Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > 1ère année > Antigone
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 02/05/2010, 18h34
berbara berbara est déconnecté
membre avancé
 
Inscrit : avril 2010
Messages: 59
Pouvoir de réputation: 31
berbara has a spectacular aura about
Par défaut Contrôle continu avec son corrigé: Antigone; Anouilh.J

 

 

 

 




ANTIGONE sous-titrée en ARABE - Jean Anouilh (pièce complète)






Deuxième semestre : Module 3 : Etudier une tragédie moderne « Antigone » de Jean Anouilh
(A adapter en fonction de chaque filière et de l’horaire imparti)





http://oujda-portail.net/ma/wp-conte...ie-moderne.pdf






Antigone de Jean Anouilh



http://mael.monnier.free.fr/bac_francais/antigone/0.htm






LE PROLOGUE
Un décor neutre. Trois portes semblables. Au lever du rideau, tous les personnages sont en scène. Ils bavardent, tricotent, jouent aux cartes. Le Prologue se détache et s'avance.
Voilà. Ces personnages vont vous jouer l'histoire d'Antigone. Antigone, c'est la petite maigre qui est assise là-bas, et qui ne dit rien. Elle regarde droit devant elle. Elle pense. Elle pense qu'elle va être Antigone tout à l'heure, qu'elle va surgir soudain de la maigre jeune fille noiraude et renfermée que personne ne prenait au sérieux dans la famille et se dresser seule en face du monde, seule en face de Créon, son oncle, qui est le roi. Elle pense qu'elle va mourir, qu'elle est jeune et qu'elle aussi, elle aurait bien aimé vivre. Mais il n'y a rien à faire. Elle s'appelle Antigone et il va falloir qu'elle joue son rôle jusqu'au bout... Et, depuis que ce rideau s'est levé, elle sent qu'elle s'éloigne à une vitesse vertigineuse de sa sœur Ismène, qui bavarde et rit avec un jeune homme, de nous tous, qui sommes là bien tranquilles à la regarder, de nous qui n'avons pas à mourir ce soir. Le jeune homme avec qui parle la blonde, la belle, l'heureuse Ismène, c'est Hémon, le fils de Créon. Il est le fiancé d'Antigone. Tout le portait vers Ismène : son goût de la danse et des jeux, son goût du bonheur et de la réussite, sa sensualité aussi, car Ismène est bien plus belle qu'Antigone ; et puis un soir, un soir de bal où il n'avait dansé qu'avec Ismène, un soir où Ismène avait été éblouissante dans sa nouvelle robe, il a été trouver Antigone qui rêvait dans un coin, comme en ce moment, ses bras entourant ses genoux, et il lui a demandé d'être sa femme. Personne n'a jamais compris pourquoi. Antigone a levé sans étonnement ses yeux graves sur lui et elle lui a dit «oui » avec un petit sourire triste... L'orchestre attaquait une nouvelle danse, Ismène riait aux éclats, là-bas, au milieu des autres garçons, et voilà, maintenant, lui, il allait être le mari d'Antigone. Il ne savait pas qu'il ne devait jamais exister de mari d'Antigone sur cette terre et que ce titre princier lui donnait seulement le droit de mourir. Cet homme robuste, aux cheveux blancs, qui médite là, près de son page, c'est Créon. C'est le roi. Il a des rides, il est fatigué. Il joue au jeu difficile de conduire les hommes. Avant, du temps d'Oedipe, quand il n'était que le premier personnage de la cour, il aimait la musique, les belles reliures, les longues flâneries chez les petits antiquaires de Thèbes. Mais Œdipe et ses fils sont morts. Il a laissé ses livres, ses objets, il a retroussé ses manches, et il a pris leur place. Quelquefois, le soir, il est fatigué, et il se demande s'il n'est pas vain de conduire les hommes. Si cela n'est pas un office sordide qu'on doit laisser à d'autres, plus frustes... Et puis, au matin, des problèmes précis se posent, qu'il faut résoudre, et il se lève, tranquille, comme un ouvrier au seuil de sa journée. La vieille dame qui tricote, à côté de la nourrice qui a élevé les deux petites, c'est Eurydice, la femme de Créon. Elle tricotera pendant toute la tragédie jusqu'à ce que son tour vienne de se lever et de mourir. Elle est bonne, digne, aimante. Elle ne lui est d'aucun secours. Créon est seul.
Questions
1. D'où ce passage est-il extrait? Qui en est l'auteur?
2. Quelle est la fonction de cet extrait dans la pièce?
3. Relevez des mots, des noms ou des expressions qui montrent qu'il s'agit d'une tragédie.
4. Quelle est la phrase qui montre le passage d’Antigone d'un personnage ordinaire à un personnage tragique?
5. En quoi Antigone diffère-t-elle de sa sœur Ismène?
6. Est-ce que l'ambiance décrite par le Prologue est triste ou joyeuse? Relevez des termes ou des expressions justifiant votre réponse.
7. Comment appelle-t-on le texte en italiques au début du passage? Quel est son rôle?
8. Quelle est la figure de style employée dans cet énoncé: «il se lève, tranquille, comme un ouvrier au seuil de sa journée.»
9. a. Que remplace le pronom personnel souligné dans l'énoncé suivant?
b. Indiquez sa fonction grammaticale: «Elle ne lui est d'aucun secours.»

Réponses.

1.Ce passage est extrait d’Antigone, dont l'auteur est Jean Anouilh, qui est un dramaturge français né en 1910 et mort en 1987. Il a écrit plusieurs pièces de théâtre dont Le Voyageur sans bagage et l’Hermine.
2. Cet extrait présente les personnages, le cadre général de l'histoire et la tonalité de la pièce.
3. Antigone, Œdipe, Thèbes, elle va mourir, tragédie, elle ne lui est d'aucun secours, Créon est seul...
4. «Elle pense qu'elle va être Antigone tout à l'heure, qu'elle va surgir soudain de la maigre jeune fille noiraude et renfermée que personne ne prenait au sérieux dans la famille et se dresser seule en face du monde, seule en face de Créon, son oncle, qui est le roi.»
5. Antigone est solitaire, triste peu belle, alors que Ismène est belle, sociable et heureuse.
6. Cette ambiance est triste: décor neutre, mourir, tragédie, seul, il a des rides, vieille dame, fatigué, vain...
7. Ce sont des didascalies (ou indications scéniques). Ces indications fournissent au lecteur et à l'acteur des informations sur le décor, les lieux, les temps, les vêtements.
8. Une comparaison.
9. a. Ce pronom remplace Créon
b. C'est un complément d'objet indirect.


Contrôle continu

profil ciblé : 1ère année Bac.

Année scolaire : 2009/2010

Lycée qualifiant DERFOUFI.


TEXTE :

Ismène, Dans un cri. Antigone !
Antigone : Qu’est ce que tu veux, toi aussi ?
Ismène : Antigone, pardon ! Antigone, tu vois, je viens, j’ai du courage .j’irai maintenant avec toi.
Antigone : Où iras-tu avec moi ?
Ismène : Si vous la faites mourir, il faudra me faire mourir avec elle !
Antigone : Ah ! non.pas maintenant. Pas toi !c’est moi, c’est moi seule. Tu ne te figures pas que tu vas venir mourir avec moi maintenant. Ce serait trop facile !
Ismène : Je ne veux pas vivre si tu meurs, je ne veux pas rester sans toi !
Antigone : Tu as choisi la vie et moi la mort. Laisse-moi maintenant avec tes jérémiades. Il fallait y aller ce matin à quatre pattes, dans la nuit. Il fallait aller gratter la terre avec tes ongles pendant qu’ils étaient tous prés et te faire empoigner par eux comme une voleuse
Ismène : Eh bien, j’irai demain !
Antigone : Tu l’entends, Créon ?qui sait si cela ne va pas prendre à d’autres encore, en m’écoutant ?qu’est ce que tu attends pour me faire taire, qu’est ce que tu attends pour appeler tes gardes ?allons, Créon, un peu de courage, ce n’est qu’un mauvais moment à passer. Allons, cuisinier, puisqu’il le faut !
Créon, crie soudain.
Gardes !
Les gardes apparaissent aussitôt.
Créon : Emmenez-la.
Antigone, dans un grand cri soulagé
Enfin, Créon !
Les gardes se jettent sur elle et l’emmènent. Ismène sort en criant derrière elle.

QUESTIONS:

1-Complète le tableau suivant : (3pts)
Titre de l’oeuvre:.........................
Genre de l’oeuvre:.......................
Date de parution: ........................
Date de la 1ère présentation sur scène: ............................
Auteur: .......................
2 titres de ses œuvres: ........................


2-relevez dans le texte deux indices qui montrent que cet extrait est un texte théâtral. (1pt)

3-Identifiez la figure de style contenue dans la phrase ci-dessous:
<<... te faire empoigner par eux comme une voleuse!>> (2pts)

4- << Ismène : Antigone, pardon ! Antigone, tu vois, je viens, j’ai du courage .j’irai maintenant avec toi >>.
a-De quel courage parle Ismène ? (1pt)
b-Où veut-elle accompagner sa sœur ? (1pt)

5-Situez le passage. (2pts)

6-Répondez par vrai ou faux :
a-Antigone accepte que sa sœur l’aide dans l’enterrement de leur frère. (1pt)
b-Créon se montre calme après le discours d’Antigone. (1pt)
c-Antigone est soulagée une fois Créon appelle les gardes. (1pt)

7-résumez en quelques lignes le problème qui a déclenché la crise entre Créon et Antigone. (2pts)

8- Pourquoi Antigone s’est soulagée à la fin ? Donnez un exemple du texte qui le montre. (2pts)

9-Identifiez les personnages de cet extrait et présentez-les brièvement. (3pts)

Production écrite :

 

 


Sujet :Ismène tente de convaincre sa sœur pour l’aider à enterrer leur frère.
Êtes-vous d’accord avec elle ? Argumentez.






Éléments de réponse :


1-Complètez :

Titre de l’oeuvre:Antigone
Genre de l’oeuvre:Tragédie moderne
Date de parution :1942
Date de présentation sur scène:1944
Auteur:Jean Anouilh
2 titres de ses oeuvres:*L’alouette/*Le voyageur sans bagage.

2- Deux indices montrant qu’il s’agit d’un texte théâtral : Le dialogue/les didascalies….

N.B : Acceptez toute bonne réponse.

3- La comparaison.

4-a/Ismène insinue qu’elle a le courage d’affronter Créon.
b/Elle veut aider sa sœur dans l’enterrement de leur frère.

5-Situation :
Le texte constitue un extrait de la tragédie moderne de Jean Anouilh, Antigone publiée en 1942 et présentée la première fois sur scène en 1944.
Après avoir refusé la proposition de Créon (vivre dans le bonheur), Antigone se dirige vers sa destinée d’une vitesse vertigineuse et refuse l’aide de quiconque.

6- a/ Faux.
b/Faux.
c/Vrai.

7-Accepter toute réponse parlant du mythe d’Œdipe et surtout de la crise politique entre Polynice et Étéocle qui avait comme conséquence la mort d’Antigone.

8-Antigone s’est soulagée vu qu’elle est parvenue à son objectif signalé au début de la pièce et qui n’est autre chose que sa mort.

Ex : Créon :
Emmenez-la.
Antigone, dans un grand cri soulagé
Enfin, Créon !

9-Antigone : Fille d’Œdipe, sœur d’Ismène…
Ismène : Idem.
Créon : Frère de Jocaste, oncle d’Antigone, nouveau roi de Thèbes…

N.B : Accepter toute bonne réponse.

Production écrite :

Les élèves sont appelés à rédiger un texte argumentatif où ils doivent se montrer pour ou contre l’acte d’Ismène en utilisant des arguments et des liens logiques de façon convenable.

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 05/05/2013 à 22h39
Répondre en citant
Liens Sponsorisés
  #2  
Ancien 02/05/2010, 21h19
Avatar de Said1r
Said1r Said1r est déconnecté
membre avancé
 
Inscrit : avril 2010
Messages: 64
Pouvoir de réputation: 32
Said1r has a spectacular aura about
Par défaut

 

 

 

 

Merci Infiniment et bonne continuation


 

 


Dernière modification de prof.ziani, 05/05/2013 à 22h41
Répondre en citant
  #3  
Ancien 03/05/2010, 23h29
aboud aboud est déconnecté
Modérateur
 
Inscrit : avril 2010
Messages: 129
Pouvoir de réputation: 60
aboud is a glorious beacon of light
Par défaut

 

 

 

 

merci bien pour votre participation

 

 

Répondre en citant
  #4  
Ancien 09/05/2010, 11h25
basma882 basma882 est déconnecté
Membre
 
Inscrit : mai 2010
Messages: 8
Pouvoir de réputation: 36
basma882 is a glorious beacon of light
Par défaut

 

 

 

 

merci beaucoup c gentille de votre part

 

 

Répondre en citant
  #5  
Ancien 05/03/2011, 00h29
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut Révision: Examen final

 

 

 

 


RÉVISION: EXAMEN FINAL


Jean Anouilh (1910-1987), Antigone (1944).

[OEdipe a eu deux fils, Etéocle et Polynice, ainsi que deux filles, Antigone et Ismène. A sa mort ses deux fils se sont entretués pour prendre le pouvoir. Leur oncle, Créon, refuse d'enterrer Polynice qu'il considère comme un traître. Antigone décide de lui rendre malgré tout les honneurs funèbres. Ismène tente de l'en dissuader.]

ISMÈNE – Tu sais, j'ai bien pensé, Antigone.
ANTIGONE – Oui.
ISMÈNE – J'ai bien pensé toute la nuit. Tu es folle.
ANTIGONE – Oui. ISMÈNE – Nous ne pouvons pas.
ANTIGONE, après un silence, de sa petite voix. – Pourquoi ?
ISMÈNE – Il3 nous ferait mourir.
ANTIGONE – Bien sûr. A chacun son rôle. Lui, il doit nous faire mourir, et nous, nous devons aller enterrer notre frère. C'est comme cela que ç'a été distribué. Qu'est-ce que tu veux que nous y fassions ? ISMÈNE – Je ne veux pas mourir.
ANTIGONE, doucement – Moi aussi j'aurais bien voulu ne pas mourir. ISMÈNE – Écoute, j'ai bien réfléchi toute la nuit. Je suis l'aînée. Je réfléchis plus que toi. Toi, c'est ce qui te passe par la tête tout de suite, et tant pis si c'est une bêtise. Moi, je suis plus pondérée. Je réfléchis.
ANTIGONE – II y a des fois où il ne faut pas trop réfléchir.
ISMÈNE – Si, Antigone. D'abord c'est horrible, bien sûr, et j'ai pitié moi aussi de mon frère, mais je comprends un peu notre oncle.
ANTIGONE – Moi je ne veux pas comprendre un peu.
ISMÈNE – II est le roi4, il faut qu'il donne l'exemple.
ANTIGONE – Moi, je ne suis pas le roi. Il ne faut pas que je donne l'exemple, moi... Ce qui lui passe par la tête, la petite Antigone, la sale bête, l'entêtée, la mauvaise, et puis on la met dans un coin ou dans un trou. Et c'est bien fait pour elle. Elle n'avait qu'à ne pas désobéir !
ISMÈNE – Allez ! Allez !... Tes sourcils joints, ton regard droit devant toi et te voilà lancée sans écouter personne. Écoute- moi. J'ai raison plus souvent que toi. ANTIGONE – Je ne veux pas avoir raison.
ISMÈNE – Essaie de comprendre au moins !
ANTIGONE – Comprendre... Vous n'avez que ce mot-là dans la bouche, tous, depuis que je suis toute petite. Il fallait comprendre qu'on ne peut pas toucher à l'eau, à la belle eau fuyante et froide parce que cela mouille les dalles5, à la terre parce que cela tache6 les robes. Il fallait comprendre qu'on ne doit pas manger tout à la fois, donner tout ce qu'on a dans ses poches au mendiant7 qu'on rencontre, courir, courir dans le vent jusqu'à ce qu'on tombe par terre et boire quand on a chaud et se baigner quand il est trop tôt ou trop tard, mais pas juste quand on en a envie ! Comprendre. Toujours comprendre. Moi, je ne veux pas comprendre. Je comprendrai quand je serai vieille. (Elle achève doucement.) Si je deviens vieille. Pas maintenant.

Présent
Futur
Imparfait
Passé composé
Futur immédiat
Plus-que-parfait
Futur antérieur
Conditionnel présent
Conditionnel passé
Subjonctif présent
Impératif
Infinitif
a) ses deux fils se sont entretués.

b) j'ai bien pensé.

c) Nous ne pouvons pas.

d) Il nous ferait mourir.

e) Qu’est-ce que tu veux que nous y fassions ?

f)Moi aussi j'aurais bien voulu ne pas mourir.

g) Elle n'avait qu'à ne pas désobéir !

 

 



h) Je ne veux pas avoir raison.


I)Je comprendrai quand je serai vieille.

j) Si je deviens vieille.

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 26/03/2013 à 14h26
Répondre en citant
  #6  
Ancien 15/01/2012, 23h01
aitzbeir aitzbeir est déconnecté
Nouveau membre
 
Inscrit : septembre 2011
Messages: 2
Pouvoir de réputation: 41
aitzbeir is a name known to all
Par défaut

 

 

 

 

Merci infiniment

 

 

Répondre en citant
  #7  
Ancien 12/02/2012, 10h28
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut Epreuve globale J'ai bien pensé toute la nuit. Tu es folle.

 

 

 

 

Epreuve globale du 2ème semestre
Ismène: J'ai bien pensé toute la nuit. Tu es folle.
Antigone: Oui.
Ismène: Nous ne pouvons pas.
Antigone, après un silence, de sa petite voix. Pourquoi?
Ismène: Il nous ferait mourir.
Antigone: Bien sûr. Lui, il doit nous faire mourir, et nous, nous devons aller enterrer notre frère. C'est comme cela que ç'a été distribué. Qu'est ce que tu veux que nous y fassions?
Ismène: Je ne veux pas mourir.
Antigone (doucement): Moi aussi j'aurais bien voulu ne pas mourir.
Ismène: Ecoute, j'ai bien réfléchi toute la nuit. Je suis l'aînée. Je réfléchis plus que toi. Toi, c'est ce qui te passe par la tête tout de suite, et tant pis si c'est une bêtise. Moi, je suis plus pondérée. Je réfléchis.
Antigone: Il y a des fois où il ne faut pas trop réfléchir.
Ismène: Si Antigone, Antigone. D'abord c'est horrible, bien sûr, et j'ai pitié moi aussi de mon frère, mais je comprends un peu notre oncle.
Antigone: Moi je ne veux pas comprendre un peu.
Ismène: Il est le roi, il faut qu'il donne l'exemple
Jean Anouilh, Antigone, Table ronde


8) " Il faut qu'il donne l'exemple "
a-Qu'est ce que cette phrase exprime-elle?
b- Remplacez "il faut" par un synonyme
9) Quelle est le genre de cette oeuvre?
10) Qui est l'auteur de cette oeuvre? Présentez le en quelques lignes.

Corrigé:
1) Cette scène fait partie de l'exposition. Les deux soeurs, Antigone et Ismène, congédient la nourrice pour parler en tête à tête.
2) Ce sont deux soeurs.
3) Elles parlent de l'enterrement du cadavre de leur frère Polynice.
4) Non, elles n'ont pas le même point de vue. Antigone est prête pour enterrer son frère alors qu'Ismène a peur de la mort.
5) Toutes les deux ont pitié de leur frère; elles aimeraient le voir enterré. Mais l'une est prête à tout pour laisser son âme reposer dans sa tombe alors que l'autre préfère réfléchir et ne pas défier le roi.
6) C'est comme ça que cela a été distribué par le destin.
7) Ismène a dit qu'il ferait mourir.
8) a-Cette phrase exprime l'opposition.
b-Il faut= Il doit donner l'exemple.
9) C'est une pièce de théâtre, une tragédie.
10) L'auteur est Jean Anouilh, dramaturge et metteur en scène français, né à Bordeaux en 1910 et mort en 1987. Antigone en 1944.

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 26/03/2013 à 14h27
Répondre en citant
  #8  
Ancien 12/02/2012, 10h30
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 

Antigone et Créon.
· L ’attitude de Créon : Créon tente de désamorcer le conflit,
préférant étouffer le scandale et raisonner la jeune fille : « tu vas
dire… que tu n’es pas sortie depuis hier ».

 

 


· Il cherche à lui faire exposer les motifs de son geste parce qu’il ne
sont pas clairs dans l’esprit d’Antigone. Il lui montre qu’elle a agit
malgré : l’interdiction du roi, le fait que son frère soit un traître, le
châtiment encouru. Puis, il lui prouve qu’elle l’a fait par orgueil
« l’orgueil d’OEdipe », et montre une affection bourrue envers elle.
· Antigone réfute tous ces arguments et se montre doucement
résolue : « je ne joue pas ».
· Aucun des deux ne croit à la nécessité de l’enterrement. Créon, lui
parle de « folie », de « geste absurde », adjectif repris par Créon
« c’est absurde » et Antigone.
· « Pour personne. Pour moi ». Antigone n’agit ni contre le
pouvoir, ni par respect du rite religieux dont Créon vient de peindre
l’absurdité , mais par fidélité à ellemême,
à sa conscience, à son
idéal de vie.

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 26/03/2013 à 14h27
Répondre en citant
  #9  
Ancien 12/02/2012, 13h23
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 


Antigone
Fiche: jean anouilh le mythe








jean anouilh

Il naît en 1910 à Bordeaux d’un père tailleur et d’une mère violoniste. A partir de 1921, il vit à Paris et se prend très tôt de passion pour l’écriture théâtrale..

Il connaît un succès triomphal en 1938 avec Le Bal des voleurs, que monte André Barsacq le futur metteur en scène d’Antigone. Jean Anouilh devient alors une figure parisienne, un auteur à la mode. Il adopte un style personnel.

Il ne cesse pas d’écrire pendant l’Occupation, et donne Eurydice en 1941. Mais dans ce climat troublé il se sent décalé, à l’écart, et refuse d’afficher une opinion tranchée. Face aux nazis et à la Résistance, il se veut au-dessus de la mêlée et refuse de suivre quelque mouvement que ce soit, ce qui lui sera abondamment reproché. En 1944, Antigone est jouée pour la première fois. Elle connaît le succès, mais avec un parfum de scandale. Dans le contexte de la fin de la guerre, la pièce est accusée .

le mythe

Oedipe,dans la mythologie grecque,c’est le roi de Thèbes, fils de Laïos et de Jocaste, roi et reine de Thèbes.

La reine Jocaste attend un enfant. Son mari, Laïos, roi de Thèbes, s’enquiert auprès des dieux, comme il est naturel, de ce qui va venir. La réponse de l’oracle est terrible : » Il tuera son père ; il épousera sa mère ». Il décide d’échapper à son destin : il attacha les deux pieds de son fils nouveau-né, qu’ils percent, et ils ordonnent qu’il soit abandonné dans la montagne, aux bêtes sauvages sur les flancs du mont Cithéron. Le bébé gémissant émeut le cœur du serviteur chargé de la besogne. Il le confie à des bergers du roi de Corinthe, qui l’amènent à leur maître Polybos, roi de Corinthe. Sa femme Périboe désespérait justement d’avoir un héritier, Polybos l’appela Œdipe ( » celui qui a les pieds enflés « , en grec) et l’éleva comme son propre fils. Des années passent. Un jour, pendant une querelle, un Corinthien traite Œdipe d’enfant trouvé. Celui-ci, alarmé, part demander la vérité à Pythie de Delphes. En chemin, un vieillard monté sur un char lui commande, un peu trop impérieusement, de s’écarter de son chemin. Œdipe, qui a le sang vif, le tue. C’était bien sûr le roi Laïos, son père. Ainsi, Œdipe accomplit la prophétie sans le vouloir.

Œdipe arriva à Thèbes, qui était sous la coupe d’un monstre sanguinaire appelé le Sphinx, lion à tête de femme. La créature bloquait les routes menant à la ville, tuant et dévorant les voyageurs qui ne pouvaient résoudre l’énigme fameuse qu’elle leur proposait : » Quel est l’animal qui le matin marche sur quatre pieds, à midi sur deux et le soir sur trois ? ». Œdipe répond sans hésiter que c’est l’homme, qui au matin de sa vie marche à quatre pattes, va sur ses deux jambes à l’âge adulte et s’aide d’une canne pour soutenir sa vieillesse. Le Sphinx, vexé, se suicide. Œdipe s’attira les faveurs de la ville pour avoir libéré Thèbes du Sphinx. En remerciement, les Thébains le firent roi et lui donnèrent comme épouse la veuve de Laïos, Jocaste. Pendant de nombreuses années, le couple vécut heureux, ne sachant pas qu’ils étaient en réalité mère et fils. La seconde partie de l’oracle est accomplie.

Les années passent, des enfants naissent du couple incestueux, deux garçons (Etéocle et Polynice) et deux filles, Antigone et Ismène.

Jusqu’au jour où la peste ravagea le pays. La vérité est dévoilée et Jocaste s’en suicide de désespoir, et lorsqu’ Œdipe se rendit compte qu’elle était morte et que leurs enfants, Etéocle, Polynice, Antigone et Ismène, étaient maudits, il se creva les yeux,. Il part sur les routes, la main sur l’épaule d’Antigone, chercher un pardon problématique..


Résumé

Écrite en 1942, la pièce fut représentée le 4 février 1944 . L’époque : les derniers mois de l’Occupation. Ce fut un très grand succès.
Antigone se présente comme formant un tout : pas de division en actes, ni en scènes.

L’exposition
Au début, le Prologue s’avance vers le public et lui présente tous les personnages. Ils sont tous en scène. Le Prologue les montre, et nous parle de leur caractère et leur rôle.
Antigone et sa nourrice
La nourrice surprend Antigone, qui rentre de l’extérieur sur la pointe des pieds, ses souliers à la main. Elle a été, dit-elle, se promener dans la campagne.

 

 


Antigone et Hémon
Une scène pleine d’émotion. La jeune fille veut d’abord s’assurer de l’amour d’Hémon. Elle aurait été heureuse d’être sa femme, et était prête à se donner à lui la veille au soir parce que… Mais avant de lui dire pourquoi, elle lui fait jurer de ne pas la questionner. Il le fait, et frappé de stupeur, il entend : « parce que jamais, jamais, je ne pourrai t’épouser ». À Ismène, revenue, qui essaye de la raisonner, Antigone apprend la vérité : elle est allée enterrer son frère pendant la nuit.
Arrestation d’Antigone
C’est le moment de la « crise ». Le ressort est bandé. Le Chœur en profite pour entrer, et, s’adressant au public, explique sa conception de la tragédie. C’est le moment où la jeune fille entre en scène, poussée par les gardes. Antigone était revenue sur les lieux en plein jour.
Antigone et Créon
Scène capitale entre Créon et Antigone, scène où se on touche le sens de la pièce. On peut distinguer plusieurs étapes. Créon est assez calme au début. Il espère étouffer l’affaire en faisant disparaître les trois gardes. Antigone lui annonce qu’elle recommencera. Créon change de stratégie et use d’autres arguments mais en vain.
Poussé à bout, Créon appelle ses gardes. Malgré les reproches du Chœur, les supplications d’Hémon, Créon avoue qu’il n’a rien pu faire pour sauver Antigone et qu’elle voulait mourir. Hémon sort comme un fou.

Antigone et le garde
Antigone reste seule avec le garde. Cette scène nous montre l’isolement d’Antigone à l’heure de sa mort. Le garde parle de ses petits problèmes à lui, et apprend à Antigone qu’elle va être enterrée vivante.


Test propsée

Texte:

Les gardes sont sortis, précédés par le petit page.

Créon et Antigone sont seuls l’un en face de l’autre.

Créon: Avais-tu déjà parlé de ton projet à quelqu’un ?

Antigone Non.

Créon As-tu rencontré quelqu’un sur ta route?

Antigone Non, personne.

Créon Tu en es bien sûre?

Antigone Oui

Créon Alors, écoute: tu vas rentrer chez toi, te coucher, dire que tu es malade, que tu n’es pas sortie depuis hier. Ta nourrice dira comme toi. Je ferai disparaître ces trois hommes.

Antigone Pourquoi? Puisque tu sais que je recommencerai.

Un silence. Ils se regardent.

Créon Pourquoi as-tu tenté d’enterrer ton frère?

Antigone Je le devais.

Créon Je l’avais interdit.

J. Anouilh, Antigone, édition la table ronde
.

Compréhension et langue:

1) Situez le passage dans l’œuvre.

2) Dans un bref paragraphe, présentez le dramaturge.

3) Comment appelle-t-on ce qui est écris en italique? A quoi servent-elles?

4) L’expression » l’un en face de l’autre » donne une idée sur un climat :

d’amitié?
de confrontation?
de neutralité?
Choisissez la bonne réponse.

5) Lequel des deux personnages parle le plus et pourquoi?

6) Quel argument Antigone présente-t-elle pour justifier son acte

7) Dans la phrase « Alors, écoute : tu vas ….. » le terme « alors » annonce-t-il:

une conclusion?
une conséquence?
Quel caractère d’Antigone est souligné dans cette scène?

9) Mettez au discours indirect la phrase suivante:

» As-tu rencontré quelqu’un sur ta route? » demanda Créon.

10) Remplacez dans la scène une expression de l’obligation par une autre.

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 26/03/2013 à 14h27
Répondre en citant
  #10  
Ancien 13/02/2012, 12h44
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 



Antigone Jean ANOUILH Rupture avec Hémon p.43/44
Introduction La scène précédente était la scène d’adieu où Antigone léguait sa chienne à la nourrice et s’appropriait de la tendresse pour affronter les évènements.
Ici, c’est une scène d’adieu avec Hémon. Elle ne lui dit pas pourquoi elle ne veut pas l’épouser et il ne dit car il l’a juré. Lui non plus ne la comprend pas.
Lecture du texte
Annonce des axes Cette scène nous montre 3 moments essentiels de leur vie : passé, présent, avenir.
Etude méthodique
1 - Le passé
Elle fait allusion au soir du bal où il l’a demandée en mariage " je voulais être ta femme ". Elle lui rappelle l’amour qui les uni " je t’aie comme cela, moi, très fort "
La veille, elle avait emprunté tous les accessoires de féminité d’Ismène (robe, parfum, rouge à lèvre) afin de le séduire, d’être désirable (physiquement). Par ce déguisement, elle voulait être comme les autres jeunes filles, elle voulait entrer dans la norme.
Mais cette soirée a été un échec " tu as ri et nous nous sommes disputés ". Hémon n’a rien compris à la démarche d’Antigone (vu son caractère, il aurait pu se poser des questions). Elle s’est alors sauvée de honte et s’est sentie incomprise (pour elle c’était une démarche grave avant son geste fatal).
Elle est déçue car elle venait lui donner la preuve de son amour et il n’a pas compris.
2 - Le présent
Il se présente sous la forme d’un chantage : Hémon a compris qu’Antigone était dans un moment exaltation et qu’elle était capable de se jeter dans le vide s’il bougeait ou parlait. Il doit même partir " sors ". On note la brièveté de la demande ; " tout de suite " insiste sur l’ordre ; " pas maintenant, pars vite " anaphore.
Il a juré de ne rien dire et doit subir le monologue d’Antigone sans comprendre. Les adverbes montrent l’urgence de la situation : elle ne pourra pas résister longtemps à cette tension " jamais ", " demain ", " vite ", " s’il te plait Hémon " (prière)
Progression depuis l’ordre jusqu'à la supplication " si tu m’aimes dernier chantage.
Finalement Hémon l’aime et s’exécute, il s’en va sans dire mot.
3 - L’avenir
Il n’y en a pas. Nous allons voir les aspects qu’il y aurait pu y avoir
Le mariage est annulé, ton dramatique, anaphore de jamais " jamais, jamais je bne pourrais t’épouser ". La négation mise en tête de phrase met en valeur cette révélation.
Elle ne réalisera jamais son rêve d’être une femme et de passer dans le monde adulte (ce qu’elle avait essayé de réaliser la veille).
Son rôle de mère. Elle aurait été très présente, affectueuse, maternelle " le petit garçon " répété plusieurs fois montre sa peine de ne pouvoir aimer un enfant didascalie " un tel désespoir ".
Elle a choisi son destin qui va l’entrainer vers la mort et pour ne pas faiblir, elle ne veut pas donner d’explication à Hémon.
La conclusion est brève. La scène est terminée. Elle va passer à la scène suivante. Elle a sacrifié Hémon et ses idées.
Conclusion
Dans un style simple, un langage parlé (phrases courtes elliptiques), Antigone rompt avec Hémon qu’elle aime. Elle a choisi d’enterrer son frère et de mourir malgré son amour pour la vie (homme/ enfant).
Les didascalies nous indiquent la tension dramatique de cette scène.
Hémon apparaît plus faible et moins affirmé qu’Antigone qui dévoile ici son caractère.

Comprendre la double énonciation.
Observons
Antigone – (elle s’est détachée de lui, elle a pris un autre ton.) Voilà. Maintenant, je vais te dire encore deux choses et quand je les aurais dites il faudra que tu sortes sans me questionner. Même si elles te paraissent extraordinaires si elles te font de la peine. Jure-le-moi.
Hémon-Qu’ est-ce que tu vas me dire encore ? J. Anouilh, Antigone. p 42
Réfléchissons
-Qui sont les personnages qui dialoguent ?
-Y a-t-il d'autres personnages sur scène ?
-A qui d'autre ce dialogue est-il destiné ?
-Quelle information Antigone communique-t-elle à Hémon ?
-Quelles conditions lui pose-t-elle avant de l'informer ?

 

 


-Hémon sait-il de quoi elle veut lui parler ?
-Observez attentivement la réplique d'Hémon ; selon lui, s'agit-il d'une information grave ?
-Quel intérêt la didascalie «(elle s'est détachée de lui, elle a pris un autre ton)» représente-t-elle pour le lecteur ? Sur scène, comment cette didascalie est-elle représentée ?
-Le lecteur ou le spectateur sont-ils informés qu'Antigone ne pourra plus épouser Hémon ? Justifiez votre réponse.
-En vous basant sur la réponse à la question précédente. quel(s) sentiment(s) le lecteur ou le spectateur éprouvent- ils vis-à-vis d'Hémon ?
Retenons
La double énonciation caractérise le texte théâtral :
■premier niveau de l'énonciation : les personnages sur scène dialoguent entre eux, comme si personne n'était là pour suivre leur dialogue.
■ Deuxième niveau de l'énonciation : le dialogue des personnages est en réalité adressé aux spectateurs (et aux lecteurs). Ceux-ci sont en général plus informés de l'évolution de l'action que les personnages. La double énonciation permet de créer divers effets. Ici, Hémon ignore ce qui l'attend alors que nous en sommes informés avant lui ; ce qui nous inspire un sentiment de pitié, de compassion,...
Appliquons
Lisez attentivement ces passages, puis répondez aux questions :
«La nourrice - Je me lève quand il fait encore noir, je vais à ta chambre pour voir si tu ne t'es pas découverte en dormant et je ne te trouve plus dans ton lit.
Antigone - Le jardin dormait encore. Je l'ai surpris, nourrice. Je l'ai vu sans qu'il s'en doute. C'est beau un jardin qui ne pense pas encore aux hommes»
J. Anouilh, Antigone, p 14
1- La nourrice sait-elle où est allée Antigone ?
2- Comment Antigone justifie-t-elle sa sortie ?
3- Antigone dit-elle la vérité à la nourrice ?
4- Et vous, savez-vous où est allée Antigone ?

"Ismène -Tu es malade ?
Antigone -Ce n'est rien. Un peu de fatigue (elle sourit.) C'est parce que je me suis levée tôt.»
1- Que demande Ismène à Antigone? D'après vous, pourquoi lui pose-t-elle cette question ?
2- Antigone dit-elle la vérité à sa sœur ?
3- Comment comprenez-vous la didascalie «(elle sourit.)» ?
4- Et vous, savez-vous exactement pourquoi Antigone a l'air malade et fatiguée ?

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 26/03/2013 à 14h28
Répondre en citant
  #11  
Ancien 26/03/2013, 00h04
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 

ANTIGONE
Dossier pédagogique
Création 2012
Théâtre du Temps Pluriel
De Sophocle
Mise en scène Olivie









http://www.mcnn.fr/up/pros/en-tourne...edagogique.pdf

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 26/03/2013 à 00h07
Répondre en citant
  #12  
Ancien 12/04/2013, 15h45
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 

L’AFFICHE ROUGE – LETTRE À MÉLINÉE : MANOUCHIAN – STROPHES POUR SE SOUVENIR : ARAGON



 

 

Répondre en citant
  #13  
Ancien 29/04/2013, 10h53
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 

Sujet Dans quelle mesure peut-on dire qu’Antigone de Jean Anouilh est une tragédie?
Depuis l’antiquité grecque, la tragédie s’est voulu un genre théâtral s’inscrivant dans le cadre du divertissement propre à la classe aristocrate. La pièce tragique met en valeur les notions de la vie et de la mort, ainsi que différentes conceptions de l’éternel conflit entre la fatalité et le bonheur. Alors, dans quelle mesure Antigone de Jean Anouilh est-elle une tragédie? A travers la lecture de ce mythe réadapté de Sophocle, nous remarquons que le prologue est le premier personnage mis en scène, il a comme fonction de nous présenter les personnages, et insiste parallèlement de manière explicite sur le sort inévitablement tragique des protagonistes, en l’occurrence au couple Antigone-Hémon. «Elle pense qu’elle va mourir» dit-il, parlant de la petite princesse qui surgira après pour défier les édits de son oncle Créon. Aussi nous semble-t-il d’emblée que le sort des personnages dévoilé au début de la pièce fermera l’horizon devant tout espoir d’assister à une issue heureuse du récit, contrairement au combat du bien et du mal sur lequel est fondé un drame. Rappelons qu’une œuvre théâtrale ne s’inscrit guère dans le cadre de la tragédie antique que lorsqu’elle tient à présenter des personnages des hauts rangs sociaux, s’opposant entre eux-mêmes, et se pliant de tout leur gré à la fatalité du déroulement «mécanique» de l’histoire, en faisant tout pour atteindre le statut du héro dévoué qui assume la fatalité de son destin fatal. «C’est reposant, la tragédie». Demeurant attaché à cet acheminement, Jean Anouilh remet en scène le chœur pour rappeler qu’il s’agit bel et bien d’une présentation de tragédie antique: Antigone, qui avait enterré son frère Polynice, contraint le monarque à la murer vivante. N’acceptant pas le châtiment réservé à sa fiancée, Hémon assumera un acte suicidaire sous les yeux de son père, et sur le corps de sa bien-aimée qui avait choisi de se pendre plutôt que d’être tuée. Ayant appris les malheurs de son fils, Eurydice s’égorgera à son tour, léguant à Créon une dépouille souriante qui l‘accueillera à l’entrée de sa chambre, dans flaque de sang. Qui a poussé Anouilh à publier une œuvre aussi lugubre? En 1939, un citoyen français fusille deux soldats SS dans son village, les yeux dans les yeux, avant de se donner la mort. Après de longues investigations, le héro n’appartenant à aucune poche de résistance quelconque. Interpellé pas ce geste aussi niais que courageux, Jean Anouilh y trouve étrangement un lien de similitude avec l’action d’Antigone qui avait, elle, défié les édits du roi pour enterrer son frère. Par ailleurs, la figure emblématique de l’œuvre d’Anouilh ne garde du compte original que l’essence du caractère à la fois rebelle et mystérieux que présente Antigone, celle qui va jusqu’à porter ses convictions au dessus de toute raison d’État, rayant au passage tout édit suprême, l’objectif de notre auteur reste intact, celui de nous transporter à travers les siècles et les années pour nous faire explorer un des chef d’œuvres de la littérature antique, sans pour autant déclarer une rupture avec la triste réalité de l’époque du 20ème siècle (guerres mondiales, montée du Nazisme, heurts entre résistants et collaborateurs... Tout cela a servi de semence pour le vaste champs créatif l’imminent dramaturge Anouilh, qui nous a présenté un autre fruit de sa littérature dominée par la révolte: Antigone, l’allégorie de la résistance, la tragédie porteuse d’un message symbolique de la lutte contre l’injustice.

 

 

Répondre en citant
  #14  
Ancien 29/04/2013, 11h05
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 

Examen régional : Académie de Taza-Hoceima-Taounate (Session : Juin 2010)
TEXTE :
Les gardes sont sortis, précédés par le petit page. Créon et Antigone sont seuls l’un en face de l’autre.
CREON : -avais-tu parlé de ton projet à quelqu'un ?
ANTIGONE :- Non.
CREON :- As-tu rencontré quelqu'un sur ta route ?
ANTIGONE :- non, personne.
CREON : -Tu es bien sûre ?
ANTIGONE : -oui.
CREON : -Alors, écoute : tu vas rentrer chez toi, te coucher, dire que tu es malade, que tu n’es pas sortie depuis hier. Ta nourrice dira comme toi. Je ferai disparaître ces trois hommes.
ANTIGONE : -Pourquoi ? Puisque vous savez que je recommencerai.
Un silence. Ils se regardent.
CREON : -Pourquoi as- tu tenté d’enterrer ton frère ?
ANTIGONE : -Je le devais.
CREON : -Je l’avais interdit.
ANTIGONE, doucement : -je le devais tout de même. Ceux qu’on n’enterre pas errent éternellement sans jamais trouver de repos. Si mon frère vivant était rentré harassé d’une longue chasse, je lui aurais enlevé ses chaussures, je lui aurais fait à manger, je lui aurais préparé son lit…Polynice aujourd’hui a achevé sa chasse. Il rentre à la maison ou mon père et ma mère, et Étéocle l’attendent. Il a droit au repos.
CREON : -C’était un révolté et un traître, tu le savais.
ANTIGONE : -C’était mon frère.
QUESTIONS
I. ÉTUDE DE TEXTE : (10 pts)
1) a)- Quels sont les personnages vivants de la famille royale en présence dans ce passage ? (0.5pt)
b)- Quel lien de parenté les unit-il ? (0.5 pt)
2) Relevez quatre noms de personnages morts dans l’extrait. (1pt)
3) Relevez dans la première didascalie un indice qui annonce l’affrontement entre les deux personnages. (0.5 pt)
4) Lequel des deux personnages mène le dialogue ? Quelle est son intention ? (1pt)
5) « je ferai disparaître ces trois hommes.»
a)- Qui sont ces trois hommes ? (0.5pt)
b)- Créon veut les faire disparaître parce que :
- Ils ont arrêté Antigone.
- Ils étaient témoins d’une scène.
- Ils ont aidé Antigone à enterrer son frère.
Recopiez la bonne réponse. (0.5 pt)
6) « je le devais. » / « Je vous l’avais interdit. »/ « Je le devais tout de même. »
À quoi renvoient « le « et « l’ » dans le texte ? (1pt)
7) Justifiez l’emploi d’un temps du passé dans la dernière réplique : « C’était mon frère » (1pt)
8) « Si mon frère vivant était rentré harassé d’une longue chasse, je lui aurais enlevé ses chaussures. »
a)- L’action exprimée dans cette réplique est : - réalisée – réalisable – irréalisable (0.5)
b)- Justifiez votre réponse en relevant deux indices relatifs au temps.
9) « Polynice aujourd’hui a achevé sa chasse. »
a)- Antigone veut dire que :
- son frère est mort.
- son frère est rentré de la chasse.
- son frère est chassé par Créon.
Recopiez la bonne réponse. (0.5pt)
b)- la figure de style employée est :
- une hyperbole.
- une comparaison.
- un euphémisme.
Recopiez la bonne réponse. (0.5pt)
10) Le comportement d’Antigone est-il punissable ? Dites pourquoi en une phrase. (1.5 Pt)

 

 


II. PRODUCTION ÉCRITE : (10 POINTS)
Sujet :
Des parents pensent que leurs enfants doivent les consulter avant de prendre certaines décisions. (Études, mariage, travail……)
Rédigez un texte argumentatif dans lequel vous justifierez votre point de vue à propos de cette idée.

Corrigé :
ÉTUDE DE TEXTE : (10 pts)
CORRIGE :
1.a) Antigone et Créon.
b) Créon est l'oncle d'Antigone. Antigone est la nièce de Créon.
2) « Étéocle », « Polynice », « mon père : Oedipe », « ma mère : Jocaste »
3) - seuls l’un en face de l’autre.
4) - C’est Créon qui mène le dialogue. Son intention est de sauver Antigone et de la convaincre à renoncer à son geste. 5) a)- Les gardes.
b)- Créon veut les faire disparaître parce que :
b)- Ils étaient témoins d’une scène.
6) - « le » et « l’ » renvoient à l'enterrement du corps de Polynice.
7) C’était mon frère » - Son frère est mort.
8) a)- L’action exprimée dans cette réplique est :
a) Irréalisable.
- b) Si + était rentré (plus-que-parfait) aurais enlevé (conditionnel passé).
9) « Polynice aujourd’hui a achevé sa chasse. »
a)- son frère est mort. b)- la figure de style employée est :
b)- un euphémisme.
10) - Le comportement d'Antigone est normal car elle le fait par devoir envers sa famille.
- Le comportement d'Antigone est punissable car elle a bravé la loi de Créon:

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 29/04/2013 à 11h40
Répondre en citant
  #15  
Ancien 05/05/2013, 22h44
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 

 

 

Répondre en citant
  #16  
Ancien 09/05/2013, 05h46
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 

L'orgueil d'Oedipe. Tu es l'orgueil d'Oedipe. Oui, maintenant que je l'ai retrouvé au fond de tes yeux, je te crois. Tu as dû penser que je te ferais mourir. Et cela te paraissait un dénouement tout naturel pour toi, orgueilleuse ! Pour ton père non plus -- je ne dis pas le bonheur, il n'en était pas question -- le malheur humain, c'était trop peu. L'humain vous gène aux entournures dans la famille. Il vous faut un tête-à-tête avec le destin et la mort. Et tuer votre père et coucher avec votre mère et apprendre tout cela après, avidement, mot par mot. Quel breuvage, hein, les mots qui vous condamnent ? Et comment on les boit goulûment quand on s'appelle Oedipe, ou Antigone. Et le plus simple après, c'est encore de se crever les yeux et d'aller mendier avec ses enfants sur les routes... Eh bien, non. Ces temps sont révolus pour Thèbes. Thèbes a droit maintenant à un prince sans histoire. Moi, je m'appelle seulement Créon, Dieu merci. J'ai mes deux pieds par terre, mes deux mains enfoncées dans mes poches et, puisque je suis roi, j'ai résolu, avec moins d'ambition que ton père, de m'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible. Ce n'est même pas une aventure, c'est un métier pour tous les jours et pas souvent drôle, comme tous les métiers. Mais puisque je suis là pour le faire, je vais le faire... Et si demain un messager crasseux dévale du fond des montagnes pour m'annoncer qu'il n'est pas très sûr non plus de ma naissance, je le prierait tout simplement de s'en retourner d'où il vient et je ne m'en irait pas pour si peu regarder sa tante sous le nez et me mettre à confronter le dates. Les rois ont autres choses à faire que du pathétique personnel, ma petite fille. Alors, écoute-moi bien. Tu es Antigone, tu es la fille d'Oedipe, soit, mais tu as vingt ans et il n'y a pas longtemps encore tout cela se serait réglé par du pain sec et une paire de gifles. Te faire mourir ! Tu es trop maigre. Grossis un peu, plutôt, pour faire un gros garçon à Hémon. Thèbes en a besoin plus que de ta mort, je te l'assure. Tu vas rentrer chez toi tout de suite, faire ce que je t'ai dit et te taire. Je me charge du silence des autres. Allez va ! et ne me foudroie pas comme cela du regard. Tu me prends pour une brute, c'est entendu, et tu dois penser que je suis décidément bien prosaïque. Mais je t'aime bien tout de même avec ton sale caractère. N'oublie pas que c'est moi qui t'ai fait cadeau de ta première poupée, il n'y a pas si longtemps.

 

 



COMPRÉHENSION

1.Situez le texte dans l'œuvre dont il est extrait
2.Qu'est ce qui fait d'Antigone une tragédie ?
3. « Et tuer votre père et coucher avec votre mère et apprendre tout cela après, avidement, mot par mot. »
A quel événement Créon fait il allusion ?
4. « Thèbes a droit maintenant à un prince sans histoire » De quel prince parle-t-il ?
5.« Quel est le devoir du roi selon Créon ?
6. Relevez deux phrases qui montrent que c'est Créon l'oncle qui parle et non Créon le roi.
7. Comment Créon envisage-t-il de régler ce problème sans tuer Antigone ?
8.Il vous faut un tête-à-tête avec le destin et la mort » Antigone aura-t-elle elle aussi ce face- à- face avec le destin et la mort ?
justifiez votre réponse à la lumière de votre lecture de la pièce


REPONSES 1.
2. Antigone se trouve face à face avec son destin auquel, elle ne peut échapper. Elle finit par payer de sa vie pour faire son devoir. Le dénouent de la pièce est funeste: trois personnages trouveront la mort, Antigone, Hémon, son fiancé et Eurydice, la mère de ce dernier. Tout cela fait d'Antigone une tragédie.
3. Créon, le roi, fait allusion ici à Œdipe, le père d'Antigone, qui, sans s'en rendre compte, a tué son père et épousé sa mère.
4. Ici, Créon parle de lui même. C'est lui qui est un prince (comprenez que c'est un roi) sans histoire. Il ne traîne pas derrière lui un passé si lourd à porter comme celui d’œdipe.
5. Selon Créon, le devoir du roi est de s'employer tout simplement à rendre l'ordre de ce monde un peu moins absurde, si c'est possible.
6. Plusieurs P montrent que c'est Créon l'oncle qui parle et non, Créon le roi : Mais je t'aime bien tout de même avec ton sale caractère. /N'oublie pas que c'est moi qui t'ai fait cadeau de ta première poupée, il n'y a pas si longtemps/Grossis un peu, plutôt, pour faire un gros garçon à Hémon/
7.Créon envisage de laisser Antigone en vie mais en tuant les trois gardes comme ça personne ne saura que la jeune princesse a défié l'ordre du roi.
8. Oui, Antigone aura elle aussi son face à face avec le destin et la mort puisqu'elle va mourir à la fin de la pièce. en plus c'est elle qui a choisi sa mort. elle accepte son destin et ne veut pas s'en échapper

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 03/02/2014 à 00h52
Répondre en citant
  #17  
Ancien 31/01/2014, 17h44
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 65
Messages: 7 387
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

 

 

 

 

FICHE DE LECTURE
Titre de l’œuvre : …………………..… Auteur et siècle :…………….…………., le…… ..siècle Date d’écriture ,de présentation et de publication Pièce écrite en ……………...…présentée en …..……...et publiée en ……….……..….. Genre dramatique ……………………………………….… Personnages principaux ……….., Ismène, ………, Hémon Époque de l’action :…………............................................. .................................................. ................................ ... Lieu de l’action :P……………………………….…. dans la cité de ……………………en …………………. Composition :Pas d’………. ni de scènes Niveau de langue :Langage ………...., parfois Langue …………..…: La nourrice, les gardes (Jonas,…………..……et………....… Registre, ton ou tonalité de la pièce ………. ……. Règles classiques -Respect de la règle des …… unités (lieu, ……..……., action) -Respect de la règle de bienséance (pas de ………………….. sur scène) Type de texte dominant : L’ensemble du texte est globalement ………………. Indications temporelles -……………. heures du matin ,……….. tentative d’Antigone d’enterrer le ………. de son frère) -Midi ,…….. tentative d’Antigone -………. heures du soir (fin de la pièce) Dénouement :T……………….: mort d’……………, d’…..…… et d’…………Rôle du Prologue………………………………………………………… ……………………………………………………………………………………………………………………… . Présentation des personnages Présentés par ordre d’………..……et de ……………….……………à l’héroïne. Les thèmes La solitude, le b……………, la l……………, l’enfance, le devoir, le conflit de générations…
Fonction du chœur : Représente …………………………………………………………………………………..
………………………………………………………………………………………………………………………
……………………………………………………………………………………………………………………… .
Rapport des personnages avec la loi -Antigone : Respecte de la loi …………………… -Créon : Respecte de la loi …………. Liens entre les personnages -Antigone : …….…….. d’Oedipe et ……………..…..de Créon -Ismène : …………..d’Antigone -Créon : ……………………. d’Antigone (roi de Thèbes) -Hémon : …………de Créon et fiancé d’Antigone Histoire de la pièce Après le mythe d’.…………. ……Antigone décide d’……….. son frère et se dresser contre ………., le roi, qui a interdit de donner les …..……….funèbres à Polynice, considéré comme un traître. Arguments d’Antigone -Polynice est son ………..….. -Il a le droit au ……….. -Son d…………..est de l’enterrer. La notion de fatalité Antigone ne peut échapper à son ……………. : La mort.
Les anachronismes Décalage chronologique : situer à une époque ce qui appartient à une autre époque ……………
……………………………………………………………………………………………………………………… … Figures de style Des personnifications, des comparaisons, des métaphores, des antiphrases,……………………..…

 

 


Temps des verbes Temps dominant : le présent. Emploi du conditionnel : scène ……………… et ………………..


RÉSUME

Écrite en 1942, la pièce fut présentée en 1944. L’époque : les derniers mois de l’Occupation allemande. Ce fut un très grand succès.
L’exposition Au début, le Prologue présente tous les personnages qui sont tous en scène. Il nous parle de leur caractère et leur rôle et du cadre général de l’histoire.
Antigone et sa nourrice Celle-ci surprend Antigone, qui rentre de l’extérieur sur la pointe des pieds, ses souliers à la main. Elle a été, dit-elle, se promener dans la campagne.
Antigone et Hémon Une scène pleine d’émotion. La jeune fille veut d’abord s’assurer de l’amour d’Hémon. Elle aurait été heureuse d’être sa femme, et était prête à se donner à lui la veille au soir parce que… Mais avant de lui dire pourquoi, elle lui fait jurer de ne pas la questionner. Il le fait, et frappé de stupeur, il entend : « parce que jamais, jamais, je ne pourrai t’épouser ». À Ismène, revenue, qui essaye de la raisonner, Antigone apprend la vérité : elle est allée enterrer son frère pendant la nuit.
Arrestation d’Antigone C’est le moment de la « crise ». Le ressort est bandé.
Le Chœur en profite pour entrer, et, s’adressant au public, explique sa conception de la tragédie. C’est le moment où la jeune fille entre en scène, poussée par les gardes. Antigone était revenue sur les lieux à midi, en plein jour.
Antigone et Créon Scène capitale où on touche le sens de la pièce. On peut distinguer plusieurs étapes. Créon est assez calme au début. Il espère étouffer l’affaire en faisant disparaître les trois gardes. Antigone lui annonce qu’elle recommencera. Créon change de stratégie et use d’autres arguments mais en vain. Poussé à bout, Créon appelle ses gardes. Malgré les reproches du Chœur, les supplications d’Hémon, Créon avoue qu’il n’a rien pu faire pour sauver Antigone et qu’elle voulait mourir. Hémon sort comme un fou.
Antigone et le garde Antigone reste seule avec le garde. Cette scène nous montre l’isolement d’Antigone à l’heure de sa mort. Le garde parle de ses petits problèmes à lui, et apprend à Antigone qu’elle va être enterrée vivante.

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 03/02/2014 à 00h47
Répondre en citant
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 12h07.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.12 by vBS
Copyright ©2000 - 2019, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc