Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > 2ème année > Le Père Goriot
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 20/04/2010, 23h31
Avatar de Soussi
Soussi Soussi est déconnecté
Administrateur
 
Inscrit : avril 2010
Lieu: Fès
Âge: 51
Messages: 342
Pouvoir de réputation: 47
Soussi a désactivé la réputation
Thumbs up “Le père Goriot”/Résumé et analyse

 

 

 

 





“Le père Goriot”
À Paris, à la fin de l'année 1819, dans une pension bourgeoise, lépreuse et nauséabonde, de la rue Neuve-Sainte-Geneviève, vit un groupe de pensionnaires, où, à côté de figures banales et grotesques, s'entrevoient des âmes puissamment originales, dont la rencontre fait pressentir des drames poignants.
Eugène de Rastignac, jeune noble débarqué de son Périgord natal et venu faire son droit et sa fortune à Paris, étudiant pauvre en attendant, mais ambitieux, y coudoie le père Goriot et Vautrin sur lesquels des scènes étranges lui donnent quelques aperçus singuliers.

L'ancien vermicelier Goriot est arrivé nanti d'une belle rente, Madame Vauquer s'étant d'ailleurs laissée aller à rêver de devenir Madame Goriot pour quitter enfin ce pauvre quartier de Paris, ce qu'elle ne se pardonne pas car, après avoir occupé le plus bel appartement de sa pension, le vieillard de soixante-neuf ans, taciturne et à l'aspect imbécile, vrai souffre-douleur de la pension, habite à présent une méchante petite chambre au troisième étage et semble avoir dilapidé sa fortune de manière incompréhensible. Rien ne l'enthousiasme plus, si ce n'est la visite, de loin en loin, de deux jeunes femmes richement vêtues et roulant carrosse en qui tous les gens de la pension se refusent de voir ses propres filles. Les suppositions les plus incroyables s'échangent le soir autour de la table où se réunissent les clients de la pension.
Chargé par les pensionnaires de percer le mystère qui entoure le père Goriot, Rastignac, poussé par la curiosité d'abord, par la sympathie ensuite, ne sera pas long à découvrir son pauvre secret que sa cousine, Mme de Beauséant, qui peut le faire entrer dans la haute société, lui livre. Le bonhomme a pour filles deux des femmes les plus brillantes de la société parisienne, richement mariées et mêlées à des intrigues de toute sorte : Anastasie, comtesse de Restaud ; Delphine, baronne de Nucingen. Leur père, veuf de bonne heure, leur a voué un amour exclusif, aveugle, est animé à leur égard d'une passion paternelle exagérée ; « martyr de la paternité », il s'est dépouillé peu à peu de ses biens en leur faveur, s'est ruiné, s'est condamné à une vie misérable pour leur assurer de somptueux mariages,
ses gendres le payant de mépris insolent,
ses filles d'ingratitude indifférente.
C'est, pour Rastignac, une première expérience de la vie de Paris. Cependant, Vautrin, colosse de quarante ans, plaisantin mais mystérieux et inquiétant, guette le jeune ambitieux, dont il a deviné les rêves mais qui perçoit confusément que cet homme qui le fascine n'est sans doute pas aussi limpide qu'il veut le laisser croire. Un jour, le prenant à part, disant ne vouloir que son bien, il lui expose brutalement ses théories sociales pour le faire profiter de sa part d'expériences et lui ménager le succès. Il sait que le jeune homme veut réussir, mais, comme «parvenir à une rapide fortune est le problème que se proposent en ce moment de résoudre cinquante mille jeunes gens qui se trouvent dans votre position», il lui faudra donc jeter bas tout scrupule et atteindre la prospérité par un crime. Or, à la pension, vit obscurément une pauvre fille, Victorine Taillefer, abandonnée par son père, qui réserve toute son affection à son fils auquel il léguera une fortune énorme. Vautrin, par d'obscures complicités, fera disparaître ce fils, obligera le père à reprendre sa fille, et à la rétablir dans ses droits d'héritière. Il suffira que Rastignac conquière l'amour de Victorine, et sa fortune sera faite.
L'étudiant, mordu au cœur par la tentation, se révolte pourtant contre cette offre abominable. Il cherche à poursuivre ses avantages dans le monde, et se fait présenter aux filles du père Goriot. Il échoue auprès de Mme de Restaud, mais se lie intimement avec Mme de Nucingen, encouragé par l'aveuglement paternel du vieillard qui, pour se rapprocher de sa fille, protège avec une inconscience totale leurs amours.
Le drame se précipite : Vautrin, sûr de faire tomber finalement Rastignac dans son piège, a poursuivi ses intrigues. Mais il ne s'est pas assez méfié de ses voisins de pension. Trahi par une vieille fille, espionne de la police, il est reconnu pour être le forçat évadé «Trompe-la-Mort», et est arrêté le jour même où il a fait tuer en duel le fils Taillefer par un spadassin à sa solde.
Rastignac s'abandonne à sa passion pour Delphine. Mais les deux gendres du père Goriot, avertis des intrigues de leurs femmes, les persécutent et menacent de les réduire à la ruine ; elles viennent implorer le secours de leur père ; elles lui livrent leurs secrets les plus douloureux et leurs vanité blessées s’affrontent sous ses yeux. Leur atroce querelle porte au vieillard un coup mortel. Frappé d'apoplexie, il agonise sur son grabat infect. Ses filles ne viennent pas l'assister ou viennent trop tard. Devenu clairvoyant, il maudit les ingrates, les supplie, les rappelle. Il perd la tête ; il meurt enfin, entouré d'Eugène et de Bianchon, étudiant en médecine, qui, seuls, se chargent encore de lui rendre aussi décemment que possible les derniers devoirs. Cet affreux dénouement achève la triste éducation de Rastignac : en bon arriviste qui n'a rien oublié des leçons de Vautrin, après avoir enterré le pére Goriot et avant d’aller dîner chez sa maîtresse, du sommet du cimetière du Père Lachaise, contemplant Paris, mûr désormais pour sa conquête, il s’écrie : «À nous deux maintenant !»



 

 

Fichiers attachés
Type de fichier : zip BALZAC_Le_pere_Goriot.zip (9,8 Ko, 420 téléchargements)

Dernière modification de prof.ziani, 16/03/2013 à 23h01
Répondre en citant
Liens Sponsorisés
  #2  
Ancien 20/04/2010, 23h33
Avatar de Soussi
Soussi Soussi est déconnecté
Administrateur
 
Inscrit : avril 2010
Lieu: Fès
Âge: 51
Messages: 342
Pouvoir de réputation: 47
Soussi a désactivé la réputation
Par défaut

 

 

 

 

La chronologie est linéaire : l’action se déroule en moins de trois mois, mais il y a des retours en arrière, surtout au début.
Le point de vue est objectif et balzac se voudrait neutre dans sa narration comme dans ses descriptions. Mais il laisse parler ses sentiments et intervient dans le récit, en particulier pour nous faire part du dégoût que lui inspire la montée du pouvoir de l'argent ou l’état d’esprit que cela engendre : « Qui décidera de ce qui est le plus horrible à voir, ou des cœurs desséchés, ou des crânes vides? ».
La focalisation se fait tantôt sur Rastignac, tantôt sur Goriot, tantôt sur Vautrin.

Intérêt littéraire

Balzac manifesta dans le roman sa puissance verbale, mais sans éviter des lourdeurs (en particulier dans des développements didactiques).
Il fit preuve d’une grande précision descriptive, non sans effets de style.Les dialogues sont réalistes car Balzac avait beaucoupo de curiosité pour la langue parlée. Ainsi, il restitua l’argot des forçats, rendit des particularités de prononciation (la prononciation pseudo-tudesque de Nucingen).
Ses effusions de lyrisme sont parfois un peu exagérées et même ridicules à nos yeux. Les comparaisons et les métaphores sont nombreuses, parfois singulières.

Intérêt documentaire

Balzac, qui affirma dans la préface : « Ce drame n'est ni une fiction, ni un roman : all is true. », entendait donner un tableau réaliste, selon une vision objective, quasi scientifique. Étant convaincu de l’influence du milieu sur les individus, il décrivit avec précision la pension Vauquer (véritable microcosme de la société par son étagement de classes sociales et de différentes générations), différents quartiers de Paris. Il applique la loi de la conformité des espèces avec les milieux où elles évoluent. C’est ainsi qu’au sujet de Mme Vauquer il avait écrit : « Toute sa personne explique la pension, comme la pension implique sa personne. »

Les différentes classes : le peuple, la petite bourgeoisie, l’aristocratie, ont été bouleversées dans un passé récent, la Révolution ayant permis justement à Goriot de faire sa fortune, de marier ses filles à des aristocrates qui ont maintenant repris le pouvoir et le méprisent non sans raisons.
La volonté de réalisme de Balzac lui fait montrer le rôle essentiel de l’argent, qui est souligné surtout dans l'évolution financière du père Goriot, riche commerçant qui, la première année où il se trouve à la pension,
vit à l’aise avec 1200 francs de pension et 8000 de rente, une solide condition physique, une magnifique garde-robe ; qui, dès la deuxième année, se voit obligé de prendre une pension à 900 francs et de réduire son train de vie ; qui, la troisième année, prend la pension la moins chère (45 francs), ne jouissant plus d’aucun luxe et sa condition physique s’étant dégradée sérieusement ; qui, la quatrième année, voit sa dégradation physique s'accentuer tandis que ses filles le rendent fou et que, pour leur faire plaisir et leur éviter le moindre effort, il se ruine progressivement afin de leur fournir un maximum d'argent qu'elles jettent par les fenêtres.
Mais la volonté de réalisme de Balzac ne l’empêche pas de se montrer nostalgique de la société qui s'en va avec la montée du pouvoir de l'argent, et cela se ressent à travers ses descriptions.

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 16/03/2013 à 22h28
Répondre en citant
  #3  
Ancien 20/04/2010, 23h38
Avatar de Soussi
Soussi Soussi est déconnecté
Administrateur
 
Inscrit : avril 2010
Lieu: Fès
Âge: 51
Messages: 342
Pouvoir de réputation: 47
Soussi a désactivé la réputation
Par défaut

 

 

 

 

Roman

Dans cette étude de caractères encadrée par une étude de moeurs, Balzac prétend s'appuyer sur des théories scientifiques pour construire ses personnages. Rastignac et Vautrin sont l'un et l'autre représentatifs de la manière d'évoluer dans le monde lorsque les astres n'ont pas été favorables dès la naissance.
Vautrin, apparemment un farceur, est, en fait, un forçat évadé, un être cynique, un rebelle, qui se place délibérément en marge de la société et de ses lois pour mieux en profiter, qui ne recule devant aucun acte, pourvu qu'il se justifie vis-à-vis de lui-même et non de la société. Philosophe à sa façon, il analyse froidement et sans faux-fuyants ce qui fait agir les hommes : le prestige et, avant lui, l'or et les femmes. Il est le représentant de la volonté de puissance qui animait Balzac lui-même. Plus secrètement, c’est un homoxuel qui cherche à séduire le jeune homme, qui est prêt à se dévouer pour l’être aimé.
En ce qui concerne Rastignac, ’Le père Goriot’ se révèle le type même du roman d'apprentissage. Le jeune homme doit être initié à la vie, vivre le passage douloureux à l'âge adulte et prendre ses responsabilités. C'est au départ un naïf qui arrive de sa campagne et débarque à Paris, qui va devoir apprendre à vivre dans cette société qui propose une morale différente de celle qui lui a été inculquée dans sa famille.
Balzac en a fait un séduisant Méridional : il «avait un visage tout méridional, le teint blanc, des cheveux noirs, des yeux bleus». Et, en tant que Méridional, s’il est audacieux, il est prompt au découragement comme aux retours d’optimisme.
Candide à son arrivée à la pension Vauquer, il se trouve vite à la croisée des chemins entre le vice et la vertu. Son éducation, qui n’est pas celle de l’étudiant qu’il est censé être mais celle du jeune provincial qui se frotte à la société parisienne, se fait à travers diverses expériences : une visite à Mme de Restaud l'initie aux secrets d'un adultère ; une conversation entre Mme de Beauséant et Mme de Langeais lui fait découvrir la fausse amitié ; une seconde visite à Mme de Beauséant lui révèle l'orgueil aristocratique ; un passage dans une maison de jeu lui montre la misère élégante. Plein de scrupules, il refuse l'argent de madame de Nucingen. Surtout, il reçoit les deux enseignements parallèles de Mme de Beauséant et de Vautrin dont l'arrestation est une terrible mise en garde contre les dangers de la révolte et de l’abandon à la tentation du plaisir. Si dans ces expériences, son âme ne s’est pas noircie, du moins a-t-il perdu de sa native pureté.
L'agonie solitaire du père Goriot lui enlève ses derniers scrupules. À la fin, il suit le convoi funéraire de celui qui lui a donné un premier exemple. Il est naturel qu'il ne se connaisse qu'une fois Goriot mort et enterré. Il a perdu ses illusions mais acquis aussi une volonté d’affirmation de son ambition. Il se montrera, dans d’autres œuvres de ‘’La comédie humaine’’, un arriviste cynique, baron (dans “La maison Nucingen”), sous-secrétaire d’État, plus ou moins complice d’affaires peu morales, et, n’ayant pas oublié le conseil de Vautrin : «Si l'on veut arriver, il faut se servir des autres et, plus particulièrement, des femmes et de leur mari», il sera aussi un don Juan qui, aussitôt, va dîner chez sa maîtresse. [
Le père Goriot, quant à lui, le plébéien sans éducation, l’être d’instinct, suit le même parcours que bien des personnages de Balzac qui sont possédés par une passion qui les dévore tout entiers. Dans l’amour incommensurable et irraisonnable qu'il porte à ses filles, amour que ce [COLOR="rgb(255, 140, 0)"]«Christ de la paternité»[/COLOR] pousse jusqu’à l’immoralité, il est implacablement conduit vers un sacrifice complet, vers une issue fatale, se détruisant pour deux filles qu’il gâte exagérément et qui n’ont pour lui que mépris. Sa souffrance le rend enfin clairvoyant.

Intérêt philosophique

Balzac, insistant sur l’origine, sur le physique, sur le tempérament, montre le déterminisme auquel sont soumis les êtres humains.
Écrivant à la lumière des «deux flambeaux que sont la Religion et la Monarchie», il prône une acceptation de la société, même s’il dénonce les mauvaises mœurs.
De la même façon contradictoire, il enseigne la nécessité de la maîtrise des passions et fait l’éloge de la volonté de puissance, a le culte de l’énergie.

Le roman a été, en 1944, adapté au cinéma, sous le titre “Vautrin”, par Pierre Billon, avec Michel Simon et Georges Marchal.

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 16/03/2013 à 22h28
Répondre en citant
  #4  
Ancien 05/05/2010, 10h36
MohammedCyber MohammedCyber est déconnecté
Nouveau membre
 
Inscrit : mai 2010
Messages: 3
Pouvoir de réputation: 36
MohammedCyber is a glorious beacon of light
Par défaut

 

 

 

 

merci pour votre sujet c'est .........................waaaaaaaaaaaaaaaw

 

 

Répondre en citant
  #5  
Ancien 08/07/2010, 09h47
Avatar de ininfo
ininfo ininfo est déconnecté
Modérateur
 
Inscrit : avril 2010
Lieu: Aklim
Âge: 37
Messages: 119
Pouvoir de réputation: 59
ininfo is a glorious beacon of light
Envoyer un message avec MSN à ininfo
Par défaut

 

 

 

 

Merci mon frère, pour le sujet!

 

 

__________________
La théorie c'est bien.
Mais si on ne sait pas mettre tout ça en pratique de manière concrète...
ben ça sert à rien d'avoir passé du temps à apprendre

-*-*-*-*-*-*-*-*-

-*-*-*-*-*-*-*-*-

Répondre en citant
  #6  
Ancien 06/04/2013, 21h45
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 66
Messages: 7 067
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 

 

 

Répondre en citant
  #7  
Ancien 06/04/2013, 21h51
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 66
Messages: 7 067
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut Rastignac, une année d’initiation

 

 

 

 

Rastignac, une année d’initiation

Le père Goriot, Honoré de Balzac

Eugène de Rastignac... à ...bachelier en droit.

Situation
Cet extrait de Le Père Goriot, de Honoré de Balzac, s’inscrit comme le précédent dans de présentation générale des lieux et des personnages : la maison, surtout les deux pièces au rez-de-chaussée, puis madame Vauquer, Michonneau, Poiret, Couture avec Victorine, enfin Vautrin, sans oublier les domestiques, Christophe et la grosse Sylvie. Le lecteur connaît maintenant le cadre et chacun des habitants.
Rastignac déjà été nommé et son portrait physique esquissé (pages 36-37) : « Eugène de Rastignac avait un visage tout méridional, le teint blanc, des cheveux noirs, des yeux bleus ». Les traits remarquables de cette esquisse préliminaire sont le visage, séduisant, les manières, aristocratiques, la tournure, élégante.

L’enjeu du texte

C’est ici, avec ce récit/analyse des premiers pas d’Eugène à travers le labyrinthe de la capitale, que se dessine pour la première fois le thème important de l’apprentissage ; le texte place Eugène en position protagoniste et montre sa sensible influence d’une année à Paris sur sa sensibilité, sa morale, sa compréhension de la société. Le commentaire s’attachera à cerner son évolution.


Lecture

Eugène de Rastignac était revenu dans une disposition d'esprit que doivent avoir connue les jeunes gens supérieurs, ou ceux auxquels une position difficile communique momentanément les qualités des hommes d'élite. Pendant sa première année de séjour à Paris, le peu de travail que veulent les premiers grades à prendre dans la Faculté l'avait laissé libre de goûter les délices visibles du Paris matériel. Un étudiant n'a pas trop de temps s'il veut connaître le répertoire de chaque théâtre, étudier les issues du labyrinthe parisien, savoir les usages, apprendre la langue et s'habituer aux plaisirs particuliers de la capitale; fouiller les bons et les mauvais endroits, suivre les cours qui amusent, inventorier les richesses des musées. Un étudiant se passionne alors pour des niaiseries qui lui paraissent grandioses. Il a son grand homme, un professeur du Collège de France, payé pour se tenir à la hauteur de son auditoire. Il rehausse sa cravate et se pose pour la femme des premières galeries de l'Opéra-Comique. Dans ces initiations successives, il se dépouille de son aubier, agrandit l'horizon de sa vie, et finit par concevoir la superposition des couches humaines qui composent la société. S'il a commencé par admirer les voitures au défilé des Champs-Elysées par un beau soleil, il arrive bientôt à les envier. Eugène avait subi cet apprentissage à son insu, quand il partit en vacances, après avoir été reçu bachelier en Lettres et bachelier en Droit.

Le Père Goriot - Honoré de Balzac


Annonce des axes
Etude

I Composition : un portrait dans la durée :

Le portrait du héros s’inscrit dans le mouvement de son apprentissage.

Une année de biographie morale est résumée en un portrait construit selon la chronologie, comme l’a été celui de Goriot. Par ce retour en arrière est dépeinte l’évolution du caractère dans le temps. Le portrait de Vautrin, c’était l’aspect physique dans le présent et une tentative de déchiffrement ; celui de Rastignac peut s’examiner en termes de durée, approche inhabituelle pour ce genre de texte. Le narrateur connaît tout de sa créature, son esprit, ses sentiments, l’emploi de ses journées.
Pour la composition, on distinguera trois étapes : d’abord les dispositions naturelles, les atouts du jeune homme au seuil de la vie (jusqu'à « du Paris matériel »). Ensuite, l’investigation menée par l’étudiant, le dynamisme de la découverte (« un étudiant… l’Opéra-comique »). Enfin, au point d’arrivée, les effets de l’apprentissage (« Dans ces initiations… en droit »). Ce sont les trois étapes que nous allons examiner successivement.


II Les Dispositions de départ :

Le héros semble avoir toutes les dispositions requises pour un apprentissage réussi.
D’emblée, Rastignac est présenté comme un garçon aux capacités exceptionnelles : il appartient à la classe des « jeunes gens supérieurs », il a « les qualités des hommes d’élite », avec une réserve, « momentanément ».
La sphère de ses intérêts n’est pas d’un intellectuel : d’abord il prend ses distances par rapport au savoir universitaire, persuadé pu « peu de travail que veulent les premiers grades à prendre dans la Faculté ». Il se rend libre d’ouvrir les yeux sur la réalité vraie, celle du monde, cela en une formule où chaque terme dit la prédominance des sens : « goûter les délices visibles du paris matériel », la capitale étant perçue comme un mets délectable offert à la dégustation, notion prépondérante de plaisir et d’attachement au concret.


III La dynamisme de l’apprentissage :

L’écriture suit le mouvement de cet apprentissage : vivacité de la phrase, choix des verbes et des substantifs évoquant les domaines auxquels le héros rêve d’accéder.

Le rythme de la phrase. Le jeune homme va faire preuve d’un tempérament de découvreur, exprimé dans la vivacité de la phrase : une série d’infinitifs juxtaposés, des segments brefs dont chacun marque une étape dans l’appropriation de Paris, une tentative conquérante dans les détours du labyrinthe :
« Un étudiant n’a pas trop de temps s’il veut connaître le répertoire de chaque théâtre, étudier les issues du labyrinthe parisien, savoir les usages, apprendre la langue, et s’habituer aux plaisirs particuliers de la capitale ; fouiller les bons et els mauvais endroits, suivre les cours qui amusent, inventorier les richesse des musées."
Les verbes. En outre, l’élément dominant est chaque fois le verbe, tous verbes dynamiques appartenant au registre de la connaissance, de l’appétit intellectuel, de l’exploration mentale : « connaître… étudier…apprendre…fouiller…inventorier ». Cette succession dit l’impatience enthousiaste de l’étudiant, avide de savoir et qui « n’a pas trop de temps s’il veut… ». Or Rastignac veut tout.
Les substantifs. Le champ de ces découvertes est inscrit dans les substantifs, que l’ont peut classer sous deux rubriques :
- La rubrique culture comporte « le répertoire de chaque théâtre… les richesses des musées… les cours qui amusent… un professeur au collège de France ». Toutes ces découvertes sont d’autant plus excitantes que la capitale d’investigation intellectuelle, encore à travers les substantifs : il s’agit « d’étudier les issues du labyrinthe parisien, savoir les usages, apprendre la langue », un pays mystérieux, presque étranger pour le provincial, qui a sa topographie sinueuse, un « labyrinthe », ses mœurs propres, ses us et coutumes, les « usages », enfin son idiome. Cette passion de comprendre a dû être celle du jeune Balzac débarquant de tours dans la capitale.
- La rubrique plaisir, relations, vie sociale réunit « les issues du labyrinthe parisien… les usages, la langue…plaisirs particuliers de la capitale…les bons et les mauvais endroits… la femme des premières galeries de l’opéra-comique ». Les révélations sont de l’ordre du coeur et des sens. Les satisfactions de l’amour ne sont qu’entrevues, ardemment souhaitées, mais inaccessibles encore : la femme est désirée, mais à distance dans « les premières galeries ».


IV Les effets de l’apprentissage :


Ces effets, qui marquent l’aboutissement de l’initiation, se résument en trois verbes « concevoir…admirer…envier ».

Concevoir dit une opération de l’ordre de l’intelligence : l’étudiant « finit par concevoir la superposition des couches humaines qui composent la société ». Il a compris l’essentiel : la société se subdivise en classes, qui sont fort inégales par leur position.
Admirer relève de l’affectivité : « admirer les voitures au défilé des Champs-Élysées par un beau soleil » ; le verbe traduit l’éblouissement du jeune homme à pied devant le symbole visible et éclatant de l’élégance et du luxe, la splendeur des équipages.
Envier appartient au registre du désir, « il arrive bientôt à les envier ». Rastignac n’est pas un intellectuel qui se contente d’analyser, ni un apprenti romancier qui observe pour raconter ; ce qu’il veut surtout, c’est conquérir, posséder. Il passer très vite de la connaissance au désir d’appropriation. Puis du désir à l’acte, en s’introduisant chez madame de Beauséant.



Conclusion

Ce portrait tranche sur les précédents. Le personnage est jeune. On le saisit dans le mouvement de son apprentissage.

Un portrait en action. Du point de vue de la technique narrative, ce texte nous offre, non pas l’état statique d’une conscience à un moment donné, mais le récit d’un itinéraire intérieur d’une année. Un éclairage rétrospectif est porté sur le personnage, procédé habituel dans les pages d’exposition, où le narrateur fait le point sur le passé avant d’engager l’action dans le présent.
Les qualités du héros en apprentissage. Rastignac est doué de trois vertus magiques : la vivacité dans l’analyse, le désir vif de posséder ce qu’il voit et l’aptitude a l’action. Il est muni es qualités utiles au héros en phase d’apprentissage puise à travers son regard et son comportement le narrateur peut nous livrer à la fois la connaissance des choses et les moyens de leur appropriation.
Un personnage enthousiaste. Ce personnage incarne la face de lumière du roman balzacien, tant d’ardeur et de foi dans la vie qu’ignoreront les héros et héroïnes de Flaubert, et même Gervaise de Zola dans L’Assommoir, avec ses velléités d’une vie laborieuse.

 

 

Répondre en citant
  #8  
Ancien 06/04/2013, 21h54
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 66
Messages: 7 067
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 

 

 

Répondre en citant
  #9  
Ancien 06/04/2013, 22h00
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 66
Messages: 7 067
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 

 

 

Répondre en citant
  #10  
Ancien 07/04/2013, 20h23
ramboltain ramboltain est déconnecté
Membre
 
Inscrit : janvier 2011
Messages: 12
Pouvoir de réputation: 45
ramboltain is a name known to all
Par défaut Les classiques français

 

 

 

 

J'espère que l'Institut français du Maroc va choisir notre portail de livres lus (voolume.fr), cela donnerait à beaucoup de marocains l'accès à une bibliothèque sonore très utile. On y retrouve les grands classiques comme "le dernier jour d'un condamné", mais aussi les plus grands textes de Molière, de Corneille, de Voltaire et de beaucoup d'autres. En plus nous travaillons pour proposer aussi des textes classiques et contemporains avec lexique et QCM.http://www.francaismaroc.com/vb/imag...lies/smile.gif

 

 

Répondre en citant
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 15h55.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.12 by vBS
Copyright ©2000 - 2020, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc