Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > 1ère année > L'homme à la cervelle d'or
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 17/05/2018, 11h22
Avatar de Français Maroc
Français Maroc Français Maroc est déconnecté
directeur général
 
Inscrit : février 2010
Lieu: Maroc
Âge: 34
Messages: 1 369
Pouvoir de réputation: 47
Français Maroc has much to be proud of
Par défaut L'homme à la cervelle d'or biographie de l'auteur

 

 

 

 

Alphonse Daudet
Les lettres de mon moulin étaient publiées dans des journaux, comme souvent au XIX siècle, de 1863 à 1869 environ.

C’est un contemporain d’Emile Zola, Flaubert, Victor Hugo et des frères Goncourt. Il fréquentait également des peintres tels que Manet, Monet, Renoir etc.

Il était considéré comme un auteur régionaliste.

à Provence. Il revendique son attachement à cette région (comme Marcel Pagnol au XX siècle ou Giono). Il y a beaucoup d’auteurs régionalistes au XIX e siècle.

Le moulin est situé près d’Arles. Daudet est proche de Mistral, auteur félibriste (il chante la Provence). Il s’inscrit dans le genre épistolaire. Se sont des lettres fictives même si la mise en scène laisse penser que la lettre est destinée à quelqu’un.


Apologue : C’est un court récit à visée didactique. Il sert à convaincre les lecteurs d’une leçon. L’auteur donne en général un texte simple suivit d’une leçon implicite ou explicite.


Explicite : lisible noir sur blanc


Implicite : Il faut dégager la leçon du texte.


1840 Naissance le 13 mai, à Nimes, d'Alphonse Daudet.Il est issu d'une famille bourgeoise. Son père, catholique et royaliste, est tisserand et négociant en soieries.
Le jeune Alphonse Daudet est de santé fragile. Il passe 3 ans en Provence chez des paysans. Il y découvre et apprend le parler provençal.

1849 La fabrique du père d'Alphonse Daudet doit être fermée. C'est un drame pour toute la famille qui s'exile à Lyon, capitale de la soierie.
Alphonse Daudet bénéficie d'une bourse qui lui permettra de poursuivre ses études au lycée Ampère de Lyon jusqu'en 1856. Il est plutôt un bon élève, mais il traîne sa condition modeste comme un boulet. Il doit essuyer brimades et humiliations : " Eh, vous le petit chose...", expression qu'il reprendra pour le titre du roman qu'il publiera en 1868.

1857
C'est la faillite définitive de son père. Ses parents se séparent. Alphonse doit interrompre ses études avant le bac. Il occupe alors un poste de surveillant au collège d'Alès. Cette expérience, plutôt décevante, ne dure que quelques mois. A la fin de l'année, Il va rejoindre son frère Ernest à Paris.

1858
Alphonse Daudet est alors totalement désargenté. C’est un brillant orateur et a la plume vive. Il publie cette année-là un recueil de poèmes, Les Amoureuses. Le succès est immédiat. Paris s'enthousiasme pour ce recueil aux images naïves et généreuses. Ces poèmes séduisent l'impératrice Eugénie ; ce qui lui permettra de devenir secrétaire du duc de Morny (demi-frère de Napoléon III) : fonction qui le met à l'abri des soucis matériels. Il utilisera cette expérience pour écrire le Nabab (1877).

1860
Alphonse Daudet rencontre Fréderic Mistral, le poète occitan qui vient de fonder le Félibrige, un mouvement littéraire qui s'est fixé comme objectif d'enrayer le déclin de la langue provençale. La Provence inspirera les Lettres de mon Moulin

1862
Il publie La Dernière Idole, une première pièce de théâtre.

1864 Alphonse Daudet effectue plusieurs séjours en Provence. Il séjourne chez des cousins au château de Montauban , près de Fontvielle. Des liens d'étroites amitiés se créent immédiatement avec les habitants de la région. Plus tard, il se plaira à dire que ses récits sont issus des histoires du berger dont il écoutait les conversations à la veillée. C'est à cette époque qu'il découvre "Le" Moulin Tissot, celui des Lettres.
Alphonse Daudet qui est souvent malade et qui redoute la tuberculose effectue un voyage en Corse et un autre en Algérie. Ces voyages développent son imaginaire personnel.

1865
Mort du Duc de Morny. Alphonse Daudet rencontre Paul Arène (1843-1896). Pendant un an , ils vont écrire ensemble douze premières lettres qui paraissant sous le titre de Chroniques Provençales dans l'Evénement.

1867
Il épouse Julia Allard. Voyage de noces en Provence.
Ils auront trois enfants, Léon (1867), Lucien et Edmée.

1868 Les époux Daudet achètent une maison à Champrosay, près de Paris. Ils y réunissent des amis écrivains et artistes. Alphonse Daudet est l'un des premiers à apprécier et à prendre la défense des impressionnistes. Auguste Renoir peint un portrait de son épouse.
Le Petit Chose

1869
La suite des Lettres parait en deux temps dans le Figaro, sous leur titre définitif, Les lettres de mon moulin. Le succès n'est pas au rendez vous mais Daudet obtient une reconnaissance littéraire et mondaine. Apparaissent également contre lui, des accusations de plagiat.

1872 Tartarin de Tarascon
Représentation au Vaudeville de l’Arlésienne, opéra de Bizet, d'après l'une des Lettres de Daudet.

1873 Contes du lundi, publiés en trois séries dans Le Soir.
Alphonse Daudet rencontre les frères Goncourt.

1877
Le Nabab

1884 Alphonse Daudet est atteint d'une maladie qu'il sait incurable. Bientôt il ne se déplace plus qu'avec une canne et la douleur le poursuit jour et nuit. Il quitte à plusieurs reprises son domicile parisien pour faire des cures à Lamalou-les bains.

 

 


Il fait partie du groupe d'écrivains dont les réunions aboutiront une vingtaine d'années plus tard (1903) à la création de l'Académie Goncourt.

1887
Daudet qui était assez proche d'Emile Zola En Août, il écrit un violent pamphlet contre La Terre. Zola minimisera cet incident

1888 L'ImmortelA travers ma vie et mes livres
Souvenirs d'un homme de lettres

1897 Le 16 Décembre Alphonse Daudet s'éteint à Paris loin de sa Provence. Il est enterré au cimetière du Père Lachaise
En pleine affaire Dreyfus, et malgré les opinions qui les opposaient, Emile Zola prononce un discours ému aux obsèques de son ami à qui il consacre plusieurs articles élogieux.

 

 

Répondre en citant
Liens Sponsorisés
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


Entrer votre adresse email ICI pour recevoir les nouveautés:

 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 16h55.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2018, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc