Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > Documents du Prof > LANGUE
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 27/07/2013, 13h34
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 64
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut Aide-mémoire grammatical

 

 

 

 

Aide-mémoire grammatical




http://www.cce.umontreal.ca/modules/aidegrammatical.pdf
[/CENTER]


Centre de communication écrite (CCE)
Direction des ressources humaines
Aide-mémoire grammatical
Cet aide-mémoire grammatical ne constitue pas une description complète de la
grammaire du français.
Pour bien orthographier et pour faire les bons accords grammaticaux, il faut
connaître la nature et les fonctions des mots et des groupes de mots.
Cet aide-mémoire se présente plutôt comme un outil-synthèse de révision qui
tente d’établir les rapports entre, d’une part, la nature (la classe) et les fonctions
des mots et des groupes de mots, et, d’autre part, l’orthographe grammaticale et
les accords grammaticaux.
Animateur : Lionel Jean 2
La nature des mots
L’expression nature des mots fait référence aux classes grammaticales. Voici la liste des
classes grammaticales de mots : le nom, le pronom, le verbe, l’adjectif, l’adverbe, la
conjonction, la préposition, l’interjection (et l’onomatopée).
Le nom et son fonctionnement
On identifie le nom selon son comportement dans la phrase et selon ses variations en genre et
en nombre.
1. Le genre
Sur le plan du genre, nous ferons simplement un rappel des terminaisons des mots dont la
forme féminine est différente de celle du masculin :
-Ø/-e ou -se, -esse; -er/-ère; -an/-ane ou -anne; -at/-atte; -ien/-ienne; -p ou –f/-ve; -x/-se;
-eur/-euse, -[r]ice, -eure, -[er]esse, -ante.
Quelques exemples :
ami/amie; andalou/andalouse; prince/princesse; passager/passagère; courtisan/courtisane;
paysan/paysanne; chat/chatte; musicien/musicienne; loup/louve; veuf/veuve; jaloux/jalouse;
pêcheur/pêcheuse; animateur/animatrice; mineur/mineure; pécheur/pécheresse;
serviteur/servante.
Pour quelques mots, le féminin est marqué par une alternance lexicale : le terme féminin est
tout à fait différent du terme masculin correspondant.
Quelques exemples : gendre/bru; jars/oie; lièvre/hase; mâle/femelle; cheval/jument.
On peut constater une très faible fréquence dans le cas de certaines formes féminines :
chameau/chamelle; jouvenceau/jouvencelle; agneau/agnelle; poulain/pouliche;
héros/héroïne; fils/fille. Le féminin de turc est turque (nom et adjectif); le féminin de grec
est grecque (nom et adjectif).
Pour un petit nombre de mots, le féminin est marqué par la suppression de lettres ou de
suffixes : compagnon/compagne; mulet/mule; dindon/dinde; canard/cane; vieillard/vieille (le
féminin vieillarde appartient au registre littéraire). 3
2. Le genre et le sens
Le genre de certains mots change selon leur sens. On devra noter ce fait pour bien réaliser les
accords grammaticaux.
Voici un critique qui ménage peu les artistes.
La critique qu’il a faite de cette représentation théâtrale n’a pas plu aux comédiens.
Napoléon, ce foudre de guerre.
La foudre s’est abattue sur deux arbres de la région.
Le représentant de La Presse se rendra bientôt au greffe du palais de justice de Montréal.
« La greffe est tout à fait réussie », annonça la médecin.
Sa mémoire lui a fait défaut durant l’examen.
Ce groupe de pression prépare un mémoire sur les centres d’accueil de la Montérégie.
L’observation suivante peut s’avérer utile pour une meilleure compréhension du phénomène
du genre : la plupart des noms français, dits noms inanimés, ont un genre arbitraire, en ce
sens qu’il ne s’appuie sur aucune justification logique (cf. un couteau/une fourchette). En ce
qui concerne les noms dits noms animés, le genre est généralement basé sur l’opposition de
***e mâle/femelle (cf. un paysan/une paysanne).
Pour quelques noms français, à la vérité très peu nombreux, on relève une opposition
genre/***e. En voici des exemples : une sentinelle, une estafette (ordinairement des
hommes); un contralto (une femme); un mannequin (généralement une femme).
Dans l’usage moderne, le terme mannequin, qui peut apparaître sous la forme mannequine,
s’emploie parfois avec un déterminant féminin : une mannequin.
3. Le genre et les titres ou professions
Selon la norme québécoise et selon les recommandations de l’Office québécois de la langue
française, on procédera à la féminisation systématique des termes de métiers et de
professions, des titres et des dénominations de personnes.
Quelques exemples :
le juge/la juge; le professeur/la professeure; le ministre/la ministre; le député/la députée; le
policier/la policière; le docteur/la docteure; l’auteur/l’auteure; l’écrivain/l’écrivaine; le
chauffeur de taxi/la chauffeuse de taxi; le chef/la chef; le chercheur/la chercheuse; le
médecin/la médecin; l’orienteur/l’orienteuse; le pasteur/la pasteure; le premier ministre/la
première ministre; le réviseur/la réviseuse ou la réviseure. 4
4. Le nombre
À l’instar du genre, la marque du nombre constitue un élément fondamental du système
grammatical. La plupart des noms varient en nombre en français.
Rappelons, en plus de la marque en -s, les principales variations singulier/pluriel :
-au/-aux, -eau/-eaux, -eu/eux. Les exceptions : les landaus, les sarraus, les bleus, les pneus.
-ail/-ails. Les exceptions: les baux, les coraux, les émaux, les soupiraux, les travaux, les
vantaux, les vitraux.
-al/-aux. Les exceptions : les bals, les carnavals, les chacals, les festivals, les récitals, les
régals.
-ou/ous. Les exceptions : les bijoux, les cailloux, les choux, les genoux, les hiboux, les
joujoux, les poux.
Le singulier correspond, en général, à l’idée d’unité, alors que le pluriel correspond à l’idée
de multiplicité. Il peut arriver toutefois qu’un nom singulier exprime la multiplicité, par
exemple le monde, la foule, le troupeau. C’est un nom collectif.
Une foule d’étudiants s’entassait? s’entassaient? dans l’auditorium.
Des règles particulières régissent l’accord du verbe ou du participe passé avec le nom
collectif ou avec son complément. Voir les modules Orthographe grammaticale 1 et
Orthographe grammaticale 2.
Un nom pluriel peut exprimer l’unicité, par exemple des funérailles, des obsèques, des
fiançailles, des doléances, des condoléances, des représailles, des frais.
Certains mots changent de sens en changeant de nombre. À ce sujet, un exemple à retenir :
une vacance = un poste, un emploi disponible; des vacances = période de congé, de repos.
La variation ou non en nombre correspond également à certains traits particuliers du nom :
s’agit-il d’un nom commun ou d’un nom propre? d’un nom français ou d’un nom d’origine
étrangère? d’un nom composé formé d’un nom + un nom, d’un nom + un adjectif, d’un verbe
+ un nom, d’une préposition + un nom, etc.?
Le cas des noms composés est traité dans le module Orthographe grammaticale 1.5
Le déterminant et son fonctionnement
5. Le déterminant
Le nom français est généralement accompagné d’un déterminant qui l’introduit et indique
ce qu’il désigne. Le déterminant reçoit ordinairement le genre et le nombre du nom qu’il
accompagne. Mais, comme les noms, certains déterminants ne varient qu’en genre, alors que
d’autres ne varient qu’en nombre; certains autres ne subissent aucune variation.
6. Les différents types de déterminants
• Le déterminant (article) défini : le professeur, la professeure, l’enseignant, l’enseignante,
les étudiants, les étudiantes, s’adresser au professeur, aux étudiants et aux étudiantes,
parler du professeur, des enseignantes et des enseignants.
Les déterminants au, aux, du, des, sont dits contractés.
Veillez à bien distinguer les mots suivants en vue d’établir leurs fonctions et de les
orthographier correctement :
le, déterminant masculin singulier;
la, déterminant féminin singulier;
la, pronom personnel au féminin singulier;
l’a, pronom personnel, masculin ou féminin singulier : c’est le résultat de la jonction
de le ou la (pronom personnel) + a du verbe avoir; la rencontre de deux voyelles a
provoqué une élision, phénomène marqué par l’apostrophe;
les, déterminant pluriel;
les, pronom personnel pluriel.
La (dét.) sacoche avait été abandonnée depuis trois jours sur le (dét.) divan, et ce n’est qu’à cet instant qu’il l’a
(pronom) remarquée. Il la (pronom) ramène vers lui, la (pronom) soupèse, l’observe (pronom) soupçonneusement.
Il se décida enfin à l’ouvrir (pronom). Fort heureusement, les (dét.) clefs s’y trouvaient encore; il les (pronom) sortit de
la (dét.) sacoche.
• Le déterminant (article) indéfini : un étudiant, une étudiante, des étudiants, des
étudiantes, de brillantes étudiantes.
• Le déterminant (adjectif) démonstratif : ce tableau, cet immeuble, cette classe, ces
élèves, ce tableau-ci, cette classe-là, ces élèves-ci. 6
• Le déterminant (adjectif) possessif : mon, ton, son professeur; ma, ta, sa professeure;
mon, ton, son histoire; mes, tes, ses camarades; notre, votre, leur professeur; notre, votre,
leur classe; nos, vos, leurs professeurs; nos, vos, leurs classes.
Vous noterez la distinction orthographique entre les déterminants (adjectifs) possessifs
notre, votre et les pronoms possessifsle nôtre, le vôtre, les nôtres, les vôtres.
Voici votre chemin et voilà notre véhicule.
Ces livres ne m’appartiennent pas; ce sont les vôtres.
• Le déterminant interrogatif : quel cours? quelle classe? quels examens? quelles
règles?
• Le déterminant exclamatif : quel cours! quelle classe! quels examens! quelles règles!
• Le déterminant numéral : deux professeures, cinq classes, quatre-vingts élèves.
À noter : vingt et cent prennent la marque du pluriel (-s) s’ils sont multipliés par un
nombre et s’ils terminent le chiffre.
Quatre-vingts élèves; deux cents livres; quatre-vingt-cinq élèves; deux cent trois livres.
Selon la règle traditionnelle, on place un trait d’union entre deux nombres plus petits
que cent. Deux exemples : vingt-cinq, quatre-vingt-huit. La tendance moderne permet
toutefois que le trait d’union soit supprimé : vingt cinq, quatre vingt huit, et selon
l’orthographe recommandée par le Conseil de la langue française, le trait d’union peut
être utilisé partout dans les nombres. Il est également permis de placer un trait
d’union entre deux nombres unis par et : vingt-et-un ou vingt et un.
Les grammaires contemporaines placent les ordinaux dans la classe des adjectifs; ils
varient pour certains en genre et en nombre, pour d’autres en nombre seulement.
Les deux premières rangées de la classe; les quatre dixièmes de…
Mais on écrit : la rangée deux cent (= la rangée deux centième).
Les années quatre-vingt. 7
L’adjectif qualificatif et son fonctionnement
7. L’adjectif qualificatif
L’adjectif qualificatif est un mot qui accompagne le nom pour en indiquer ordinairement
une particularité ou un trait caractéristique. Il dépend grammaticalement du nom dont il
reçoit en général le genre et le nombre. Ses variations en genre et en nombre sont très
similaires à celle du nom.
On peut cependant relever dans son fonctionnement certains traits particuliers.
• Ainsi, sur le plan du genre, il faut noter que certains adjectifs ne s’emploient qu’au
masculin (nez aquilin, yeux pers, pied bot, etc.); d’autres ne s’emploient qu’au féminin
(bouche bée, porte cochère, etc.).
Il serait aussi utile de rappeler la forme féminine particulière de certains adjectifs :
blanc/blanche, sec/sèche, frais/fraîche, caduc/caduque, public/publique, turc/turque,
grec/grecque, aigu/aigüe ou aiguë, bénin/bénigne, coi/coite, favori/favorite, tiers/tierce.
• Quant au nombre, soulignons seulement que l’usage a imposé la forme du pluriel à
quelques adjectifs auparavant invariables, parmi lesquels chic(s), standard(s), snob(s),
tabou(s). Le masculin pluriel de final est finals ou finaux.
• L’adjectif qualificatif remplit les fonctions d’épithète ou d’attribut.
Voilà une question complexe. (épithète)
Cette question est complexe. (attribut) 8
8. Les degrés et les niveaux d’intensité
Dans la construction d’une phrase, on est très souvent amené à utiliser un ou plusieurs
adjectifs dans leur sens plein ou ordinaire, mais on peut également leur adjoindre des degrés
ou des niveaux d’intensité.
• Les degrés se répartissent en comparatifs d’égalité, de supériorité, d’infériorité.
Cette jeune professeure est aussi/plus/moins rigoureuse que ses collègues.
L’adjectif jeune est ici employé au positif (sans comparaison).
• Pour exprimer les niveaux d’intensité, on a recours au superlatif; l’adjectif est alors
accompagné d’un déterminant-article. On dispose normalement de trois niveaux
d’intensité : infériorité, supériorité, absolu.
Cette professeure est la moins/la plus rigoureuse du département.
Cette professeure est très/extrêmement rigoureuse. (niveau absolu)
• Certains adjectifs sont liés à des termes de degrés ou de niveaux particuliers :
comparatif superlatif
bon meilleur le meilleur
mauvais pire ou plus mauvais le pire ou le plus mauvais
petit moindre ou plus petit le moindre ou le plus petit
Notez que le mot pis est un adverbe comparatif de l’adverbe mal.
Les principales règles d’accord des adjectifs sont traitées dans le module Orthographe
grammaticale 1.9
Le pronom et son fonctionnement
9. Le pronom
Le pronom est un mot qui remplace un autre mot (ou un groupe de mots), généralement un
nom ou un pronom. Voici la liste des pronoms français : personnel, démonstratif, possessif,
relatif, interrogatif, indéfini, numéral. Le Multidictionnaire présente les tableaux de ces
pronoms.
Particularités grammaticales
10. Le pronom personnel
Le pronom doit être du même genre et du même nombre que le nom qu’il remplace.
La directrice ne viendra pas; elle est en vacances.
Les enfants sont partis en courant, car ils ont eu peur du chien.
• ils
Pour respecter la règle précitée et éviter une erreur assez fréquente, il faut toujours bien
vérifier que le pronom utilisé est du même genre et du même nombre que son antécédent
et faire particulièrement attention quand l’antécédent est dans la phrase précédente et
qu’il s’agit d’un nom singulier qui, dans notre esprit, fait référence à plusieurs personnes.
Dans les deux exemples suivants, l’emploi du pronom ils est fautif.
La direction n’a rien voulu entendre à nos revendications. *Ils sont vraiment de mauvaise foi! (Elle est…)
Le comité en avait décidé tout autrement, car *ils avaient compris que les consignes étaient mauvaises. (il avait…)
• se, s’, ce, c’
Sur le plan grammatical et orthographique, vous veillerez à bien distinguer se ou s’
devant une voyelle, et ce ou c’, également devant une voyelle. Vous y parviendrez en
vérifiant les traits distinctifs qui suivent.
Se est un pronom personnel; il accompagne les verbes dits pronominaux (Elle s’est
levée de bonne heure).
Ce peut être soit un pronom démonstratif (Pense à ce qu’il te répondra), soit un
déterminant (adjectif) démonstratif (Applique ce principe).
Ce, déterminant (adjectif) démonstratif, est toujours placé devant un nom ou devant un
autre adjectif suivi d’un nom (Examine ce cinquième point). 10
• en et y
Le mot en peut appartenir à deux classes différentes, celle des pronoms personnels et
celle des prépositions.
Dans le premier cas, il représente ou remplace un nom (qui serait précédé de la
préposition de).
J’aime beaucoup Québec; j’en reviens justement. (complément du verbe)
Selon certains grammairiens, en serait dans l’exemple précédent un pronom adverbial.
J’aime beaucoup cette ville; j’en ai visité une partie. (complément de nom)
J’ai pu visiter cette ville; j’en suis très heureux. (complément d’adjectif)
J’aime les grandes villes; j’en ai visité beaucoup. (complément d’adverbe)
en peut représenter un terme dit indéfini (son antécédent) ou un groupe de mots; il
équivaut alors à de cela, de ces choses-là, de lui, d’elle, etc.
Elle est appréciée de toutes ses collègues; elle en est fière.
en, préposition, introduit un nom ou un pronom : vivre en ville; une voiture en bon état;
une télévision en couleurs.
Le mot y peut être un pronom remplaçant un nom; celui-ci serait introduit par les
prépositions à, dans, en.
Québec est ma ville préférée; j’y vais dans deux jours. (préposition : à – je vais à Québec)
L’Espagne est mon pays d’adoption; j’y pars dans deux semaines. (préposition : en – je pars en Espagne)
Cette salle est inoccupée; nous pouvons y entrer. (préposition : dans – entrer dans cette salle)
Les formessi et s’y
On peut distinguer les formes si et s’y à partir du contexte :
le mot si est une conjonction de subordination ou un adverbe (signifiant tellement,
tant, oui);
s’y est formé de s’, lié à un verbe pronominal, et du pronom y.
Si elle te pose de si nombreuses questions sur cette province, c’est parce qu’elle compte s’y rendre l’été prochain.11
Les formes ni et n’y
Notez que ni est une conjonction de coordination; n’y est formé de n’, forme élidée de ne,
et du pronom y.
Elle ne fera le trajet ni en train ni en autobus; elle n’y pense même pas.
À retenir : ne jamais écrire *si il, mais s’il.
Vous veillerez également à éviter la redondance syntaxique dans l’emploi du pronom y.
Dans cette ville où elle *y passait tous ses étés…
Dans cette ville où elle passait tous ses étés…
Les formes on a et on n’a
Vous distinguerez on a, forme affirmative, de on n’a, forme négative ou restrictive.
Comparez : On a des reproches à lui faire/On n’a pas de reproches à lui faire/On n’a que
des reproches à lui faire.
La forme on n’a se retrouve dans les structures syntaxiques suivantes : on n’a que…, on n’a
pas…, on n’a point…, on n’a aucun…, on n’a jamais…, on n’a rien…, on n’a personne…, on
n’a plus…, on n’a guère…, on n’a ni…ni…, etc.
• Le pronom nous
Le pronom nous représente grammaticalement la première personne du pluriel, au
masculin ou au féminin, selon le contexte.
Nous avons été très prudents durant ce voyage.
Nous avons été très prudentes durant ce voyage.
Vous devez cependant noter que le pronom nous peut représenter, toujours selon le
contexte, les personnes grammaticales suivantes : vous, je. Lorsqu’il représente la forme
pronominale je (le nous « de modestie » ou « de politesse »), l’accord se fait
obligatoirement avec le nom que remplace nous. C’est l’accord par syllepse, qui se fait
aussi pour le vous.
Nous sommes persuadée, affirma l’écrivaine, que nos lecteurs apprécieront notre dernier roman.
Nous avons décidé d’écrire cet article, précise la journaliste, parce que nous sommes scandalisée du traitement infligé
aux personnes âgées. 12
11. Le pronom relatif
On distingue les pronoms relatifssimples (qui, que, quoi, dont, où) et les pronoms relatifs
complexes ou composés (lequel, auquel, laquelle, desquels, etc.).
Le pronom relatif peut remplir plusieurs fonctions.
Il peut être sujet : C’est un cours qui m’a plu.
Il peut être complément direct : C’est ce cours que je voulais éviter.
Il peut être complément indirect : C’est le cours auquel je viens de m’inscrire.
Il peut être complément circonstanciel : Voici la classe où j’ai suivi tous mes cours de
français.
Tous les pronoms relatifs, excepté dont, peuvent être employés dans la construction de
phrases à structure interrogative. Ils deviennent alors des pronoms interrogatifs.
• Que, dont, duquel, de laquelle, desquels, desquelles
Les pronoms que, dont, duquel… remplissent chacun des fonctions syntaxiques bien
spécifiques; dans la plupart des cas, ils ne sont donc pas interchangeables. Voici comment les
différencier et les utiliser correctement.
o Que est généralement complément d’objet direct du verbe; il répond à la question
qui? quoi?
Voici la lettre que j’ai écrite.
Démarche proposée : j’ai écrit quoi? que mis pour la lettre.
Dans le registre littéraire, que peut remplir une fonction de complément
circonstanciel : temps, lieu, manière, etc. Observez l’exemple : L’été qu’il (= où
il) m’a écrit cette longue lettre. Il s’agit d’un usage peu fréquent en français
commun contemporain. 13
o Dont remplit la fonction de complément indirect du verbe; il répond normalement
à la question de qui? de quoi?
Cette embêtante règle dont je te parlais.
Démarche : je te parlais de quoi? (de) dont remplaçant cette règle.
Examinons ces deux autres exemples.
Il m’a enfin remis le livre que? dont? je lui avais prêté.
C’est le verbe avait prêté qui commande le choix du pronom : il m’avait prêté quoi? le livre.
Le verbe commande ici un complément direct. Il faut donc employer le relatif que.
Elle m’a enfin remis le livre que? dont? je t’avais parlé.
Dans cette phrase, le verbe avais parlé commande un complément indirect : je t’avais parlé
de quoi? du livre. Il faut alors employer dont.
Il m’a enfin remis le livre que je lui avais prêté.
Elle m’a enfin remis le livre dont je t’avais parlé.
Complétons ces explications par les exemples qui suivent.
C’est l’écrivaine que? dont? j’ai lu la biographie.
J’ai lu la biographie de qui? de l’écrivaine : dont. La phrase devient :
C’est l’écrivaine dont j’ai lu la biographie.
La jeune fille que? dont? tu vois est celle que? dont? tu croyais avoir perdu la trace.
Tu vois qui? la jeune fille : que. …perdu la trace la trace de qui? de celle : dont. La phrase
devient :
La jeune fille que tu vois est celle dont tu croyais avoir perdu la trace.14
12. Remarques complémentaires
N’utilisez pas un déterminant (adjectif) possessif comme déterminant du nom qui a pour
complément l’antécédent du pronom dont, c’est-à-dire le nom que remplace ce pronom.
L’étudiante dont j’ai emprunté *sa voiture paraissait très contrariée.
… la voiture.
N’utilisez pas le pronom personnel indéfini en comme remplaçant d’un nom déjà représenté
par dont.
Vous semblez beaucoup apprécier cet écrivain dont vous *en avez lu toute l’œuvre l’été dernier.
… dont vous avez lu toute l’œuvre…
Les pronoms dont et duquel/de laquelle sont normalement équivalents, c’est-à-dire qu’ils
sont en principe interchangeables dans une phrase.
C’est ce voisin dont/duquel j’ai acheté un chalet.
Dans certains contextes cependant, des exigences de style ou des nuances de sens porteront
l’usager à choisir entre l’un ou l’autre de ces pronoms.
Voici ce chien dont (et non *duquel) j’ai si peur.
C’est la cousine de laquelle (et non *dont) j’ai hérité.
Duquel/de laquelle peut habituellement être remplacé par de qui.
Il faut toujours employer duquel/de laquelle après les expressions suivantes (des locutions
prépositives) : en face de, à côté de, près de, au cours de, le long de, au-dessus de, à l’ombre
de, au sujet de, bref à la suite de la préposition de.
Je vais te montrer le dépanneur en face duquel j’habite.
C’est la jeune fille à côté de laquelle je me suis assis pendant le concert. 15
Le verbe et son fonctionnement
________________________________________
13. Le verbe
Le verbe constitue avec le nom sujet l’un des éléments fondamentaux de la phrase française.
Pour définir son fonctionnement, on a recours aux termes suivants : conjugaison, mode,
temps, personne, forme (ou voix) active ou passive, forme pronominale, forme
impersonnelle, fonction auxiliaire ou semi-auxiliaire.
Cf. le module « Le verbe », où sont abordés la plupart des aspects du fonctionnement
du verbe.
Cet aide-mémoire se limitera à la présentation de quelques définitions qui s’avéreront
indispensables à la compréhension des accords verbaux.
14. Les auxiliaires et les semi-auxiliaires
Les deux auxiliaires sont avoir et être. Ils contribuent à la conjugaison des temps composés
de tous les verbes français.
L’automne m’a permis de me reposer.
Elle est partie la semaine dernière.
Un certain nombre de verbes sont appelés semi-auxiliaires (parfois auxiliaires de mode) :
accompagnant un infinitif ou un participe, ils fournissent des indications liées aux modalités
ou aux phases de déroulement de l’action. Les verbes suivants sont des semi-auxiliaires :
aller, s’en aller, devoir, pouvoir, faire, finir de, laisser, se mettre à, etc. Les formes avoir à,
être à, être en train de (à distinguer du nom entrain), être sur le point de, etc., sont aussi des
semi-auxiliaires.
Tu vas le lui dire. (présent, suivi de l’infinitif, exprimant le futur proche)
Ils se sont mis à parler. (passé composé, suivi de l’infinitif, exprimant le commencement de
l’action)
Elles sont en train de s’amuser. (présent, suivi de l’infinitif, indiquant que l’action est dans sa phase
d’accomplissement, qu’elle progresse) 16
15. Les modes personnels et impersonnels
• La plupart des verbes français sont des verbes personnels : ils se conjuguent aux trois
personnes du singulier et aux trois personnes du pluriel.
Je parle, tu écris, il/elle écoute, nous lisons, vous observez, ils/elles jouent.
• Certains verbes sont dits impersonnels : ils ne se conjuguent qu’à la troisième personne
du singulier et ils ont pour sujet le pronom il, masculin singulier. Quelques exemples : il
faut, il a fallu, il pleut, il neigera.
Notez que certains verbes personnels peuvent adopter la forme impersonnelle en
changeant de sens. Dans ces cas, le verbe ne peut être conjugué qu’à la troisième
personne du singulier. Il ne prend donc jamais la marque du pluriel.
Voici des exemples de verbes qui peuvent s’employer à la forme personnelle ou à la
forme impersonnelle.
Forme personnelle Forme impersonnelle
Nos lecteurs restent très perplexes. Il nous reste peu de temps.
Ils arrivent dans quelques jours. Il leur arrive bien des déboires.
Elles se passent bien de vos conseils. Il se passe des évènements curieux ici.
16. Les verbes défectifs
Les verbes défectifs sont des verbes qui ne s’emploient qu’à certains temps et à certaines
personnes. Par exemple, les verbes advenir, concerner, s’ensuivre ne s’emploient qu’à la
troisième personne (Il advint que…).
Le verbe accroire n’est utilisé qu’à l’infinitif; le verbe clore ne s’emploie guère qu’à
l’infinitif et à quelques temps et personnes de l’indicatif, du subjonctif présent, et aux
participes présent et passé. 17
17. Les verbes transitifs et intransitifs
• Les verbes transitifs sont ceux qui peuvent avoir des compléments directs ou indirects.
Je laisse mon dictionnaire à mon neveu.
• Les verbes intransitifs ne peuvent avoir de compléments directs ou indirects.
Elle est revenue hier et est repartie sans nous prévenir.
Certains verbes peuvent, selon le contexte, être employés à la forme transitive ou
intransitive.
Nous descendons à la prochaine station. (à la prochaine station est un complément circonstanciel)
Il a descendu très rapidement l’escalier. (l’escalier est un complément direct)
Dans les cas de doute, consultez un dictionnaire en vue d’éviter des constructions
syntaxiques fautives.
18. La forme active et la forme passive
• Un verbe actif peut être transformé en verbe passif : l’objet direct du verbe actif devient
alors le sujet du verbe passif et le sujet du verbe actif devient le complément d’agent du
verbe passif. (Voir Le bon usage, paragraphe 741 b.) Un verbe est à la forme passive (ou
à la voix passive) quand il comprend la structure suivante : aux. être + part. passé du
verbe. On dit alors que le sujet subit l’action ou ne fait pas lui-même l’action du verbe,
dans la plupart des cas.
Les élèves rédigent ces textes.
Sujet/v. actif/objet direct
Ces textes sont rédigés par les élèves.
Sujet/verbe/complément d’agent (qui fait l’action) 18
Considérons maintenant la phrase suivante :
*Les immigrants ne sont pas imposés par le gouvernement à parler en anglais.
Ici, l’usage de la forme passive est incorrect (agrammatical), car si on tournait la même
phrase à la forme active, le sujet les immigrants ne deviendrait pas complément (d’objet)
direct.
*Le gouvernement n’impose pas les immigrants à parler en anglais. (phrase incorrecte)
La phrase devrait être ainsi reformulée :
Le gouvernement n’impose pas aux immigrants l’usage de l’anglais.
(N.B. Cette phrase, correcte, qui comporte un complément d’objet direct : « l’usage de
l’anglais », pourrait, elle, être transformée au passif : L’usage de l’anglais n’est pas imposé
aux immigrants par le gouvernement.
Si on avait reformulé la phrase de la manière suivante : Le gouvernement n’impose pas aux
immigrants de parler en anglais, on n’aurait pas pu transformer cette phrase au passif, car la
préposition « de » ne pourrait commencer une phrase : *De parler en anglais n’est pas
imposé aux immigrants par le gouvernement.)
La phrase suivante est également fautive, pour les mêmes raisons :
*La plupart des jeunes immigrants ne sont plus permis de s’inscrire à l’école anglaise.
Elle doit être tournée à la forme active :
On ne permet plus à la plupart des jeunes immigrants de s’inscrire à l’école anglaise. 19
19. La transitivité et ses limites
Retenez que les verbes ayant un complément (d’objet) direct sont appelés verbes transitifs
directs; ceux ayant un complément (d’objet) indirect sont appelés verbes transitifs indirects;
les verbes n’ayant ni complément direct ni complément indirect sont appelés verbes
intransitifs. Seuls les verbes ayant un complément direct peuvent être utilisés à la forme
passive. En principe, on peut donc transformer à la forme passive tout verbe qui peut avoir
un complément direct.
Mais cette affirmation souffre des exceptions; c’est ainsi que les phrases suivantes, bien
qu’elles comportent toutes des verbes transitifs (elles commandent un complément direct), ne
doivent pas être transformées à la forme passive, question d’usage.
J’ai bien saisi votre réponse.
*Votre réponse a été bien saisie par moi. (construction non acceptable)
La directrice du département l’a rencontrée la semaine dernière.
*Elle a été rencontrée par la directrice la semaine dernière. (construction non acceptable)
Pourriez-vous répéter votre explication?
*Votre explication pourrait-elle être répétée par vous? (construction non acceptable)
Notez que des verbes conjugués avec l’auxiliaire être peuvent avoir le sens actif.
Elle est montée au troisième étage.
Ils sont partis il y a une semaine.
20. Les verbes pronominaux
Les verbes pronominaux sont ceux qui sont conjugués avec un pronom personnel qui est de
la même personne que le sujet (un nom ou un pronom). Ils sont tous construits avec
l’auxiliaire être aux temps composés.
Pierre et son voisin se sont parlé hier.
Vous vous rencontrerez dans deux semaines.
Quand vous vous serez rencontrés, vous déciderez de partir ou de rester.
Le traitement du participe passé des verbes pronominaux est abordé dans le module
Orthographe grammaticale 2.20
Les mots dits invariables
__________________________________________________ ______
21. L’adverbe
L’adverbe est un mot invariable qui complète ou modifie le sens d’un verbe, d’un adjectif,
d’un autre adverbe ou d’un pronom.
Elle parle vite, je dirais même très vite; sa voix est particulièrement agréable; elle peut se révéler une vraie femme d’affaires
et tout à fait elle-même.
Un groupe de mots remplissant la fonction d’adverbe est une locution adverbiale.
Quelques exemples : tout à coup, tout à l’heure, tout de suite, ci-dessus, ci-dessous, ci-après,
là-bas, etc.
Selon leur sens, on distingue des adverbes de manière, de temps, de lieu, d’affirmation,
de négation, d’interrogation, d’intensité, etc.
Sur le plan des accords grammaticaux, on notera que des adjectifs peuvent être employés
comme adverbes et devenir alors invariables (cas de transferts grammaticaux). On se fiera
au contexte pour distinguer les uns des autres.
Adjectifs Adverbes
Elle avait les poches pleines. Elle s’en mettait plein les poches.
Il gardait ses cheveux très courts. Il a coupé court à la discussion.
Des fenêtres hautes/De hautes fenêtres Ils parlent haut./Elle nous traite de haut.
Des idées justes/De justes propos Elles chantent juste.
Des vêtements chers/Ma chère amie Ces véhicules coûtent cher/Je les ai
achetés très cher.
Faire de bonnes études. Ces fleurs sentent bon.
Avoir la taille droite. Ils devront marcher droit. 21
22. La préposition
Les grammairiens font appel à une multiplicité de termes pour désigner les prépositions :
Mots-liens, mots de liaison, mots-charnières, mots grammaticaux, mots syntaxiques, mots de
rapport, etc. Les prépositions sont des mots invariables qui servent, en général, à établir des
liens, à marquer des rapports entre des mots ou des groupes de mots. Elles peuvent également
marquer des fonctions : fonction de temps, d’opposition, de lieu, etc.
Je partirai malgré le mauvais temps. (fonction d’opposition)
Je partirai vers la fin de l’été. (fonction de temps)
J’irai à Chicoutimi à la fin de l’été. (fonction de lieu ou de direction/fonction de temps)
Voici la liste des principales prépositions qu’énumère le dictionnaire Le Petit Robert :
à, après, avant, avec,
chez, contre,
dans, de, depuis, derrière, dès, devant, durant,
en, entre, envers,
hormis, hors,
jusque,
malgré, moyennant,
outre,
par, parmi, passé, pendant, pour, proche,
sans, sauf, selon, sous, sur,
vers, voici, voilà.
Certains mots peuvent être prépositions, adjectifs, adverbes ou noms, suivant le contexte et
leur fonction dans une phrase.
Suivant ton désir (prép.)/Le jour suivant (adj.)
Depuis huit jours (prép.)/Il est reparti depuis (adv.)
Passé huit heures (prép.)/Il est huit heures passées (adj. ou part. passé)
Avant la nuit (prép.)/L’avant d’une voiture (nom)/Les roues avant d’une voiture (adj. invar.)/
Les roues arrière d’une voiture (adj. invar.) 22
23. L’emploi des prépositions
Il n’existe pas de règles très nettement définies en ce qui concerne l’emploi des prépositions
en français. Dans bien des cas, c’est l’usage courant et les automatismes acquis qui serviront
de guides. En général, il est conseillé de consulter des dictionnaires comme Le Petit Robert
ou le Multidictionnaire, qui fourniront des exemples d’emploi de telle ou telle préposition.
Quelques suggestions d’ensemble peuvent toutefois s’avérer très utiles.
Vous veillerez à placer ou à répéter une préposition (obligatoirement « à » et « de »)
quand il y a des marques de coordination dans une phrase ou un groupe de mots.
Il passait son temps à blâmer et *railler ses camarades./…et à railler ses camarades.
On ne répète pas cependant la préposition si les compléments coordonnés constituent une
locution figée (dont on ne peut changer les termes).
Il perd son temps à aller et venir. (et non …et *à venir)
En mon âme et conscience. (et non …et *en ma conscience)
Certains verbes peuvent recevoir un complément direct (verbes transitifs directs),
d’autres un complément indirect (verbes transitifs indirects). On ne doit pas adjoindre une
préposition à un verbe demandant un complément direct, alors qu’il faut choisir la
préposition conforme à l’usage pour un verbe qui exige un complément indirect.
Voici quelques illustrations des deux situations.
Elles veulent en faire profiter tout le monde. (et non …*à tout le monde)
La justification : faire profiter quelqu’un (tout le monde) de quelque chose (en).
Je n’en ai pas besoin. (et non …*de besoin)
Espères-tu vraiment gagner à la loterie? (et non …*de gagner à la loterie)
Il se fie toujours à son voisin. (et non …*sur son voisin) 23
24. L’expression « de d’autres »
L’expression « de d’autres » est formée de la préposition de, suivie de l’article partitif de et
du mot autre; l’article partitif de est devenu d’, par suite de l’élision de la voyelle e devant la
première voyelle du mot autre. Pour des raisons d’euphonie (harmonie des sons), il est
recommandé de faire l’ellipse (l’effacement) du premier de (ou de fondre la préposition et
l’article partitif, ce qui revient au même).
Par l’intermédiaire *de d’autres programmes deviendra
Par l’intermédiaire d’autres programmes.
D’après ce que j’ai constaté *de d’autres chanteurs deviendra
D’après ce que j’ai constaté d’autres chanteurs. (Ou : … au sujet d’autres chanteurs.)
25. L’expression « dépendant de »
« Dépendant » est bien sûr un terme français. Mais ce n’est pas une préposition ou une
locution prépositive. Il correspond à deux formes grammaticales en français : il peut être soit
un adjectif, soit un participe présent.
Ce jeune homme est très dépendant de ses parents. Cette jeune fille est très dépendante de ses parents. (adjectif)
Selon certains psychologues, le sadique et le masochiste sont dépendants l’un de l’autre. (adjectif)
La Martinique dépendant de la France, les Martiniquais peuvent, en principe, visiter ce pays européen quand bon leur
semble. (participe présent)
Les conséquences dépendant des causes, les résultats de votre geste sont tout à fait prévisibles. (participe présent)
Dans la phrase *Dépendant de votre réponse, je saurai quoi faire, le terme *Dépendant de
constitue une impropriété grammaticale qu’il faut remplacer par Selon ou Suivant. On obtient
donc : Selon (Suivant) votre réponse…
La forme « dépendamment de », considérée comme vieillie, est acceptée en français au
Québec, mais dans le registre familier de la langue parlée uniquement.24
26. L’expression « dû à »
L’expression « dû à » ne peut être qu’un adjectif ou un participe passé en français, suivi de
la préposition à, et non une préposition ou une locution prépositive (cf. la locution anglaise
due to).
Ainsi la phrase Ils commettent des erreurs, *dû à leur négligence devrait être reformulée de
la façon suivante : Ils commettent des erreurs à cause de leur négligence. Ou : Leurs erreurs
sont dues à leur négligence.
Vous aurez l’occasion de corriger certaines expressions fautives de cet ordre dans le
module Vocabulaire 1.
Notez que le mot dû porte l’accent circonflexe au masculin singulier seulement, ou lorsqu’il
est censément au masculin singulier.
Le montant dû (masculin singulier)
Cela est dû (censément masculin singulier)
Les montants dus (masculin pluriel)
La somme due (féminin singulier)
Les sommes dues (féminin pluriel)
Les difficultés d’accentuation seront abordées dans le module Orthographe d’usage.25
27. La conjonction
Les conjonctions (ou locutions conjonctives) se divisent en deux types : les conjonctions de
coordination et les conjonctions de subordination.
• Les conjonctions de coordination servent généralement à unir des mots ou des groupes
de mots de même nature. En principe, on est donc censé écrire : Elle passait ses journées
à téléphoner et à lire (verbe et verbe), plutôt que : Elle passait ses journées à téléphoner
et à *la lecture (verbe et nom).
Voici la liste des conjonctions de coordination les plus courantes :
mais, et, ou, or, ni, donc, car, pourtant, toutefois, ensuite, par contre, cependant, soit,
puis, en effet, ainsi, aussi.
Il arrive que des conjonctions de coordination soient assimilées à des adverbes.
Quelques exemples : cependant, pourtant, toutefois, ainsi, puis, etc.
Généralement, deux mots ou deux groupes de mots unis par une conjonction de
coordination ne sont pas séparés par une virgule.
Les exceptions à cette convention sont examinées dans le module-atelier Syntaxe
et ponctuation.
Sur le plan de l’orthographe grammaticale, notez que la conjonction ou,
remplaçable par ou bien, doit être distinguée du pronom (relatif ou adverbial) où.
D’où venez-vous? Ce sera lui ou moi. 26
• Les conjonctions de subordination (ou locutions conjonctives) relient des groupes de
mots, des propositions dont l’une dépend de l’autre. La partie dépendante est la
subordonnée, la partie autonome ou indépendante étant la principale. Une subordonnée
peut commander (ou enchâsser) une autre subordonnée.
Les mères s’énervaient dès que les enfants commençaient à crier.
Aussitôt qu’il a constaté qu’un passager manquait à l’appel, le chauffeur a arrêté l’autobus.
Voici une liste partielle des conjonctions ou locutions conjonctives de subordination :
que, lorsque, quand, afin que, pour que, dès que, alors que, après que, bien que,
pourvu que, sans que, tandis que, à condition que, de sorte que, jusqu’à ce que, parce
que, pour peu que, pendant que.
Certaines conjonctions entraînent dans la subordonnée l’usage de l’indicatif, d’autres
celui du subjonctif.
Il faut prendre une décision avant que Bernard vienne se plaindre. (fait éventuel : subjonctif)
Nous avons pris une décision après que notre directeur nous a donné l’information pertinente. (fait réel :
indicatif)
Pour quelques conjonctions, l’un ou l’autre mode est possible, selon l’intention du
locuteur.
Il s’est comporté de telle manière que tous les invités ont été satisfaits. (fait réel)
Il veut procéder de telle manière que tous les invités soient satisfaits. (conséquence éventuelle)
Dans les cas de doute, on pourra toujours consulter le dictionnaire Le Petit Robert ou
le tableau des conjonctions proposé par le Multidictionnaire.
Locution conjonctive fautive : « dû au fait que » (calque de l’anglais)
Un usage particulier mérite cependant d’être signalé : celui que font certaines
personnes de la fausse locution conjonctive *dû au fait que. Veillez à toujours
remplacer celle-ci par parce que, puisque, du fait que, à cause du fait que, étant
donné que, vu que.
*Dû au fait qu’il était malade, il n’a pas pu assister à la réunion.
Parce qu’il était malade… 27
28. L’interjection
L’interjection est un mot ou une expression qui exprime un sentiment, une émotion, un
mouvement de l’âme. Les interjections peuvent traduire la peur, la joie, l’étonnement, la
réprobation, l’approbation, etc.
Voici quelques exemples d’interjections :
Parfait! Bon! Tiens! Allons! Ah! Oh! Ouf! Eh! Eh bien! (à distinguer de Et bien que…)
Un mot-interjection peut à lui seul constituer une phrase.
Bravo! Hélas!
Dans une phrase, l’interjection peut être suivie d’un point d’exclamation, d’un point
d’interrogation ou d’une virgule. Le point d’exclamation peut être placé à la fin de la phrase.
Hélas! La véritable paix mondiale n’est pas pour demain.
Ah oui? je n’étais pas au courant.
Eh bien, il ne manque pas de toupet!
Eh bien! il ne manque pas de toupet.
Certaines onomatopées (mots-bruits) peuvent être assimilées à des interjections.
Chut! Paf! 28
Les fonctions grammaticales
__________________________________________________ ______
Les fonctions grammaticales seront traitées ici selon les accords grammaticaux qu’elles
génèrent et selon les règles relatives à la ponctuation.
29. Le sujet
Le sujet, ou noyau du groupe sujet, détermine l’accord du verbe. Généralement, le sujet est
placé avant le verbe, mais il peut être postposé au verbe (inversion du sujet); il peut être situé
très loin du verbe et séparé de celui-ci par des compléments ou par des groupes de mots. Le
sujet peut être un nom ou un groupe nominal, un pronom, un verbe à l’infinitif, une phrase
(ou une proposition).
Quelques exemples :
La saison des pluies semble contrarier certains cultivateurs.
Se tenaient devant lui tous ces jeunes qui voulaient le narguer.
Qu’elle ait décidé si brusquement de quitter la ville ne m’étonne guère.
Les différents cas d’accord du verbe avec son sujet sont traités dans le module
Orthographe grammaticale 1.
Pour éviter de commettre une erreur fréquente de syntaxe (désignée comme une
« anacoluthe »), il faut bien identifier le sujet du verbe. En effet, si certains sujets sont
explicitement exprimés, le sujet est parfois implicite. Ce peut être le cas, par exemple, du
sujet du participe présent et de l’impératif présent.
Règle :
Le sujet du participe présent (et du « gérondif », qui est le participe présent précédé de
« en ») dans une subordonnée doit être le même que le sujet de la principale, pour éviter
toute ambiguïté.
En arrivant, je me suis couchée. (Je suis arrivée et je me suis couchée.)
En se mariant, il a fait l’erreur de sa vie! (Il s’est marié et il a fait là l’erreur de sa vie.)
Espérant parvenir à partir tôt, il a réservé des billets de spectacle ce soir. (Il espère… il a réservé…)
Espérant le tout à votre satisfaction, je vous prie d’agréer l’expression de mes sentiments les meilleurs. (J’espère que le
tout sera à votre satisfaction et je vous prie d’agréer…)
Attendant de vos nouvelles, nous vous assurons de notre soutien dans cette entreprise. (Nous attendons de vos
nouvelles, nous vous assurons…)
La forme fautive très fréquente est celle-ci :
Espérant le tout à votre satisfaction, *veuillez agréer l’expression de mes sentiments les
meilleurs. (le sujet des deux verbes, en effet, n’est pas le même ici.) 29
30. Les compléments
• La fonction complément direct est liée à l’accord du participe passé; il importe à ce sujet
de bien distinguer le complément direct des compléments indirect et circonstanciel ainsi
que des fonctions attribut ou épithète (voir le numéro 7).
La bague qu’il a remise à son amie, la semaine dernière, lui a grandement plu.
Dans cette phrase, qu’ est un pronom relatif représentant la bague; il est complément
direct de a remise et est placé avant le participe passé; amie est complément indirect de a
remise; la semaine dernière est un complément circonstanciel (selon la grammaire
classique); lui est complément indirect de a plu, ce qui explique le non-accord du
participe passé plu.
Rappelons que les règles d’accord du participe passé sont traitées dans le module
Orthographe grammaticale 2.
• La fonction complément circonstanciel joue un important rôle en ponctuation.
La bague qu’il a remise à son amie, la semaine dernière, lui a grandement plu.
La semaine dernière,son ami lui a remis une jolie bague.
Observons maintenant l’exemple suivant :
Mes patrons, je les aurais souhaités plus compréhensifs.
Dans cette phrase, l’accord du participe passé est commandé par le complément direct les
représentant mes patrons; le mot compréhensifs est un adjectif attribut, et non un
complément direct.
• Complétons la présentation des fonctions compléments avec celles qui suivent.
Le complément du nom : La saison des pluies
Le complément de l’adverbe : Antérieurement à cette proposition
Le complément de l’adjectif : Il est content du résultat de ses démarches
Le complément du pronom : Ceux de mes amis
• L’apposition, qui a elle aussi une valeur de complément, joue un rôle dans le traitement
de la ponctuation (cf. le module Syntaxe et ponctuation) :
Mon voisin, un habile menuisier, est en train de réparer sa piscine.
• L’apostrophe (ou mots mis en apostrophe) remplit une fonction d’interpellation : on
s’adresse directement à une personne ou à une chose personnifiée. La fonction
apostrophe joue un rôle en ponctuation et dans les accords grammaticaux.
Agréez, chère Madame, mes sincères salutations.
Ô Soleil, qui nous éclaires de ta chaleur, nous te vénérons. 30
La phrase et ses transformations
__________________________________________________ ______
31. La phrase
L’ordre des mots et les structures de base
Dans la phrase française, les mots sont placés selon un ordre bien déterminé; cet ordre
influence à la fois les fonctions des mots et des groupes de mots, ainsi que les rapports entre
ceux-ci. L’ordre de base est SUJET, VERBE, COMPLÉMENT.
Une phrase peut être constituée à partir de différents types de combinaisons. Parmi les plus
courantes, on peut relever les suivantes :
• Le groupe nominal sujet et le groupe du verbe (GN + GV)
Les étudiantes paraissent attentives.
Ce sujet les intéresse.
La question s’adresse à tous les médecins du pays.
• Le groupe nominal sujet, le groupe du verbe et le groupe du complément de la phrase (P)
(GN + GV + G compl. de P et/ou G adv.)
Ce cours intéresse peu les étudiants, selon toutes les apparences.
Nos trois experts se sont trompés, manifestement.
Les transformations de la phrase
Il est possible de modifier une phrase en faisant appel aux procédés de la coordination, de la
juxtaposition, de la subordination ou de l’insertion.
• Des exemples de coordination
La situation devenait critique et les clients commençaient à s’énerver.
Le restaurateur constata que la situation devenait critique et que les clients commençaient à s’énerver.
• Un exemple de juxtaposition :
Les enfants crient alors que les mères s’impatientent.
= Les enfants crient, les mères s’impatientent
À noter : On peut coordonner ou juxtaposer uniquement des mots ou des groupes de mots qui
sont de même nature grammaticale ou qui présentent la même structure syntaxique.
Deux hommes ont été accusés de vol et de voies de fait graves.
*Deux hommes ont été accusés de vol et d’avoir causé des voies de fait graves. 31
• Des exemples de subordination (enchâssement d’une phrase dans une autre)
Les mères s’énervaient dès que les enfants commençaient à crier.
Une subordonnée peut commander (ou enchâsser) une autre subordonnée.
Aussitôt qu’il a constaté qu’un passager manquait à l’appel, le chauffeur a arrêté l’autobus.
• Des exemples d’insertion (une courte phrase – une incise – placée au milieu ou à la fin
d’une autre phrase pour préciser une information ou pour annoncer une citation)
Nous devrons, semble-t-il, accepter sa décision.
Nous devrons accepter sa décision, semble-t-il.
« Vous n’aurez d’autre choix que d’accepter ma décision », cria le chef de service.
Les types de phrases
Voici très brièvement présentés les différents types de phrase et les transformations les plus
courantes qu’elles peuvent générer.
• La phrase déclarative (ou énonciative) qui transmet une information de façon neutre.
L’Irlande est le pays d’origine de nombreux Américains.
La phrase déclarative peut être affirmative ou négative.
Elle est très serviable. (modalité affirmative)
Elle n’est pas serviable./Elle n’est guère serviable./Serviable, elle ne l’a jamais été. (modalité négative ou
restrictive)
La phrase déclarative peut emprunter la forme neutre ou au contraire emphatique (la
mise en relief).
Il m’a aidé à comprendre ce logiciel. (modalité neutre)
C’est lui qui m’a aidé à comprendre ce logiciel. (modalité emphatique)
Lui, il m’a aidé à comprendre ce logiciel. (modalité emphatique)
• La phrase interrogative directe, grâce à laquelle on pose une question, se termine par un
point d’interrogation.
Pensez-vous que votre fils réussira l’examen?
Ce type de phrase est à distinguer de la forme dite interrogative indirecte qui, sur le plan
syntaxique, peut être assimilée à une phrase déclarative. Celle-ci doit se terminer par un
point.
Je me demande si votre fils réussira l’examen. 32
• La phrase impérative transmet, quant à elle, un ordre, un souhait, une suggestion, une
exigence, une sollicitation.
Payez-moi ce que vous me devez.
Qu’il soit de retour dès cinq heures.
Pouvez-vous ouvrir cette porte? Pourriez-vous ouvrir cette porte?
(N.B. Dans ce dernier cas, il ne s’agit pas vraiment d’une question mais plutôt d’une
formule de politesse, de l’expression polie d’une demande, d’une sollicitation…)
• La phrase exclamative exprime un sentiment, une émotion; elle transmet un message à
connotation expressive.
Que cet article est éclairant!
Regardez-le! Comme il a l’air pitoyable! 33
Les registres de langue
32. L’opposition langue parlée/langue écrite
La langue française n’est pas uniforme ni monolithique. Le locuteur francophone dispose de
plusieurs registres ou de plusieurs niveaux de langue auxquels il aura recours selon le statut
socioculturel de son interlocuteur, le contenu du message à transmettre, mais aussi selon les
capacités ou les possibilités langagières du locuteur lui-même. Suivant les situations, on
optera pour le niveau soutenu, le niveau correct (ou celui de la langue courante), le niveau
familier. S’il s’agit d’un texte écrit, on aura également le choix du niveau littéraire.
Tous ces niveaux connaissent une dynamique d’interpénétration et d’interrelations par
rapport à ces deux modes d’expression : la langue parlée et la langue écrite. Des aires
d’interférence existent entre le parler et l’écrit. Certaines structures de phrase, certaines
expressions ou figures de style, certains mots du vocabulaire usuel sont aussi légitimes dans
la communication écrite que dans l’expression orale. Les grammairiens comme les linguistes
ne s’entendent d’ailleurs pas toujours sur ce qui est vraiment spécifique à l’oral ou à l’écrit.
Il existe toutefois quelques différences marquées entre l’oral et l’écrit. Voici les plus
courantes :
• La langue parlée utilise en général un vocabulaire plus familier, plus concret que la
langue écrite.
• Les anglicismes sont plus fréquents à l’oral qu’à l’écrit.
• La syntaxe de la langue parlée est moins rigide que celle de la langue écrite; dans l’écrit,
on doit respecter beaucoup plus strictement les règles du code grammatical, notamment
en ce qui concerne l’usage des mots-liens, soit les prépositions et les conjonctions. 34
Un mot ou une tournure de phrase qui pourrait paraître acceptable en français parlé ne le
serait pas nécessairement en français écrit.
Illustrons cette affirmation à partir de quelques exemples tirés de textes d’étudiants.
• L’usage du pronom de la deuxième personne, tu, dans un texte d’orientation
informative ou explicative.
Au Québec, le public semble entretenir certains préjugés contre l’usage de l’anglais. Si quelqu’un *te dit qu’il
parle l’italien, on s’imagine que c’est une question de culture, alors que s’il s’agit de l’anglais… Pourtant l’anglais
est très important sur le marché du travail : quand *tu fais une demande d’emploi, on *te demande aussitôt si *tu
parles l’anglais.
L’intrusion du pronom tu, tolérable en langue parlée dans un tel contexte, est à
proscrire en langue écrite, sauf dans la transcription brute de l’oralité (par exemple
dans le dialogue dans un roman ou au théâtre).
• L’usage concurrent des pronoms on et nous.
Aujourd’hui, lorsque nous écoutons la radio ou que nous regardons la télévision, *on se demande pourquoi la
majorité des grands succès cinématographiques et radiophoniques sont américains.
Dans un texte de langue écrite, on s’appliquerait à utiliser le pronom nous dans toute
la phrase.
• L’usage de marques interrogatives redondantes.
Je lui ai demandé *qu’est-ce qu’il en pensait.
Il a voulu savoir pourquoi le sujet *paraissait-il si complexe.
Ces deux exemples sont caractérisés par l’addition dans des phrases à structure
interrogative indirecte de marques interrogatives supplémentaires et caractéristiques
de l’interrogation directe. La langue écrite évite ce type de redondance (à moins
d’intentions d’ordre stylistique). Les deux phrases pourraient se reformuler ainsi :
Je lui ai demandé ce qu’il en pensait.
Il a voulu savoir pourquoi le sujet paraissait si complexe. 35
• L’usage de la négation.
L’accident a eu lieu si rapidement que *j’ai rien vu.
Je savais que tu ferais tout ce qui est possible *pour pas que cela arrive (ou *pour ne pas que ça arrive).
*Il y a pas personne dans la classe.
Courantes en langue parlée familière, ces formes de réduction de la négation sont à
éviter en langue écrite.
Reformulons les phrases précédentes :
L’accident a eu lieu si rapidement que je n’ai rien vu.
Je savais que tu ferais tout ce qui est possible pour que cela n’arrive pas.
Il n’y a personne dans la classe.
De façon générale, la syntaxe de la langue écrite sera plus soutenue et plus soucieuse des
exigences du code grammatical que celle de la langue parlée. La phrase écrite est structurée
différemment de la phrase parlée. Les exemples qui suivent présentent, en conclusion, des
phrases orales transformées en phrases écrites.
Phrases orales Phrases écrites
Le français, moi je l’écris bien mal. J’écris très mal le français.
Vous le voyez là, ce professeur? Ce professeur m’a donné, l’an dernier,
Eh bien, il m’a donné des cours l’an des cours que j’ai beaucoup appréciés.
dernier. J’ai bien aimé ces cours-là.
Le bonheur, c’est quand on fait ce Le bonheur consiste à accomplir son devoir.
qu’on a à faire.
J’ai bien aimé lorsque nous avons fait J’ai beaucoup apprécié notre visite du
la visite du Vieux Québec. Vieux Québec.
Les jeunes s’imaginent tous, s’ils ont Les jeunes s’imaginent qu’ils peuvent
un répertoire musical anglais, ils peuvent atteindre la gloire s’ils adoptent un
atteindre la gloire. répertoire musical anglais. 36
Sources
__________________________________________________ _____
BROUSSEAU, André, et al. (1994). Le français pour l’essentiel, 2e
édition, Laval, Mondia
Éditeurs, 338 p.
CHARTRAND, Suzanne-G., et al. (1999). Grammaire pédagogique du français
d’aujourd’hui, Boucherville, Graficor, 397 p.
CLAMAGERAN, SYLVIE, et al. (2001). Le français apprivoisé, Les éditions Le Griffon
d’argile, Sainte-Foy, 454 p.
FRONTIER, Alain (1997). La grammaire du français, Paris, Belin, 751 p.
GREVISSE, Maurice (1993). Le bon usage : grammaire française, 13e
éd. revue et
augmentée par André Goosse, Paris-Louvain-la-Neuve, Éditions Duculot, 1762 p.
GUILLOTON, Noëlle et Hélène CAJOLET-LAGANIÈRE (2000). Le français au bureau,
5
e
édition, Québec, Les Publications du Québec, 503 p.
VILLERS, Marie-Éva de (2003). Multidictionnaire de la langue française, 4e
édition,
Montréal, Éditions Québec Amérique, 1542 p. 37
TABLE DES MATIÈRES
La nature des mots
Le nom et son fonctionnement
11. Le genre............................................. .................................................. .........2
12. Le genre et le sens .................................................. ......................................3
13. Le genre et les titres ou professions .................................................. ...........3
14. Le nombre .................................................. .................................................. 4

 

 


Le déterminant et son fonctionnement
15. Le déterminant....................................... .................................................. .....5
16. Les différents types de déterminants...................................... ......................5
L’adjectif qualificatif et son fonctionnement
17. L’adjectif qualificatif...................................... ..............................................7
18. Les degrés et les niveaux d’intensité....................................... .....................8
Le pronom et son fonctionnement
19. Le pronom .................................................. .................................................. 9
10. Le pronom personnel......................................... ...........................................9
11. Le pronom relatif........................................... .............................................12
12. Remarques complémentaires................................... ...................................14
Le verbe et son fonctionnement
13. Le verbe............................................. .................................................. .......15
14. Les auxiliaires et les semi-auxiliaires....................................... ..................15
15. Les modes personnels et impersonnels .................................................. ....16
16. Les verbes défectifs......................................... ...........................................16
17. Les verbes transitifs et intransitifs...................................... ........................17
18. La forme active et la forme passive .................................................. .........17
19. La transitivité et ses limites........................................... .............................19
20. Les verbes pronominaux .................................................. ..........................19
Les mots dits invariables
21. L’adverbe .................................................. .................................................2 0
22. La préposition....................................... .................................................. ....21
23. L’emploi des prépositions .................................................. ........................22
24. L’expression « de d’autres » .................................................. ....................23
25. L’expression « dépendant de »................................................. ..................23
26. L’expression « dû à » .................................................. ...............................24
27. La conjonction....................................... .................................................. ...25
28. L’interjection.................................... .................................................. ........27
Les fonctions grammaticales
29. Le sujet .................................................. .................................................. ...28
30. Les compléments....................................... .................................................2 9
La phrase et ses transformations
31. La phrase .................................................. .................................................. 30
Les registres de langue
32. L’opposition langue parlée/langue écrite .................................................. .33
Sources .................................................. .................................................. ..............................36


 

 


Dernière modification de prof.ziani, 27/07/2013 à 13h39
Répondre en citant
Liens Sponsorisés
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 16h34.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.12 by vBS
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc