Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > 2ème année > Candide
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 21/10/2016, 19h22
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut Approche numerique de "candide"

 

 

 

 


APPROCHE NUMERIQUE DE "CANDIDE"

Cliquer ici:




http://jmadoux.e-monsite.com/pages/a...e-candide.html

 

 

Répondre en citant
Liens Sponsorisés
Ancien 21/10/2016, 19h34   #2
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

Le Conte Philosophique

Dans son Histoire de la littérature française au XVIIIème siècle, Béatrice Didier affirme :

« Dans les formes de récits courts, le conte est le genre qui connaît une grande extension. Par contraste avec la nouvelle qui prétend être « véritable », il opère dans le domaine de la fantaisie, dans le rêve d’un ailleurs, qui prend surtout la forme du merveilleux et de l’exotisme. Car dans cette période le conte se charge de plus en plus volontiers d’un message philosophique. »

Au XVIIIème siècle, apparaît une nouvelle forme de récits courts : le conte. Les auteurs de ces contes sont des philosophes comme Voltaire, Montesquieu ou Diderot. Ces contes sont utilisés pour leur forme plaisante. Le conte, grâce au merveilleux, entraîne ses lecteurs dans l’exotisme. Il comporte aussi un message philosophique. Mais il y a aussi des dangers en utilisant la forme du conte pour transmettre un message philosophique.

L’un des nombreux thèmes du conte philosophique est le voyage. En effet, le siècle des

Lumières invite au voyage. Les récits de ces contes se déroulent toujours à l’étranger. Dans le « Supplément au voyage de Bougainville », l’histoire se passe à Tahiti. L’exotisme est très présent dans les contes. Les îles font rêver les lecteurs. Dans le cas de Candide, l’histoire se déroule dans plusieurs pays : la Westphalie, le Surinam, El Dorado… Le lecteur est transporté dans ces lieux en même temps que le personnage.

Un autre aspect du conte philosophique est la fantaisie qui attire les lecteurs. Les péripéties du personnage de Candide sont très amusantes ainsi que la manière dont il est chassé du château en Westphalie. Dans le « Supplément au voyage de Bougainville », Diderot décrit les coutumes des Tahitiens, la manière dont les voyageurs sont accueillis.

Un autre aspect du conte est le merveilleux. Le château dans Candide a un aspect merveilleux de même que les descriptions de l’île de Tahiti dans le « supplément au voyage de Bougainville ». Il y a aussi le Baron, la Baronne, et leur fille dans le château de Candide.

Dans tous les contes, il y a un château.

Le conte philosophique est caractérisé par la fantaisie, le merveilleux et l’exotisme mais il est aussi porteur d’un message philosophique.

Le conte philosophique fait réfléchir les lecteurs. L’histoire comporte des vérités cachées qu’il faut découvrir pour comprendre le sens du texte.

L’une de ces vérités cachées est la dénonciation de l’esclavage que l’on retrouve dans

« Candide » à travers l’histoire du Nègre de Surinam. Dans son histoire, le Nègre raconte que ses parents l’ont vendu aux Blancs afin de pouvoir vivre correctement. En allant avec eux, il rendrait ses parents heureux.

Une autre vérité cachée montre les abus de l’Église. En effet, dans le « supplément au voyage de Bougainville, il est dit qu’un aumônier a été envoyé à Tahiti pour convertir les « sauvages ». Pour l’Église, tous ceux qui ne sont pas chrétiens sont des sauvages.

Enfin, un autre exemple de ces vérités cachées est la dénonciation du Roi. En effet, lorsque

Candide rencontre le roi de l’Eldorado, il demande à l’un des serviteurs la manière de saluer le roi. Il veut savoir s’il faut se prosterner ou ramper devant lu alors que dans ce pays on l’embrasse seulement sur les joues.

Le conte philosophique permet donc à son auteur de critiquer la société au travers de vérités cachées dans son histoire. Toutefois, les dénonciations de la société ne sont pas explicites dans le texte à cause de la censure. Il est donc dangereux d’utiliser le conte pour faire passer un message philosophique.

L’utilisation du conte pour faire passer un message philosophique comporte des risques car l’auteur dissémine les vérités dans tout son texte et il est probable que les lecteurs puissent passer à côté du message sans même sans s’en apercevoir. On peut lire un conte philosophique sans prêter attention aux messages, dans ce cas, pour le lecteur, ce n’est qu’un conte ordinaire.

 

 



Dans les contes philosophiques, les dénonciations de l’auteur de l’auteur sont toujours au second degré. Il ne peut exprimer clairement ce qu’il pense sans être censuré. Il est donc possible lors de la lecture de l’un de ces contes de ne pas comprendre une de ces vérités cachées ou de ne pas en voir une.

Un autre danger du conte philosophique est de mal interpréter le sens du message philosophique. Pour exemple, dans le cas du Nègre de Surinam dans Candide, si l’on n’y prend pas garde, il est possible de comprendre que Voltaire est pour l’esclavage.

Le conte philosophique connaît une grande extension car il opère dans le domaine du merveilleux, de la fantaisie et de l’exotisme. Il est aussi de plus en plus porteur de messages philosophiques. Les auteurs s’en servent afin de dénoncer la société par rapport à l’esclavage, les abus de l’Église ou du roi par exemple. Toutefois, l’utilisation du conte comme moyen de faire passer des messages philosophiques est dangereux car l’auteur prend le risque qu’ils soient incompris, ignorés ou mal interprétés On peut donc se demander si l’utilisation du conte philosophique pour faire passer ses idées est une bonne chose.

Ainsi, pour être certain que son message philosophique soit compris de tous peut-être vaut- il mieux écrire un essai plutôt qu’un conte philosophique ?

Read more at http://secondaire.e-monsite.com/page...0DWjkkHJkUQ.99
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 21/10/2016, 21h32   #3
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

Texte 5 : Candide, chapitre 30 ; de « Candide, en retournant » à la fin.

Conclusion.

[...]

___Candide en retournant dans sa métairie fit de profondes réflexions sur le discours du Turc. Il dit à Pangloss et à Martin: Ce bon vieillard me paraît s'être fait un sort bien préférable à celui des six rois avec qui nous avons eu l'honneur de souper. Les grandeurs, dit Pangloss, sont fort dangereuses, selon le rapport de tous les philosophes; car enfin Églon, roi des Moabites, fut assassiné par Aod; Absalon fut pendu par les cheveux et percé de trois dards; le roi Nadab, fils de Jéroboam, fut tué par Baasa; le roi Éla, par Zambri; Ochosias, par Jéhu; Athalie, par Joïada; les rois Joachim, Jéchonias, Sédécias, furent esclaves. Vous savez comment périrent Crésus, Astyage, Darius, Denys de Syracuse, Pyrrhus, Persée, Annibal, Jugurtha, Arioviste, César, Pompée, Néron, Othon, Vitellius, Domitien, Richard II d'Angleterre, Édouard II, Henri VI, Richard III, Marie Stuart, Charles Ier, les trois Henri de France, l'empereur Henri IV? Vous savez..... Je sais aussi, dit Candide, qu'il faut cultiver notre jardin. Vous avez raison, dit Pangloss; car, quand l'homme fut mis dans le jardin d'Éden, il y fut mis ut operaretur eum, pour qu'il travaillât; ce qui prouve que l'homme n'est pas né pour le repos. Travaillons sans raisonner, dit Martin, c'est le seul moyen de rendre la vie supportable.
___Toute la petite société entra dans ce louable dessein; chacun se mit à exercer ses talents. La petite terre rapporta beaucoup. Cunégonde était, à la vérité, bien laide; mais elle devint une excellente pâtissière; Paquette broda; la vieille eut soin du linge. Il n'y eut pas jusqu'à frère Giroflée qui ne rendît service; il fut un très bon menuisier, et même devint honnête homme: et Pangloss disait quelquefois à Candide: Tous les événements sont enchaînés dans le meilleur des mondes possibles; car enfin si vous n'aviez pas été chassé d'un beau château à grands coups de pied dans le derrière pour l'amour de mademoiselle Cunégonde, si vous n'aviez pas été mis à l'inquisition, si vous n'aviez pas couru l'Amérique à pied, si vous n'aviez pas donné un bon coup d'épée au baron, si vous n'aviez pas perdu tous vos moutons du bon pays d'Eldorado, vous ne mangeriez pas ici des cédrats confits et des pistaches. Cela est bien dit, répondit Candide, mais il faut cultiver notre jardin.

Voltaire, Candide, ch.30.


N.B. : dans le commentaire, les lignes correspondent au livre
Candide, Les Classiques Hachette, n°2.

Situation :

Après avoir été chassé du château, Candide a vécu plein d'aventures, son but étant de retrouver Cunégonde. Il l'a enfin retrouvée, avec tous les autres → c'est bien une fin.
Si on part du principe que c'est bien un conte, l'élément de résolution est les retrouvailles définitives entre Candide et Cunégonde et l'envoie du baron (l'opposant) aux galères, et la situation finale est le fait que tout le monde soit dans la maison et cultive le jardin.

 

 


Mais la situation n'est pas encore tout à fait stable, l'histoire n'est pas finie, donc peut-être que ce n'est pas le véritable élément de résolution. Dans ce cas, l'objectif était la quête du bonheur, pas de Cunégonde : « en retournant dans sa métairie » (l.130) = situation finale.
Les personnages n'ont rien à faire, ils discutent, philosophent.
Ils sont allés voir un grand sage (le derviche) mais ça a échoué. Le véritable élément de résolution a été la rencontre avec le vieillard cultivateur qui dit à Candide de cultiver son jardin.
═> Il y a deux schémas narratifs différents.

Le commentaire :

___I)__L'excipit de l'œuvre.

_____1)__Un texte de clôture.


___■ C'est un texte de clôture au vu de la situation des persos :
______● « en retournant » (l.130), « entra » (l.154) = 2 verbes de mouvement qui expriment l'idée d'un retour _______..ou d'un devenir qui devient stable → le héros revient chez lui.
______● l.154 : on passe au stade supérieur = étape finale.
___■ Tous les persos. sont réunis (Candide, Cunégonde, Pangloss, Martin, Paquette, Giroflée), c'est typique ____..de la fin.
___■ Le temps des verbes à partir de la ligne 154 = passé simple : « entra » (l.154), « se mit » (l.155), « ____..rapporta » (l.155-156), « devint » (l.157, « fut » (l.159)... = temps de l'action révolue → on prend des ____..distances : les phrases sont courtes, peu développées + on passe à une généralisation, on s'éloigne ____..des personnages donc de l'histoire, on la considère comme un ensemble. Bien qu'on revienne sur ____..chaque perso, on donne des informations sur ce qu'ils deviennent (= épilogue), on ne dit pas ce qu'ils ____..sont en train de faire juste à l'instant, c'est une idée plus générale.
___■ Pangloss fait un récapitulatif de l'histoire :
______→ « chassé d'un beau château » : élément perturbateur.
______→ « pour l'amour de mademoiselle Cunégonde » : l'objet de la quête.
______→ « mis à l'Inquisition » : un opposant + critique de la religion + critique de la philosophie de _______.._Pangloss avec tous les malheurs qu'il y a eu.
______→ « l'Amérique » = le nouveau monde : de nouvelles découvertes.
______→ « coup d'épée au baron » : coup d'épée à l'opposant au mariage.
______→ « perdu tous vos moutons » : perte de ce qui se rattache au monde de l'optimisme, donc retour vers _.._______la réalité.
______→ « des cédrats confits et des pistaches » : situation finale.

_____2)__La fin d'un conte.


___♣ « Tout est bien qui finit bien » car tout le monde est réuni. Il y a une idée de lien entre les personnages : ____..discours direct + « petite société » (l.154) = communauté + énumération du travail de chacun = ____..harmonie ≈ utopie.
___♣ Il y a une volonté de mettre en évidence les qualités des personnages et de réduire leurs défauts :
______- « talents » (l.155) = mélioratif, ils sont talentueux donc ils ont un don, ils sont un peu supérieurs.
______- « Cunégonde (...) devint une excellente pâtissière » (l.156-157) = superlatif : elle est très douée.
______- « Giroflée (...) fut un très bon menuisier » (l.159-160) = superlatif + « et même » (l.160) = il accumule _______les qualités (alors qu'avant c'était une ordure).
______- Cunégonde est « laide, mais » = laideur renvoyée au 2° plan.
___♣ Il y a également une volonté de grandir ce dont on parle (conte = merveilleux, hors du commun) → ____..perspective plus grande, supérieure : il y a deux énumérations = celle des rois et celle des aventures de ____..Candide = donne une impression d'abondance par ces procédés, ça fait beaucoup :
______- 1° énumération = destin des personnages mythiques et des rois historiques (certains rois sont _______Anglais car Voltaire admire l'Angleterre) → Candide est placé sur le même plan que ces _______personnages = grandissement, valorisation.
______- La 2° énumération récapitule ce que candide a fait, on dirait qu'il a fait énormément de choses = _______statut de héros, il n'est plus naïf, il a vécu beaucoup d'aventures et il a surmonté les obstacles.
___♣ l.170 à 172 ≈ maxime, proverbe (phrase courte + « il faut » = obligation) → le conte est un apologue avec ____..une morale ; or cette phrase sonne comme une morale, donc on a bien affaire à un conte.

_____3)__La fin d'un roman initiatique.


___♠ Le personnage central est Candide, il ressort de cette fin de conte : l.130 à 132 : « Candide » est le ____..premier mot du passage et il est sujet des verbes, alors que dans l'incipit il était COD. Il fait des « ____..réflexions », il est donc intelligent, et il réfléchit seul, il est autonome (cf. philosophie des Lumières).
___♠ « Professeur » = « celui qui parle » : Candide joue le rôle de professeur. De plus, il a pour but d'instruire, ____..il fait part de son savoir à Pangloss et Martin : il apprend à ses deux anciens maitres = renversement de ____..situation : il devient professeur à la place du professeur !
────────────────────────────────-───._─┐
______○ l.147 : il coupe la parole, il prend le contre-pied.─_.│_._il prend l'ascendant sur ses anciens profs.
______○ l.170 à 172 : « mais » = opposition, contre-pied. ─.'│→ + « je sais », « il faut » = il détient le savoir ;
───────────────────────────────────._-─┘_._conviction.
______○ l.148 : « vous avez raison » : l'ancien maître reconnaît que Candide l'a dépassé, il est supérieur.
______○ l.160-161 : « disait » = imparfait de répétition, et maintenant Candide est devenu sujet des _______..démonstrations de Pangloss, ce n'est plus le baron → il a bien évolué.

___II)__Une fin parodique ? Persistance des décalages ironiques.

On remarque une fois de plus dans ce passage le ton détaché qu'on avait remarqué dans les autres extraits.

_____1)__Le sort des personnages.


Il n'a rien d'exceptionnel (contrairement à l'excipit d'un conte) :
___■ Le bonheur dont il est question se résume à manger « des cédrats confits et des pistaches » (l.170), ce ____..qui semble être à la portée de n'importe qui, et on voit mal ce qui peut rendre heureux là-dedans a priori.
______● D'autant plus qu'il y a un décalage entre ce sort final et les aventures surmontées par les _______..personnages, décalage souligné par le récapitulatif de Pangloss, rempli de formulations _______..relativement hyperboliques : « beau château », « grands coups de pied », « couru l'Amérique à _______..pied », « un bon coup d'épée », « tous vos moutons du bon pays d'Eldorado » → la situation finale _______..(manger « des cédrats confits et des pistaches ») semble encore plus disproportionnée, semble _______..même ridicule et dérisoire au vu des aventures extraordinaires qu'ils ont vécues.
___■ L'évocation du sort des personnages semble un peu ridicule aussi :
______● D'une manière générale, le devenir de chacun des personnages est tout aussi dérisoire au vu de _______..leurs aventures antérieures : « pâtissière », lingère, « menuisier »... alors qu'à la base ils sont fille _______..de baron, « plus grand philosophe »...
______● Cunégonde, qui était censée être la princesse du conte, est « à la vérité bien laide », de plus elle _______..devient « excellente pâtissière » alors qu'au début elle était « grasse, appétissante » → on peut voir _______..un clin d'œil de Voltaire.
______● Giroflée, dont les actions dans l'œuvre étaient plutôt condamnables (proxénète, escroc...), serait _______..devenu « même (...) honnête homme » (l.160) avec la valeur ironique du « même » → c'est exagéré, _______..même le plus horrible est devenu honnête.

_____2)__Tout le monde est-il vraiment heureux ?


___♠ Visiblement Martin ne ressent qu'un moindre mal (« rendre la vie supportable » (l.153) = la vie est juste ____..supportable), pas un véritable bonheur (il ne saute pas au plafond en disant « Youpi !! C'est chouette de ____..travailler le jardin !! » - -' ) → il n'est pas très heureux, comme dans le conte traditionnel.
___♠ En plus, tous les rappels de Pangloss peuvent apparaître comme autant d'ombres au tableau :
______▪ Il rappelle tous les événements malheureux qui ont pu arriver à Candide (d'un autre côté, il n'a vécu _______quasiment que des événements malheureux...) → mais ce n'est pas la meilleure solution pour _______montrer qu'ils sont heureux, il aurait pu parler de l'Eldorado et de tout ce qu'il a vu de beau là-bas.
______▪ Il fait une liste de tous les personnages mythiques ou historiques ayant été assassinés, avec une _______certaine délectation dans « fut pendu par les cheveux et percé de trois dards » (l.137-138)→ ça _______gâche un peu l'ambiance...

Au vu du 1) et du 2) on peut parler d'une fin parodique d'un conte car généralement les personnages finissent heureux, riches...

_____3)__Un roman de formation où seul Candide a évolué.


En dehors de Candide, il semble que peu de choses aient changé :
___■ Pangloss semble ne pas avoir beaucoup changé :
______● Il monopolise la parole dans cette fin ; prises de parole sous la forme énumérative (comme au début _______..avec l'utilité du nez, des chausses...), apparemment il est inarrêtable (Candide est obligé de lui _______..couper la parole).
______● De plus, on se demande à première vue quel peut-être le rapport entre ce qui se passe et ce qu'il dit _______..→ pourquoi il dit ça ?!
______● → Pangloss reste bien fidèle à son nom, celui qui est « tout en langue », qui parle pour ne rien dire.
______● Il semble même être resté fidèle à la philosophie de l'optimisme même s'il reconnaît la validité des _______..propos de Candide :
_________- « tous les événements sont enchaînés dans le meilleur des mondes possibles » (l.161-162) = il __________garde exactement la même formulation.
_________- Les connecteurs logiques sont omniprésents dans ses prises de parole : « car enfin __________» (l.136/163), « car » (l.149), « ce qui prouve » (l.150-151) = liens de cause / conséquences : il __________continue à « raisonner des effets et des causes » (la philosophie leibnizienne repose sur l'idée __________que chaque chose qui arrive a une raison nécessaire et suffisante, c'est-à-dire que rien n'arrive __________par hasard, sans raison).
_________- La référence à Dieu (selon Leibniz, Dieu a créé le moins imparfait de tous les mondes __________imparfaits) est présente avec la mention du « jardin d'Éden » (l.149).
_________- Et Pangloss continue à argumenter à partir d'arguments d'autorité : « selon le rapport de tous les __________philosophes » (l.135-136) + énumération d'exemples célèbres + références à la Bible (la citation __________en latin donne un côté pédant qui assoit l'autorité de la référence).
___■ De la même façon, Martin va lui aussi rester pessimiste : la vie est faite de malheurs insupportables et ____..irrémédiables : « seul moyen de rendre la vie supportable » (l.152-153), « travaillons sans raisonner ____..» (l.152) → il n'y a aucune solution si ce n'est le travail qui fait oublier.
___■ Et ce qui est plus embêtant, c'est que, même s'il y a dialogue, et même approbation des dires de ____..Candide, ces personnages ne semblent pas intégrer du tout la solution qu'il leur propose :
______● « il faut cultiver notre jardin » de vient chez Martin « travaillons sans raisonner » parce que le monde _______..est horrible → en fait, il réinterprète la morale de Candide en fonction de ce qu'il pense du monde.
______● Et Pangloss cherche une justification chrétienne, religieuse à cette maxime : les hommes ont été _______..mis dans le jardin d'Éden pour travailler. De plus, il va même réinterpréter tous les événements de _______..l'œuvre suivant l'optique de l'optimisme : tout ce qui est arrivé à Candide se solde par une certaine _______..forme de bonheur, ce qui prouve que tout s'enchaîne conformément au dessein divin pour garantir _______..« le meilleur des mondes possibles » (l.162) → ce ne sont pas de vrais malheurs car ils ont _______..conduit au bonheur (= philosophie de Leibniz).
___■ → tout cela fait planer un doute sur l'efficacité didactique de cet excipit : si ce n'est Candide, les autres ____..n'ont rien appris et restent enfermés dans leurs convictions et comprennent ce que dit Candide en ____..fonction de leurs propres systèmes de valeurs. On peut alors parler d'une fin parodique d'un apologue ____..car la morale est mal comprise.

___III)__Comment comprendre la morale ?

_____1)__L'image du jardin d'Éden.


___♣ C'est une image explicitement présente dans le texte car mentionnée par Pangloss, mais aussi ____..implicitement avec la mention du « jardin » dans la morale finale (l.172) : c'est même un thème qui ____..revient dans l'œuvre :
______○ Construction cyclique de l'œuvre : au début, on a une sorte de jardin d'Éden au château du baron (cf. _______..parodie de la genèse), et à la fin on a le jardin de la métairie que l'on cultive.
______○ Toutefois le premier jardin n'était qu'une illusion, celui-ci est bien plus concret et plus valable (ça a _______..évolué) :
_________- On n'est plus dans une optique merveilleuse : c'est un jardin où l'on travaille, d'une part, et on ne __________nie plus dans le texte l'existence du malheur (cf. rappel des événements subis par Candide + sort __________des différents rois + présence du pessimisme de Martin).
_________- Contrairement au début, on a l'impression d'avoir affaire à un paradis terrestre reconstruit par __________l'homme et non à une sorte de légende appartenant au domaine du merveilleux → on peut y voir __________une critique supplémentaire de l'optimisme liée à celle de la religion : on place le pouvoir de __________l'homme au-dessus de celui de Dieu tel qu'il est perçu dans la religion (le 2ème jardin est __________meilleur car il est plus concret et plus réaliste. Candide a réfléchi à comment atteindre le __________bonheur. Il a fallut construire ce paradis terrestre, le 1er n'était qu'une apparence, c'est mieux __________quand c'est l'homme qui prend son destin en mains, on doit compter sur soi et pas sur Dieu → __________destruction de l'allégorie chrétienne du jardin d'Éden qui vient tout seul).

_____2)__Une morale en faveur du travail ? (Faut-il travailler pour être heureux ?)


___♪ On peut, dans la morale, prendre le terme « cultiver » au sens propre = travail de la terre.
___♪ Le mot « travail » est omniprésent dans le passage (l.150/152), même en latin (« ut operaretur eum » __.__l.150 = "pour qu'il le travaille").
___♪ L'insistance sur l'organisation de cette société renforce cette idée puisque l'on donne les fonctions de __.__chaque membre : l'individu est défini par la tâche qu'il accomplit, chacun a son travail.
___♪ Cette idée est compatible avec le vécu de Voltaire et certaines valeurs à la mode au XVIII° siècle :
______▪ Tout d'abord il retourne lui-même, après son bannissement de la cour de Prusse, dans un domaine _______agricole en Suisse = retour à la terre.
______▪ Et cette idée d'un retour aux saines valeurs de la terre (loin des villes qui pervertissent les hommes, _______pleines d'oisiveté (= fait de ne pas avoir d'occupation) et de luxe) est un thème que l'on retrouve chez _______d'autres auteurs, notamment chez Rousseau : le travail permet d'avoir une vie saine.
___♪ Toutefois, il ne faut pas assimiler la morale à la formulation de Martin « travaillons sans raisonner » : il __.__ne faut pas faire que travailler !
______▪ D'abord c'est Martin et non Candide qui donne cette interprétation : ce n'est pas le personnage _______principal et nous avons vu que Martin restait influencé par son interprétation pessimiste, et incapable _______d'intégrer parfaitement la signification de la morale donnée par Candide = perte de poids à ce qu'il _______dit.
______▪ De plus, cela irait à l'encontre des idées des Lumières, ce qui serait étrange dans une œuvre écrite _______par Voltaire, puisque Martin cherche à ne plus raisonner, et propose le travail comme une alternative _______à l'utilisation de la raison, ce qui est impensable pour un philosophe des Lumières.
___♪ → Dès lors, la morale serait qu'il ne faut pas sombrer dans l'oisiveté et se raccrocher à des valeurs __.__saines, chercher à se rendre utile au sein d'une société par son activité → en transposant on peut voir la __.__société de candide comme une allégorie pour parler de la « société politique » = chaque citoyen doit se __.__rendre utile à l'État par son activité (c'est une idée que défendra Voltaire dans d'autres écrits comme Des __.__embellissements de la ville de Cachemire où un philosophe explique à un bostangi comment on __.__pourrait moderniser la ville en travaillant sans que ça coûte à l'État : « ainsi la richesse consiste dans le __.__sol et dans le travail. Le peuple le plus riche et le plus heureux est celui qui cultive le plus le meilleur __.__terrain ; et le plus beau présent que Dieu ait fait à l'homme est la nécessité de travailler »).

_____3)__Une leçon d'humilité.


___◊ Là aussi l'idée est présente dans la formulation de la morale : « notre jardin » = le jardin est un petit ____..espace et le possessif « notre » montre bien qu'on ne doit pas s'occuper du jardin d'autrui par exemple ____..→ il ne faut pas chercher à avoir de grands terrains.
___◊ L'humilité est aussi marquée par le rejet de la condition de roi au début du passage :
______● « les grandeurs (...) sont fort dangereuses » (l.134-135)
______● « ce bon vieillard me paraît s'être fait un sort bien préférable à celui des six rois » (l.132-133) :
_________- « préférable » met en place l'idée de comparaison
_________- comparaison soulignée par un jeu d'antithèse : « vieillard », terme a priori péjoratif connotant la __________faiblesse (même s'il est redoré par l'adjectif « bon » placé devant) est opposé à « rois », c'est-à-__________dire des individus possédant le pouvoir + « un seul vieillard » est mieux que « six rois » → il ne __________faut pas chercher à être puissant.
___◊ Ceci explique aussi l'aspect à première vue dérisoire du bonheur acquis par les personnages : il faut ____..être humble et se contenter de peu pour pouvoir accéder au bonheur.
___◊ → Dès lors, la morale serait qu'il ne faut pas à tout prix rechercher le pouvoir, la gloire et la richesse, ____..mais savoir se contenter de peu pour atteindre le bonheur.

_____4)__Une morale centrée sur l'individu et l'expérience personnelle.


___☼ Dans la morale, on peut relever l'utilisation du déterminant possessif de la première personne du __.___pluriel « notre » plutôt que celui de la troisième personne du singulier « son » qui serait beaucoup plus __.___généralisant : cela insiste sur l'individualité, la particularité de chaque « jardin » → chaque individu __.___serait particulier et ce serait à lui de cultiver son jardin en fonction de sa particularité.
___☼ On peut également comprendre le terme « cultiver » au sens figuré (= se cultiver), dès lors le « jardin » __.___devient une allégorie pour « l'esprit » → on cultive son esprit.
___☼ → Dès lors, la morale serait que chacun doit construire son propre bonheur par ses propres __.___expériences (empirisme), par le savoir qu'il se construit, par son enrichissement personnel et __.___l'utilisation de sa raison.
______○ Il ne faut pas comprendre « cultiver notre jardin » comme une morale casanière (= qui reste chez _______..soi) : au contraire, Candide a réussi à se forger sa propre opinion grâce au voyage qu'il a entrepris _______..(comme le fait d'ailleurs remarquer Pangloss il n'en serait pas là s'il n'avait pas connu toutes ces _______..expériences) et grâce à ses rencontres, notamment celle du vieillard turc qui s'est révélée _______..déterminante.
______○ De plus, Candide est parvenu à cette morale non pas parce que ce vieillard la lui a imposée ou _______..parce qu'il l'a cru sans restriction,
_________- Mais parce qu'il « fit de profondes réflexions » (l.130-131).
_________- Ce qu'on retrouve aussi dans sa 1ère prise de parole : « ce vieillard me paraît s'être fait un sort __________bien préférable » (l.132-133) : il reste prudent dans ses affirmations (« paraître ») et réaffirme le __________fait qu'il s'agit de son interprétation personnelle « me paraît ».
_________- → cette démarche est tout à fait conforme à l'utilisation de la raison prônée par les Lumières.
______○ Cela peut enfin expliquer que les autres personnages réinterprètent la morale donnée par candide : _______..si chacun doit se forger ses propres idées, il est normal que chacun ait des idées différentes → ce _______..n'est peut-être pas une critique que les autres n'aient pas changé : ils se sont fait leur propre _______..réflexion (cf. texte de Kant).
______○ En revanche, Pangloss et Martin sont condamnables dans le sens où ils n'ont pas, contrairement à _______..Candide, cherché à évoluer, à se cultiver, n'ont pas fait d'efforts suffisants.

Voltaire pense qu'il faut rechercher la vérité, pas la nier, pour parvenir au bonheur.

___IV)__Conclusion.


___▬► C'est une œuvre qui fonctionne suivant le principe d'une boucle = c'est la fin de la boucle ici :
________★ Dans l'incipit on avait quelque chose qui ressemblait à un conte, comme ici.
________★ Candide était naïf, il a évolué = roman initiatique.
________★ On retrouve les mêmes thèmes : le jardin et le bonheur + réponse à la problématique : pour être ______★ __heureux, il faut cultiver notre jardin.
___▬► C'est tellement cyclique qu'on peut se demander s'il y a vraiment une évolution :
________★ Certains persos n'ont pas évolué (P, M)
________★ Candide n'était-il pas plus heureux au début ?
________★ Ils sont tous en vie (sauf 3), malgré tous les malheurs → cela n'a pas trop évolué.
___▬► On a quand même certaines réponses aux questions qui se posaient au début :
________★ L'optimisme est une philosophie à rejeter car il y a des malheurs sur la Terre.
________★ Il faut donc se faire sa propre idée, réfléchir.
________★ Il faut faire la démarche de chercher à se cultiver, à se former.
___▬► La morale est ouverte :
________★ Il faut rejeter l'optimisme.
________★ Chacun doit construire son bonheur (mais on ne sait pas comment on doit faire).
___▬► Voltaire critique tout, mais ne propose pas de véritable solution (à part qu'il ne faut pas chercher le ________pouvoir, mais c'est vague), il laisse tous les individus libres de faire comme ils veulent : il dit ce qu'il ________faut faire mais pas comment → Voltaire n'est pas un véritable philosophe, il est plutôt un ________pamphlétaire : il critique. Rousseau, lui, explique comment on doit faire, il donne des solutions ________explicites.
À la fin, Cunégonde est laide, mais c'est peut-être car Candide a changé de point de vue, il a évolué, cf. « à la vérité » = elle était toujours laide.
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 21/10/2016, 21h35   #4
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 383
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

Chapitre 6,
« Comment on fit un bel autodafé pour empêcher les tremblements de terre et comment Candide fut fessé »


Voltaire ( 1694,1778) , de son nom véritable, François Marie Arouet, est un écrivain et philosophe pessimiste engagé, actif du XIXe siècle. Il fait parti des auteurs far du siècle des Lumière, siècle durant lequel les philosophes ont le projet de lutter contre l’ignorance et souhaitent faire progresser les hommes vers le bonheur et le savoir. Dans son oeuvre philosophique, Candide, Voltaire établit la satire de la tyrannie, de l'esclavagisme, de l'obscurantisme, de l'injustice et bien sur, de l'optimisme de Leibnitz.
Le chapitre 6, intitulé « comment on fit un bel autodafé pour empêcher les tremblements de terre et comment Candide fut fessé », à pour visée la superstition religieuse et l'optimisme. Voltaire, choisit de prendre pour cible l'inquisition.
Une interrogation se pose, et on se demande en quoi Voltaire établit il la satire de la religion?

 

 


Un plan se décline en faisant apparaître en premier lieu la mise en scène de l'autodafé, puis vient les cibles de la critique pointées du doigt pas Voltaire.


I/ La mise en scène de l'autodafé


a) Pourquoi et qui est responsable ce cette pratique
Depuis XIXe siècle une cérémonie religieuse, châtiment pas le feu.
Purification, pratique hérétique organisée par l'inquisition.
Ici critiqué par Voltaire:
périphrase (l2) « les sages du pays »; Cause =superstition ( tremblement de terre donc autodafé); Ridicule de par l'idéologie et les crimes commis ( l 7 à 11); « université de coimbre » ( l14)= autorité supérieure incontestable.


b) La cérémonie assimilée à un carnaval
carnaval:
public avec « donner au peuple » (l3), « spectacle », « grande cérémonie » (l5).
Costume avec la mitre et le san benito décorés ( l19)
pas spirituel, ridicule,



c) Inefficacité de l'autodafé
Cérémonie sans queue ni tête « ni queues ni griffes » (l16).
Cérémonie pathétique et absurde car il y a de nouveaux tremblements plus tard ( l23).
Une grande cérémonie pour pas grand chose; absurdité complète, crimes futiles. Raisonnement faussement scientifique








II/ Les cibles de la critique


a) L'inquisition
Croyances irraisonnées et irrationnelles:
religion non légitime, absurde « secret infaillible » ( l6)
moquerie par superlatifs « extrème fraicheur »
utilisation du premier degré pour établir la satire
ellipse (l 13)
« fessé » montre absurdité totale (l20)





b) La religion catholique et son intolérance en vers d'autres religions
Intolérance:
« crimes » commis par des biscayens et des portugais, faits ridicules ( l8 à 12)


c)Philosophie optimiste
L'optimisme est l'objectif du conte.
Les aventures que Candide vit ont pour finalité de lui faire comprendre que tout n'est pas pour le mieux.
C'est le pantin de voltaire car à la fin il dresse le portrait de l'optimisme et du philosophe Pangloss.
Il se sert de ce personnage pour faire passer un message.
Candide change d'opinion, il ne sait plus si l'optimisme est réellement bien. Il doute du monde parfait, c'est donc Voltaire qui parle à travers ce héros éponyme.
( l 24), bilan de candide, accumulation de verbes de sentiments qui décrivent son état et ses interrogations. Apostrophe à Pangloss + (l 32) rebondissement avec la vieille




Dans ce chapitre, l'ironie voltairienne est mise à l'honneur.
François-Marie Arouet utilise cette technique subtil pour faire valoir ses opinions de manière attrayante et pacifique. Il réussit à dénoncer le pouvoir suprême qu'est l'Eglise et ainsi montrer sa face cachée, peu glorieuse.
Les chapitres qui suivront auront pour même visée, de donner aux gens la possibilité d'acquérir le savoir et la connaissance, clef du progrès.
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


Entrer votre adresse email ICI pour recevoir les nouveautés:

 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 09h28.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc