2 et 3 du
ch. 17 de Candide ou l’optimisme
1. Démarches :
a) contextualisation biographique, historique et littéraire de Candide menée rapidement
par le professeur [informations importantes : conte imprimé à Genève (expliquer
pourquoi) en déc. 1758 ou janv. 1759, sans nom d’auteur et sous une attribution
fantaisiste, (traduit de l’allemand de Mr le docteur Ralph, avec les additions qu’on a
trouvées dans la poche du docteur, lorsqu’il mourut à Minden l’an de grâce 1759), et
diffusé partout en Europe clandestinement ; livre saisi, condamné et brulé à Genève en
mars 1759. Mais rien n’arrête la publication et la diffusion clandestine : plus de 15
éditions en 1759. Et plus de 40 impressions jusqu’en 1778].
b) présentation générale et rapide de Candide par le professeur : [le héros éponyme,
Pangloss et la philosophie de l’optimisme, les principes d’organisation du conte : des
voyages à travers le monde, destinés à vérifier le bien-fondé des théories enseignées par
Pangloss].
c) présentation des chapitres 17 et 18 (Eldorado) et contextualisation dans Candide, à
partir d’un résumé du conte et d’un tableau récapitulatif de la table des matières et le
repérage de mots-clés : a) les personnages, b) les noms de lieux c) 4 mésaventures graves
vécues par Candide.
Il s’agit de préciser, sans se perdre dans les détails, quels sont les personnages présents
dans les chapitres 17/18, et de montrer que les protagonistes découvrent un nouveau
pays imaginaire, après avoir été jusque-là victimes d’aventures pénibles et désastreuses.
Eldorado constitue une parenthèse heureuse et paisible pour le héros.
d) lecture cursive des 3 1ers §
2. Activités :
a) pendant la contextualisation et la présentation générale de l’oeuvre, le professeur
inscrit les mots-clés au tableau, pour faciliter la prise de notes des élèves.
b) pour la présentation et la contextualisation des ch. 17 et 18, diviser la classe en 3
groupes, chaque groupe étant chargé d’une tâche précise : a) les personnages, b) les
noms de lieux c) les 4 principales mésaventures vécues par Candide.
Page 2c) bilan rapide (d’abord oral puis écrit) qui doit permettre d’élaborer en commun une
introduction simple aux ch. 17 et 18 [une aventure de plus, mais qui est mise en valeur
par sa place au centre du conte et qui n’est vécue que par Candide et son valet
Cacambo ; la découverte d’ un pays imaginaire et utopique].
d) lecture cursive des 3 1ers paragraphes :
- activités orales préalables : partir des représentations des élèves sur ce que peut être le
pays d’Eldorado et une utopie.
- activités de lecture : lecture expressive par le professeur des 3 1ers §
- questions de compréhension globales destinées à mettre en valeur : la situation
désespérée des 2 protagonistes, la difficulté du voyage.
Travail de préparation pour la séance suivante :
- lire les § 4,5 et 6 (depuis « Ils voguèrent… » jusqu’à « …son chemin »)
- dans le § 4 : relevez, dans la description du paysage, 3 expressions contradictoires
qui servent à marquer le passage des héros dans un espace qui n’est plus celui de
la réalité.
Séance 4 : lecture analytique des § 4, 5 et 6 du chapitre 17
Activités en classe :
a) vérification du travail fait
b) lecture expressive par le professeur. Cette lecture préalable doit permettre de
mettre en valeur les idées importantes du texte ; elle constitue déjà une 1ère entrée
dans le sens global du texte
c) faire dégager par les élèves l’organisation du texte (attention, elle ne suit pas
l’organisation des paragraphes : 1ère partie : le voyage, 2ème partie : la 1ère
découverte d’Eldorado)
d) analyse plus précise de la 1ère partie : le voyage
- exploiter la préparation pour montrer que le voyage permet de passer dans un
autre univers, qui ne ressemble en rien à la réalité.
- montrer que Voltaire s’amuse à dramatiser le récit du voyage [évocation du
paysage, mésaventures des héros]
- inscrire au tableau les mots-clés, au fur et à mesure qu’avance l’analyse.
- faire établir (à l’oral puis à l’écrit) un bilan concernant cette 1ère partie, à partir
des mots-clés
e) analyse plus précise de la 2ème partie : la 1ère découverte d’Eldorado
- mettre en évidence : les éléments du conte merveilleux, la mise en scène de la
naïveté des héros (paroles, gestuelle, emploi du présent de narration), l’humour
de la scène : même démarche que précédemment.
- faire établir (à l’oral puis à l’écrit) un bilan concernant cette 1ère partie (même
démarche que précédemment)
Travail de préparation pour la séance suivante: lire la fin du chapitre et résumer
l’intrigue (1 phrase par paragraphe)
Page 3Séance 5 : Lecture cursive de la fin du chapitre ( § 7, 8, 9 et 10) et Etude de
la langue
Activités en classe :
a) vérifier que le travail demandé a été fait
b) lecture expressive par le professeur
c) élaborer rapidement un corrigé du résumé
d) étude de la langue : travail sur l’insertion de citations et l’exploitation de
procédés de style déjà connus des élèves : la comparaison (« comme un palais
d’Europe ») et si le temps le permet, l’accumulation.
travail d’application en classe sur le passage qui vient d’être lu : répondre aux questions
suivantes :
a) Comment Voltaire exprime-t-il la surprise des 2 héros à la vue de la 1ère maison
du village ?
b) Comment Voltaire évoque-t-il la magnificence du repas qui leur est servi ?
Séance 6 : Etude de la langue, Grammaire : révisions sur l’expression de la
cause.
Séance à monter
Exemple de travail d’application en classe à partir de la lecture du chapitre 17
Consignes : répondre aux questions suivantes par une phrase complète, en employant
des formes différentes pour exprimer la cause.
1) Pourquoi Candide rend-il les palets des enfants à leur précepteur ?
2) Pourquoi Candide et Cacambo prennent-ils les enfants pour des fils de roi ?
3) Pourquoi l’hôte et l’hôtesse s’esclaffent-ils ?
4) Pourquoi l’hôte s’excuse-t-il ?
5) Pourquoi n’est-il pas nécessaire de payer son repas dans cette auberge ?
6) Pourquoi Voltaire a t-il choisi le cadre d’une auberge ?
7) Expliquez les réactions de Candide, en justifiant votre réponse.
8) Pourquoi peut-on dire que Candide commence à évoluer ?
9) Pourquoi Voltaire emploie-t-il, dans ce chapitre, des éléments du conte merveilleux ?
10) Pourquoi peut-on dire qu’Eldorado est un pays utopique ?
Séance 7 : lecture analytique du début du chapitre 18, la rencontre avec le
vieillard (du début du chapitre jusqu’à « …déplaisent »)
Séance à monter
Donner le 1er sujet d’invention (à remettre pour la séance 10) : par exemple, au choix :
- imaginez le dialogue entre Candide et le précepteur des enfants.
- imaginez le dialogue entre Candide et Cacambo, à la fin du chapitre 17
Page 4Elaborer l’intitulé du sujet, les consignes et les critères d’évaluation
Travail à faire pour la séance suivante : lire la suite du ch. 18 et relever, dans les 2
premiers §, des détails humoristiques
Séance 8 : lecture cursive de la suite du chapitre 18 (depuis « Candide et
Cacambo montent en carrosse… » jusqu’à « …ce qui l’étonna le moins »)
Séance à monter
Activités en classe :
a) lecture expressive par le professeur
b) points à mettre en évidence : les éléments comiques, les emprunts au conte de fée,
la dimension utopique (ville idéale, justice idéale, importance de la science)
c) synthèse orale puis écrite pour chacun des points essentiels mis en évidence.
d) Lecture expressive par un ou deux élèves, avec critères d’évaluation précis
(préparation de l’oral EAF)
Séance 9 : Etude de la langue, révisions : dialogue au style indirect
Travail à partir du discours du roi (chapitre 18)
Séance à monter
Séance 10 : Bilan sur l’étude des 2 chapitres
Ramassage des sujets d’invention
Séance à monter ; bilan sur les ch.17 et 18 à établir à partir des points suivants
a) Le recours aux éléments du conte pour décrire un pays utopique
b) L’évocation d’Eldorado : les thèmes traités par Voltaire dans ces 2 chapitres
c) Le conte comme outil de dénonciation et de satire.
Ce travail peut servir de préparation à un mini-sujet de dissertation travaillé et corrigé
collectivement. Exemple possible de formulation : « Dans quelle mesure l’utopie
d’Eldorado permet-elle à Voltaire de défendre efficacement ses idées philosophiques » ?
Séance 11 : Lecture cursive et comparée de 2 extraits de la littérature grécolatine, sur le mythe de l’âge d’or (au choix : extraits d’Hésiode et de Virgile,
ou d’Hésiode et d’Ovide)
Contenus à élaborer à partir de ces suggestions :
- Eléments de comparaison entre les 2 textes choisis :
a) la conception de l’histoire b) la conception de l’âge d’or
- Quels sont les points communs avec les ch. 17 et 18 de Candide ?
Page 5Séances 12 et 13 : Les représentations d’une société idéale à travers
d’autres œuvres des XVIè, XVIIè et XVIIIè siècles
2 séances à monter
a) une lecture analytique de l’extrait tiré de Gargantua (l’abbaye de Thélème)
b) une lecture cursive de 2 extraits (au choix : un extrait de L’utopie et un extrait des
Aventures de Télémaque ; ou un extrait La cité du soleil et un extrait des
Aventures de Télémaque).
Séance 14 : correction du 1er sujet d’invention
Séance 15 : ouverture possible sur une variante du récit utopique : les
représentations littéraires du « bon sauvage » avec, pour l’histoire des arts,
l’analyse de quelques représentations iconographiques du « bon sauvage »
Lecture cursive de l’extrait du Supplément au Voyage de Bougainville
Séance à monter
Autre possibilité : faire lire en lecture cursive un autre conte de Voltaire : l’Ingénu
Questionnaire de lecture cursive à élaborer
Page 6Annexe 1 : documents Voltaire (biographie et Candide)
Biographie de Voltaire
François Marie Arouet dit Voltaire, né le 21 novembre 1694 à Paris où il est mort le 30 mai
1778, est un écrivain et philosophe français admis à l'Académie française en 1746.
Voltaire, dont la vie et l'œuvre, indissolublement liées, ont étroitement épousé son siècle, est
un personnage complexe et contradictoire : célébré de son temps comme poète et tragédien,
on lit aujourd'hui essentiellement ses écrits philosophiques en prose (les contes, les lettres
philosophiques et le dictionnaire philosophique). Souvent considéré (avec son éternel ennemi
Rousseau) comme un des penseurs précurseurs de la Révolution française, il fréquenta les
Grands et courtisa les monarques, sans dissimuler son dédain pour le peuple. Apôtre de la
tolérance, il s'entêta dans des polémiques hargneuses. Maladif et hypocondriaque, il brilla
toujours par son énergie et sa vivacité d'esprit.
Naissance et origines
François-Marie Arouet Le Jeune, dit plus tard Voltaire, est né officiellement le 21 novembre
1694 à Paris, et baptisé le lendemain, dans une famille de la riche bourgeoisie parisienne. À
plusieurs reprises il affirmera être né en réalité neuf mois plus tôt le 20 février 1694 : le
baptême aurait été retardé du fait du peu d'espoir de survie de l'enfant. Ses parents sont
François Arouet, notaire puis receveur des épices à la Cour des Comptes et Marie Marguerite
d'Aumart, d'une famille proche de la noblesse de robe. Son frère ainé sera un sympathisant
janséniste. Du fait de son esprit frondeur, de ses relations libertines et surtout de sa vocation
de poète, il aura des relations difficiles avec son père. Cause ou conséquence de cette inimitié,
Voltaire s'est à plusieurs reprises dit fils d'un Monsieur de Rochebrune, « mousquetaire,
officier, auteur » . Sa mère meurt en 1701 à l'âge de 42 ans.
Études
Il commence ses études en 1704 au collège Louis-le-Grand dirigés par les Jésuites. Il y fait de
brillantes études de rhétorique et de philosophie, obtient des premiers prix. Tout en étant fort
critique des Jésuites il garda toute sa vie une grande admiration pour ses professeurs et les
grandes entreprises missionnaires de la Compagnie de Jésus, en Chine et au Paraguay.
L'éducation reçue l'initie aux plaisirs de la conversation et du théâtre. Il devient l'ami des
frères d'Argenson, René-Louis et Marc-Pierre, futurs ministres du roi Louis XV.
Vers 1706 il compose une tragédie Amulius et Numitor ; on en trouvera plus tard des extraits
qui seront publiés au XIXe siècle. Après sa classe de philosophie, il quitte le collège en 1711
pour s'inscrire à l'école de droit de Paris.
Libertinage
En 1712 il tente le concours de l'Académie avec une ode, Le Vœu de Louis XIII, mais échoue.
Filleul de l'abbé de Châteauneuf, il est introduit dans une société libertine, la Société du
Temple, et reçoit un legs de Ninon de Lenclos. Il aime faire étalage de ses talents littéraires et
de son esprit désinvolte et frondeur qui se déploie dans des épigrammes.
En 1713, à 19 ans, il part pour la Hollande comme secrétaire de M. de Châteauneuf, frère de
Page 7son parrain. Il se fait chasser de l'ambassade de France en Hollande en raison de sa liaison
avec Mlle du Noyer, dite Pimpette, qu'il voulait enlever, à la suite de la plainte de Madame du
Noyer. Monsieur Arouet menace son fils de l'expédier à Saint-Domingue et de le déshériter.
En 1714, il écrit un pamphlet, Lettre à M. D***, et une satire, Le Bourbier ou le Parnasse, et
commence sa tragédie Œdipe. Devenu clerc de notaire, son métier ne l'inspire guère.
Exils et prisons
En 1716 il est exilé pour des vers séditieux qu'on lui prête et qu'il se défendra toujours d'avoir
écrits : le poème des « J'ai vu », d'inspiration janséniste. Le rencontrant dans les jardins du
Palais-Royal le Régent Philippe d'Orléans lui lance : « Monsieur Arouet, je gage vous faire
voir une chose que vous n'avez jamais vue. – Quoi ? – La Bastille. – Ah ! Monseigneur, je la
tiens pour vue. » Ce n'est pas à la Bastille qu'il ira mais à Sully-sur-Loire où il passera cinq
mois, loin de Paris. En 1717, accusé d'avoir rédigé des pamphlets contre le Régent, il échappe
à la déportation aux îles (Antilles) mais est emprisonné à la Bastille pendant près d'un an,
entre 1717 et 1718. Il commence La Henriade, ode au roi Henri IV. Libéré en avril 1718, il est
exilé à Châtenay-Malabry. Il adopte le nom de Voltaire et achève Œdipe, sa première pièce de
théâtre, qui rencontra le succès en novembre, quelques mois après sa sortie de prison.
Les années de 1719 à 1724 sont des années de mondanité.
En 1726, à la suite d'une altercation avec le Chevalier de Rohan, Voltaire est emprisonné de
nouveau à la Bastille.
Il s'exile après sa libération, en Grande-Bretagne (suite à l'ordre qui lui fut donné de quitter le
royaume français) de 1726 à 1729, où il découvre la philosophie de John Locke, les théories
scientifiques d'Isaac Newton et la caractéristique de la monarchie britannique, dont il assurera
la vulgarisation en France dans les Lettres philosophiques.
Vie de cour
Voltaire partage la vie d'Émilie du Chatelet au château de Cirey, puis rentre à Paris, où il mène
une carrière de courtisan avant de tomber en disgrâce.
Ce n'est qu'en 1750 qu'il se rend à la cour de Frédéric II à Berlin, où l'attend une position
brillante, la clef de chambellan et un traitement considérable. Le roi et le philosophe se lient
d'amitié, le premier pratiquant parfaitement le français. Mais les deux amis ne peuvent
dissimuler longtemps leurs traits principaux, l'un son humeur altière et son habitude d'être
obéi, l'autre sa supériorité intellectuelle et son esprit piquant. La brouille est inévitable, et, en
1753, une querelle de Voltaire avec Maupertuis, que soutient le roi, précipite la rupture, et
Voltaire quitte la Prusse. L'ouvrage le plus important qu'il publie pendant son séjour à Berlin
est Le Siècle de Louis XIV.
De Genève à Ferney
En 1755, il s'installe aux « Délices », près de Genève. Enfin, en 1758, il achète un domaine à
Ferney, dans le Pays de Gex, et Tournay, en territoire français, mais sur la frontière francogenevoise (Genève est alors un État indépendant). Il va aménager la région, bâtir, planter,
semer et développer l'élevage. En compagnie de Mme Denis, sa nièce, gouvernante et
Page 8compagne, il fait vivre un millier de personnes, se fait agriculteur, architecte, fabricant de
montres et de bas de soie. Avec son sens de la formule, il résume l'entreprise : « Un repaire de
40 sauvages est devenu une petite ville opulente habitée par 1200 personnes utiles ». Voltaire
n'est plus seulement l'homme le plus célèbre de son époque : il est devenu un mythe. De
Saint-Pétersbourg à Philadelphie, on attend ses publications comme des oracles. Artistes,
savants, princes, ambassadeurs ou simples curieux se rendent en pèlerinage à Ferney chez cet
« aubergiste de l'Europe ».
En 1778, il revient à Paris : le peuple de la capitale l'accueille avec un tel enthousiasme que
certains historiens voient dans cette journée du 30 mars « la première des journées
révolutionnaires ».
Deux mois avant sa mort, le 7 avril 1778, il devient franc-maçon dans la loge parisienne des «
Neuf Sœurs ». Il est possible que Voltaire ait été franc-maçon avant cette date, mais il n'en
existe aucune preuve formelle.
Il meurt à Paris le 30 mai 1778. En février, 4 mois avant sa mort, il déclarait publiquement : «
Je meurs en adorant Dieu, en aimant mes amis, en ne haïssant pas mes ennemis, en détestant
la superstition. »
Ses cendres sont transférées au Panthéon de Paris le 11 juillet 1791 après une cérémonie
grandiose.
Par un hasard de l'Histoire, sa tombe se trouve en face de celle de Jean-Jacques Rousseau,
qu'il n'aimait - et ne comprenait - guère.
(c) Wikipedia - Tous droits réservés
Oeuvres de Voltaire
Oeuvres philosophiques:
Lettres philosophiques (1734)
Traité sur la tolérance (1763)
Dictionnaire philosophique (1764)
Oeuvres historiques:
La Henriade (1728)
L'histoire de Charles X11 (1731)
Le siècle de Louis X1V (1751)
Essai sur les moeurs (1741)
Contes:
Zadig (1747)
Candide (1759)
Micromégas (1752)
L'ingénu (1767)
Tragédies:
Oedipe (1718),
Zaïre (1732),
Mahomet(1742),
Poésie:
Poèmes philosophiques et poèmes satiriques
Poème sur le désastre de Lisbonne (1756)
Page 9 Résumé de CANDIDE proposé par Pol Gaillard, Profil dune œuvre, Hatier
Chapitre 1 (p.. 137-139): Portrait de Candide, de Pangloss, et de tous les habitants du château
de Thunder-ten-tronckh. Cunégonde assiste par hasard à une expérience de Pangloss qui ne lui
était pas destinée. Elle rencontre Candide, et rougit. Candide rougit aussi. Enchaînement des
causes et des effets, Candide est chassé du château à grands coups de pied dans le derrière,
tout est consterné dans le plus beau des châteaux possibles.
Chapitre 2 (p. 140-142). Le recrutement forcé, le militarisme, les châtiments corporels.
Candide devient, bien malgré lui, soldat dans l'armée bulgare.
Chapitre 3 (p. 142-144). La guerre, son absurdité, ses horreurs, ses Te Deum. Candide
s'enfuit et passe en Hollande. L'hypocrisie et le fanatisme d'un pasteur huguenot : il prêche sur
la charité mais il refuse d'aider Candide parce que celui-ci n'a pas l'air de croire que le Pape
soit l'Antéchrist. La bonté active de Jacques l'anabaptiste : il recueille et embauche Candide.
Chapitre 4 (p. 144-147). Candide retrouve Pangloss, que la vérole a rendu méconnaissable, et
qui perd un œil et une oreille dans le traitement. Il apprend de lui que Cunégonde est morte,
violée et éventrée par les Bulgares. Le bon anabaptiste accepte d'embaucher aussi Pangloss.
Chapitre 5 (p. 147-150). Les catastrophes naturelles et leur profonde injustice.
- La tempête; le bon anabaptiste est noyé, c'est un matelot barbare qui est sauvé.
- Le tremblement de terre de Lisbonne : 30 000 habitants périssent, hommes, femmes,
enfants, bons et mauvais, innocents et coupables au hasard.
Pangloss discute très poliment avec un petit homme noir de l'optimisme et du péché originel,
du déterminisme et de la liberté. Il est arrêté avec Candide.
Chapitre 6 (p. 50-151). L'Inquisition. Pour empêcher les tremblements de terre, deux
Portugais soupçonnés de judaïsme sont brûlés, Pangloss est pendu, Candide est flagellé. Le
même jour, la terre tremble de nouveau avec un fracas épouvantable.
Chapitres 7, 8, 9, 10 (p. 152-160). Religions différentes, mêmes moeurs. Cunégonde a bien
été violée et éventrée, mis elle n'est pas morte. Elle a été sauvée et prise par un capitaine
bulgare qui l'a vendue ensuite à un banquier juif, don Issacar. Elle a assisté au dernier auto-dafé, car elle est aimée aussi par le grand inquisiteur. Celui-ci a conclu marché avec don Issacar
pour entretenir Cunégonde quatre jours par semaine, dont le dimanche. Cunégonde a chargé la
vieille servante d'Issacar, qui s'est attachée à elle, de soigner Candide et de le lui amener. Don
Issacar surprend les amants, il veut poignarder Candide, Candide le tue. L'inquisiteur arrive à
son tour car c'est le dimanche matin; Candide « raisonne », et le tue aussi. Cunégonde, la
vieille et lui s'enfuient à bride abattue sur trois chevaux andalous.
Il leur faut bientôt en vendre un, car un frère quêteur a volé l'argent de Cunégonde.
Heureusement à Cadix on assemble des troupes contre les Jésuites du Paraguay. Candide, qui
a servi dans la célèbre armée bulgare, est engagé comme capitaine et s'embarque avec
Cunégonde, la vieille et deux valets. Sur le bateau, longue discussion sur le mal et le malheur.
Qui, un jour, ne s'est pas jugé le plus malheureux des hommes ? La vieille, piquée par une
remarque de Cunégonde, raconte son histoire.
Chapitres 11 et 12 (p. 160-167). Fille du pape Urbain X, la vieille a vu son fiancé mourir
devant elle, empoisonné. Sa mère et elle, prises par des corsaires barbaresques, ont assisté à
des guerres civiles épouvantables, subi des souffrances sans nom. Sauvée, et vendue, par un
Italien qu'on a châtré pour lui donner une voix plus belle que celle des femmes, la vieille, qui
ne l'est pas encore, échappe à la peste, Mais elle passe comme esclave d'un maître à l'autre et
elle manque d'être mangée au siège d’Azov par des guerriers turcs qui ne veulent pas se
rendre. Cependant la ville est prise par un brusque assaut des Russes, et la vieille ne perd
qu'une fesse. Servante de cabaret là où elle peut, elle connaît la misère et l'opprobre, et tombe
finalement entre les mains de don Issacar.
Chapitre 13 (p. 167-170). Arrivée à Buenos Aires. Le gouverneur convoite Cunégonde et
Page 10éloigne Candide, - obligé d'ailleurs de s'enfuir précipitamment, poursuivi par la justice du roi
d'Espagne et de l'Inquisition.
Chapitre 14 (p. 170-173) ; Puisque les Jésuites du Paraguay sont en guerre avec l'Espagne,
Candide, guidé par son valet débrouillard Cacambo, passe dans leur royaume,
magnifiquement et militairement organisé : los Padres y ont tout, et les peuples rien. Le R.P.
commandant se révèle être le propre frère de Cunégonde. Candide et lui se retrouvent avec
des larmes de joie.
Chapitre 15 (p. 173-175). Le R. P. commandant raconte comment il est devenu Jésuite par la
tendre amitié du R. P. Croust. Mais l'orgueil nobiliaire de Thunder-ten-tronck est toujours en
lui, il frappe Candide qui ose penser, s'il la retrouve, à épouser Cunégonde. Candide le tue, et
pleure. Cacambo revêt Candide de la robe du Père et ils sortent du royaume avant qu'on ait
découvert le meurtre.
Chapitre 16 (p.175-179). Candide abat deux singes qui poursuivaient deux filles; hélas c'était
les amants de celles-ci. Candide et Cacambo sont ligotés pendant leur sommeil; ils vont être
mangés par les Oreillons, ennemis des Jésuites qui leur ont pris leurs territoires, lorsque
Cacambo, dans un beau discours, prouve aux Oreillons que Candide n'est pas jésuite. Les
deux hommes sont alors traités avec les plus grands égards.
Chapitres 17 et 18 (p. 179-188). Perdus, affamés, Candide et Cacambo s'abandonnent à une
rivière qui s'enfonce bientôt sous une montagne et les entraîne au merveilleux pays
d'Eldorado, où les hommes se conduisent raisonnablement et sont heureux. Mais ils décident
de ne pas y demeurer. Comblés d'or et de pierres précieuses, ils espèrent que leurs richesses
leur permettront non seulement de rester libres et de reprendre Cunégonde, mais de briller en
tous pays.
Chapitre 19 (p. 188-193). Candide et Cacambo, rencontrent en Guyane un nègre
affreusement mutilé par l'exploitation des Blancs... Candide envoie Cacambo, racheter
Cunégonde au gouverneur de Buenos Aires, dont il apprend qu'elle est devenue la maîtresse
favorite. Ils s'attendront à Venise... Un patron hollandais vole à Candide l'essentiel de sa
fortune et Candide ne peut obtenir justice. Désespéré par la méchanceté des hommes, il décide
d'emmener avec lui l'homme le plus dégoûté de son état et le plus malheureux de la province.
Il choisit, parmi une foule de prétendants, le philosophe Martin, et part avec lui pour
Bordeaux.
Chapitres 20 et 21 (p. 193-197). Candide et Martin assistent pendant leur traversée à un
combat naval. Des centaines d'hommes sont engloutis. Martin a tendance à penser que ce
monde-ci a été abandonné par Dieu à quelque principe du mal. Les hommes comme les bêtes
ont toujours la même nature, qui n'est ni belle ni bonne.
Chapitre 22 (p. 198-207). Candide, qui a voulu connaître Paris, succombe à la rouerie d'une
drôlesse et il est volé par un petit abbé périgourdin. C'est lui pourtant qui manque d'être
envoyé en prison. Il parvient, toujours en compagnie de Martin, à gagner Dieppe puis
Portsmouth.
Chapitre 23 (p. 208-209). Mais il ne veut même pas débarquer, tellement il est horrifié
d'avoir vu fusiller de sang-froid, par les Anglais, l'amiral Byng, qui a commis le crime d'être
vaincu.
Chapitre 24 (p. 209-213). Candide et Martin à Venise ne retrouvent pas Cunégonde, mais
Paquette, l'ancienne maîtresse de Pangloss devenue prostituée. Le moine théatin Giroflée n'est
pas plus heureux qu'elle, ayant été obligé, sans aucune vocation, de devenir moine pour laisser
l'héritage à son aîné.
Chapitre 25 (p. 214-219). La satiété et le dégoût. Le sénateur Pococuranté, riche, intelligent,
comblé de tous les biens semble-t-il, n'est pas heureux. Rien ne peut plus lui plaire.
Chapitres 26, 27, 28, 29 (p. 219-230). Candide et Martin soupent le même soir avec six
monarques qui ont perdu leurs États. Même les rois, donc, sont les marionnettes du destin, et
Page 11il y a sur la terre des millions d'hommes plus à plaindre qu'eux. Cacambo, qui arrive enfin à
Venise, est devenu esclave, et Cunégonde aussi, - d'un autre souverain détrôné, en Propontide.
Pangloss, qui avait été mal pendu, et le frère de Cunégonde, mal tué, rament sur une galère,
châtiés pour affaire de mœurs. Candide les rachète tous, et il se résout à épouser Cunégonde
bien qu'elle soit devenue non seulement laide mais acariâtre.
Chapitre 30 (p. 230-234). Candide a acquis une petite métairie, mais seul Cacambo travaille
et il est excédé. Les autres discutent dans le vide, et s'ennuient. A Constantinople, coups d'état
et meurtres politiques se succèdent. Mais toutes les expériences qu'il a subies, la consultation
d'un derviche et la sagesse pratique d'un bon vieillard poussent Candide à de profondes
réflexions. Toute la petite société, même l'incorrigible Pangloss, se rallie à sa conclusion : il
faut cultiver notre jardin.
Tableau récapitulatif de la table des matières
VOLTAIRE: Candide
Table des matières
CHAP. 1 Comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment il
fut chassé d'icelui
CHAP. 2 Ce que devint Candide parmi les Bulgares
CHAP. 3 Comment Candide se sauva d'entre les Bulgares, et ce qu'il devint
CHAP. 4 Comment Candide rencontra son ancien maître de philosophie, le
docteur Pangloss, et ce qui en advint.
CHAP. 5 Tempête, naufrage, tremblement de terre, et ce qui advint du
docteur Pangloss, de Candide, et de l'anabaptiste Jacques
CHAP. 6 Comment on fit un bel autodafé pour empêcher les tremblements
de terre et comment Candide fut fessé
CHAP. 7 Comment une vieille prit soin de Candide, et comment il retrouva
ce qu'il aimait
CHAP. 8 Histoire de Cunégonde
CHAP. 9 Ce qui advint de Cunégonde, de Candide, du grand inquisiteur, et
d'un juif
CHAP. 10 Dans quelle détresse Candide,Cunégonde et la vieille arrivent
à Cadix, et de leur embarquement
CHAP. 11 Histoire de la vieille
CHAP. 12 Suite des malheurs de la vieille
Page 12CHAP. 13 Comment Candide fut obligé de se séparer de la belle Cunégonde
et de la vieille
CHAP. 14 Comment Candide et Cacambo furent reçus chez les jésuites du
Paraguay
CHAP. 15 Comment Candide tua le frère de sa chère Cunégonde
CHAP. 16 Ce qui advint aux deux voyageurs avec deux filles, deux singes,
et les sauvages nommés Oreillons
CHAP. 17 Arrivée de Candide et de son valet au pays d’Eldorado
CHAP. 18 Ce qu'ils virent dans le pays d'Eldorado
CHAP. 19 Ce qui leur arriva à Surinam, et comment Candide fit
connaissance avec Martin
CHAP. 20 Ce qui arriva sur mer à Candide et à Martin
CHAP. 21 Candide et Martin approchent des côtes de France, et raisonnent
CHAP. 22 Ce qui arriva en France à Candide et à Martin
CHAP. 23 Candide et Martin vont sur les côtes d'Angleterre; ce qu'ils y
voient
CHAP. 24 De Paquette, et de frère Giroflée
CHAP. 25 Visite chez le seigneur Pococuranté, noble Vénitien
CHAP. 26 D'un souper que Candide et Martin firent avec six étrangers, et
qui ils étaient
CHAP. 27 Voyage de Candide à Constantinople
CHAP. 28 Ce qui arriva à Candide, à Cuné gonde, à Pangloss, à Martin, etc
CHAP. 29 Comment Candide retrouva Cunégonde et la vieille
CHAP. 30 Conclusion
Page 13Annexe 2 : texte de Candide
VOLTAIRE CANDIDE OU L'OPTIMISME
CHAPITRE DIX-SEPTIÈME : ARRIVÉE DE CANDIDE ET DE SON VALET AU
PAYS D'ELDORADO, ET CE QU'ILS Y VIRENT
Quand ils furent aux frontières des Oreillons : « Vous voyez, dit Cacambo à Candide, que
cet hémisphère-ci ne vaut pas mieux que l'autre ; croyez-moi, retournons en Europe par le
plus court. — Comment y retourner, dit Candide ; et où aller? Si je vais dans mon pays, les
Bulgares et les Abares y égorgent tout; si je retourne en Portugal, j'y suis brûlé; si nous restons
dans ce pays-ci, nous risquons à tout moment d'être mis en broche. Mais comment se résoudre
à quitter la partie du monde que mademoiselle Cunégonde habite ?
— Tournons vers la Cayenne, dit Cacambo, nous y trouverons des Français, qui vont par tout
le monde ; ils pourront nous aider. Dieu aura peut-être pitié de nous. »
Il n'était pas facile d'aller à la Cayenne; ils savaient bien à peu près de quel côté il fallait
marcher; mais des montagnes, des fleuves, des précipices, des brigands, des sauvages, étaient
partout de terribles obstacles. Leurs chevaux moururent de fatigue ; leurs provisions furent
consumées; ils se nourrirent un mois entier de fruits sauvages, et se trouvèrent enfin auprès
d'une petite rivière bordée de cocotiers, qui soutinrent leur vie et leurs espérances.
Cacambo, qui donnait toujours d'aussi bons conseils que la vieille, dit à Candide : «Nous
n'en pouvons plus, nous avons assez marché; j'aperçois un canot vide sur le rivage,
emplissons-le de cocos, jetons-nous dans cette petite barque, laissons-nous aller au courant;
une rivière mène toujours à quelque endroit habité. Si nous ne trouvons pas des choses
agréables, nous trouverons du moins des choses nouvelles. — Allons, dit Candide,
recommandons-nous à la Providence. »
Ils voguèrent quelques lieues entre des bords tantôt fleuris, tantôt arides, tantôt unis, tantôt
escarpés. La rivière s'élargissait toujours; enfin elle se perdait sous une voûte de rochers
épouvantables qui s'élevaient jusqu'au ciel. Les deux voyageurs eurent la hardiesse de
s'abandonner aux flots sous cette voûte. Le fleuve, resserré en cet endroit, les porta avec une
rapidité et un bruit horrible. Au bout de vingt-quatre heures ils revirent le jour; mais leur canot
se fracassa contre les écueils ; il fallut se traîner de rocher en rocher pendant une lieue
entière ; enfin ils découvrirent un horizon immense, bordé de montagnes inaccessibles. Le
pays était cultivé pour le plaisir comme pour le besoin; partout l'utile était agréable. Les
chemins étaient couverts ou plutôt ornés de voitures d'une forme et d'une matière brillante,
portant des hommes et des femmes d'une beauté singulière, traînés rapidement par de gros
moutons rouges qui surpassaient en vitesse les plus beaux chevaux d'Andalousie, de Tétuan et
de Méquinez.
« Voilà pourtant, dit Candide, un pays qui vaut mieux que la Westphalie. » Il mit pied à terre
avec Cacambo auprès du premier village qu'il rencontra. Quelques enfants du village,
couverts de brocarts d'or tout déchirés, jouaient au palet à l'entrée du bourg; nos deux hommes
de l'autre monde s'amusèrent à les regarder : leurs palets étaient d'assez larges pièces rondes,
jaunes, rouges, vertes, qui jetaient un éclat singulier. Il prit envie aux voyageurs d'en ramasser
quelques-uns; c'était de l'or, c'était des émeraudes, des rubis, dont le moindre aurait été le plus
grand ornement du trône du Mogol. « Sans doute, dit Cacambo, ces enfants sont les fils du roi
du pays, qui jouent au petit palet. » Le magister du village parut dans ce moment pour les
faire rentrer à l'école. « Voilà, dit Candide, le précepteur de la famille royale. »
Les petits gueux quittèrent aussitôt le jeu, en laissant à terre leurs palets, et tout ce qui avait
servi à leurs divertissements. Candide les ramasse, court au précepteur, et les lui présente
humblement, lui faisant entendre par signes que leurs altesses royales avaient oublié leur or et
leurs pierreries. Le magister du village, en souriant, les jeta par terre, regarda un moment la
figure de Candide avec beaucoup de surprise, et continua son chemin.
Page 14 Les voyageurs ne manquèrent pas de ramasser l'or, les rubis, et les émeraudes. « Où
sommes-nous ? s'écria Candide. Il faut que les enfants des rois de ce pays soient bien élevés,
puisqu'on leur apprend à mépriser l'or et les pierreries. » Cacambo était aussi surpris que
Candide. Ils approchèrent enfin de la première maison du village ; elle était bâtie comme un
palais d'Europe. Une foule de monde s'empressait à la porte, et encore plus dans le logis ; une
musique très agréable se faisait entendre, et une odeur délicieuse de cuisine se faisait sentir.
Cacambo s'approcha de la porte, et entendit qu'on parlait péruvien; c'était sa langue maternelle
; car tout le monde sait que Cacambo était né au Tucuman, dans un village où l'on ne
connaissait que cette langue. « Je vous servirai d'interprète, dit-il à Candide; entrons, c'est ici
un cabaret. »
Aussitôt deux garçons et deux filles de l'hôtellerie, vêtus de drap d'or, et les cheveux renoués
avec des rubans, les invitent à se mettre à la table de l'hôte. On servit quatre potages garnis
chacun de deux perroquets, un contour bouilli qui pesait deux cents livres, deux singes rôtis
d'un goût excellent, trois cents colibris dans un plat, et six cents oiseaux-mouches dans un
autre ; des ragoûts exquis, des pâtisseries délicieuses ; le tout dans des plats d'une espèce de
cristal de roche. Les garçons et les filles de l'hôtellerie versaient plusieurs liqueurs faites de
canne de sucre.
Les convives étaient pour la plupart des marchands et des voituriers, tous d'une politesse
extrême, qui firent quelques questions à Cacambo avec la discrétion la plus circonspecte, et
qui répondirent aux siennes d'une manière à le satisfaire.
Quand le repas fut fini, Cacambo crut, ainsi que Candide, bien payer son écot en jetant sur
la table de l'hôte deux de ces larges pièces d'or qu'il avait ramassées; l'hôte et l'hôtesse
éclatèrent de rire, et se tinrent longtemps les côtes. Enfin ils se remirent. « Messieurs, dit
l'hôte, nous voyons bien que vous êtes des étrangers; nous ne sommes pas accoutumés à en
voir. Pardonnez-nous si nous nous sommes mis à rire quand vous nous avez offert en
payement les cailloux de nos grands chemins. Vous n'avez pas sans doute de la monnaie du
pays, mais il n'est pas nécessaire d'en avoir pour dîner ici. Toutes les hôtelleries établies pour
la commodité du commerce sont payées par le gouvernement. Vous avez fait mauvaise chère
ici, parce que c'est un pauvre village ; mais partout ailleurs vous serez reçus comme vous
méritez de l'être. » Cacambo expliquait à Candide tous les discours de l'hôte, et Candide les
écoutait avec la même admiration et le même égarement que son ami Cacambo les rendait. «
Quel est donc ce pays, disaient-ils l'un et l'autre, inconnu à tout le reste de la terre, et où toute
la nature est d'une espèce si différente de la nôtre? C'est probablement le pays où tout va
bien : car il faut absolument qu'il y en ait un de cette espèce. Et, quoi qu'en dît maître
Pangloss, je me suis souvent aperçu que tout allait mal en Westphalie. »
CHAPITRE DIX-HUITIÈME : CE QU'ILS VIRENT DANS LE PAYS D'ELDORADO
Cacambo témoigna à son hôte toute sa curiosité ; l'hôte lui dit : « Je suis fort ignorant, et je
m'en trouve bien ; mais nous avons ici un vieillard retiré de la cour qui est le plus savant
homme du royaume, et le plus communicatif.» Aussitôt il mène Cacambo chez le vieillard.
Candide ne jouait plus que le second personnage, et accompagnait son valet. Ils entrèrent dans
une maison fort simple, car la porte n'était que d'argent, et les lambris des appartements
n'étaient que d'or, mais travaillés avec tant de goût que les plus riches lambris ne l'effaçaient
pas. L'antichambre n'était à la vérité incrustée que de rubis et d'émeraudes; mais l'ordre dans
lequel tout était arrangé réparait bien cette extrême simplicité.
Le vieillard reçut les deux étrangers sur un sofa matelassé de plumes de colibri, et leur fit
présenter des liqueurs dans des vases de diamant; après quoi il satisfit à leur curiosité en ces
termes :
« Je suis âgé de cent soixante et douze ans, et j'ai appris de feu mon père, écuyer du roi, les
étonnantes révolutions du Pérou dont il avait été témoin. Le royaume où nous sommes est
Page 15l'ancienne patrie des Incas, qui en sortirent très imprudemment pour aller subjuguer une partie
du monde et qui furent enfin détruits par les Espagnols. Les princes de leur famille qui
restèrent dans leur pays natal furent plus sages ; ils ordonnèrent, du consentement de la nation,
qu'aucun habitant ne sortirait jamais de notre petit royaume; et c'est ce qui nous a conservé
notre innocence et notre félicité. Les Espagnols ont eu une connaissance confuse de ce pays,
ils l'ont appelé El Dorado; et un Anglais, nommé le chevalier Raleigh, en a même approché il
y a environ cent années; mais, comme nous sommes entourés de rochers inabordables et de
précipices, nous avons toujours été jusqu'à présent à l'abri de la rapacité des nations de
l'Europe, qui ont une fureur inconcevable pour les cailloux et pour la fange de notre terre, et
qui, pour en avoir, nous tueraient tous jusqu'au dernier. »
La conversation fut longue ; elle roula sur la forme du gouvernement, sur les moeurs, sur les
femmes, sur les spectacles publics, sur les arts. Enfin Candide, qui avait toujours du goût pour
la métaphysique, fit demander par Cacambo si dans le pays il y avait une religion.
Le vieillard rougit un peu. « Comment donc ! dit-il, en pouvez-vous douter? Est-ce que vous
nous prenez pour des ingrats?» Cacambo demanda humblement quelle était la religion
d'Eldorado. Le vieillard rougit encore : «Est-ce qu'il peut y avoir deux religions? dit-il. Nous
avons, je crois, la religion de tout le monde ; nous adorons Dieu du soir jusqu'au matin. —
N'adorez-vous qu'un seul Dieu? dit Cacambo, qui servait toujours d'interprète aux doutes de
Candide. — Apparemment, dit le vieillard, qu'il n'y en a ni deux, ni trois, ni quatre. Je vous
avoue que les gens de votre monde font des questions bien singulières. » Candide ne se lassait
pas de faire interroger ce bon vieillard ; il voulut savoir comment on priait Dieu dans
l'Eldorado. « Nous ne le prions point, dit le bon et respectable sage; nous n'avons rien à lui
demander, il nous a donné tout ce qu'il nous faut; nous le remercions sans cesse. » Candide
eut la curiosité de voir des prêtres ; il fit demander où ils étaient. Le bon vieillard sourit. «
Mes amis, dit-il, nous sommes tous prêtres ; le roi et tous les chefs de famille chantent des
cantiques d'actions de grâces solennellement tous les matins, et cinq ou six mille musiciens
les accompagnent. — Quoi ! Vous n'avez point de moines qui enseignent, qui disputent, qui
gouvernent, qui cabalent, et qui font brûler les gens qui ne sont pas de leur avis ? — Il faudrait
que nous fussions fous, dit le vieillard; nous sommes nous sommes tous ici du même avis, et
nous n'entendons pas ce que vous voulez dire avec vos moines. » Candide à tous ces discours
demeurait en extase, et disait en lui-même : « Ceci est bien différent de la Westphalie et du
château de monsieur le baron : si notre ami Pangloss avait vu Eldorado, il n'aurait plus dit que
le château de Thunder-ten-tronckh était ce qu'il y avait de mieux sur la terre; il est certain qu'il
faut voyager. »
Après cette longue conversation, le bon vieillard fit atteler un carrosse à six moutons, et
donna douze de ses domestiques aux deux voyageurs pour les conduire à la cour. « Excusezmoi, leur dit-il, si mon âge me prive de l'honneur de vous accompagner. Le roi vous recevra
d'une manière dont vous ne serez pas mécontents, et vous pardonnerez sans doute aux usages
du pays, s'il y en a quelques-uns qui vous déplaisent. »
Candide et Cacambo montent en carrosse ; les six moutons volaient, et en moins de quatre
heures on arriva au palais du roi, situé à un bout de la capitale. Le portail était de deux cent
vingt pieds de haut, et de cent de large ; il est impossible d'exprimer quelle en était la matière.
On voit assez quelle supériorité prodigieuse elle devait avoir sur ces cailloux et sur ce sable
que nous nommons or et pierreries.
Vingt belles filles de la garde reçurent Candide et Cacambo à la descente du carrosse, les
conduisirent aux bains, les vêtirent de robes d'un tissu de duvet de colibri; après quoi les
grands officiers et les grandes officières de la couronne les menèrent à l'appartement de Sa
Majesté au milieu de deux files, chacune de mille musiciens, selon l'usage ordinaire. Quand
ils approchèrent de la salle du trône, Cacambo demanda à un grand officier comment il fallait
s'y prendre pour saluer Sa Majesté : si on se jetait à genoux ou ventre à terre; si on mettait les
Page 16mains sur la tête ou sur le derrière ; si on léchait la poussière de la salle; en un mot, quelle
était la cérémonie. «L'usage, dit le grand officier, est d'embrasser le roi et de le baiser des
deux côtés. » Candide et Cacambo sautèrent au cou de Sa Majesté, qui les reçut avec toute la
grâce imaginable, et qui les pria poliment à souper.
En attendant, on leur fit voir la ville, les édifices publics élevés jusqu'aux nues, les marchés
ornés de mille colonnes, les fontaines d'eau pure, les fontaines d'eau rose, celles de liqueurs de
canne de sucre qui coulaient continuellement dans de grandes places pavées d'une espèce de
pierreries qui répandaient une odeur semblable à celle du girofle et de la cannelle. Candide
demanda à voir la cour de justice, le parlement ; on lui dit qu'il n'y en avait point, et qu'on ne
plaidait jamais. Il s'informa s'il y avait des prisons, et on lui dit que non. Ce qui le surprit
davantage, et qui lui fit le plus de plaisir, ce fut le palais des sciences, dans lequel il vit une

 

 


galerie de deux mille pas, toute pleine d'instruments de mathématique et de physique.
Après avoir parcouru toute l'après-dînée à peu près la millième partie de la ville, on les
ramena chez le roi. Candide se mit à table entre Sa Majesté, son valet Cacambo, et plusieurs
dames. Jamais on ne fit meilleure chère, et jamais on n'eut plus d'esprit à souper qu'en eut Sa
Majesté. Cacambo expliquait les bons mots du roi à Candide, et quoique traduits, ils
paraissaient toujours des bons mots. De tout ce qui étonnait Candide, ce n'était pas ce qui
l'étonna le moins.
Ils passèrent un mois dans cet hospice. Candide ne cessait de dire à Cacambo : «I1 est vrai,
mon ami, encore une fois, que le château où je suis né ne vaut pas le pays où nous sommes ;
mais enfin mademoiselle Cunégonde n'y est pas, et vous avez sans doute quelque maîtresse en
Europe. Si nous restons ici, nous n'y serons que comme les autres ; au lieu que si nous
retournons dans notre monde, seulement avec douze moutons chargés de cailloux d'Eldorado,
nous serons plus riches que tous les rois ensemble, nous n'aurons plus d'inquisiteurs à
craindre, et nous pourrons aisément reprendre mademoiselle Cunégonde. »
Ce discours plut à Cacambo ; on aime tant à courir, à se faire valoir chez les siens, à faire
parade de ce qu'on a vu dans ses voyages, que les deux heureux résolurent de ne plus l'être, et
de demander leur congé à Sa Majesté.
« Vous faites une sottise, leur dit le roi, je sais bien que mon pays est peu de chose ; mais,
quand on est passablement quelque part, il faut y rester. Je n'ai pas assurément le droit de
retenir des étrangers; c'est une tyrannie qui n'est ni dans nos moeurs ni dans nos lois : tous les
hommes sont libres ; partez quand vous voudrez, mais la sortie est bien difficile. Il est
impossible de remonter la rivière rapide sur laquelle vous êtes arrivés par miracle, et qui court
sous des voûtes de rochers. Les montagnes qui entourent tout mon royaume ont dix mille
pieds de hauteur, et sont droites comme des murailles : elles occupent chacune en largeur un
espace de plus de dix lieues ; on ne peut en descendre que par des précipices. Cependant,
puisque vous voulez absolument partir, je vais donner ordre aux intendants des machines d'en
faire une qui puisse vous transporter commodément. Quand on vous aura conduits au revers
des montagnes, personne ne pourra vous accompagner : car mes sujets ont fait voeu de ne
jamais sortir de leur enceinte, et ils sont trop sages pour rompre leur voeu. Demandez-moi
d'ailleurs tout ce qu'il vous plaira. — Nous ne demandons à Votre Majesté, dit Cacambo, que
quelques moutons chargés de vivres, de cailloux, et de la boue du pays.» Le roi rit : «Je ne
conçois pas, dit-il, quel goût vos gens d'Europe ont pour notre boue jaune; mais emportez-en
tant que vous voudrez, et grand bien vous fasse. »
Il donna l'ordre sur-le-champ à ses ingénieurs de faire une machine pour guider ces deux
hommes extraordinaires hors du royaume. Trois mille bons physiciens y travaillèrent; elle fut
prête au bout de quinze jours, et ne coûta pas plus de vingt millions de livres sterling, monnaie
du pays. On mit sur la machine Candide et Cacambo ; il y avait deux grands moutons rouges
sellés et bridés pour leur servir de monture quand ils auraient franchi les montagnes, vingt
moutons de bât chargés de vivres, trente qui portaient des présents de ce que le pays a de plus
Page 17curieux, et cinquante chargés d'or, de pierreries et de diamants. Le roi embrassa tendrement
les deux vagabonds.
Ce fut un beau spectacle que leur départ, et la manière ingénieuse dont ils furent hissés, eux
et leurs moutons, au haut des montagnes. Les physiciens prirent congé d'eux après les avoir
mis en sûreté, et Candide n'eut plus d'autre désir et d'autre objet que d'aller présenter ses
moutons à mademoiselle Cunégonde. « Nous avons, dit-il, de quoi payer le gouverneur de
Buenos-Aires, si mademoiselle Cunégonde peut être mise à prix. Marchons vers la Cayenne,
embarquons-nous, et nous verrons ensuite quel royaume nous pourrons acheter. »
Page 18Annexe 3 : le mythe de l’âge d’or dans la littérature grecque et latine
site utile : http://www. gelahn.asso.fr/age55.html
voir aussi la conférence de Monique Mund-Dopchie, de l’université de Louvain, parue
dans la revue FEC, numéro 2 juillet-décembre 2001(folia_electronica@fltr.ucl.ac.be
Groupement de textes : à travailler en lecture cursive et lecture comparée, choisir
éventuellement 2 ou 3 textes seulement.
HESIODE (VIIIe-VIIe siècles av. J.-C.), Les Travaux et les jours, vv. 109-126.
D’or fut la race première des hommes de vie périssable,
race créée par les dieux immortels qui peuplent l’Olympe. 110
C’était au temps de Cronos, quand le ciel était son royaume,
lorsque les dieux menaient une vie préservée de souffrances,
loin à l’écart des malheurs et des peines ; jamais la vieillesse
âpre n’approchait ; les pieds et les bras toujours jeunes,
ils vivaient de festins, à l’abri de toute misère ; 115
ils mouraient comme s’ils s’endormaient. Et toutes richesses
leur revenaient : la terre qui donne la vie, d’elle-même,
leur tendait ses fruits abondants ; la joie et le calme
présidaient aux travaux des champs, à leurs grandes richesses -
riches en bétail, chéris des puissances divines ! 120
Mais cependant, quand le sol eut recouvert cette race,
Zeus l’immense voulut qu’ils devinssent des forces divines,
généreuses, terrestres, gardiennes des hommes qui meurent,
dieux gardant la justice, châtiant les travaux d’injustice,
tout drapés de brume, errant par toute la terre, 125
et dispensant la richesse : telle est leur charge royale.
Traduction de Philippe Brunet, Le Livre de poche, 1999.
LUCRECE ( Ie siècle avant J.-C.), De la nature des choses, V, vv. 925-944.
Le genre humain était alors beaucoup plus dur à la campagne qu’il n’est à présent : aussi la
terre dure l’avait-elle créé ; et comme il était bâti sur des os beaucoup plus grands et plus
solides que nous les avons aujourd’hui, aussi était-il assorti de nerfs et de muscles beaucoup
plus robustes, de sorte qu’il n’était pas facilement accablé par le chaud, ni transi par le froid,
ni offensé par la nouveauté des viandes, ni frappé de quelque maladie que ce soit. La vie des
hommes était longue, et ils passaient leurs jours à la façon des bêtes qui sont errantes de
toutes parts. Il n’y avait point alors de robuste conducteur de charrue aux timons recourbés, ni
quelqu’un qui sût avec le fer amenuiser les guérets, ni qui eût l’industrie d’enfouir en terre de
jeunes plantes, ou qui eût trouvé l’invention d’émonder les arbres. Ce que le Soleil et les
pluies avaient donné, ce que la Terre avait produit de son mouvement, suffisait pour assouvir
l’appétit. Les hommes se rassasiaient d’ordinaire parmi les chênes qui portent le gland, et les
pommes sauvages que tu vois maintenant en Hiver, quand elles se teignent d’une couleur de
pourpre venant en maturité, étaient alors bien plus grosses qu’elles ne sont à présent, et la
Terre les portait en bien plus grande quantité. La nouveauté florissante du monde donnait sans
peine plusieurs aliments qui venaient de leur bon gré pour les misérables mortels.
Traduction de Michel de Marolles, 1650.
VIRGILE ( Ie siècle avant J.-C.), Géorgiques, Livre I, vv. 125 - 159.
Page 19 Avant Jupiter, personne ne cultivait les champs. Il n’était pas même permis de partager ni de
limiter le sol. On recueillait en commun, et, sans être forcée, la terre prodiguait librement tout
d’elle-même. Ce fut Jupiter qui arma les noirs serpents de leur pernicieux venin, qui donna au
loup l’instinct de la rapine, souleva les mers, dépouilla de leur miel les feuilles des arbres,
nous déroba le feu, et arrêta les ruisseaux de vin qui couraient partout, afin que le génie de
l’homme inventât peu à peu tous les arts, tirât l’épi du sillon, et fît jaillir l’étincelle des veines
du caillou. Alors, pour la première fois, les barques flottèrent sur les ondes ; le nocher compta
les étoiles et distingua par leur nom les Pléiades, les Hyades et l’Ourse brillante, fille de
Lycaon. Alors on apprit à tendre des pièges aux bêtes sauvages, à tromper les oiseaux avec de
la glu, et à cerner avec une meute les vastes forêts. L’un jeta son épervier dans un large
fleuve ; l’autre traîna dans la mer ses humides filets. Alors on assouplit le fer et l’on entendit
grincer la scie ; car on n’avait d’abord que des coins pour fendre le bois. Alors naquirent les
arts. Tout céda au travail opiniâtre et à la pressante nécessité.
Ce fut Cérès qui, la première apprit aux hommes à labourer la terre, lorsque les arbouses et les
glands commencèrent à leur manquer dans les bois sacrés, et que Dodone leur refusa les
aliments. Bientôt le blé eut ses fléaux. La funeste nielle rongea le chaume ; le chardon inutile
hérissa les guérets ; les moissons périrent sous une forêt d’herbes épineuses, la bardane, le
tribule, et, au milieu des plus beaux champs, s’élevèrent la nuisible ivraie et l’avoine stérile.
Si votre herse ne tourmente pas constamment la terre, si un bruyant épouvantail n’écarte pas
les oiseaux, si votre faux n’élague pas un épais feuillage, si enfin vous ne demandez pas la
pluie au ciel, c’est en vain hélas ! que vous contemplerez les riches moissons d’autrui ; vous
serez réduit, pour assouvir votre faim, à secouer les chênes des forêts.
Traduction de Th. Cabaret-Dupaty, 1878.
OVIDE( Ie siècle avant J.-C.), , Les Métamorphoses, Livre I, vv. 89-150.
Les quatre âges
L'âge d'or commença. Alors les hommes gardaient volontairement la justice et suivaient la
vertu sans effort. Ils ne connaissaient ni la crainte, ni les supplices; des lois menaçantes
n'étaient point gravées sur des tables d'airain; on ne voyait pas des coupables tremblants
redouter les regards de leurs juges, et la sûreté commune être l'ouvrage des magistrats.
Les pins abattus sur les montagnes n'étaient pas encore descendus sur l’océan pour visiter des
plages inconnues. Les mortels ne connaissaient d'autres rivages que ceux qui les avaient vus
naître. Les cités n'étaient défendues ni par des fossés profonds ni par des remparts. On
ignorait et la trompette guerrière et l'airain courbé du clairon. On ne portait ni casque, ni épée;
et ce n'étaient pas les soldats et les armes qui assuraient le repos des nations.
[101] La terre, sans être sollicitée par le fer, ouvrait son sein, et, fertile sans culture, produisait
tout d'elle-même. L'homme, satisfait des aliments que la nature lui offrait sans effort, cueillait
les fruits de l'arbousier et du cornouiller, la fraise des montagnes, la mûre sauvage qui croît
sur la ronce épineuse, et le gland qui tombait de l'arbre de Jupiter. C'était alors le règne d'un
printemps éternel. Les doux zéphyrs, de leurs tièdes haleines, animaient les fleurs écloses sans
semence. La terre, sans le secours de la charrue, produisait d'elle-même d'abondantes
moissons. Dans les campagnes s'épanchaient des fontaines de lait, des fleuves de nectar; et de
l'écorce des chênes le miel distillait en bienfaisante rosée.
Lorsque Jupiter eut précipité Saturne dans le sombre Tartare, l'empire du monde lui appartint,
et alors commença l'âge d'argent, âge inférieur à celui qui l'avait précédé, mais préférable à
l'âge d'airain qui le suivit. Jupiter abrégea la durée de l'antique printemps; il en forma quatre
saisons qui partagèrent l'année : l'été, l'automne inégal, l'hiver, et le printemps actuellement si
court. Alors, pour la première fois, des chaleurs dévorantes embrasèrent les airs; les vents
Page 20formèrent la glace de l'onde condensée. On chercha des abris. Les maisons ne furent d'abord
que des antres, des arbrisseaux touffus et des cabanes de feuillages. Alors il fallut confier à de
longs sillons les semences de Cérès; alors les jeunes taureaux gémirent fatigués sous le joug.
[125] Aux deux premiers âges succéda l'âge d'airain. Les hommes, devenus féroces, ne
respiraient que la guerre; mais ils ne furent point encore tout à fait corrompus. L'âge de fer fut
le dernier. Tous les crimes se répandirent avec lui sur la terre. La pudeur, la vérité, la bonne
foi disparurent. À leur place dominèrent l'artifice, la trahison, la violence, et la coupable soif
de posséder. Le nautonier confia ses voiles à des vents qu'il ne connaissait pas encore; et les
arbres, qui avaient vieilli sur les montagnes, en descendirent pour flotter sur des mers
ignorées. La terre, auparavant commune aux hommes, ainsi que l'air et la lumière, fut
partagée, et le laboureur défiant traça de longues limites autour du champ qu'il cultivait. Les
hommes ne se bornèrent point à demander à la terre ses moissons et ses fruits, ils osèrent
pénétrer dans son sein; et les trésors qu'elle recelait, dans des antres voisins du Tartare, vinrent
aggraver tous leurs maux. Déjà sont dans leurs mains le fer, instrument du crime, et l'or, plus
pernicieux encore. La Discorde combat avec l'un et l'autre. Sa main ensanglantée agite et fait
retentir les armes homicides. Partout on vit de rapine. L'hospitalité n'offre plus un asile sacré.
Le beau-père redoute son gendre. L'union est rare entre les frères. L'époux menace les jours
de sa compagne; et celle-ci, les jours de son mari. Des marâtres cruelles mêlent et préparent
d'horribles poisons : le fils hâte les derniers jours de son père. La piété languit, méprisée; et
Astrée [= la Justice] quitte enfin cette terre souillée de sang, et que les dieux ont déjà
abandonnée.
Traduction de G. T. Villenave, 1806.
III. Annexe 4 : au choix l’un des deux GT
1. Groupement de textes sur le lieu utopique de l’île (textes des 16è, 17è et 18ème
siècles) : à travailler en lecture analytique et en lecture cursive
2. Groupement de textes sur les sociétés idéales (textes des 16è et 18è siècles) : à
travailler en lecture analytique et en lecture cursive
NB. On peut également décider de ne constituer qu’un groupement de textes en
choisissant 4 textes parmi les 2 groupements proposés
Groupement de textes 1 :
THOMAS MORE, L’Utopie, extrait du livre II, 1516
L’île a cinquante-quatre villes grandes et belles, identiques par la langue, les moeurs, les
institutions
et les lois. Elles sont toutes bâties sur le même plan et ont le même aspect, dans la mesure où
le site le
permet. La distance de l'une à l'autre est au minimum de vingt-quatre milles (1); elle n'est
jamais si grande qu'elle ne puisse être franchie en une journée ournée de marche.
Chaque ville envoie chaque année en Amaurote (2) trois vieillards ayant l'expérience des
affaires, afin de mettre les intérêts de l'île en délibération. Située comme à l'ombilic de l'île,
d'un accès facile pour tous les délégués, cette ville est considérée comme une capitale.
Les champs sont si bien répartis entre les cités que chacune a au moins douze milles de
terrain à cultiver tout autour d'elle et parfois davantage, si la distance est plus grande entre elle
et la voisine. Aucune ne cherche à étendre son territoire, car les habitants s'en considèrent
comme les fermiers plutôt que comme les propriétaires.
Ils ont à la campagne, au milieu des champs, des demeures bien situées en des lieux choisis,
Page 21équipées de tous les instruments aratoires. Les citadins y viennent habiter à tour de rôle. Un
ménage agricole se compose d'au moins quarante personnes, hommes et femmes, sans
compter deux serfs attachés à la glèbe. Un homme et une femme, gens sérieux et
expérimentés, servent de père ou de mère à tout ce monde. Trente ménages élisent un
phylarque (3). Dans chaque ménage, vingt personnes chaque année retournent en ville après
avoir passé deux ans à la campagne. Elles sont remplacées par autant de citadins. Ceux-ci sont
instruits par les colons installés depuis un an et déjà au courant des choses de la terre. Ils
serviront à leur tour d'instructeurs l'année suivante, car le ravitaillement ne doit pas souffrir de
l'inexpérience des nouveaux venus. Ce roulement a été érigé en règle pour n'obliger personne
à mener trop longtemps, contre son gré, une existence trop dure. Beaucoup cependant
demandent à rester davantage parce qu'ils aiment la vie des champs.
Traduit du latin par Marie Delcourt
Notes : 1. Mille : mesure itinéraire romaine valant mille pas (= 1481,5 m). 2. Amaurote :
capitale d'Utopie. 3. Phylarque : président d'une tribu en Grèce.
Pierre de RONSARD (1524-1585), Le second Livre des Poèmes.
Les Iles fortunées
A Marc-Antoine de Muret
Or sus, amis, puisque le vent commande
De démarrer, sus d'un bras vigoureux 75
Poussons la nef vers les champs bienheureux,
Au port heureux des îles bienheurées
Que l'Océan de ses eaux azurées,
Loin de l'Europe et loin de ses combats,
Pour nous, amis, emmure de ses bras. 80
Là, nous vivrons sans travail et sans peine...
Là, sans navrer comme ici notre aïeule
Du soc aigu, prodigue, toute seule
Fait hérisser en joyeuses forêts
Parmi les champs les présents de Cérès; 85
Là, sans tailler, la nourricière plante
Du bon Denys, d'une grimpure lente
S'entortillant, fait noircir ses raisins
De son bon gré sur les ormes voisins.
Là, sans mentir, les arbres se jaunissent 90
D'autant de fruits que leurs boutons fleurissent;
Et sans faillir, par la bonté du ciel,
Des chênes creux se distille le miel.
Par ses ruisseaux toujours le lait ondoie,
Et sur les bords toujours l'herbe verdoie
Sans qu'on la fauche, et toujours diaprés 95
De mille fleurs s'y peinturent les prés
Francs de la bise, et des roches hautaines
Toujours de lait gazouillent les fontaines.
Là, comme ici, l'avarice n'a pas
Borné les champs, ni d'un effort de bras 100
Avec grand bruit les pins on ne renverse
Pour aller voir d'une longue traverse
Quelque autre monde; ains jamais découverts
On ne les voit de leurs ombrages verts.
Par trop de chaud, ou par trop de froidure: 105
Jamais le loup, pour quêter sa pâture
Hurlant au soir, ne vient effaroucher
Page 22Le sûr bétail à l'heure de coucher...
Le vent poussé dedans les conques tortes
Ne bruit point là, ni les fières cohortes 110
De gens armés horriblement ne font
Leurs morions craquer dessus le front.
Là, les enfants n'enterrent point leurs pères,
Et là les soeurs ne lamentent leurs frères,
Et l'épousé ne s'adolore pas 115
De voir mourir sa femme entre ses bras...
Car leurs beaux ans entrecassés n'arrivent
A la vieillesse, ains d'âge en âge vivent
Par la bonté de la terre et des cieux
Jeunes et sains comme vivent les Dieux... 120
FENELON, Les Aventures de Télémaque (1699)
Télémaque, fils d'Ulysse, voyage à travers le monde antique, accompagné d'un ami de son père, le sage
Mentor. Ce dernier prodigue à Télémaque de ses connaissances et de ses conseils. Il présente ici le paradis
que serait la Crète.
Mentor nous dit qu'il avait été autrefois en Crète, et il nous expliqua ce qu'il en connaissait.
« Cette île – disait-il – admirée de tous les étrangers, et fameuse par ses cent villes, nourrit
sans peine ses habitants, quoiqu'ils soient innombrables. C'est que la terre ne se lasse jamais
de répandre ses biens sur ceux qui la cultivent; son sein fécond ne peut s'épuiser. Plus il y a
d'hommes dans un pays, pourvu qu'ils soient laborieux, plus ils jouissent de l'abondance. Ils
n'ont jamais besoin d’être jaloux les uns des autres: la terre, cette bonne mère, multiplie ses
dons selon le nombre de ses enfants qui méritent ses fruits par leur travail. L’ambition et
l'avarice des hommes sont les seules sources de leur malheur : les hommes veulent tout avoir,
et ils se rendent malheureux par le superflu; s'ils voulaient vivre simplement et se contenter
de satisfaire aux vrais besoins, on verrait partout l'abondance, la joie, la paix et l’union.
C'est ce que le plus sage et le meilleur de tous les rois avait compris. Tout ce que vous verrez
de plus merveilleux dans cette île est le fruit de ses lois. L'éducation qu'il faisait donner aux
enfants rend les corps sains et robustes : on les accoutume d'abord à une vie simple, frugale et
laborieuse; on suppose que toute volupté amollit le corps et l'esprit ; on ne leur propose jamais
d'autre plaisir que celui d'être invincibles par la vertu et d'acquérir beaucoup de gloire. On ne
met pas seulement ici le courage à mépriser la mort dans les dangers de la guerre, mais encore
à fouler aux pieds les trop grandes richesses et les plaisirs honteux. Ici on punit trois vices qui
sont impunis chez les autres peuples : l'ingratitude, la dissimulation et l'avarice.
Pour le faste et la mollesse, on n'a jamais besoin de les réprimer, car ils sont inconnus en
Crète. Tout le monde y travaille, et personne ne songe à s'y enrichir; chacun se croit assez
payé de son travail par une vie douce et réglée, où l'on jouit en paix et avec abondance de tout
ce qui est véritablement nécessaire à la vie. On n'y souffre ni meubles précieux, ni habits
magnifiques, ni festins délicieux, ni palais dorés. Les habits sont de laine fine et de belles
couleurs, mais tout unis et sans broderie. Les repas y sont sobres; on y boit peu de vin: le bon
pain en fait la principale partie, avec les fruits que les arbres offrent comme d'eux-mêmes, et
le lait des troupeaux. Tout au plus on y mange un peu de grosse viande sans ragoût; encore
même a-t-on soin de réserver ce qu'il y a de meilleur dans les grands troupeaux de bœufs pour
faire fleurir l'agriculture. Les maisons y sont propres, commodes, riantes, mais sans
ornements. La superbe architecture n'y est pas ignorée; mais elle est réservée aux temples des
dieux, et les hommes n'oseraient avoir des maisons semblables à celles des immortels. Les
grands biens des Crétois sont la santé, la force, le courage, la paix et l'union des familles, la
liberté de tous les citoyens, l'abondance des choses nécessaires, le mépris des superflues,
l’habitude du travail et l’horreur de l’oisiveté, l’émulation pour la vertu, la soumission aux
lois, et la crainte des justes dieux. »
Page 23DIDEROT, Supplément au voyage de Bougainville, 1772
Grand navigateur, Bougainville a raconté son voyage à Tahiti. Les libres des Tahitiens sont pour Diderot
l'occasion de réfléchir sur la colonisation. Le philosophe rédige un supplément fictif au Voyage de
Bougainville donne la parole à un vieillard qui se fait l'écho de son idéal de liberté.
C’est un vieillard qui parle. Il était père d'une famille nombreuse. A l'arrivée des Européens,
il laissa tomber des regards de dédain sur eux sans marquer ni étonnement, ni frayeur, ni
curiosité. Ils l'abordèrent ; il leur tourna le dos et se retira dans sa cabane. Son silence et son
souci ne décelaient que trop sa pensée : il gémissait en lui-même sur les beaux jours de son
pays éclipsés. Au départ de Bougainville, lorsque les habitants accouraient en foule sur le
rivage, s'attachaient à ses vêtements, serraient ses camarades entre leurs bras, et pleuraient, ce
vieil s'avança d'un air sévère, et dit :
« Pleurez, malheureux Tahitiens ! pleurez ; mais que ce soit de l'arrivée, et non du départ de
ces hommes ambitieux et méchants : un jour vous les connaîtrez mieux. Un jour, ils
reviendront, le morceau de bois (1) que vous voyez attaché à la ceinture de celui-ci, dans une
main, et le fer (2) qui pend au côté de celui-là, dans l'autre, vous enchaîner, vous égorger, ou
vous assujettir à leurs extravagances (3) et à leurs vices ; un jour, vous servirez sous eux, aussi
corrompus, aussi vils, aussi malheureux qu'eux. Mais je me console ; je touche à la fin de ma
carrière (4), et la calamité que je vous annonce, je ne la verrai point. Ô Tahitiens ! ô amis !
vous auriez un moyen d'échapper à un funeste avenir ; mais j’aimerais mieux mourir que de
vous en donner le conseil. Qu'ils s'éloignent, et qu'ils vivent. »
Puis s'adressant à Bougainville, il ajouta : « Et toi, chef des brigands qui t'obéissent, écarte
promptement ton vaisseau de notre rive : nous sommes innocents, nous sommes heureux ; et
tu ne peux que nuire notre bonheur. Nous suivons le pur instinct de la nature : et tu as tenté
d'effacer de nos âmes son caractère. Ici tout est à tous ; et tu nous prêché je ne sais quelle
distinction du tien et du mien. Nos filles nos femmes nous sont communes ; tu as partagé ce
privilège avec nous ; et tu es venu allumer en elles des fureurs inconnues. Elles sont devenues
folles dans tes bras ; tu es devenu féroce entre les leurs. Elles ont commencé à se haïr ; vous
vous êtes égorgés pour elles ; et elles nous sont revenues teintes de votre sang. Nous sommes
libres ; et voilà que tu as enfoui dans notre terre le titre de notre futur esclavage. Tu n'es ni un
dieu, ni un démon : qui es –tu donc, pour faire des esclaves ? Orou ! toi qui entends la langue
de ces hommes-là, dis-nous à tous, comme tu me l'as dit à moi ce qu'ils ont écrit sur cette
lame de métal : Ce pays est à nous. Ce pays est à toi ! et pourquoi ? parce que tu y as mis le
pied ? Si un Tahitien débarquait un jour sur vos côtes, et qu'il gravât sur une de vos pierres ou
sur l'écorce d'un de vos arbres : Ce pays appartient aux habitants de Tahiti, qu'en penseraistu ? Tu es le plus fort ! Et qu'est-ce que cela fait ? Lorsqu'on t'a enlevé une des méprisables
bagatelles (5), dont ton bâtiment est rempli, tu t'es récrié, tu t'es vengé ; et dans le même
instant tu as projeté au fond de ton coeur le vol de toute une contrée ! Tu n'es pas esclave : tu
souffrirais la mort plutôt que de l'être, et tu veux nous asservir ! Tu crois donc que le Tahitien
ne sait pas défendre sa liberté et mourir ? Celui dont tu veux t'emparer comme de la brute,
le Tahitien est ton frère. Vous êtes deux enfants de la nature ; quel droit as-tu sur lui qu'il n'ait
pas sur toi ? Tu es venu ; nous sommes-nous jetés sur ta personne ? avons-nous pillé ton
vaisseau ? t'avons-nous saisi et exposé aux flèches de nos ennemis ? t'avons-nous associé dans
nos champs au travail de nos animaux ? Nous avons respecté notre image en toi. Laisse-nous
nos moeurs ; elles sont plus sages et plus honnêtes que les tiennes ; nous ne voulons point
troquer ce que tu appelles notre ignorance, contre tes inutiles lumières. Tout ce qui nous est
nécessaire et bon, nous le possédons. Sommes-nous dignes de mépris, parce que nous n'avons
pas su nous faire des besoins superflus ? Lorsque nous avons faim, nous avons de quoi
manger ; lorsque nous avons froid, nous avons de quoi nous vêtir. Tu es entré dans nos
cabanes, qu'y manque-t-il, à ton avis ? Poursuis jusqu'où tu voudras ce que tu appelles
commodités de la vie ; mais permets à des êtres sensés de s'arrêter, lorsqu'ils n'auraient à
obtenir, de la continuité de leurs pénibles efforts, que des biens imaginaires. »
Page 24Notes : 1. crucifix 2. l'épée 3. Folies 4. vie, existence 5. objets sans valeur
Groupement de textes 2 :
THOMAS MORE, L’Utopie, extrait du livre II, 1516
Chacun est libre d'occuper à sa guise les heures comprises entre le travail sommeil et les
repas – non pour les gâcher dans les excès et la paresse, mais pour que tous, libérés de leur
métier, puissent s'adonner à quelque bonne occupation de leur choix. La plupart consacrent
ces heures de loisir à l'étude. Chaque jour en effet des leçons accessibles à tous ont lieu avant
le début du jour, obligatoires pour ceux-là seulement qui ont été personnellement destinés aux
lettres. Mais venus de toutes les professions, hommes et femmes y affluent librement, chacun
choisissant la branche d'enseignement qui convient le mieux à sa forme d'esprit. Si quelqu'un
préfère consacrer ces heures libres, de surcroît, à son métier, comme c'est le cas pour
beaucoup d'hommes qui ne sont tentés par aucune science, par aucune spéculation, on ne l'en
détourne pas. Bien au contraire, on le félicite de son zèle à servir l'État.
Après le repas du soir, on passe une heure à jouer, l'été dans les jardins, 1’hiver
dans les salles communes qui servent aussi de réfectoire ; on y fait de la musique, on se
distrait en causant. Les Utopiens ignorent complètement les dés et tous les jeux de ce genre,
absurdes et dangereux. Mais ils pratiquent des divertissements qui ne sont pas sans ressembler
avec les échecs. L'un est une bataille de nombres où la somme la plus élevée est victorieuse ;
dans l'autre, vices et les vertus s'affrontent en ordre de bataille. [ ... ]
RABELAIS, Gargantua, extrait du ch. 57, 1534
Gargantua fait construire une abbaye idéale, Thélème, pour remercier Frère Jean des
Entommeures d’avoir contribué à repousser Picrochole et son armée.
Toute leur vie était régie non par des lois, des statuts ou des règles, mais selon leur volonté
ou leur libre arbitre. Ils sortaient du lit quand bon leur semblait, buvaient, mangeaient,
travaillaient, dormaient quand le désir leur en venait. Nul ne les éveillait, nul ne les obligeait à
boire ni à manger, ni à faire quoi que ce soit. Ainsi avait décidé Gargantua. En leur règlement,
il n'y avait que cette clause (1):
FAIS CE QUE VOUDRAS (2)
parce que les gens libres, bien nés, bien éduqués, conversant en bonne société, ont
naturellement un instinct, un aiguillon qu'ils appellent honneur et qui les pousse toujours à
agir vertueusement et les éloigne du vice. Quand ils sont affaiblis et asservis par une vile
soumission ou une contrainte, ils utilisent ce noble penchant, qui les poussait vers la vertu,
pour se libérer et s'affranchir du joug de la servitude, car nous entreprenons toujours ce qui est
défendu, et convoitons ce qui nous est refusé.
Grâce à cette liberté, ils entrèrent en rivalité pour faire tous ce qu'ils voyaient plaire à un
seul
Si l'un ou l'une d'entre eux disait : « Buvons » tous buvaient ; s'il disait « Jouons », tous
jouaient ; s'il disait « Allons nous ébattre aux champs », tous y allaient. Si c'était pour la
chasse au vol ou à courre, les dames montées sur de belles haquenées (3), avec leur fier
palefroi (4), portaient chacune sur leur poing finement ganté un épervier, un lanier (5), un
émerillon (6) ; les hommes portaient les autres oiseaux.
Ils étaient si bien éduqués qu'il n'y avait aucun ou aucune parmi eux qui ne sût lire, écrire,
chanter, jouer d'instruments harmonieux, parler cinq ou six langues, et s'en servir pour
composer en vers comme en prose. Jamais on ne vit des chevaliers si preux, si nobles, si
adroits à pied et à cheval, vigoureux, si vifs, et maniant si bien toutes les armes, que ceux qui
Page 25se trouvaient là. Jamais on ne vit des dames si élégantes, si mignonnes, moins désagréables,
plus habiles de leurs mains à tirer l'aiguille et à toute activité digne d'une femme noble et libre
que celles qui étaient là.
Pour ces raisons, quand le temps était venu pour l'un des membres de quitter cette abbaye,
soit à la demande de ses parents, soit pour d'autres causes, il emmenait avec lui une des
dames, celle qui l'avait choisi pour chevalier servant, et ils se mariaient. Et s'ils avaient bien
vécu à Thélème dans le dévouement et l'amitié, ils le faisaient encore mieux dans le mariage ;
ils s’aimaient autant à la fin de leurs jours qu'au premier de leurs noces.
Notes : 1. Clause : article d'un contrat que l'on s'engage à respecter. 2. La devise de
Thélème découle du nom de cette abbaye d'un nouveau genre, qui signifie en grec «
vouloir ». 3. Haquenée : jument facile à monter. 4. Palefroi : cheval de promenade,
richement harnaché. 5. Lanier: faucon mâle dressé. 6. Émerillon : petit faucon.
CAMPANELLA Tommaso, La Cité du Soleil (1602)
La Cité du Soleil est une cité utopique, inspirée en partie par l'ouvrage de More et par ceux
de Platon. Campanella imagine une cité protégée par sept enceintes fortifiées et placée sous
l'autorité de trois princes : Sagesse, Puissance et Amour, eux-mêmes aux ordres d'un
Prêtre, chef suprême de tout le système, le Soleil.
Les Solariens attachent en général peu d'importance aux choses matérielles et s'en inquiètent
à peine, car chacun reçoit tout ce qui lui est nécessaire, et le superflu ne lui est donné qu'à titre
de récompenses honorifiques, ces récompenses se distribuant dans les grandes solennités où
l'on offre aux héros ainsi qu'aux héroïnes, soit de belles couronnes, soit des vêtements
somptueux, soit des mets plus exquis. Bien qu'ils portent des vêtements blancs le jour et dans
la cité, pour sortir de la ville et pendant la nuit ils en portent de rouges, soit en laine, soit en
soie. Ils détestent le noir, comme étant un symbole d'abjection, et c'est pour cela qu'ils
méprisent les Japonais, qui aiment les couleurs sombres. Ils regardent l'orgueil comme le vice
le plus exécrable, et toute action orgueilleuse est punie par une très grande humiliation. Aussi,
ils ne croient pas s'abaisser en servant la communauté, soit à table, soit dans les cuisines, soit
encore en prodiguant leurs soins aux malades. Ils disent qu'il n'est pas plus honteux de
marcher avec les pieds, que de voir avec les yeux et de parler avec la bouche. C'est pourquoi
tous remplissent les ordres qu'on leur donne, quels qu'ils soient, en en regardant toujours
l'accomplissement comme honorable. Ils n'ont pas de ces serviteurs payés qui corrompent les
moeurs, car ils se suffisent à eux-mêmes.
Hélas ! il n'en est pas de même chez nous. On compte soixante-dix mille âmes à Naples, et
c'est à peine s'il y a dix ou quinze mille travailleurs dans ce nombre. Aussi, ceux-là s'épuisent
et se tuent par un travail au-dessus de leurs forces. Les oisifs se perdent par la paresse,
l'avarice, les maladies, le libertinage, etc. Ils pervertissent les autres, en les retenant à leur
service, parce qu'ils sont pauvres et faibles, et ils leur communiquent leurs propres vices. De
là vient que le service public se fait mal, qu'il n'y a pas de fonctions utiles bien dirigées, que
l'agriculture, la guerre et les arts sont délaissés par la plupart des citoyens, et que ceux qui s'en
occupent le font avec dégoût.
Dans la cité du Soleil, au contraire, les magistratures, les arts, les travaux et les charges étant
également distribués, chacun ne travaille pas plus de quatre heures par jour. Le reste du temps
est employé à étudier agréablement, à discuter, à lire, à faire et à entendre des récits, à écrire, à
se promener, à exercer enfin le corps et l'esprit, tout cela avec plaisir. Les jeux sédentaires, tels
que les cartes, les échecs, etc., sont défendus. Les Solariens jouent à la paume, au sabot, ils
luttent, lancent des flèches et des javelots et tirent de l'arquebuse. La pauvreté, disent-ils,
engendre la bassesse, l'astuce, le dol, le vol, les trahisons, le faux témoignage, le vagabondage
et la mendicité ; mais la richesse produit aussi l'insolence, l'orgueil, l'ignorance, la
présomption, la tromperie, la vanterie, l'égoïsme et la grossièreté. Grâce à la communauté, les
Page 26hommes ne sont ni riches ni pauvres. Ils sont riches, parce qu'ils possèdent en commun,
pauvres, parce qu'ils n'ont rien en propre. Ils se servent des choses, mais ne les servent pas.
C'est ce qu'ils admirent dans les religieux de la chrétienté, et encore plus dans la vie des
apôtres.
FENELON, Les Aventures de Télémaque, livre VII, 1699
Adoam, un habitant de Tyr, décrit à Télémaque les merveilles de la Bétique. L'évocation
cette société idéale contient une critique implicite de la monarchie absolue.
Ce pays semble avoir conservé les délices de l'âge d'or. Les hivers y sont tièdes, et les
rigoureux aquilons n'y soufflent jamais. L’ardeur de l'été y est toujours tempérée par des
zéphyrs rafraîchissants, qui viennent adoucir l'air vers le milieu du jour. Ainsi toute l'année
n'est qu’un heureux hymen du printemps et de l'automne, qui semblent se donner la main. La
terre, dans les vallons et les campagnes unies, y porte chaque année une double moisson. Les
chemins y sont bordés de lauriers, de grenadiers, de jasmins et d'autres arbres toujours verts et
toujours fleuris. Les montagnes sont couvertes de troupeaux, qui fournissent des laines fines
recherchées de toutes les nations connues. Il y a plusieurs mines d'or et d'argent dans ce beau
pays; mais les habitants, simples et heureux dans leur simplicité, ne daignent pas seulement
compter l'or et l'argent parmi leurs richesses: ils n’estiment que ce qui sert véritablement aux
besoins de l'homme.
[ ... ] Ils ont horreur de notre politesse; et il faut avouer que la leur est grande dans leur
aimable simplicité. Ils vivent tous ensemble sans partager les terres; chaque famille est
gouvernée par son chef, qui en est le véritable roi. Le père de famille est en droit de punir
chacun de ses enfants ou petits-enfants qui fait une mauvaise action ;mais avant que de le
punir, il prend les avis du reste de la famille. Ces punitions n’arrivent presque jamais ; car
l’innocence des mœurs, la bonne foi, l’obéissance et l’horreur du vice habitent cette heureuse
terre. Il semble qu’Astrée, qu’on dit qui est retirée dans le ciel, est encore ici-bas cachée parmi
ces hommes. Il ne faut point de juges parmi eux, car leur propre conscience les juge. Tous les
biens sont communs : les fruits des arbres, les légumes de la terre, le lait des troupeaux sont
des richesses si abondantes, que des peuples si sobres et si modérés n’ont pas besoin de les
partager. Chaque famille, errante dans ce beau pays transporte ses tentes d'un lieu à un autre,
quand elle a consumé les fruits et épuisé les pâturages de l'endroit où elle s'était mise. Ainsi,
ils n'ont point d'intérêts à soutenir les uns contre les autres, et ils s'aiment tous d'une amour
fraternelle que rien ne trouble. C'est le retranchement des vaines richesses et des plaisirs
trompeurs qui leur conserve cette paix, cette union et cette liberté. Ils sont tous libres et tous
égaux. On ne voit parmi eux aucune distinction que celle qui vient de l'expérience des sages
vieillards ou de la sagesse extraordinaire de quelques jeunes hommes qui égalent les vieillards
consommés en vertu. La fraude, la violence, le parjure, les procès, les guerres ne font jamais
entendre leur voix cruelle et empestée dans ce pays chéri des dieux. Jamais le sang humain n'a
rougi cette terre; à peine y voit-on couler celui des agneaux. Quand on parle à ces peuples de
batailles sanglantes, des rapides conquêtes, des renversements d'Etats qu'on voit dans les
autres nations, ils ne peuvent assez s'étonner. "Quoi! disent-ils, les hommes ne sont-ils pas
assez mortels, sans se donner encore les uns aux autres une mort précipitée? La vie est si
courte ! Et il semble qu'elle leur paraisse trop longue ! Sont-ils sur la terre pour se déchirer les
uns les autres et pour se rendre mutuellement malheureux?"

Page 29
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 09/06/2013, 22h53   #12
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

LA VIOLENCE EN MILIEU SCOLAIRE

La violence la plus importante en milieu scolaire n’est pas forcément celle que l’on croit. S'il existe véritablement un problème de violence dans les établissements scolaires, il ne correspond pas au stéréotype de la délinquance des jeunes. En se référant aux médias, on a le sentiment que les agressions avec violence sont en recrudescence dans les écoles. Or, ce qui fait le plus de victimes au quotidien, tant chez les professeurs que chez les élèves, relève le plus souvent d’ « actes de violence mineurs ».

Qu’entend-on par violences scolaires ?

La plupart du temps, lorsqu’on évoque le phénomène de la violence scolaire, il nous vient à l’esprit l’image d’un élève agressant son professeur. Le lien se fait presque automatiquement entre violence des jeunes et délinquance juvénile. Or, les agressions physiques ne constituent qu’un très faible pourcentage des violences commises dans l’enceinte des écoles. Ce qui cause bien plus de tort, tant aux élèves qu’aux professeurs, ce sont les actes de vandalisme, les insultes, les rumeurs malveillantes, l’absentéisme, les moqueries, … Ces faits « mineurs » sont souvent source d’angoisse pour la personne qui en est victime. Et s’ils sont répétés régulièrement, cela peut avoir des conséquences désastreuses sur le moral d’un individu mais aussi sur la vie de l’école car ils augmentent le sentiment d’insécurité et favorisent un climat négatif.

 

 



Qui sont les victimes ?

Les professeurs ne sont pas les seules victimes de ces actes de violence. De même que les bourreaux ne sont pas toujours les élèves. La violence en milieu scolaire se déploie selon différents axes : des élèves vers les professeurs, entre les élèves eux-mêmes, entres les professeurs mais également de l’institution scolaire vers les élèves.

Ce qui blesse le plus les professeurs, ce n’est pas tant les coups que l’indiscipline, l’absentéisme et le bruit dans la classe. Car ceux-ci sont perçus par les enseignants comme un véritable manque d’intérêt pour leur cours et remet en cause leur façon de travailler. Il arrive également que l’agressivité provienne des membres de l’équipe éducative eux-mêmes. C’est le cas, par exemple, des rumeurs malveillantes qui circulent sur un professeur et qui ne sont pas toujours répandues par les élèves…

Chez les élèves

La violence entre les élèves est un phénomène courant. Elle se manifeste par des insultes, des moqueries, de l’exclusion, des menaces ou encore des rumeurs. Perceptible, cette violence peut aussi être combattue. Notamment par la mise en place d’un lieu d’écoute et d’échange, qui offre à chacun la possibilité de s’exprimer sur ce qu’il vit en toute confiance.

Une violence symbolique

La violence de l’institution à l’encontre des élèves est plus difficile à déceler. Celle-ci est généralement produite de façon inconsciente. Il s’agit, en effet, de l’ensemble des règles et des normes fixées par l’institution pour que les élèves entrent dans le jeu scolaire : arriver à l’heure, être attentif, participer aux activités de l’école, rendre ses travaux à temps, réussir ses examens, ne pas garder sa casquette en classe, etc. Pour certains jeunes, ces normes sont parfois difficiles à respecter et ils les ressentent comme une véritable violence. Les réponses qu’ils leur opposent (indiscipline, absentéisme) sont elles aussi perçues par les professeurs comme des actes de violence.


----------

prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 09/06/2013, 22h58   #13
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

POURQUOI LA VIOLENCE SE DÉCLENCHE-T-ELLE ?

La violence est un phénomène complexe. Pendant longtemps, les scientifiques se sont demandés si l’homme était violent par nature. Aujourd’hui, on sait que la violence n’est pas inscrite dans les gènes et dépend de l’environnement, de l’éducation et de nombreux autres paramètres.

Les facteurs de risque

Les facteurs de risque sont des éléments ne déclenchant pas systématiquement la violence, mais pouvant augmenter le risque de déclenchement. C’est généralement l’accumulation de plusieurs facteurs qui favorise cette violence.

La famille
Premier lieu d’apprentissage des relations affectives, la famille est importante pour aider l’enfant à se construire. Or, être témoin (ou victime) de bagarres, disputes, consommation de substances toxiques (alcool, drogues,..) menant à l’agressivité peut faciliter le recours à la violence chez l’enfant. De même, un manque d’attention, de dialogue ou l’absence d’un parent augmente les risques de violence.

L’école
Après la famille, l’école est le second lieu d’apprentissage des relations sociales. Au niveau individuel, la multiplication des échecs scolaires comme l’exclusion par ses camarades (être le « bouc-émissaire » de la classe) peuvent impliquer un plus grand recours à la violence. Au niveau de la relation enseignant-élève, le sentiment d’injustice, une discipline trop souple ou trop laxiste ou encore l’utilisation de termes vexatoires peuvent aussi développer des réactions agressives.

La société
Nos sociétés, même si elles se sont pacifiées, connaissent différentes tendances pouvant engendrer une certaine violence. Tout d’abord, le manque de repères et de certitudes est pointé du doigt dans la mesure où l’adolescent n’obtient pas de message clair et n’a pas toujours un groupe précis auquel s’identifier. Certains peuvent alors recourir à la violence pour s’exprimer et le font souvent en bande, afin de re-créer un sentiment d’appartenance communautaire. C’est pourquoi la violence se développe surtout en milieu urbain et dans les quartiers défavorisés. On évoque aussi parfois la société de consommation qui, en fabriquant des normes vestimentaires, musicales, etc., peut parfois susciter des frustrations et du stress quand celles-ci ne peuvent pas être acquises.

Ce sont donc les inégalités et le sentiment d’injustice qui constituent la source de la violence. Les médias et les jeux vidéo semblent accentuer cette tendance, en banalisant la violence « virtuelle ». Mais cette influence est toutefois difficile à démontrer car elle agit dans différentes directions. En effet, si la violence virtuelle peut devenir, pour des spectateurs assidus, un moyen normal et efficace de gérer un conflit, tout dépend de la présence des parents et de leurs explications pour aider l’enfant à distinguer la fiction de la réalité.

Les facteurs déclencheurs

Au niveau individuel, la violence est souvent provoquée par un besoin non assouvi, c’est-à-dire non satisfait. Selon plusieurs psychologues, l’homme agirait en fonction de différents besoins : physiologiques bien sûr (boire, manger, dormir,..), mais aussi sociaux (amour, affection, appartenir à un groupe, justice, ...) et personnels : besoin de sécurité (paix, stabilité, équilibre), d’estime (être reconnu, respecté) et de réalisation (s’épanouir, mettre à profit ses talents,..).

Dans certains cas, une personne qui ne parvient pas à satisfaire l’un de ces besoins peut se sentir frustrée et ressentir une souffrance, une détresse ou un manque la poussant à se mettre en colère contre autrui, parce qu’il le rend responsable de son état.

Si cette colère n’est pas exprimée ni communiquée à l’autre, un sentiment d’hostilité peut apparaître, engendrant des intentions malveillantes avec l’espoir que l’autre regrette, s’excuse et répare le mal causé.

Si la personne n’arrive alors pas à évaluer les conséquences de ses actes et n’a pas peur de la loi ou de l’interdit, elle peut passer à l’acte en se disant « il m’a fait du mal, j’ai le droit de riposter ».

Enfin, vu que l’acte commis sera probablement sanctionné, la personne se retrouve enfermée dans un processus négatif, sans comprendre le fait d’avoir été puni alors que son besoin n’est toujours pas satisfait.

 

 



Pour ne pas entrer dans ce cercle vicieux, il est essentiel de comprendre ses propres sentiments, de réfléchir à la façon de les transformer de manière positive, et surtout de chercher à les exprimer par la parole afin d’éviter de faire naître des rancoeurs ou des frustrations.


http://www.espace-citoyen.be/article...lenche-t-elle/
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 03/09/2013, 22h07   #14
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 20/11/2013, 22h47   #15
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

PRODUCTION ECRITE
Compétence:
• communiquer à partir/ autour d'une œuvre intégrale
Capacités:
• Discuter d'un fait d'actualité.
• Énoncer une thèse et la défendre par des arguments.
• Respecter la structure d'un texte argumentatif.
Sujet:
L'esclavage a été aboli aux 20ème siècles par les Nations unies. Pensez-vous que l'esclavage a réellement disparu, ou se cache t-il encore sous d'autres formes?
Rédigez un texte argumentatif, dans lequel vous exprimez votre point-de-vue, en présentant votre thèse, appuyée par des arguments et illustrée par des exemples.
I. Préparation
• Quel est le thème que l'on va aborder dans notre texte? (l'esclavage)
• Quels sont les mots que nous devons expliquer pour bien comprendre notre sujet? (l'esclavage, abolir)
• Abolir: Annuler une loi, une coutume, etc., les supprimer: Abolir la peine de mort.
Donc notre question sera: Si l'esclavage comme loi a été supprimé, est-ce qu'il a été annulé comme coutume?
• Esclavage: Fait pour un groupe social d'être soumis à un régime économique et politique qui le prive de toute liberté, le contraint à travailler péniblement sans autre contrepartie que le logement et la nourriture.
Sur quels mots faut-il insister pour déduire qu'est-ce l'esclavage?
(Soumis, pas de liberté, travail, pas de contrepartie)
--Donc l'esclavage est un travail forcé sans contrepartie.
• Quels sont donc les formes de travaux forcés que vous connaissez?
Le travail des enfants, la servitude pour dettes, la vente d'enfants et la traite de femmes et de filles à des fins de prostitution
• Quel type de texte allons-nous rédiger?
• Quel est la structure (le plan) du texte que nous allons rédiger?
Introduction
o approcher le sujet:
o La thèse:
Développement
o Argument 1 Première forme de l'esclavage exemples
o Argument 2 Deuxième forme Exemple
o Argument 3.....
Conclusion
o synthèse: résumé de ce que nous avons déjà abordé
o Ouverture: Appel à combattre ces nouvelles formes
II. Application
Quelles sont les types d'approches de sujet que nous pourrons utiliser?
• Introduction 1: La plupart des gens pensent que l'esclavage a disparu avec la déclaration universelle des droits de l'homme. Or ce n'est plus le cas; L'esclavage existe encore aujourd'hui sous de multiples formes.
• Introduction 2: Malgré son abolition par les Nations Unies, l'esclavage continue son ravage parmi les populations les plus démunies. Le travail des enfants, l'endettement, la prostitution, autant de formes d'asservissement de l'être humain.

 

 


Dans le développement, on peut traiter deux formes pour montrer que c'est vraiment de l'esclavage.
Développement:
L'esclavage n'a pas totalement disparu du monde;
Le travail des enfants constitue une vraie forme d’esclavage, puisque ces pauvres enfants sont obligés de travailler durement au-dela de leur capacité physique, alors que c'est le père qui touche l'argent. De plus, cet argent est incomparable avec le travail ardu que réalisent ces enfants sans aucune garantie de leur sécurité. A cet effet, l'on peut citer les petites filles qui font les tâches ménagères et subissent
Quant à la prostitution des filles, il va sans dire qu'elles sont victimes des réseaux mafieux en Europe, elles sont vendues et transportées vers d'autres pays où ce commerce fleurit. Elles sont obligées de vendre leur corps, et si elles refusent, elles risquent leurs vies. Plusieurs filles de l'Europe de l'Est, cherchant du travail à l'union européenne finissent dans des maisons de prostitution
Conclusion:
L'asservissement et la maltraitance de tout être humain est une injustice qu'il faut dénoncer et combattre; Pour cela, il faut garantir à tout un chacun un minimum de vie décente.
El Adlouni El arbi
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 04/01/2014, 17h22   #16
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

CANDIDE, OU L’OPTIMISME.

___________


SOMMAIRE




Chapitre I Comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment il fut chassé d’icelui.



Chapitre II Ce que devint Candide parmi les Bulgares



Chapitre III Comment Candide se sauva d’entre les Bulgares, et ce qu’il devint.



Chapitre IV Comment Candide rencontra son ancien maître de philosophie, le docteur Pangloss, et ce qu’il en advint.



Chapitre V Tempête, naufrage, tremblement de terre, et ce qui advint du docteur Pangloss, de Candide, et de l’anabaptiste Jacques.



Chapitre VI Comment on fit un bel auto-da-fé pour empêcher les tremblements de terre, et comment Candide fut fessé.



Chapitre VII Comment une vieille prit soin de Candide, et comment il retrouva ce qu’il aimait.



Chapitre VIII Histoire de Cunégonde.



Chapitre IX Ce qui advint de Cunégonde, de Candide, du Grand inquisiteur, et d’un Juif.



Chapitre X Dans quelle détresse Candide, Cunégonde, et la vieille, arrivent à Cadix, et leur embarquement.



Chapitre XI Histoire de la vieille.





Chapitre XII Suite des malheurs de la vieille.



Chapitre XIII Comment Candide fut obligé de se séparer de la belle Cunégonde et de la vieille.



Chapitre XIV Comment Candide et Cacambo furent reçus chez les jésuites du Paraguay.



Chapitre XV Comment Candide tua le frère de sa chère Cunégonde.



Chapitre XVI Ce qui advint aux deux voyageurs avec deux filles, deux singes, et les sauvages nommés Oreillons.



Chapitre XVII Arrivée de Candide et de son valet au pays d’Eldorado, et ce qu’ils y virent.

 

 





Chapitre XVIII Ce qu’ils virent dans le pays d’Eldorado.



Chapitre XIX Ce qui leur arriva à Surinam, et comment Candide fit connaissance avec Martin.



Chapitre XX Ce qui arriva sur mer à Candide et à Martin.



Chapitre XXI Candide et Martin approchent des côtes de France et raisonnent.



Chapitre XXII Ce qui arriva en France à Candide et à Martin.



Chapitre XXIII Candide et Martin vont sur les côtes d’Angleterre ; ce qu’ils y voient.



Chapitre XXIV De Paquette et de frère Giroflée.


Chapitre XXV Visite chez le seigneur Pococurante, noble vénitien.



Chapitre XXVI D’un souper que Candide et Martin firent avec six étrangers et qui ils étaient.



Chapitre XXVII Voyage de Candide à Constantinople.



Chapitre XXVIII Ce qui arriva à Candide, à Cunégonde, à Pangloss, à Martin, etc.



Chapitre XXIX Comment Candide retrouva Cunégonde et la vieille.



Chapitre XXX Conclusion.
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 04/01/2014, 17h22   #17
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

CANDIDE, OU L’OPTIMISME.

 

 



___________


SOMMAIRE




Chapitre I Comment Candide fut élevé dans un beau château, et comment il fut chassé d’icelui.



Chapitre II Ce que devint Candide parmi les Bulgares



Chapitre III Comment Candide se sauva d’entre les Bulgares, et ce qu’il devint.



Chapitre IV Comment Candide rencontra son ancien maître de philosophie, le docteur Pangloss, et ce qu’il en advint.



Chapitre V Tempête, naufrage, tremblement de terre, et ce qui advint du docteur Pangloss, de Candide, et de l’anabaptiste Jacques.



Chapitre VI Comment on fit un bel auto-da-fé pour empêcher les tremblements de terre, et comment Candide fut fessé.



Chapitre VII Comment une vieille prit soin de Candide, et comment il retrouva ce qu’il aimait.



Chapitre VIII Histoire de Cunégonde.



Chapitre IX Ce qui advint de Cunégonde, de Candide, du Grand inquisiteur, et d’un Juif.



Chapitre X Dans quelle détresse Candide, Cunégonde, et la vieille, arrivent à Cadix, et leur embarquement.



Chapitre XI Histoire de la vieille.





Chapitre XII Suite des malheurs de la vieille.



Chapitre XIII Comment Candide fut obligé de se séparer de la belle Cunégonde et de la vieille.



Chapitre XIV Comment Candide et Cacambo furent reçus chez les jésuites du Paraguay.



Chapitre XV Comment Candide tua le frère de sa chère Cunégonde.



Chapitre XVI Ce qui advint aux deux voyageurs avec deux filles, deux singes, et les sauvages nommés Oreillons.



Chapitre XVII Arrivée de Candide et de son valet au pays d’Eldorado, et ce qu’ils y virent.



Chapitre XVIII Ce qu’ils virent dans le pays d’Eldorado.



Chapitre XIX Ce qui leur arriva à Surinam, et comment Candide fit connaissance avec Martin.



Chapitre XX Ce qui arriva sur mer à Candide et à Martin.



Chapitre XXI Candide et Martin approchent des côtes de France et raisonnent.



Chapitre XXII Ce qui arriva en France à Candide et à Martin.



Chapitre XXIII Candide et Martin vont sur les côtes d’Angleterre ; ce qu’ils y voient.



Chapitre XXIV De Paquette et de frère Giroflée.


Chapitre XXV Visite chez le seigneur Pococurante, noble vénitien.



Chapitre XXVI D’un souper que Candide et Martin firent avec six étrangers et qui ils étaient.



Chapitre XXVII Voyage de Candide à Constantinople.



Chapitre XXVIII Ce qui arriva à Candide, à Cunégonde, à Pangloss, à Martin, etc.



Chapitre XXIX Comment Candide retrouva Cunégonde et la vieille.



Chapitre XXX Conclusion.
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


Entrer votre adresse email ICI pour recevoir les nouveautés:

 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 23h17.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc