Page Principale Primaire Collège Qualifiant Fiches et projets Pédagogiques Etudes Françaises FAC CRMEF français Enseignement Sup Bibliothèque
forums Albums groups

 

 


Revenir en arrière   Forums français Maroc > L'enseignement secondaire qualifiant > Cours et examens > 2ème année
 Inscription FAQ Membres Calendrier Marquer les messages comme lus

 

 

Chers membres : n'hésitez pas à visiter notre blog, corrigés, anciens examens , etc ... http://francais-maroc.blogspot.com/
Répondre
 
Outils du sujet Affichage du sujet
  #1  
Ancien 17/06/2010, 13h12
prof.ziani prof.ziani est déconnecté
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 62
Messages: 6 850
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut Examen régional (session 2010) - bac libre - académie de l'oriental

 

 

 

 


Texte:

Candide, apercevant la chaudière et les broches, s'écria : « Nous allons certainement être rôtis ou bouillis. Ah ! Que dirait maître Pangloss, s'il voyait comme la pure nature est faite ? Tout est bien ; soit, mais j'avoue qu'il est bien cruel d'avoir perdu Mlle Cunégonde et d'être mis à la broche par des Oreillons» Cacambo ne perdait jamais la tête. « Ne désespérez de rien, dit−il au désolé Candide ; j'entends un peu le jargon de ces peuples, je vais leur parler. _ Ne manquez pas, dit Candide, de leur représenter quelle est l'inhumanité affreuse de faire cuire des hommes, et combien cela est peu chrétien. »
« Messieurs, dit Cacambo, vous comptez donc manger aujourd'hui un jésuite : c'est très bien fait ; rien n'est plus juste que de traiter ainsi ses ennemis. En effet le droit naturel nous enseigne à tuer notre prochain, et c'est ainsi qu'on en agit dans toute la terre. Si nous n'usons pas du droit de le manger, c'est que nous avons d'ailleurs de quoi faire bonne chère ; mais vous n'avez pas les mêmes ressources que nous ; certainement il vaut mieux manger ses ennemis que d'abandonner aux corbeaux et aux corneilles le fruit de sa victoire. Mais, messieurs, vous ne voudriez pas manger vos amis. Vous croyez aller mettre un jésuite en broche, et c'est votre défenseur, c'est l'ennemi de vos ennemis que vous allez rôtir. Pour moi, je suis né dans votre pays ; monsieur que vous voyez est mon maître, et, bien loin d'être jésuite, il vient de tuer un jésuite, il en porte les dépouilles¹ : voilà le sujet de votre méprise². Pour vérifier ce que je vous dis, prenez sa robe, portez−la à la première barrière du royaume de Los Padres ; informez−vous si mon maître n'a pas tué un officier jésuite. Il vous faudra peu de temps ; vous pourrez toujours nous manger si vous trouvez que je vous ai menti. Mais, si je vous ai dit la vérité, vous connaissez trop les principes du droit public, les moeurs et les lois, pour ne nous pas faire grâce. »
Les Oreillons trouvèrent ce discours très raisonnable ; ils députèrent deux notables pour aller en diligence s'informer de la vérité ; les deux députés s'acquittèrent de leur commission en gens d'esprit, et revinrent bientôt apporter de bonnes nouvelles. Les Oreillons délièrent leurs deux prisonniers, leur firent toutes sortes de civilités, leur offrirent des filles, leur donnèrent des rafraîchissements, et les reconduisirent jusqu'aux confins de leurs États, en criant avec allégresse : « Il n'est point jésuite, il n'est point jésuite ! »
Candide ne se lassait point d'admirer le sujet de sa délivrance. « Quel peuple ! disait−il, quels hommes ! Quelles moeurs ! Si je n'avais pas eu le bonheur de donner un grand coup d'épée au travers du corps du frère de Mlle Cunégonde, j'étais mangé sans rémission. Mais, après tout, la pure nature est bonne, puisque ces gens−ci, au lieu de me manger, m'ont fait mille honnêtetés dès qu'ils ont su que je n'étais pas jésuite. »

1. dépouilles : ici les vêtements.
2. méprise : du verbe se méprendre = se tromper, en particulier en
prenant une personne ou une chose pour une autre.

QUESTIONS

I- ETUDE DE TEXTE : (10 points)

1 - a) De quelle œuvre est tiré ce texte ? (0.5pt)
b)Qui en est l’auteur ? (0.5pt)
2 – Candide « vient de tuer un jésuite » ; d’après votre lecture de l’œuvre,dites
a) qui est ce jésuite, (0.5pt)
b) pourquoi Candide l’a tué. (0.5pt)
3 – a) Quel est le danger que courent Candide et Cacambo ? (1pt)
b) Pour éviter ce danger , quel argument Cacambo emploie-t-il ? (1pt)
4 - « Voilà le sujet de votre méprise. »
En quoi consiste cette méprise ? (1pt)
5 - «Ces gens−ci … m'ont fait mille honnêtetés »
a) La figure de style utilisée dans cet énoncé est :
• Une comparaison,
• Une métaphore,
• Une hyperbole,
• Une gradation,
Recopiez la bonne réponse. (0.5pt)
c) En utilisant cette figure de style, sur quoi Candide veut-il insister ? (0.5pt)
6 – Pourquoi est-ce Cacambo non Candide qui parle aux Oreillons? (1pt)
7 – Voici quelques traits de caractère de Candide et de Cacambo, donnés dans le désordre :

 

 


Désespère facilement ; ne s’affole pas ; est naïf ; sait convaincre

Complétez le tableau suivant pour faire correspondre chaque trait de caractère au personnage approprié : (1pt)

Cacambo-..............................................-.............................
Candide -………………………… -………………………...

8 – Les Oreillons voulaient manger Candide et Cacambo pour les punir .Peut-on d’après vous accepter une telle pratique ? Pourquoi ? (1pt)
9 – Lequel des deux personnages du texte, Candide ou Cacambo, préférez – vous ? Pourquoi ? (1pt)

II – PRODUCTION ECRITE : (10 points)
Sujet : Certains pensent qu’il ne faut jamais faire confiance aux autres, même
pas à ses proches. Etes-vous de cet avis ?
Rédigez un texte où vous exposerez votre point de vue argumenté.

Votre production sera évaluée selon les critères suivants :

Respect de la consigne, cohérence de l’argumentation et structure du texte …5pts
Correction de la langue (vocabulaire, syntaxe, ponctuation, orthographe, conjugaison)…5pts

 

 


Dernière modification de prof.ziani, 07/10/2012 à 00h09
Répondre en citant
Liens Sponsorisés
Ancien 13/02/2011, 12h39   #2
leprofdesprofs
Nouveau membre
 
Inscrit : février 2011
Messages: 2
Pouvoir de réputation: 39
leprofdesprofs is a name known to all
Par défaut

merci cher collègue, pourriez-vous nous indiquer les leçons et les œuvres concernant les candidats bac libre , merci infiniment
leprofdesprofs est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 16/03/2011, 15h09   #3
omaya
Nouveau membre
 
Inscrit : mars 2011
Messages: 1
Pouvoir de réputation: 39
omaya is a name known to all
Par défaut

examan regionnal tanger tétouan (session 2009-2010) bac libre
omaya est déconnecté   Répondre en citant
Ancien 21/10/2016, 17h37   #4
prof.ziani
professeur
 
Inscrit : mars 2010
Lieu: prof.ziani@gmail.com
Âge: 62
Messages: 6 850
Pouvoir de réputation: 47
prof.ziani has a reputation beyond repute prof.ziani has a reputation beyond repute
Par défaut

TEXTE :
« Ah, (…) qu'est−ce que ce monde-ci ? disait Candide sur le vaisseau hollandais.
- Quelque chose de bien fou et de bien abominable, répondait Martin. - Vous connaissez l'Angleterre ; y est−on aussi fou qu'en France ? - C'est une autre espèce de folie, dit Martin. Vous savez que ces deux nations sont en guerre pour quelques arpents de neige vers le Canada, et qu'elles dépensent pour cette belle guerre beaucoup plus que tout le Canada ne vaut (…)
En causant ainsi ils abordèrent à Portsmouth ; une multitude de peuple couvrait le rivage, et regardait attentivement un assez gros homme qui était à genoux, les yeux bandés, sur le tillac d'un des vaisseaux de la flotte ; quatre soldats, postés vis−à−vis de cet homme, lui tirèrent chacun trois balles dans le crâne le plus paisiblement du monde, et toute l'assemblée s'en retourna extrêmement satisfaite.
« Qu'est−ce donc que tout ceci ? dit Candide(…) » Il demanda qui était ce gros homme qu'on venait de tuer en cérémonie. « C'est un amiral, lui répondit−on. _ Et pourquoi tuer cet amiral ? - C'est, lui dit−on, parce qu'il n'a pas fait tuer assez de monde ; il a livré un combat à un amiral français, et on a trouvé qu'il n'était pas assez près de lui. _ Mais, dit Candide, l'amiral français était aussi loin de l'amiral anglais que celui−ci l'était de l'autre ! - Cela est incontestable, lui répliqua-t-on ; mais dans ce pays−ci il est bon de tuer de temps en temps un amiral pour encourager les autres. »
Candide fut si étourdi et si choqué de ce qu'il voyait, et de ce qu'il entendait, qu'il ne voulut pas seulement mettre pied à terre. Il fit donc son marché avec le patron hollandais (..) pour le conduire sans délai à Venise.
I-ETUDE DE TEXTE :
1. En vous appuyant sur votre connaissance du paratexte :
a- Donnez le titre de l’œuvre dont on a extrait ce passage. (0,5)
b- Précisez son genre littéraire. (0,5)
2. a- Parmi les deux personnages (Candide ou Martin), lequel était très optimiste au début de l’œuvre ? (0,5) b- Comment justifier l’origine de cet optimisme ? (0,5)
3. a- Dans quel pays Candide et son compagnon avaient-ils l’intention de débarquer ? (0,5)
b- Où allaient-ils se rendre à la fin après avoir changé d’avis ? (0,5)
4. a- Quel type de phrase est fréquent dans les répliques de Candide ? (0,5)
b- Quel rôle jouait donc Martin pour Candide ? (0,5)
5. Martin porte un jugement dévalorisant sur une guerre qui avait éclaté entre la France et l’Angleterre :
a- Dans une région du territoire français ;
b- Dans une région du territoire anglais ;
c- Pour un petit territoire lointain et sans grand valeur.
Recopiez la bonne réponse (0,5) puis justifiez-la au moyen d’une phrase tirée du 1er paragraphe. (0,5)
6. a- Relevez dans le texte la phrase décrivant l’effet de cette guerre sur l’économie des deux pays. (0,5)
b- Cette phrase révèle-t-elle une tonalité lyrique, tragique, ironique ? (0,5)
7. Décrivez au moyen d’u adjectif qualificatif, la façon dont les quatre soldats traitaient le gros homme mis à genoux sur le tillac (pont d’un navire). (1)
8. a- Citez deux arguments donnés dans le texte pour justifier l’exécution (la mise à mort) de l’amiral anglais. (0,5)
b- Cette argumentation vous semble-t-elle bien fondée (logique) ? (0,5)
9. Devant le spectacle de la mise à mort de l’amiral, Candide a éprouvé une forte émotion. Pour le montrer, relevez dans le dernier paragraphe une phrase exprimant la conséquence liée à une idée d’intensité. (1)
10. Comment jugez-vous la réaction de Candide à la fin du texte ? Justifiez votre point de vue par un argument. (1)
II- PRODUCTION ECRITE :
Sujet :
Aimeriez-vous exercer un métier qui vous mettrait en contact avec un grand nombre de personnes ou, au contraire, préféreriez-vous exercer une fonction tout en restant enfermé dans un bureau loin du regard des autres ? Développez votre opinion dans un texte argumenté.
Important : La correction de votre copie tiendra compte des critères suivants :
- Le respect de la consigne (1)
- La présentation du texte (1)
- L’organisation cohérente du texte (1)
- L’importance des idées et la pertinence des arguments (3)
- La correction de la langue (4)

Examen régional (session 2010) - bac libre - académie de l'oriental
Texte:
Candide, apercevant la chaudière et les broches, s'écria : « Nous allons certainement être rôtis ou bouillis. Ah ! Que dirait maître Pangloss, s'il voyait comme la pure nature est faite ? Tout est bien ; soit, mais j'avoue qu'il est bien cruel d'avoir perdu Mlle Cunégonde et d'être mis à la broche par des Oreillons» Cacambo ne perdait jamais la tête. « Ne désespérez de rien, dit−il au désolé Candide ; j'entends un peu le jargon de ces peuples, je vais leur parler. _ Ne manquez pas, dit Candide, de leur représenter quelle est l'inhumanité affreuse de faire cuire des hommes, et combien cela est peu chrétien. »
« Messieurs, dit Cacambo, vous comptez donc manger aujourd'hui un jésuite : c'est très bien fait ; rien n'est plus juste que de traiter ainsi ses ennemis. En effet le droit naturel nous enseigne à tuer notre prochain, et c'est ainsi qu'on en agit dans toute la terre. Si nous n'usons pas du droit de le manger, c'est que nous avons d'ailleurs de quoi faire bonne chère ; mais vous n'avez pas les mêmes ressources que nous ; certainement il vaut mieux manger ses ennemis que d'abandonner aux corbeaux et aux corneilles le fruit de sa victoire. Mais, messieurs, vous ne voudriez pas manger vos amis. Vous croyez aller mettre un jésuite en broche, et c'est votre défenseur, c'est l'ennemi de vos ennemis que vous allez rôtir. Pour moi, je suis né dans votre pays ; monsieur que vous voyez est mon maître, et, bien loin d'être jésuite, il vient de tuer un jésuite, il en porte les dépouilles¹ : voilà le sujet de votre méprise². Pour vérifier ce que je vous dis, prenez sa robe, portez−la à la première barrière du royaume de Los Padres ; informez−vous si mon maître n'a pas tué un officier jésuite. Il vous faudra peu de temps ; vous pourrez toujours nous manger si vous trouvez que je vous ai menti. Mais, si je vous ai dit la vérité, vous connaissez trop les principes du droit public, les moeurs et les lois, pour ne nous pas faire grâce. »
Les Oreillons trouvèrent ce discours très raisonnable ; ils députèrent deux notables pour aller en diligence s'informer de la vérité ; les deux députés s'acquittèrent de leur commission en gens d'esprit, et revinrent bientôt apporter de bonnes nouvelles. Les Oreillons délièrent leurs deux prisonniers, leur firent toutes sortes de civilités, leur offrirent des filles, leur donnèrent des rafraîchissements, et les reconduisirent jusqu'aux confins de leurs États, en criant avec allégresse : « Il n'est point jésuite, il n'est point jésuite ! »
Candide ne se lassait point d'admirer le sujet de sa délivrance. « Quel peuple ! disait−il, quels hommes ! Quelles moeurs ! Si je n'avais pas eu le bonheur de donner un grand coup d'épée au travers du corps du frère de Mlle Cunégonde, j'étais mangé sans rémission. Mais, après tout, la pure nature est bonne, puisque ces gens−ci, au lieu de me manger, m'ont fait mille honnêtetés dès qu'ils ont su que je n'étais pas jésuite. »
1. dépouilles : ici les vêtements.
2. méprise : du verbe se méprendre = se tromper, en particulier en prenant une
personne ou une chose pour une autre.
QUESTIONS
I- ETUDE DE TEXTE : (10 points)
1 - a) De quelle œuvre est tiré ce texte ? (0.5pt)
b)Qui en est l’auteur ? (0.5pt)
2 – Candide « vient de tuer un jésuite » ; d’après votre lecture de l’œuvre,dites
a) qui est ce jésuite, (0.5pt)
b) pourquoi Candide l’a tué. (0.5pt)
3 – a) Quel est le danger que courent Candide et Cacambo ? (1pt)
b) Pour éviter ce danger , quel argument Cacambo emploie-t-il ? (1pt)
4 - « Voilà le sujet de votre méprise. »
En quoi consiste cette méprise ? (1pt)
5 - «Ces gens−ci … m'ont fait mille honnêtetés »
a) La figure de style utilisée dans cet énoncé est :
• Une comparaison,
• Une métaphore,
• Une hyperbole,
• Une gradation,
Recopiez la bonne réponse. (0.5pt)
c) En utilisant cette figure de style, sur quoi Candide veut-il insister ? (0.5pt)
6 – Pourquoi est-ce Cacambo non Candide qui parle aux Oreillons? (1pt)
7 – Voici quelques traits de caractère de Candide et de Cacambo, donnés dans le désordre :
Désespère facilement ; ne s’affole pas ; est naïf ; sait convaincre
Complétez le tableau suivant pour faire correspondre chaque trait de caractère au personnage approprié : (1pt)
Cacambo
Candide
-…………………………
-………………………... -…………………………
-………………………..
8 – Les Oreillons voulaient manger Candide et Cacambo pour les punir .Peut-on d’après vous accepter une telle pratique ? Pourquoi ? (1pt)
9 – Lequel des deux personnages du texte, Candide ou Cacambo, préférez – vous ? Pourquoi ? (1pt)
II – PRODUCTION ECRITE : (10 points)
Sujet :
Certains pensent qu’il ne faut jamais faire confiance aux autres, même
pas à ses proches. Etes-vous de cet avis ?
Rédigez un texte où vous exposerez votre point de vue argumenté.
Votre production sera évaluée selon les critères suivants :
Respect de la consigne, cohérence de l’argumentation et structure du texte ………………....5pts
Correction de la langue (vocabulaire, syntaxe, ponctuation, orthographe, conjugaison)……..5pts




TEXTE :
Une nuit cependant, les vannes du ciel s’ouvrirent si vite que le vieux couple
eut à peine le temps de déménager ses affaires dans une antichambre voisine.
Mais il était heureux bien que trempé jusqu’au os. L’orage grondait sur la
montagne, qui en propageait le bruit assourdissant, et la pluie tomba sans
discontinuité jusqu’au matin. Tous les puits et les cours d’eau étaient pleins. La
nature paraissait nettement revivifiée après des chaleurs si dures que même les
arbres les plus tenaces avaient commencé à s’étioler. L’on craignait que la
saison fût engagée, et certains vieux se rappelaient les grandes sécheresses
d’autrefois, la disette, les maladies, le désespoir des êtres et des choses. Cette
désolation qui plaquait sur le paysage un masque de mort aussi sinistre que la
face de Méduse. Seuls les gens qui dépendaient étroitement de la production du
sol étaient concernés par les changements climatiques. Ceux qui ne revenaient
du Nord que pour un bref séjour ignoraient ces préoccupations. « Il y a de tout
au souk, disaient-ils. Pourquoi s’entêter à toujours gratter une terre pierreuse qui
ne donne pas grand-chose, qu’il pleuve ou pas ? » Ceux-là achetaient leur pain
chez le boulanger, ils ne peinaient pas pour en fabriquer. Le paysan du Sud
devait labourer, semer, suer, moissonner et battre l’orge avant d’avoir du pain
ou du couscous. Il vivait de sa terre et n’avait pas d’autre revenu comme le
citadin qui semblait ignorer la misère dont il était lui-même issu.
Il était une fois un vieux couple heureux
éd. du Seuil, mai 2002.
I – Etude de texte (10 pts)
1. Rédiger une brève biographie de l’auteur de ce texte (Prénom, nom, dates et lieux de naissance et de
décès, deux œuvres à part Il était une fois un vieux couple heureux.
2. Pour situer cet extrait dans l’œuvre, répondez aux questions suivantes :
a. La disparition du chat annonçait une grande catastrophe. De quelle catastrophe s’agit-il ?
b. Bouchaïb partageait-il le point de vue des autres sur la cause de cette catastrophe ?
c. Des changements climatiques ont fait que les gens attendaient avec impatience un évènement
salutaire. Quel est cet évènement tant attendu ?
3. Relevez dans le texte quatre termes appartenant au lexique de l’eau et de la pluie.
4. Pourquoi d’après l’auteur, les gens qui venaient du Nord n’étaient-ils pas concernés par les
changements climatiques ?
5. Relevez un court dialogue dans ce texte.
6. « Le paysan du Sud devait labourer, semer, suer, moissonner et battre l’orge … »
La figure de style utilisée dans cet énoncé est :
a. une métaphore ;
b. une énumération ;
c. une hyperbole. Recopiez la bonne réponse.
7. Pourquoi les paysans, eux, étaient-ils très concernés par ces changements climatiques ?
8. a. Dans la dernière phrase du texte, l’auteur porte-t-il un jugement favorable ou défavorable sur
le citadin ? b. Justifiez votre réponse.
II – Production écrite (10 pts)
Sujet : On entend dire autour de nous que l’eau est une ressource inépuisable : il est donc inutile
de l’économiser.
Partagez-vous cette opinion ? justifiez votre point de vue en vous appuyant sur des

 

 


arguments et des exemples précis.
----------------------------------------------
N.B Lors de la correction, on tiendra compte des capacités suivantes :
- respectez les paramètres de la situation de communication ; 2 pts
- appliquer les règles fondamentales d’écriture et de composition des textes ; 3 pts
- s’exprimer correctement ; 3 pts
- traiter le sujet de manière personnelle, originale ; 1 pt
- présenter convenablement la copie. 1 pt
----------------------------------------------
Eléments de réponse (à titre indicatif) barème
I – Etude de texte (10 pts)
1. Mohammed ;
Khaïr-Eddine ; 1941 ; Tafraout ; 1995 ; Rabat ; Soleil arachnide ; Légende et vie
d’Agoun’chich … (0,25 x 8) 2 pts
2. a. … le tremblement d’Agadir (0,5) 0,5
b. Non (0,5) 0,5
c. La pluie (0,5) 0,5
3. Trempé ; l’orage ; la pluie ; puits ; cours d’eau ; … pleuve. (0,25 x4) = 1 pt
4. Ils ne revenaient que pour un bref séjour. 1 pt
Il y a de tout dans le souk, disaient-ils.
Ils achetaient leur pain chez le boulanger.
5. « Il y a de tout … qu’il pleuve ou pas ». 1 pt
6. b. une énumération. 1 pt
7. Ils « dépendaient étroitement de la production du sol » ; 1 pt
Le paysan du Sud « vivait de sa terre et n’avait pas d’autre revenu. »
8. a. Jugement défavorable (1 pt)
b. semblait ignorer : modalisation : sembler = faire semblant de, feindre (0,5) 1,5
II – Production écrite (10 pts)
On tiendra compte des capacités suivantes :
- respectez les paramètres de la situation de communication ; 2 pts
- appliquer les règles fondamentales d’écriture et de composition des textes ; 3 pts
- s’exprimer correctement ; 3 pts
- traiter le sujet de manière personnelle, originale ; 1 pt
- présenter convenablement la copie. 1 pt
N.B. Il est recommandé d’éviter tout recours injustifié à la mention « hors-sujet ».
----------------------------------------------
TEXTE :
Comment Candide retrouva Cunégonde et la vieille
Pendant que Candide, le baron, Pangloss, Martin, et Cacambo,
contaient leurs aventures, ils abordèrent sur le rivage de la Propontide, à la
maison du prince de Transylvanie. Les premiers objets qui se présentèrent
furent Cunégonde et la vieille, qui étendaient des serviteurs sur des ficelles
pour les faire sécher.
Le baron pâlit à cette vue. Le tendre Candide, en voyant sa belle
Cunégonde rembrunie, les yeux éraillés, la gorge sèche, les joues ridées, les
bras rouges et écaillés, recula trois pas, saisi d’horreur, et avança ensuite par
bon procédé * .
Il y avait une petite métairie ** dans le voisinage ; la vieille proposa à
Candide de s’en accommoder, en attendant que toute la troupe eût une
meilleure destinée. Cunégonde ne savait pas qu’elle était enlaidie, personne ne
l’en avait avertie : elle fit souvenir Candide de ses promesses avec un ton si
absolu que le bon Candide n’osa pas la refuser. Il signifia donc au baron qu’il
allait se marier avec sa sœur. « Je ne souffrirai jamais, dit le baron, une telle
bassesse de sa part, et une telle insolence de la vôtre ; cette infamie ne me sera
jamais reprochée : les enfants de ma sœur ne pourraient entrer dans les
chapitres d’Allemagne. Non, jamais ma sœur n’épousera qu’un baron de
l’Empire. » Cunégonde se jeta à ses pieds, et les baigna de larmes ; il fut
inflexible.
* Par courtoisie, civilité.
** Domaine agricole de médiocre étendue.
I – Etude de texte (10 pts)
1. Ce texte est extrait de Candide ou l’optimisme :
a. Qui en est l’auteur ?
b. Quand et où est-il né ?
c. Citez deux de ses œuvres.
2. Pour situer cet extrait dans l’œuvre, répondez aux questions suivantes :
a. Qui est Pangloss ?
b. Quelle philosophie a-t-il enseignée à Candide ?
c. Candide croit-il toujours à la philosophie de son maître après ses malheureuses aventures ?
3. Quel sentiment Candide éprouve-t-il à la vue de Cunégonde ?
4. Relevez dans le deuxième paragraphe 4 mots appartenant au lexique du corps humain.
5. La description de Cunégonde, dans le deuxième paragraphe, est-elle valorisante ou dévalorisante ?
6. Le baron n’accepte pas de marier Cunégonde à Candide.
Relevez dans le texte un énoncé qui le montre.
7. A qui le baron pense-t-il la marier ?
8. Relevez dans ce récit une partie d’un dialogue.
9. « Cunégonde se jeta à ses pieds, et les baigna de larmes ».
La figure de style soulignée dans cet énoncé est :
a. une litote b. une hyperbole c. une comparaison
Recopiez la bonne réponse.
II – Production écrite (10 pts)
Sujet : Le baron n’accepte pas de marier Cunégonde à Candide. Il veut lui trouver un
autre mari.
Approuvez-vous ce qu’il fait ?
Justifiez votre point de vue en vous appuyant sur des arguments et des exemples
précis.
----------------------------------------------
N.B Lors de la correction, on tiendra compte des capacités suivantes :
- respectez les paramètres de la situation de communication ; 2 pts
- appliquer les règles fondamentales d’écriture et de composition des textes ; 3 pts
- s’exprimer correctement ; 3 pts
- traiter le sujet de manière personnelle, originale ; 1 pt
- présenter convenablement la copie. 1 pt
----------------------------------------------
Eléments de réponse (à titre indicatif) barème
I – Etude de texte (10 pts)
1. a. François-Marie Arouet (ou Voltaire) (0,5) 0,5
b . Né en 1694 à Paris (0,25 x2) 0,5
c. Zadig ; Le Siècle de Louis XIV ; L’Essai sur les Mœurs ; … (0,25 x2) 1 pt
2. a. Pangloss est le maître de Candide, le philosophe. 0,5
b. Il lui a enseigné une philosophie qui affirme que « tout est au mieux » dans le
meilleur des mondes possibles, donc une philosophie optimiste. 0,5
c. Il croit toujours à la philosophie de son maître ; mais les malheurs qu’il a vécus
ébranlent un peu sa croyance. 0,5
3. Il était saisi d’horreur (ou toute expression équivalente). 1 pt
4. Les yeux ; la gorge ; les joues ; les bras. (0,25 x4) 1 pt
5. Dévalorisante. 1 pt
6. « Je ne souffrirai jamais une telle bassesse de sa part (de Cunégonde), et une telle
insolence de la vôtre (de Candide) ; cette infamie ne me sera jamais reprochée ; …
Allemagne. (un seul élément). 1 pt
7. … à un baron de l’Empire. 0,5
8. de « Je ne souffrirai jamais » ; à « qu’un baron de l’Empire. » 1 pt
9. a. une hyperbole. 1 pt
II – Production écrite (10 pts)
On tiendra compte des capacités suivantes :
- respectez les paramètres de la situation de communication ; 2 pts
- appliquer les règles fondamentales d’écriture et de composition des textes ; 3 pts
- s’exprimer correctement ; 3 pts
- traiter le sujet de manière personnelle, originale ; 1 pt
- présenter convenablement la copie. 1 pt
N.B. Il est recommandé d’éviter tout recours injustifié à la mention « hors-sujet ».
----------------------------------------------





CANDIDE, Voltaire
TEXTE
"Il y avait en Westphalie, dans le château de M. le baron de Thunder-ten-tronckh, un jeune garçon à qui la nature avait donné les moeurs les plus douces. Sa physionomie annonçait son âme. Il avait le jugement assez droit, avec l'esprit le plus simple ; c'est, je crois, pour cette raison qu'on le nommait Candide. Les anciens domestiques de la maison soupçonnaient qu'il était fils de la soeur de monsieur le baron et d'un bon et honnête gentilhomme du voisinage, que cette demoiselle ne voulut jamais épouser parce qu'il n'avait pu prouver que soixante et onze quartiers, et que le reste de son arbre généalogique avait été perdu par l'injure du temps.
Monsieur le baron était un des plus puissants seigneurs de la Westphalie, car son château avait une porte et des fenêtres. Sa grande salle même était ornée d'une tapisserie. Tous les chiens de ses basses-cours composaient une meute dans le besoin ; ses palefreniers étaient ses piqueurs ; le vicaire du village était son grand aumônier. Ils l'appelaient tous monseigneur, et ils riaient quand il faisait des contes.
Madame la baronne, qui pesait environ trois cent cinquante livres, s'attirait par là une très grande considération, et faisait les honneurs de la maison avec une dignité qui la rendait encore plus respectable. Sa fille Cunégonde, âgée de dix-sept ans, était haute en couleur, fraîche, grasse, appétissante. Le fils du baron paraissait en tout digne de son père. Le précepteur Pangloss était l'oracle de la maison, et le petit Candide écoutait ses leçons avec toute la bonne foi de son âge et de son caractère.
Pangloss enseignait la métaphysico-théologo-cosmolonigologie. Il prouvait admirablement qu'il n'y a point d'effet sans cause, et que, dans ce meilleur des mondes possibles, le château de monseigneur le baron était le plus beau des châteaux et madame la meilleure des baronnes possibles."
QUESTIONS:
1- Situez ce texte dans l'oeuvre.
2-Quels sont les personnages présentés par Voltaire dans ce texte?
3-Quel est le temps dominant , pourquoi?
4-L'auteur critique l'aristocratie, montrez-le par deux exemples du texte.
5-Quel est le ton utilisé dans ce passage?
6-Quelle focalisation utilise le narrateur?
(Faites un effort personnel , ensuite voir les réponses ci-dessous)
REPONSES:
1- Le texte se situe au début de l'oeuvre, c'est "l'incipit".
2-Les personnages présentés par Voltaire dans ce texte sont: M. le baron, Candide, Pangloss, Madame la baronne, sa fille Cunégonde.
3-Le temps dominant c'est l'imparfait de la description, car l'auteur présente le cadre spatio-temporel de son conte, il décrit le lieu, le temps et les principaux personnages.
4-L'auteur critique l'aristocratie dès le début de l'oeuvre:
a-La baronne est considérée par les gens non par sa valeur morale (éducation, moeurs, culture...), mais par son poids physique.
b-La soeur du baron n'a pas pu épouse son amant car celui-ci n'a pu prouver que soixante et onze quartiers dans son arbre généalogique.
5-L'auteur utilise dans ce passage un ton moqueur et ironique (voir l'antiphrase concernant Pangloss).
6-Le narrateur est omniscient, omniprésent. Il sait tout de tout. Il explique le pourquoi du comportement de ses personnages: c'est donc la focalisation zéro.
Examen régional - français -2ème bac libre 2013
TEXTE
Qui a donc pu me voler mes pistoles7 et mes diamants ? disait en pleurant Cunégonde ; »
de quoi vivrons-nous ? comment ferons-nous ? où trouver des inquisiteurs et des Juifs qui m'en donnent d'autres ? - Hélas ! dit la vieille, je soupçonne fort un révérend père cordelier qui coucha hier dans la même auberge que nous à Badajoz ; Dieu me garde de faire un jugement téméraire ! mais il entra deux fois dans notre chambre, et il partit longtemps avant nous. - Hélas ! dit Candide, le bon Pangloss m'avait souvent prouvé que les biens de la terre sont communs à tous les hommes, que chacun y a un droit égal. Ce cordelier devait bien, suivant ces principes, nous laisser de quoi achever notre voyage. Il uc vous reste donc rien du tout, ma belle Cunégonde ? - Pas un maravédis, dit-elle. - Quel parti prendre ? dit Candide. - Vendons un des chevaux, dit la vieille ; je monterai en croupe derrière mademoiselle, quoique je ne puisse me tenir que sur une fesse, et nous arriverons « .à Cadix
Il y avait dans la même hôtellerie un prieur de bénédictins ; il acheta le cheval bon marché. Candide, Cunégonde et la vieille passèrent par Lucena, par Chillas, par Lebrixa, et arrivèrent enfin à Cadix. On y équipait une flotte, et on y assemblait des troupes pour mettre à la raison les révérends pères jésuites du Paraguay, qu'on accusait d'avoir fait révolter une de leurs hordes contre les rois d'Espagne et de Portugal, auprès de la ville du Saint Sacrement. Candide, ayant servi chez les Bulgares, fit l'exercice bulgarien devant le général de la petite armée avec tant de grâce, de célérité, d'adresse, de fierté, d'agilité, qu'on lui donna une compagnie d'infanterie à commander. Le voilà capitaine ; il s'embarque avec mademoiselle Cunégonde, la vieille, deux valets et les deux chevaux .andalous qui avaient appartenu à monsieur le grand inquisiteur de Portugal Pendant toute la traversée ils raisonnèrent beaucoup sur la philosophie du pauvre Pangloss. « Nous allons dans un autre univers, disait Candide ; c'est dans celui-là, sans;
.doute, que tout est bien
.Pistoles : monnaie d'or --1 .Cordelier : un homme de religion -2
: (I, ETUDE DE TEXTE (10 points
: Lisez, attentivement le texte et répondez aux questions suivantes ? a) Qui est l'auteur du texte.1
? b)De quelle œuvre le texte est-il extrait
? c)A quel siècle cette œuvre a-t-elle été publiée
(d)Quelle est le genre de cette œuvre ? (0,25 pt x 4
: Pour situer cet extrait dans l'œuvre, répondez aux questions suivantes.2 ? a)A quel événement religieux important candide a-t-il assisté à Lisbonne .b)Cunégonde regrette la mort de l'Inquisiteur et du Juif
(Par qui ont-ils été tués ? (0,5 pt x 2
(D'après le texte, de quoi Cunégonde vient-elle de se rendre compte ? (1 pt.3
? Qui la vieille soupçonne-t-elle.4
(Quelle solution propose la vieille pour qu'ils puissent achever leur voyage ? (1 pt .5 (Qu'est ce que Candide a fait pour être accepté comme capitaine de flotte ?(1 pt .6 (Relevez quatre mots appartenant au champ lexical de « la religion ». (0,25 pt x 4 .7 .(« des mots autres que « cordelier » et « inquisiteur)
: La figure de style employée dans l'énoncé souligné dans le texte est.8
(une antiphrase ; - une métonymie ; - une énumération. Recopiez la bonne réponse (1 pt - (Comment le cordelier est-t-il présenté par l'auteur ? Justifiez votre réponse. (0,5 pt x 2.9 Dans le dernier paragraphe du texte, Candide espère trouver, à la fin de la traversée,.10 .« un monde où « sans doute, tout est bien
(Pensez-vous que ce monde existe réellement ? Justifiez votre réponse. (1 pt
: (II. PRODUCTION ÉCRITE (10 points
Sujet :Certains pensent que dans la vie on rencontre plus de mal que de bien. Partagez- ? vous cette opinion
Développez votre point de vue sur le sujet en vous basant sur des arguments précis et sur .des exemples tirés de votre expérience et de vos lectures
: La correction de l'épreuve de production écrite tiendra compte des critères suivants Critères d'évaluation du discours
Conformité de la production à la consigne d'écriture -
Cohérence de l'argumentation -
Structure du texte (organisation et progression du texte) Barème de notation - Points 5
Critères d'évaluation de la lansue
(Vocabulaire (usage de termes précis et variés - (Syntaxe (construction de phrases correctes - (Ponctuation (usage d'une ponctuation adéquate - (Orthographe d'usage et grammaticale (respect des règles - (Conjugaison (emploi des temps -
Points 5
ÉLÉMENTS DE RÉPONSES (à titre indicatif) ET BARÈME DE NOTATION : (I. ETUDE DE TEXTE (10 points
; a) Voltaire ; b) Candide ou l'optimisme.1
(c) Le XVIIIème siècle ; d) un conte philosophique. (0,25 pt x 4 (a) un autodafé ; b) par Candide. (0,5 pt x 2.2
(qu'on vient de lui voler ses pistoles et ses diamants. (1 pt.3 (Un révérend père cordelier. (1 pt.4
(Vendre l'un des chevaux. (1 pt.5
(Il a fait l'exercice militaire bulgarien devant le général. (1 pt.6 (prieur ; jésuites ; bénédictins ; Dieu ; révérend père. (0,25 pt x 4.7 (Une énumération (1 pt.8
.(D'une manière dévalorisante (dépréciative -.9
(Pour dénoncer les défauts des hommes de religion (pour les critiquer). (0,5 pt x 2 - (Accepter toute opinion de vue convenablement justifié. (l pt.10
: (II. PRODUCTION ÉCRITE (10 points
: La correction de l'épreuve de production écrite tiendra compte des critères suivants
Critères d'évaluation Barème de notation
Critères d'évaluation du discours
(Conformité de la production à la consigne d'écriture (1 pt- (Cohérence de l'argumentation (2 pts-
(Structure du texte (organisation et progression du texte) (2 pts- Points 5
Critères d'évaluation de la langue
(Vocabulaire (usage de termes précis et variés- (Syntaxe (construction de phrases correctes- (Ponctuation (usage d'une ponctuation adéquate- (Orthographe d'usage et grammaticale (respect des règles- (Conjugaison (emploi des temps-
Points 5
: IMPORTANT
Les correcteurs sont priés de respecter le barème de notation de l'épreuve de production < .écrite avec la précision et la rigueur requises
.« Il est recommandé d'éviter tout recours injustifié à la mention « hors sujet <



Examen régional du baccalauréat – session : 2013 Chaouia-Ourdigha (2 année BAC ) (libres)

Epreuve de français

Texte:
Le vieux continua d'écrire jusqu'à l'heure du déjeuner . Il rangea alors ces instruments de travail dans la niche mural et , après avoir jeté un long coup d'oeil à l'extérieur il revint s'asseoir , il était tout émoustillé car cette rédaction l'avait ragaillardir son regard se porta sur les oranges , il en pela une qu dégusta pour mieux en apprécier la saveur . «Orange , fille du soleil ,dit-il tu es belle et nourrissante .Hercule a dû lutter à mort pour l'obtenir – j'en aurais fait de même si j'avais vécu en ce temps –là .Aujourd'hui même un gueux peut te manger sans t'apprécier tellement tu es devenue commune . Cette civilisation du ventre ne te vaut rien .» Ce mot d'esprit le fit rire. Le trouvant ainsi , sa vieille femme lui en demanda la classe.
-Je parlais à l‘orange, dit-il .autrefois un roi avait condamné un géant à lui rapporter des pommes d'or du jardin des Hespérides qui se trouvait du coté de Tanger. Hercule -c'est le nom de ce héros lutta pour en obtenir. Il en eut plein dit la légende. Or ces pommes d'or n'étaient pas autre chose que des oranges, tu vois .Moi, j'ai dit à l'orange que j'ai dégustée qu' après une aussi belle histoire elle est devenue si commune que même un gueux en mange quand il veut .un gueux d'ici ou d'ailleurs.
-C'est une belle histoire. Mais il faut déjeuner.
Ils s'installèrent autour de la grande table ronde. Le fumet du couscous aux jeunes pousses de navet était délicat. A son habitude, le vieux mangeait lentement, avec une sorte d'application joyeuse qui indiquait combien il appréciait le mets
I.COMPRÉHENSION: (10 points)

1.Complétez le tableau suivant: (1 pt)
oeuvre Auteur Genre littéraire Siècle


2.Présentez brièvement le vieux . ( deux à trois lignes )

3. Quelle est l'activité intellectuelle préférée du vieux?

4.Le vieux valorise l'orange.
- relevez deux expressions qui le montrent .

5. Où Hercule est-il allé chercher les oranges?

6.Recopiez et complétez le tableau suivant: référez –vous au texte

L'orange autrefois L'orange aujourd'hui.

7. «Hercule a dû lutter à mort pour l'obtenir »
a- Identifiez la figure de style
b- Quel en est l'effet recherché

8 . Relevez quatre mots appartenant au champ lexical de l'alimentation?

9 . Qu'est ce que le texte nous apprend sur le personnage du vieux?

II.PRODUCTION ÉCRITE: (10 points)
De nos jours beaucoup de personnes fuient la ville pour s'installer à la compagne .
-Qu' en pensez-vous?
- Rédigez un texte dans lequel vous exprimerez votre point de vue en l'appuyant par des arguments et des exemples précis.
prof.ziani est déconnecté   Répondre en citant
Répondre


Utilisateurs lisant actuellement ce sujet : 1 (0 membre(s) et 1 visiteur(s))
 
Outils du sujet
Affichage du sujet

Règles des messages
Vous ne pouvez pas créer de sujets
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
Vous ne pouvez pas modifier vos messages

BB codes : Activé
Smileys : Activé
BB code [IMG] : Activé
Code HTML : Désactivé


Entrer votre adresse email ICI pour recevoir les nouveautés:

 


Fuseau horaire : GMT +1. Il est 17h12.

Propulsé par vBulletin® version 3.8.4
Copyright ©2000 - 2017, Jelsoft Enterprises Ltd.
Version française par vBulletin-Ressources.com
Copyright Français Maroc