Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > LICENCE D'ETUDES FONDAMENTALES ETUDES FRANCAISES > Semestre 1 > Litterature
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 18/11/2010, 18h16
karim karim est déconnecté
Membre D'or
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: Chefchaouen
Messages: 639
Pouvoir de réputation: 146
karim has a spectacular aura about
Par défaut Iii -du theatre classique a l'epoque contemporaine S1

 

 

 

 


l-La TRAGEDIE AU XVIe SIECLE

Origines

· Née à Athènes au Ve siècle avant J.C., la tragédie était représentée lors d'une cérémonie religieuse et civique qui unissait toute la cité autour du dieu Dionysos.
· Littéralement, le mot signifierait le « chant du bouc» ( de tragos, le bouc et oidé, le chant) mais cette étymologie est incertaine. Incluse dans la fête religieuse, la tragédie grecque ne constitue plus un rituel par lui-même
DEFINITION

 

 


Dans La Poétique, le philosophe grec Aristote ( IVe siècle av .J.C) définit ainsi la tragédie: « imitation d'une action de caractère élevé et complète {. .. ] faite par des personnages en action et non au moyen d'un récit, et qui, suscitant pitié et crainte, opère la purgation ( catharsis) propre a de pareilles émotions »
La définition a été reprise par le poète latin Horace au 1er siècle ap. lC., puis par les théoriciens français du XVIIe siècle Cl 'abbé d'Aubignac, Chapelain et Boileau, en particulier). La tragédie fait aussi l'objet de débats dans les préfaces des auteurs et examens des auteurs, notamment les trois Discours de Corneille.

SUJETS ET PERSONNAGES
La tragédie emprunte ses sujets à la mythologie ou à l’histoire. Elle met en scène des héros, personnages illustres, de rang élevé, légendaires ou historiques.
Le conflit tragique repose sur une situation inextricable dans laquelle les personnages affrontent des forces qui les dépassent, extérieures à eux ou intérieures. Les péripéties, retournements inattendus, contraignent les héros à prendre des décisions. Lorsqu'un héros est confronté à deux exigences inconciliables, on parle de dilemme" L'issue de la tragédie est souvent sanglante car la fatalité de 1 'Histoire ou des passions conduit le héros à sa perte. Certaines tragédies cependant ne se terminent pas dans le sang.
ACTION DRAMATIQUE
Dans la tragédie, comme dans la comédie classique, les trois phases de l'action dramatique obéissent à un certain nombre de règles:
-L'exposition doit être entière et courte, claire, intéressante et « vraisemblable»;
- Le nœud de l'action est l'apparition des obstacles, péripéties et coups de théâtre ;
- Le dénouement doit être rapide, complet, «nécessaire» (c'est - à-dire découler logiquement de ce qui précède)
ACTES, SCENES, VERS.

L'action de la tragédie classique est divisée en cinq actes et en scène ( en nombre variable), définies par l'entrée ou la sortie des personnages. La liaison des scènes doit éviter toute rupture de l'action (la liaison de présence est assurée par un personnage qui demeure en scène ; la liaison de fuite consiste à faire quitter le plateau à un personnage qui veut en éviter un autre). Le vert utilisé est l'alexandrin.
REGLES .
· D'après la doctrine classique, la tragédie doit créer l'illusion du vrai (c'est la vraisemblance) en faisant le plus possible coïncider le temps de la fiction et la durée de la représentation (3 heures). D'où la règle dite des « trois unités» : temps (24 heures), lieu (décor unique sur scène et action (intrigue unique ou avec action secondaire liées à la principale).
De la notion de vraisemblance découlent les bienséances

- le héros doit être vertueux (sans être parfait), agir et parler conformément à son rang, à son âge, à son ***e ;
- la tragédie ne doit pas choquer le public par la représentation de la ***ualité ou de la violence (spectacles sanglants, batailles, duels et meurtres sont évoqués par des récits).
BUTS

La tragédie a une visée esthétique: « la principale règle est de plaire et de toucher» (Racine, préface de Bérénice) .
La tragédie a une visée morale: toucher et instruire (par la terreur et la pitié, ou l'admiration chez Corneille). La notion médicale grecque de catharsis, utilisée par Aristote pour caractériser le plaisir du théâtre, est interprétée au XVIIe siècle dans un sens moral. En s'identifiant au personnage, en éprouvant momentanément à travers lui des passions mauvaises, le spectateur parviendrait à maîtriser ces passions et à s'en libérer dans la vie réelle.

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 22/12/2010 à 23h35
Répondre en citant
Liens Sponsorisés
Ancien 18/11/2010, 18h16   #2
karim
Membre D'or
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: Chefchaouen
Messages: 639
Pouvoir de réputation: 146
karim has a spectacular aura about
Par défaut

2- La COMEDIE AU XVIIe SIECLE

Origines
Née en Grèce, la comédie était à l'origines une procession burlesque et populaire en 1 'honneur de Dionysos, le cômos (d'où le mot comoedia; chant du côrnos),
La comédie est d'abord politique et satirique avec Aristophane (VE-IVe siècle av. J.C). Elle se tourne vers la comédie de caractère avec le dramaturge Ménandre et la comédie nouvelle (ou Néa : IVe s. av, .J.-C.), qui fournit ses rôles et ses situations au théâtre latin puis, beaucoup plus tard, à la comédie d'intrigue du XVIIe siècle.
DEFINITION
Aristote définit la comédie comme «l'imitation des hommes de qualité morale inférieure, non en toute espèce de vice, mais dans le domaine du risible, lequel est une partie du laid ».
Miroir de la vie quotidienne, elle représente le ridicule de 1 'humanité.

SUJETS ET PERSONNAGES
Les personnages de comédie sont des personnages de basse ou moyenne condition. Ils appartiennent au peuple ou à la bourgeoisie.
la comédie se situe à une époque contemporaine. L'action est inventée, l'intrigue s'inspire de la vie quotidienne.
ACTION DRAMATIQUE
Le déroulement d'une comédie est identique à celui d'une tragédie: exposition, nœud de l'action et dénouement. Par opposition au dénouement tragique,le dénouement d'une comédie est généralement heureux (souvent un ou plusieurs mariages). Il doit en principe découler logiquement de ce qui précède (c'est ce qu'on appelle un dénouement «nécessaire»). Mais Molière n'hésite pas à introduire le procédé du deus ex machina: intervention opportune et tout à fait inattendue d'un personnage extérieur à l'action, comparable aux interventions divines dans le théâtre grec.

ACTES, SCENES, VERS
L'architecture de la comédie est à peu prés calquée sur celle de la tragédie: cinq actes (parfois trois, selon le modèle de la comédie italienne). La comédie est généralement en vers, en alexandrins, sur le modèle de la tragédie
REGLES
La comédie doit, comme la tragédie, respecter la vraisemblance et les règles qui en découlent:
-Règle des « trois unités» : de temps, de lieu et d'action.
-Règles des bienséances (mais on tolère les allusions à la ***ualité et la mention de la nourriture bannies de la tragédie).
FORMES DU COMIQUE
Le comique de mots: il exploite les ressources du langage( répétition, jeux sur les sons, sur le sens, calembours, déformations, recours au jargon, au parler dialectal, au latin macaronique).
Le comique de gestes: Coups, gifles, bastonnades, chutes, mouvements mécaniques, etc.
Le comique de situation: quiproquo ; personnage dissimulé, rencontre inattendue et malencontreuse, etc.

 

 


Le comique de caractère: obsession, manie d'un personnage tourné en ridicule.
BUTS
La comédie a une visée esthétique, plaire: «Je voudrais bien savoir si la grande règle de toutes les règles n'est pas de plaire ... » (Molière, Critique de
l'Ecole des rem mes).
son but est aussi moral et didactique: « Castigat ridendomores» : la comédie «corrige les' mœurs par le rire ». En représentant une humanité ridicule et pitoyable, elle démasque les imperfections des hommes et les inciter à se corriger.

LA COMEDIE ET LA TRAGEDIE

La comédie et la tragédie sont deux genres dramatiques nettement différenciés, surtout à l'age classique. Bien qu'elles aient en commun certaines règles ou conventions du théâtre, elles s'opposent sur de nombreux points : la langue, l'intrigue, l'effet produit sur le spectateur. Chaque genre possède ses lois et son langage.
ACTES ET SCENES
Les tragédies classiques sont divisées en 5 actes; les comédies en comportent 5, 3 ou un seul. Cette répartition provient des conditions matérielles de la représentation. Les actes sont eux-mêmes découpés en scènes: chaque fois qu'un personnage entre ou sort, une nouvelle scène commence.
1- DES CONVENTIONS COMMUNES
-Le théâtre classique imite les actions humaines. Mais cela ne signifie pas qu'il reflète la réalité sociale. Il représente un monde qui obéit à des codes bien établis. Thèmes et personnages s'inscrivent dans des traditions qui remontent souvent à l'Antiquité
Les personnages correspondent à des rôles et à des type
karim est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 18/11/2010, 18h16   #3
karim
Membre D'or
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: Chefchaouen
Messages: 639
Pouvoir de réputation: 146
karim has a spectacular aura about
Par défaut

s récurrents,qui se répartissent en fonction des ***es, des générations, de la hiérarchie sociale ou des types moraux. Ces clivages contiennent en eux-mêmes des conflits potentiels
LA structure dramatique
L'action repose sur un conflit qui met en relation diverses forces agissantes, ou actants (conformément au schéma actantiel), comme dans un récit, On distingue trois temps successifs de l'action:
- l'exposition, qui informe le spectateur sur les circonstances de l'action, les personnages en présence et le conflit potentiel;

 

 


2- le nœud de l'intrigue, la situation de conflit marquée par des oppositions, des obstacles à surmonter à des péripéties (renversements de situation);
3- le dénouement, qui résout le conflit, par l'échec ou par le succès, et qui fixe le sort des personnages (mort, mariage, couronnement..)
2- LA TRAGEDIE
Les héros de tragédie sont de grands personnages légendaires ou historiques, qui se distinguent part leur valeur exceptionnelle. Dans les tragédies antiques, les protagonistes (personnages principaux) étaient issus de la mythologie.
Mêlé à l'intrigue amoureuse, l'intérêt de l'Etat pèse sur le destin des héros. La tragédie propose une méditation sur les grands problèmes politiques: le pouvoir, la violence, la raison d'Etat
La crise tragique
C'est une grande crise brève et brutale, où éclate la violence des passions (ambition, amour, vengeance ..... ) confrontées à des obstacles et à des épreuves. Chez Corneille, un conflit intérieur suscite un dilemme impossible à résoudre: le héros est déchiré entre des exigences contradictoires. Chez Racine, les sentiments sont exacerbés: les héros sont habités par une passion destructrice.
Le destin
Les héros sont frappés par le sort: la fatalité les poursuit, qu'elle vienne des dieux, de l'Etat ou de leurs propres passions. La tragédie montre ainsi la grandeur et la misère de la condition humaine.
Le dénouement est le plus souvent malheureux: il voit la mort d'un ou de plusieurs héros. Ce registre tragique suscite chez le spectateur des sentiments intenses : admiration, crainte, compassion

3- LA COMEDIE

La comédie se définit en opposition à la tragédie qu'elle parodie souvent.

Des personnages ordinaires
La comédie traite des réalités de la Vie quotidienne: manage, argent éducation. Elle s'intéresse à des héros de conditions moyennes (la bourgeoisie surtout), et met en scène les milieux sociaux les plus divers (petite noblesse, domestiques, paysans).
Les personnages correspondent à des types traditionnels: le père autoritaire, les jeunes gens amoureux, le valet rusé ....
- Le comique
-La comédie, qui vise d'abord à divertir et à faire rire le spectateur, recourt
à toutes les formes de comique : comique de situation, de caractère, de langage, de gestes.
- Le dénouement est heureux: la comédie se termine par un mariage ou une reconnaissance qui supprime les conflits.
-Certaines comédies, cependant, prêtent à réfléchir autant qu'à rire : Dom Juan de Molière est une comédie sérieuse.

Le registre satirique
La comédie expose des problèmes Sociaux ou moraux. Par le comique, le théâtre dénonce des vices ou des abus (hypocrisie, arbitraire du pouvoir ... ). Cette critique répond à une intention morale: pour Molière, la comédie montre les travers humains pour mieux les corriger
karim est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 18/11/2010, 18h17   #4
karim
Membre D'or
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: Chefchaouen
Messages: 639
Pouvoir de réputation: 146
karim has a spectacular aura about
Par défaut

4- LES DIFFERENTS TYPES DE COMEDIES
La comédie de caractère est centrée sur la représentation des défauts d'un personnage. Elle grossit le trait jusqu'à la caricature. Cependant, les stéréotypes traditionnels se trouvent souvent enrichis par une étude psychologique. Au XVIII siècle, les comédies de Marivaux proposent une fine analyse du sentiment amoureux .
La comédie de mœurs propose une réflexion sur les mœurs du temps, comme dans Les femmes savantes. Elle fournit en même temps un témoignage sur les problèmes contemporains: le mariage, la religion, l'autorité paternelle, la préciosité

 

 


La comédie d'intrigue insiste sur le comique de situation, avec des intrigues complexes menées sur un rythme élevé: l'action multiplie les quiproquos. Le mariage de Figaro de Beaumarchais est une comédie d'intrigue fertile en péripéties. Au XI Xe siècle, le vaudeville poursuit cette tradition, avec les comédies de Labiche de Feydeau.
2- NOUVEAUX LANGAGES AU THEATRES
LE DRAME ROMANTIQUE
Au XIX siècle, le drame romantique ( en vers et en prose) refuse les règles
du théâtre classique.
LE REFUS DES REGLES
Les auteurs ( Hugo, Dumas, Vigny, Musset) s'affranchissent des unités de temps et de lieu et assouplissent les règles de la versification.
·Le drame romantique emprunte ses sujets à l'histoire moderne, il met en scène des personnages multiples, de conditions variées, qui parlent unlangage en accord avec leur rang social. Il fait place aux réalités matérielles et le corps (gestes, voix, mouvements) prend une importance nouvelle

LE MELANGE DES GENRES ET DES REGISTRES

·Le drame romantique prône le mélange des genres et des registres au nom de la vérité.« le drame tient de la tragédie par la peinture des passions, et de la comédie par la peinture des caractères. Le drame est la troisième grande forme de l'art, comprenant, enserrant et fécondant les deux premières [ .... J. Les deux électricités opposées de la comédie et de la tragédie se rencontrent et l'étincelle qui en jaillit, c'est le drame. » écrit Victor Hugo dans la préface de Ruy BIas ( 1838

-LE VAUDEVILLE
Avant d'être un genre dramatique, le vaudeville fut une chanson populaire, gaie et satirique, composée sur des aires déjà connus. Au XIXc siècle, l'œuvre d'Eugène Labiche illustre ce genre, en associant farce et satire. Labiche prend pour cibles la petite et la moyenne bourgeoisie du Second Empire, dont il met en évidence la mesquinerie, l'amour de l'argent, 1 'hypocrisie. Ses intrigues extravagantes et embrouillées exploitent toutes les ressources du quiproquo, du coup théâtre. Ce comique dénué de réalisme et le délire verbal annoncent le théâtre du XXCsiècle.
- LE THETRE DU XXe SIECLE
La reprise des mythes antiques dans le théâtre du XXe siècle permet de poser la question des limites de la liberté et du tragique de la condition humaine..
Cocteau (La Machine infernale, 1934), Giraudoux ( Electre, 1937), Sartre (Les mouches, 1934) et Anouilh (Antigone, 1944) renouent avec la mythologie grecque: les mythes d'Œdipe, d'Antigone ou d'Electre leur fournissent un langage universel et adaptable aux préoccupations de leur temps.
LE THEATRE DE L'ABSURDE
Le Nouveau Théâtre des années 1950 ( ou Théâtre de l'Absurde) se donne pour tâche de représenter l'absurdité de la condition humaine sur le mode de la dérision,le comique devenant ainsi révélateur du tragique. Les auteurs ( Beckett, Ionesco, Genet ) refusent l'illusion réaliste. La progression traditionnelle de l'action n'est pas respectée et l'unité psychologique du personnage est compromise
L'effondrement du personnage s'accompagne de la désorganisation du langage. Les incohérences logiques, la distorsion du lexique et de la syntaxe, la subversion de lieux communs de la conservation, les dysfonctionnements du dialogue menacé par le silence, traduisent le désarroi contemporain.

karim est déconnecté   Répondre en citant
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


Entrer votre adresse email ICI pour recevoir les nouveautés:

 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 23h05.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc